Category

Lyon, presqu’île

Category

Celle qui essayait de se réconcilier avec les plantes

J’ai beau parcourir Lyon à pied une bonne partie de l’année, j’avais loupé la boutique Onno, au départ éphémère, spécialisée dans les terrariums. Elle a a été réaménagée en septembre dernier avec l’idée d’optimiser l’espace et d’utiliser des matériaux bruts. Le résultat est réussi : d’abord la vitrine est belle, et à l’intérieur la sensation de zénitude, à la vue des petits et grands terrariums qui s’alignent sur des étagères, est immédiate.

Le verre utilisé pour les terrariums est du verre recyclé sauf pour les grands formats, les grands bouchons en liège utilisés pour fermer certains terrariums sont en liège naturel non traité et fabriqués par une entreprise familiale dans le sud de la France.

Objet de décoration végétale, le terrarium est aussi un jardin d’intérieur qui demande peu d’entretien. J’ai justement besoin de me réconcilier avec les végétaux : quoique je fasse jusqu’à présent, je finis toujours par les faire mourir. Bonne nouvelle : un terrarium ne nécessite pas plus de deux arrosages par an. Il faut le préserver des courants d’air et de la lumière directe et c’est à peu près tout. Cela parait dans mes cordes : )

Onno

Vous avez remarqué la petite vague créée à l’intérieur des terrariums Onno ? C’est la marque de fabrique de la boutique avec l’idée de proposer des paysages variés en plus de produits de qualité .

Onno

Cette fameuse petite vague, j’ai essayé de la reproduire lors d’un atelier d’initiation (c’était mon premier terrarium DIY !) en suivant les gestes et les explications de Lévent (pas simple )). La boutique propose 3 à 4 ateliers par mois, l’inscription se fait sur le site.

Si vous voyez un terrarium avec uniquement du terreau tout en dessous, c’est mauvais signe. Pour le drainage, il faut commencer par mettre une bonne couche de billes d’argile.

Etape par étape, j’ai « construit » mon terrarium en choisissant en plus de la mousse, une plante (j’ai opté pour un fittonia avec des nervures rouges) et un décor (des mini ardoises ).

Onno
Onno

J’ai posé mon terrarium sur un rayonnage de bibliothèque dans mon salon et c’est vraiment joli. Je vais tout faire (c’est à dire à priori pas grand chose) pour qu’il reste en bonne santé le plus longtemps possible.

Merci à Lévent et Sylvain pour leur accueil.

Onno
7 rue du plâtre, 69001 Lyon
terrariums à partir de 35 euros

Que faire un dimanche à Lyon ? L’exposition Yves Saint Laurent

Je suis à Lyon depuis plus de 14 ans et pourtant, étrangement, je n’avais jamais mis les pieds jusqu’à très récemment au musée des tissus. Quand je passais devant, je regardais le bâtiment par les grilles, je m’arrêtais devant les vitrines de la boutique mais je n’avais jamais été plus loin. L’exposition Yves-Saint-Laurent a été l’occasion de découvrir en même temps des collections temporaires et le musée.

Je ne vais pas vous faire un exposé détaillé sur l’exposition en elle-même. Pour moi, une exposition, tout un spectacle d’art vivant, cela se vit en situ et pas par le biais d’un écran. C’est d’autant plus vrai ici avec un parcours qui joue sur les sens : ambiance tamisée qui contraste avec l’éclat des couleurs des tenues exposées, richesse des matières que l’on a envie de toucher.

En tous cas, c’est comme ça que je l’ai vécu l’exposition Yves Saint Laurent. Les Coulisses de la haute couture à Lyon.

exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent

Ce qui m’a frappé, avant tout, est la richesse des tissus existants et montrés à travers cette exposition. : du satin, du velours, de la tulle, de la dentelle, du jacquard, du laminé, de la mousseline….A chaque tenue, le tombé est impeccable, la finesse de la finition et du détail sautent aux yeux. Les tenues exposées paraissent à la fois d’une grande classe et intemporelles.

exposition Yves Saint Laurent

J’ai aimé aussi passer côté coulisses avec dans des cadres le travail préparatoire de certaines robes : croquis, détails, tissu épinglé et liste des matières nécessaires avec le prix.

exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent
exposition Yves Saint Laurent

J’ai admiré chacune des 25 tenues présentées avec les yeux d’une enfant, les ouvrant encore plus grands devant la robe de mariée dite Shakespeare issue de la collection automne-hiver 1980.

exposition Yves Saint Laurent

Quel est le sens de cette exposition à Lyon vous demandez-vous peut-être ? Le fil conducteur de l’exposition Yves Saint Laurent est la mise en lumière des liens privilégiés des maisons de tissus de la région (soyeux lyonnais, fabricants d’étoffes et fournisseurs) avec le couturier pendant près de 40 ans de collaboration.

