Parler d'ma vie

Celle qui avait un souci avec le sport

A la base, je ne sais pas si c’est génétique ou culturel mais je n’ai jamais été (très) sportive. Mes parents m’ont mis à la danse très jeune, j’ai suivi des cours de nombreuses années avec plaisir mais à part cette activité, j’ai toujours détesté les sports collectifs, la gym, l’endurance et toutes les heures d’éducation physique et sportive qui ont eu lieu dans l’enceinte de l’école. En primaire, j’avais été repérée comme cible facile lors des parties de ballon prisonnier, je ne me souviens pas si on constituait déjà des équipes mais ce qui est certain c’est que j’étais toujours dans les dernières à être choisies, le capitaine soufflant bruyamment en me montrant du doigt m’appelant par mon nom plutôt que par mon prénom (ce que cela pouvait m’énerver ….intérieurement) alors que je fixais le goudron ou le sol du gymnase en priant pour que cela finisse.

Au collège, j’ai battu le record de la fille qui a le plus souvent ses règles pendant le cycle (sic) de natation. Le prof était un homme et était visiblement peu à l’aise dès qu’on abordait le sujet. On est quelques unes à en avoir pas mal profité. Aujourd’hui lorsque je mets les pieds dans une piscine municipale, tout me rappelle ces séances où nous étions sensés récupérer un mannequin au fond de l’eau, là où c’est le plus profond bien-sûr : l’odeur de la javel, le sol glissant dans les vestiaires, le petit bac dégueulasse et glacé dans lequel tu essaies de mettre à peine les orteils, l’eau du bassin toujours trop froide, le maitre nageur avec son tee-shirt ultra moulant pour qu’on ne rate rien de sa musculature mais avec un logo de la ville et ses claquettes blanches qui cassent quand même un peu le look, les cheveux encore mouillés qui collent dans le cou au sortir de la piscine en plein hiver pour rejoindre le collège.

Au collège, j’ai battu le record de la fille qui avait toujours un point de côté…au bout de 10 minutes d’endurance. On a du oublier à la naissance de me fournir la capacité « apprendre à respirer correctement en courant » car c’était automatique et cela me pliait quasiment en deux. Pendant que j’ahanais, mes camarades trottinaient en parlant et reprenaient leur vie tranquillement une fois les 10 tours finis. Je mettais une heure pour récupérer une couleur normale et ne plus être rouge comme une tomate.

Au collège et au lycée, j’étais malade de stress le dimanche soir en pensant au cours de gym du lundi et lorsque j’ai eu mon bac, ma première pensée a été « youhou plus de sport à l’école ! » (je jure que c’est vrai). Ça ne m’a pas empêché de vivre pendant de longues années avec quelqu’un dont le rêve le plus cher était de devenir prof de sport et qui passait tous ces week-ends à jouer au football …cherchez l’erreur.  J’ai détesté avec la même pugnacité : le saut en hauteur, le handball, le volley, la course d’obstacles, l’odeur de vieilles chaussettes dans le gymnase, devoir se changer devant tout le monde dans les vestiaires, le rugby (oui j’ai même eu droit au rugby), la poutre, les barres parallèles, le cheval d’arçon, le judo, les joggings qui me semblaient toujours informes et moches sur moi. Cela reste encore un grand mystère mais j’aimais bien le basket alors que je ne suis pas spécialement grande. J’essayais de transformer la gym au sol en danse…ça ne trompait pas grand monde.

J’enviais ceux et celles qui étaient dispensés à vie, je me prenais des engueulades régulières traînant avec les cas sociaux du sport (heureusement nous étions quelques unes à mettre autant de mauvaise volonté dans ces heures sensées nous apporter un bien être physique) et passant le plus clair de mon temps à bavarder (dans le sud on dit bavasser ). J’ai fini au lycée par sécher de manière très régulière les cours d’EPS. Sur mes bulletins j’avais des bonnes notes partout et une case vierge sur la ligne correspondant à cette matière. Interrogée par mes parents à ce sujet, j’ai feint la surprise …Ont-ils été dupes ? oui Papa, Maman, je vous ai menti : )