Plus qu’un hommage au couturier, l’exposition Yves Saint Laurent:

-sort de l’ombre les maisons Bucol, Abraham et Beaux-Valette ou les soyeux Bouton Renaud, Brochier par exemple
-souligne le savoir faire lié aux tissus et montre la variété de ces derniers
-montre, sans être démonstrative, le processus créatif d’un artiste

En dehors de la visite, j’ai apprécié la sérénité du jardin du musée des tissus (un banc invite à se poser…quand le temps sera plus doux )). J’ai aussi flâné un petit moment dans la boutique qui présente un choix impressionnant de marque pages et d’articles liés à la papeterie.

Musée des Tissus
34, rue de la Charité
69002 Lyon
ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
entrée 12 euros (pour l’exposition et les collections permanentes)/ 10 euros en tarif réduit

Et vous, le musée des tissus, vous le connaissez ?

Spécial amoureux de chocolat : Tour Choco’Lyon de Praline et Rosette

Le samedi 26 octobre dernier, je me suis levée un peu plus tôt que d’habitude (#pasmatinale) direction Aisnay où j’avais rendez-vous avec Audrey de Praline et Rosette et avec les participants du Tour Choco’Lyon. Audrey est une jeune femme pétillante et dynamique qui a eu l’idée de mettre en avant la richesse gastronomique de Lyon à travers des « food tour » thématiques : un autour du chocolat; un où vous découvrez les halles Paul Bocuse; un autour des spécialités lyonnaises salées et sucrées appelé « very gone trip ».

Je ne vais pas vous raconter dans le détail en quoi consiste le Tour Choco’Lyon car cela éventerait l’effet surprise (et cela fait partie du plaisir !). Si vous voulez vraiment découvrir totalement « vierge » ce tour « Choco’Lyon », zappez ce qui suit et allez directement à la fin de cet article.

Une balade lyonnaise avec des pauses gourmandes

Pendant 3 heures, j’ai suivi avec une dizaine d’autres « chocoladdict » un parcours, d’adresses chocolatées en adresses chocolatées, émaillé d’anecdotes sur le chocolat et sur l’histoire de Lyon. La durée du Tour Choco’Lyon permet de prendre son temps lors des haltes et d’échanger avec les artisans ou commerçants, de ne pas parcourir les distances entre deux points d’arrêt au pas de course et d’avoir un aperçu diversifié des lieux liés au chocolat à Lyon.

Nous avons fait un premier arrêt chez l’artisan chocolatier Louis Simart (j’ai déjà eu l’occasion de vous parler de ses petits pavés totalement addictifs et il avait participé à un rendez vous sweet gones autour du chocolat).

Il nous a montré comment il « dresse » un des produits présents dans sa boutique et à travers ses gestes, en quoi le « fait main » ici a tout son sens avant de nous proposer une dégustation de plusieurs de ses chocolats.

tour Choco'Lyon
tour Choco'Lyon

Nous nous sommes ensuite attablés dans un salon de thé, Tea Landsia, où je n’avais encore jamais eu l’occasion d’aller pour explorer les accords chocolat /thés.

tour Choco'Lyon

Par la suite, nous avons parlé terroirs et crus, avons eu une dégustation à l’aveugle et avons terminé la balade par une dégustation très gourmande.

tour Choco'Lyon
tour Choco'Lyon
tour Choco'Lyon
tour Choco'Lyon

Les + du Tour Choco’Lyon

En dehors du fait que tout ce qui touche de près ou de loin au chocolat est susceptible de m’intéresser, j’ai apprécié dans ce tour Choco’Lyon :
♥ la diversité des adresses (artisan chocolatier, salon de thé, boutique, bar à chocolat) visitées pendant le parcours, ce qui permet d’explorer des facettes différentes du chocolat
♥ la taille du groupe (pas plus de 10 personnes), d’où une ambiance à la fois conviviale et « intime »
♥ les dégustations généreuses …je comprends pourquoi Audrey dans le mail qu’elle envoie aux participants avant le Choco’Lyon conseille de petit déjeuner léger : )
♥ le pep’s d’Audrey de Praline et Rosette
♥ l’accueil des artisans/commerçants

Le prochain Tour Choco’Lyon de Praline et Rosette aura lieu le 30 novembre et les prochaines dates en janvier (parfaites pour un cadeau de Noël gourmand).

Est ce que vous avez déjà suivi un « food tour » dans votre ville ou à l’étranger ?

Tea time à Fourvière Hôtel

C’était un vendredi après-midi, le temps était doux, la colline de Fourvière se parait de couleurs automnales et j’avais rendez-vous pour un tea time à Fourvière Hôtel. Avant d’entrer, je me suis assise quelques instants sur un des bancs présents dans le jardin public. J’ai admiré la façade de cet ancien couvent édifié par Pierre-Marie Bossan en 1854 pour les soeurs de la Visitation.

Saviez-vous que ce couvent a ensuite abrité un pensionnat de jeunes filles, accueilli des blessés durant la seconde guerre mondiale puis qu’il a abrité une école d’infirmières et le dépôt des Archives de l’Hôtel Dieu ? Tout ça en un seul siècle !

J’étais déjà venue à Fourvière Hôtel pourtant j’ai été surprise de la même manière que la première fois en passant les portes d’entrée et en découvrant la réception. En effet les concepteurs du lieu, Jean-Luc Mathias et Marianne Borthayre, ont eu la volonté de conserver la chapelle du Couvent telle qu’elle existait. Elle a été intégralement restaurée à l’identique par l’Atelier Royal de septembre 2013 à juillet 2014.

Entre la lumière qui transperce les vitraux et baigne les lieux d’une atmosphère quasi irréelle, la richesse ornementale partout où le regard se pose, la voûte et son bleu associé à Bossan (vous le retrouvez à la Basilique de Fourvière et il se dit que pour lui, la chapelle était un brouillon), l’ébahissement est au rendez-vous.

Pour moi, Fourvière Hôtel a réussi à équilibrer très judicieusement patrimoine et modernité, à dessiner son identité tout en préservant un héritage, à s’inscrire dans une continuité tout en offrant le confort et les services d’un hôtel 4 étoiles.

Cela s’exprime par le choix du mobilier : par exemple la collection Crown-Design Laval apporte un côté chaleureux à la chapelle-lobby qui pourrait être un peu « impressionnante » du fait de ses dimensions.

Cela se traduit également par les oeuvres contemporaines de Pablo Reinoso présentes à Fourvière Hôtel comme ce nuage de bois qui commence dans la chapelle-lobby et se poursuit dans la niche surplombant le couloir qui mène aux péristyles.

Je suis très sensible, de manière générale, à la luminosité d’un paysage, d’un lieu (et c’est d’ailleurs pour cette raison que les jours gris pèsent rapidement sur mon moral). Une des choses très agréables à Fourvière Hôtel est justement la façon dont la lumière pénètre les différents espaces (lieux de travail, véranda, péristyles, chambres) et leur apporte comme une enveloppe de douceur.

Fourvière Hôtel est en plein cœur de Lyon, juste au dessus du quartier le plus touristique, le Vieux Lyon, mais son emplacement, au milieu de la verdure, et en hauteur des arènes, donne l’impression d’être ailleurs. Ici aucune pollution sonore, juste le bruit des oiseaux, le clapotement du couloir de nage, l’écho des pas sur les carreaux posés au sol (fabriqués dans le Beaujolais).

Le dialogue entre passé et présent se poursuit dans les chambres réparties sur trois niveaux. A l’extérieur, sur chaque porte, est dessiné le portrait d’un lyonnais qui a marqué l’histoire culturelle, scientifique. A l’intérieur de chaque chambre, le mobilier contemporain est signé Stellar Works.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Si Fourvière Hôtel est un lieu magique, cela repose aussi sur son organisation autour du jardin du cloître, ce carré parfait de 700 m2 dessiné par les péristyles. Selon le temps et les saisons, on peut apprécier son calme, son harmonie depuis les espaces intérieurs en buvant un verre ou en déjeunant, à l’extérieur, depuis la terrasse présente à l’étage ou carrément en s’installant dans le jardin.