2408atg-w484h484z1-31331-i-run-so-i-can-eat

 Traumatisée depuis mon plus jeune âge, j’écoute depuis les récits ravis de celles et ceux qui courent, enchaînent les longueurs, participent à des marathons, skient ou que sais-je encore. Comme j’ai arrêté même la danse -qui était pourtant les seuls moments où aucune pensée ne parasitait mon esprit- que le sport est, parait il, bon pour la santé (on ne parle pas de tous les accidents comme les foulures, rupture de ligaments croisés …non on n’en parle pas), j’ai, un jour d’enthousiasme suspect, commandé sur Amazon, le DVD de Mia Fry. Vu qu’il est super vieux, mon investissement a été d’à peine 5 euros et heureusement étant donné son destin. Vous vous souvenez de Mia Fry ? Ses expressions mythiques « Pia pia pia », « Happy Face », un corps de lionne, les mots cellulite, masse graisseuse, elle les a rayé de son vocabulaire. Elle casse les œufs durs sur son ventre ou sur ses cuisses ou sur bras…enfin bref.

Avant la partie chorégraphie, le DVD commence par une séquence échauffement et étirement dans un décor un peu cheap façon je reconstitue la jungle dans mon salon. Pendant que Mia Fry attrapait une de ses jambes pour la passer derrière son oreille, tout en conseillant de suivre l’exercice selon son niveau (c’est à cet instant précis que j’ai commencé à la détester), j’étais en train de pleurer sur ma souplesse perdue. Du grand écart au grand rien, c’est rude. Tant pis j’allais me rattraper sur la partie dansée, j’ai toujours eu une facilité à mémoriser les mouvements ….ok ça c’était avant. Mia Fry a une seule élève dans son cours sensée jouer la « pas douée » ou l’idiote sauf qu’elle assure comme une dingue alors même que chaque série n’est montrée qu’une seule fois avant de tout enchaîner.  Bref je me suis sentie bien nulle, j’ai mis le DVD en tout et pour tout une fois, j’ai essayé de le refourguer à Gilbert, ils en ont pas voulu.

Youtube est alors devenu mon coach sportif. On y trouve un nombre impressionnant de « comment avoir un ventre plat en seulement 15 jours tout en mangeant des frites et du chocolat », de cours de fitness gratuits ou ce que je préfère et que je suis le plus souvent (souvent étant plutôt pas assez souvent) des séances de zumba. Dommage que ce ne soit pas toujours bien filmé (euphémisme) et qu’il faille avoir du temps pour se laver les cheveux ensuite parce que ça fait transpirer du cuir chevelu (excuse de compétition).

Allez sur ce, je retourne à mes squats : )

(photo en Une trouvée sur Pinterest ; débardeur activate apparel)