Tous les 3ème jeudis du mois, Fourvière Hôtel propose des concerts aux personnes extérieures à l’hôtel comme aux clients présents (la programmation de ces jeudis musicaux se trouve sur leur page Facebook) et j’y vois une excellente occasion de découvrir le cloître de nuit.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

C’est dans ce cadre magique que vous pouvez venir vous poser le temps d’un tea time à Fourvière Hôtel les vendredi-samedi-dimanche de 14h30 à 18h. Assise à l’une des tables du restaurant Les Téléphones, avec vue sur le jardin, j’ai découvert les douceurs du chef pâtissier Mathieu Masson. J’avais été séduite par l’originalité de ses propositions sucrées lors du Lyon Street Food Festival et j’étais curieuse de goûter ses pâtisseries.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Le tea time « Plaisirs gourmands » se compose de trois pâtisseries maison, d’une théière mariage frères ou un double expresso, d’un thé glacé ou d’une eau aromatisée création du bar Les collection (tarif 19 euros).

Les trois pâtisseries à la carte en ce moment sont un cruffin à la praline (un croisement entre le croissant et le muffin), un cake au chocolat Valrhona et une tarte valbonnaise (pâte sablée, compotée de figures, crème d’amandes).

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Si vous êtes très gourmand, vous avez la possibilité de prendre, en plus un dessert à la carte. Le plus dur sera de choisir parmi des intitulés qui m’ont mis l’eau à la bouche :

-religieuse au praliné
– Brownies cassis, mousse marron, meringue spéculoos, glace sarrasin grillé -Baba pain d’épices, poire pochée au vin rouge
-Sablé beurre salé, pomme confite et glace vanille macadamia/ caramel
-rectangle Azélia cacahuètes (en photo ci dessous)

tea time à Fourvière Hôtel

Verdict du tea time à Fourvière Hôtel ? En dehors du cadre qui, pour moi, fait totalement partie de ce moment gourmand qu’on s’offre, j’ai beaucoup apprécié l’équilibre des pâtisseries dégustées.

Quand je lis « pralines » dans un dessert, je m’attends à quelque chose de (trop) sucré et ce n’est pas du tout le cas ici.

Pour la mousse au chocolat du cake (cachée sous son joli dôme), le chef pâtissier a choisi un chocolat puissant, presque amer, ce qui permet de déguster un dessert gourmand visuellement mais peu sucré.

Même agréable surprise à la dégustation de la tarte valbonaise.

J’espère que les propositions du chef pâtissier vont suivre les saisons, cela me fera une belle occasion de revenir pour m’offrir une autre parenthèse hors du temps.

Tea time à Fourviere Hôtel
23 rue Roger Radisson
69005 Lyon

Merci à l’équipe de Fourvière Hôtel pour ce délicieux moment et pour leur accueil.

Retour en enfance chez Mercredi Biscuiterie

Mercredi Biscuiterie a ouvert il y a tout juste un an dans le quartier d’Aisnay à Lyon mais j’ai rencontré Thérèse avant qu’elle ouvre ce salon de thé cosy et aux douceurs d’enfance. Thérèse n’avait pas encore trouvé le lieu où elle régalerait les becs sucrés lyonnais mais elle a participé à un des goûters sweet gones sur le thème « Madeleine de Proust« . Elle avait présenté son Impoli, la version maison et sans additifs, colorants et autres ajouts du napolitain. L’Impoli avait conquis tous les palais par son goût, son moelleux, sa vraie ganache chocolat et son effet « retour en enfance » garanti.

Visite de Mercredi Biscuiterie

Je suis allée récemment à Mercredi Biscuiterie pour assister à un cours de photographie culinaire avec Laurent Abry (cf dernières photos de cet article). C’est le genre d’endroits où d’abord on ne sait pas où regarder, des biscuits de toutes sortes étant présentés près du comptoir puis dont on n’a pas envie de repartir car on s’y sent comme dans un cocon. Parfait pour les jours gris d’automne à venir et les jours froids de l’hiver !

mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie

Interview d’une entrepreneuse

Comme Thérèse est une jeune femme à la fois très sympathique, enthousiaste, douce et une entrepreneuse qui a mené à terme un beau projet dans le domaine gastronomique, j’ai eu envie de lui poser quelques questions :

1-Bonjour Thérèse, peux tu nous raconter ton parcours et comment l’idée de Mercredi Biscuiterie est née ?


Bonjour Virginie, Mercredi Biscuiterie est née d’un rêve d’enfant qui adorait jouer à la vendeuse et qui voulait un jour, faire des gâteaux et les vendre. Je crois avoir atteint mon but ^^, mais j’avoue être passée par mille et une idées avant de m’arrêter sur la plus évidente pour moi.
Pour en arriver là, j’ai notamment fait des études en école hôtelière suivies de quelques années en école de commerce. Puis j’ai étoffé mon expérience dans plusieurs restaurants avant de me sentir vraiment prête à me lancer pour l’aventure entrepreneuriale 😀 !

2-Peux tu nous présenter tes biscuits phare ? et plus généralement les biscuits présents dans ta boutique ? 

Difficile de choisir un biscuit phare, mais je dirai que celui qui séduit le plus de personnes est notre palmier, finement caramélisé, avec une petite pointe de cannelle et beaucoup de croustillant.

Ensuite, ce serait plutôt notre gâteau moelleux signature « l’Impoli », qui revisite le Napolitain de manière artisanale par sa confection et les matières premières utilisées.

Plus généralement, on retrouve dans la boutique une quinzaine de biscuits fins qui changent au gré des saisons. Chaque biscuit a sa propre personnalité que ce soit par son goût, sa texture et sa forme. Certains rappellent des grands classiques de la cours de récré comme le petit beurre au chocolat noir, les bi-choco, les dinosaures ou les granolas. D’autres sont plus intemporels comme les sablés viennois très beurrés, les tuiles aux amandes ou les meringues vanillées.

3-Après un an d’ouverture, est ce que l’aventure ressemble à ce que tu avais imaginé ? 

Un an après l’ouverture de Mercredi Biscuiterie, l’aventure est encore mieux que ce que j’avais imaginée. Ce n’est pas de tout repos, ni facile tout les jours, mais quel bonheur d’avoir réussi à créer en si peu de temps des liens forts et improbables avec autant de gens, qu’ils soient clients, commerçants, fournisseurs, blogueurs ou entrepreneurs. C’est une des plus belles aventures humaines de ma vie.

4-Des envies, des projets à venir ? 

Beaucoup de projets oui (comme la majorité des  d’entrepreneurs ^^) et des envies pleins la tête. La prochaine grosse étape sera de pouvoir vendre nos biscuits par correspondance dans toute la France. Mais c’est encore loin d’être lancé.
Dans un futur plus proche, je souhaite développer les prestations de Mercredi à l’extérieur sur des événements ou des mariages (comptoir à biscuits, traiteur en sucré et salé toujours au format biscuits et petits fours…)

Merci Thérèse, j’ai très envie de croquer dans un palmier maintenant !

mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie

Mercredi Biscuiterie
41 Rue Franklin
69002 Lyon
ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 19h et le dimanche de 11h à 18h
Vous pouvez aussi y déjeuner salé le midi

Lyon Street food festival version sucrée

Hier soir j’ai eu la chance de découvrir Lyon Street Food Festival juste avant l’ouverture officielle et j’avoue je suis tombée dans un espace temps au niveau du Sugar Hangar. Si je vous dis que c’est un espace dédié exclusivement à la street food sucrée, ça ne vous étonnera pas. Alors certaines choses étaient en cours d’installation, d’autres n’étaient pas encore là mais voici un premier aperçu de ce que vous pourrez déguster cette année coté sucré !

Le Mitchut ® par Le bistrot du Sucré

Le Bistrot du Potager est sans conteste un des mes restaurants préférés à Lyon alors quelle bonne nouvelle d’apprendre qu’il ouvre une nouvelle adresse spéciale becs sucrés ! Le Bistrot du Sucré sera situé au cœur du Food Traboule, le food court 100 % lyonnais qui ouvrira ses portes en fin d’année dans le Vieux Lyon.

Au menu, il proposera des desserts de cuisiniers à consommer sur place ou à emporter comme le riz au lait, tiramisu et mousse au chocolat servis à la cuillère, crème caramel, flan, tarte à partager.

La spécialité du Bistrot du sucré sera le Mitchut ® du Bistrot ! Il s’agit d’un dessert à composer selon ses envies à partir d’une brioche landaise réalisée par l’artisan Patrice Lubet à Hossegor et pressée façon gaufre. Ensuite il ne reste plus qu’à choisir son topping parmi les crémeux chocolat, fruits frais, granola et autres compotées !