36 Comments

  1. J’ai longtemps été comme toi, jusqu’à ce que je trouve l’activité sportive qui mle convienne. Je ne suis pas devenue une sportive pour autant, mais j’ai besoin de ma dose ! 🙂
    • moi c’est la danse qui me convient (même si ce n’est pas vraiment du sport) mais pour le moment je n’ai plus le budget
  2. Comme toi j’ai fait de la danse assez jeune, et j’ai remarqué que quand j’arrêtais ça n’allait pas du tout! Un minimum de sport est nécessaire à mon équilibre, je le sais et je regrette de ne pas pouvoir en faire plus en ce moment car comme tu dis, ça vide l’esprit et c’est un moment que l’on s’accorde qui est vraiment important je trouve. Je vais donc essayer de trouver une autre activité à faire en plus de ma séance de danse hebdomadaire.
    Sinon comme Lalydo je pense que chacun peut trouver une activité sportive qui lui correspond, il y en a pour tous les goûts! Le tout est de ne pas se forcer et d’y aller vraiment avec plaisir 😉
  3. « j’ai battu le record de la fille qui a le plus souvent ses règles pendant le cycle (sic) de natation. » J’adore !
    Moi j’étais celle qui n’avait pas peur de sauter dans le grand bain (mais qui n’excellait pas pour autant) et qui se demandait comment faisaient ces filles pour avoir des règles aussi longues 🙂
    • cela sur ce plan, et sans rentrer dans les détails, on était pas toutes égales …moi je manquais l’école tellement j’avais mal au ventre …mais bon j’ai aussi bien exagéré )
  4. Coucou! J’ai été comme toi et maintenant je cours et fais du sport 2 à 3 fois par semaine. comme quoi… si je peux te conseiller des vidéos sur le Net, ce serait celles de Lucile Woodward sur la chaîne You Tube de Doctissimo: des cours simples et qui ne durent pas trois heures.
    Au plaisir d’échanger!
    • non mais tu ne détestais pas vraiment le sport si ?) tu savais déjà courir sans avoir un point de côté ? )
      je crois que je suis déjà tombée sur les vidéos dont tu parles et elles sont très bien !
  5. MOi aussi j’étais nulle en sport à l’école mais je me suis ravisée depuis. Je fais du yoga, et un peu de zumba. Le truc, c’est de trouver son sport, celui où on se sent bien quand on le fait, même si on est débutante. Ca prend du temps mais au final, on est ravie d’y aller ensuite…
  6. Les gourmandes seraient-elles réduites aux seuls mouvements du poignet qui fouette la crème, je ne crois pas. Mais je crois aux rencontres, un prof qui sait transmettre sa passion ou simplement un déclic. Mais pour apprendre à respirer, il y a un truc, c’est le chant. Après il faut aussi avoir envie de chanter !
  7. Je me suis vraiment reconnue dans ta description, sauf qu’en plus, j’ai de l’asthme et donc un souffle de pachyderme arthritique… Je n’ai JAMAIS fait de sport de ma vie, même petite, même de la danse, même… rien, nada… J’ai toujours détesté ça, je hais souffrir, je suis allergique à la transpiration (mais vraiment hein ! j’ai de l’eczéma…), bref, THE cas désespéré. Et puis, il y a 6 mois, à l’aube de mes 30 ans, je me suis dit que soit je restais comme ça (une peu trop grosse, à ne pas savoir monter les marches de l’escaliers sans souffler comme un bœuf, abonnée au MacDo,…) soit je changeais pour arrêter de rêver et faire en sorte que ça marche. Le déclic ! Je me suis mise à courir, lentement (très lentement), pas longtemps (30 secondes au début !!!), j’ai eu mal aux jambes non stop pendant 1 mois… Mais je cours depuis 5h par semaine et je ne saurais plus m’en passer ! Je t’encourage vraiment mais je pense qu’il faut vraiment le faire au bon moment.
    • quel changement, de rien à 5h ! …bon il faut quand même aimer courir à la base non ? ) (non parce que moi quand j’ai du temps libre, tout me semble mieux que d’aller courir))
      en tous cas bravo à toi !
      • En fait, je déteste courir !!! Depuis toujours… Mais bizarrement, quand je reviens, je super bien alors c’est uniquement pour cette sensation que je cours… Puis, ça me vide la tête. Mais je n’avais jamais ressenti ça avant ! Tout pareil que toi, rien ne me plaît plus que de me vautrer…
  8. Tout pareil que toi, sauf que j’aimais bien le volley et le basket.
    J’ai pas eu droit au rugby mais à la lutte et en plus c’était mixte… l’horreur quand tu as 14 – 15 ans!
  9. Alors celui là j’aurais pu l’écrire au mot près !!! Moi au collège, quand nous étions censés courir autour du lac au Bois de Vincennes, j’avais trouvé une planque sur une île au milieu du lac, je regardais les autres passer, et je ressortais de ma tanière de l’autre côté (genre j’ai fait le tour) !!! Et comme toi, je ne jure que par la danse (14 ans de danse classique forcément ça marque), mais je ne trouve pas de cours sympa à côté de chez moi (bonjour le prétexte, comme s’il n’y avait pas le métro à Paris !!!).
    • excellente la planque, j’adore cette idée !
      je trouve pas que ce soit un prétexte, s’il faut faire plein de transport à chaque fois c’est décourageant …mais après pour trouver quelque chose qui correspond au niveau du lieu, horaire, activité, tarif, c’est un peu compliqué )
  10. La danse c’est du sport 🙂 Et ton récit du sport au collège / Lycée m’ a rappelé 2 anecdotes : un prof de sport cinglé qui s’est essayé à nous faire faire du lancé de javelot sur un terrain de boules (j’ai vu PROFS quelques années après et le prof de sport de ce nanard m’a rappelé qques souvenirs), et comment, caissière dans une grande surface pour un job d’été 15 après je me suis retrouvé pétrifiée sans pouvoir encaisser ce fameux prof venu payer ses courses… il ne se souvenait pas de moi (et pour cause), mais moi je n’aurai jamais pu oublier sa tronche !
    • oui c’est ce que je me dis pour me consoler pour la danse )
      j’avais oublié le lancer de javelot, j’imaginais la scène en te lisant…morte de rire )
  11. De mon côté… je fais partie de celles qui ont adoré différents sports… tout simplement, je crois, parce que je rencontrais à chaque fois des gens sympathiques que j’avais plaisir à retrouver à chaque séance. Je suis un animal social ! Entre cours de danse, Volley, Tennis, Hand (euh.. en fait je n’ai pas aimé le Hand, je crois bien), je me suis bien amusée pendant quelques années. Cela dit, si j’étais dynamique, je n’ai jamais été ultra souple (j’ai été obligée de faire de gros progrès en gym l’année du Bac : rahhh).
    Ah si, à préciser tout de même : pendant toutes mes années « collège », j’ai détesté l’endurance… à cause d’un prof qui était mou et peu impliqué dans son cours comme un flan. Pardon pour le flan.)
    Et aujourd’hui, avec mes soucis récurrents de dos, je vois bien que j’ai perdu un tantinet mon endurance ! Je tente de la récupérer petit à petit en salle de gym quand je le peux… ou chez ma kiné. Bref, y’a du boulot ! 😉
    Bonne soirée et bonne fin de semaine ! (Et pardon pour le roman…)
    • je crois qu’au delà des profs (j’ai adoré mon prof de philo, les matheux le détestaient), il y a vraiment un goût ou pas pour le sport ….pour la souplesse, souvent c’est difficile de concilier muscles et souplesse (sauf les danseurs) …là j’ai un peu tout perdu mais j’essaie de reprendre en commençant par tonifier, pour la souplesse on verra ensuite 🙂
  12. Tous les jeudis, c’est gym en musique, avec des petites chorégraphies une demi heure. Ca ressemble plus à de la danse et je suis motivée car il y a ma mère, ma tante, une de leur copine et une copine/collègue à moi et une copine
    on forme une très joyeuse bande, ça motive !
  13. Moi et le sport, c’est pas 2 qu’on faisait, c’est au moins 3 🙂
    Pourtant, j’ai fait de la danse et du basket en club avec beaucoup de plaisir mais à l’école, c’était juste pas du tout ça !
    Depuis, j’avais complètement laissé tomber d’ailleurs…. Et puis, l’an dernier, j’avais trouvé un petit club d’aquagym à 2 pas du bureau, avec un cours sur l’heure du déjeuner. J’ai hyper bien accroché, y allant 2 ou 3 fois par semaine ! Hélas, ils ont fermé en fin d’année scolaire et depuis, je n’ai rien retrouvé à ma convenance (ie un savant mix entre activité, horaire et lieu…)
    Je me dis que je marche quand même pas mal, c’est déjà ça mais ça ne fait pas tout…
    • c’est marrant pour la danse et le basket car j’ai fait de la danse et le basket est le seule truc que j’aimais …Mystère
      rah quand on trouve un truc super et que ça ferme ça fait enrager !
      moi aussi je marche pas mal mais cela ne me muscle pas beaucoup
  14. je me remets au sport depuis quelques mois, mais je n’aime pas du tout les sports collectifs, je me souviens qu’au collège j’appréhendais ces séances de handball dans le froid, je faisais tout pour me défiler et qu’on ne me passe pas la balle ! par contre j’aimais beaucoup la natation … maintenant les piscines publiques ça me dégoûte un peu (verrues) donc je me suis mise au footing, et je fais un peu de gym à la maison, comme toi en regardant des films youtube 🙂
    • comme toi je suis un peu méfiante vis à vis de l’hygiène en piscine…ah faudra qu’on s’échange les bonnes vidéos sur youtube )
  15. Hé hé, j’ai le même rapport compliqué au sport ^^ je me suis remise à la natation l’an dernier, et ça fait du bien !! Il faudrait que j’aille voir sur youtube des cours de fitness tiens !
  16. On a décidément beaucoup de points communs … j’aurais pu écrire ce billet …. 😉

Write A Comment

Pin It