Hier soir, Axel Ozier a préparé un Mitchut ® avec la fameuse brioche au rhum dite pastis landais (une brioche avec une texture dense dont le goût ne ressemble à rien de ce que j’ai pu goûter avant), un crémeux vanille chocolat blanc, un caramel cacahuètes et des cacahuètes caramélisées. Est ce que j’ai vraiment besoin de préciser que c’était très très bon ?

La tarte tropézienne version street food par Dorner Frères

Dorner Frères sont deux frères (comme son nom l’indique ): Gauthier (qui a travaillé à Signé Extrait) et Maxime Dorner, passionnés de pâtisserie. Fin octobre-début novembre, ils ouvriront une pâtisserie/salon de thé dans le 6ème arrondissement dans le quartier des Brotteaux avec une offre de pâtisseries classiques et 2 desserts dressées minute proposées pendant l’après-midi.

Pour Lyon Street Food Festival, ils ont imaginé une tropézienne façon street food avec une brioche feuilletée, une crème mousseline (super légère), un coulis de caramel. Ça croustille, ça fond, c’est gourmand et ça me donne très envie d’aller déguster leurs pâtisseries !

Le Gône praliné et le Banana Dog sauce yuzu des Téléphones

Autre nouvel invité du Sugar Hall : Le restaurant Les téléphones du magnifique Fourvière Hôtel . Sur leur stand, était présenté le Gône praliné composé d’un cornet ganache praliné et d’une boule de glace en trompe l’oeil qui est en réalité un chou praline rose avec un glaçage chocolat blanc curry.

Au menu également, le Banana Dog : un pain au lait avec un coulis de banane, meringue, sucre pétillant, sauce yuzu et craquelin de banane praliné.

Scoop ! J’ai eu l’occasion de discuter avec le chef pâtissier du restaurant Les téléphones, Mathieu Masson et j’ai appris que depuis 3 mois, Fourvière Hôtel propose un tea time les vendredis, samedis et dimanches de 14h30 à 18h.


Actuellement ce tea time comprend une viennoiserie à la praline rose, une tarte crème d’amandes myrtilles et un cake chocolat noisettes. Il est possible d’ajouter à cette formule de base un des desserts à l’assiette de la carte du restaurant Les téléphones.

Autant vous dire que je vais tester ce tea time très vite !

Les petits choux des Éclaireurs Pâtissiers

Encore une belle histoire de frères : celle de Romain et Guillaume Luyat qui proposent éclairs salés et sucrés à la Commune (j’ai honte mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds !) .

Très bonne nouvelle : Les Éclaireurs Pâtissiers vont ouvrir une boutique courant novembre tout près des terreaux . Ce sera pour moi l’occasion de goûter leur éclair matcha framboise, le chocolat intense (garni d’une mousse au chocolat noir et enrobé d’une fine couche de chocolat croquant avec éclats de noisettes ), leur éclair praline rose (visiblement bien moins sucré qu’on ne l’imagine) ou celui qui m’intrigue le plus l’éclair Baïteul avec un crémeux herbe de Padan, de la mangue et de la feuilletine.

Pendant Lyon Street Food Festival, Les Éclaireurs Pâtissiers seront présents samedi et dimanche et proposeront une assiette dégustation avec 3 choux, de la chantilly et le topping de votre choix.

Les autres chefs présents

Sont également présents :

-la maison Bouillet avec le hot sand, un croque sucré au praliné ou caramel au beurre salé et un bar à mousse avec une mousse yuzu, un coulis framboises et des perles croustillantes framboises

-la maison Bernachon et leurs cookies chocolat au lait noisettes / chocolat noir noix de pécan (et la présence de Vincent Guerlais vendredi)

-Unico avec son bar à esquimaux personnalisables et son petit frère Fresco Glacier (samedi et dimanche) avec un bar à sundae

-Ikone et son bar à chocolat

-Glaces Glazed avec des gaufres de liège à la fleur d’oranger et 10 parfums de glaces

correctif par rapport à la photo : le chef du restaurant Les téléphones est Fabien Guillaume

Voilà je crois qu’il y a de quoi régaler les amateurs de desserts et pour la partie salée, je vous invite à aller voir la programmation détaillée, avec les chefs présents, les 4 pays à l’honneur, les ateliers proposés sur le site officiel de Lyon Street Food Festival.

Pin It