Tag

angleterre

Browsing

J’aurais pu choisir de lire Passé imparfait à cause de son auteur, Julian Fellowes, auteur de la série Dowton Abbey mais je ne l’ai pas vue. Je me suis laissée convaincre par le chapeau, par les qualificatifs utilisées pour parler de ce roman (« drôle, poignant, fascinant et bouleversant »..après un tel déluge de compliments, il avait intérêt d’être à la hauteur) et aussi par la maison d’édition Sonatine.

Au début du roman, le narrateur retrouve, dans un manoir de la campagne anglaise, Damien Baxter dont il n’a plus eu de nouvelles depuis près de 40 ans et qu’il déteste depuis un événement survenu au Portugal en 1970 (bien entendu, le lecteur en saura plus sur ce mystère après avoir déjà bien avancé dans la lecture). Damien Baxter est à l’article de la mort, il a reçu une lettre l’informant qu’il est le père d’un enfant de 20 ans. Il demande à son ancien ami de partir à la recherche des 6 jeunes filles que les deux hommes ont fréquenté entre 1968 et 1970 à Londres afin d’en savoir plus sur  son éventuel héritier.

L’enquête permet de dresser le portrait de l’aristocratie anglaise dans les années 60, un milieu social totalement déboussolé face à la révolution que connait alors la société. Le narrateur, chapitre après chapitre, revoit les personnes avec qui il a passé une partie de sa jeunesse et parmi elles, Serena dont il était fou amoureux (a-t-il d’ailleurs cessé de l’être un jour ?). Au fur et à mesure que ses recherches avancent et que l’état de santé de Damien décline, le narrateur est confronté de plein fouet au temps qui passe à travers les vies présentes de ses amis, bien différentes des rêves d’autrefois.

Entre réceptions somptueuses et soirées costumées, intrigues amoureuses et rivalités, Julian Fellowes décrit l’aristocratie anglaise avec un sens du détail qu’il n’a pas puisé dans les livres mais probablement dans ses souvenirs personnels, lui même étant issu de ce milieu. Derrière son humour british, on sent chez l’auteur une certaine nostalgie pour cette époque voire même dans certains passages une tendance au « c’était mieux avant » qui a pu légèrement m’agacer.

Damien Baxter découvrira-t-il avant de mourir, s’il est père et de qui ? comment le narrateur vivra t-il ses retrouvailles avec Serena ? que s’est t il passé au Portugal de si irrémédiable pour que le narrateur coupe définitivement les ponts avec celui qui était son ami ? …Passé imparfait est construit de manière assez habile pour donner les réponses au fur et à mesure et ménager le suspense. C’est aussi une photographie de l’aristocratie nuancée (même si sans concession) et  le portrait attachant d’un homme.

97286821_o

Bref si vous cherchez un roman anglais drôle et intelligent, traversez la manche avec Passé imparfait !

crédit photo : les inrocks

J’ai des idées saugrenues parfois : je rêve de partir pour un tour du monde spécial bec sucré avec pour chacune des destinations un carnet d’adresses de pâtisseries, salons de thé, boutiques, épicerie fines et restos réputés pour leurs desserts à tester. Pour éliminer toutes ses calories, je mettrais au programme un maximum de randonnées pour revenir avec des milliers de photos à partager.

Comme j’ai un gros faible pour les douceurs anglaises et américaines, je me suis dit qu’idéalement ce World Sweet Tour commencerait par la Grande Bretagne et j’ai déjà planché sur le circuit et les différentes étapes…vous me suivez ?

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » ] Le gâteau au chocolat du Rose garden cafe à Holkham Beach[/typography]

Située sur la côte du Norfolk, la plage de Holkham offre des kilomètres de sable fin, de criques et de prés salés. J’ai un peu de mal à croire qu’on s’y balade en short et en tee-shirt comme les enfants sur la photo ci dessus mais s’il fait froid, il doit être d’autant plus appréciable d’aller déguster une part de chocolate cake au Rose Garden café.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » ] Un brunch à l’Urban Angel à Edimbourgh [/typography]

Parce que j’aime les kilts, la vue sur la ville depuis le château, parce que je n’avais pas suivi le Ghost tour dans les ruelles à la nuit tombée pour avoir quelques frayeurs, pour ses pubs, sa plage à 5 km seulement du centre ville et parce qu’il existe un Eat Walk Edinburgh, l’étape suivante sera la capitale écossaise avec un brunch à l‘Urban Angel avec ses breakfast roll et ses homemade tattie scones.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » ] Un sally lunn bunn à Bath [/typography]

Bath est LA ville de Jane Austen mais aussi la seule ville au Royaume-Uni à figurer dans son intégralité au patrimoine mondial de l’Unesco.  J’irai visiter les bains romains et la Pump Room, une abbaye du 15ème siècle, je passerai par le Jane Austen Center et son salon de thé pour m’acheter un mug « I love Darcy » puis j’irai goûter au Sally Lunn Bunn dans la boutique du même nom.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px »] Des Cornish fudge dans les Cornouailles [/typography]

Paysages côtiers à couper le souffle, villages de pêcheurs pittoresques, beauté des landes, les Cornouailles ont de gros atouts pour me plaire. Il parait en plus qu’on y trouve les meilleurs fudge de Grande Bretagne, ces petits carrés fondants au caramel ou au chocolat, à la boutique Buttermilk shop par exemple.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » ] Tea time et cheesecake à Londres [/typography]

Impossible d’aller en Grande-Bretagne sans séjourner quelques jours à Londres d’autant plus que les adresses gourmandes ne manquent pas là-bas. Il parait que le meilleur cheesecake de la ville se trouve à Hummingbird bakery mais les gâteaux de Peyton et Byrne n’ont pas l’air mal non plus. Quant au tea time, un seul séjour londonien parait insuffisant :comment choisir entre celui du Chelsea riverside, celui du Kensington Hôtel , celui du Sketch ou ceux conseillés et à réserver sur Visit Britain.

Il ne me reste plus qu’à trouver un donateur ….)

Et vous, des adresses gourmandes à conseiller en Grande Bretagne ?

 crédits photos ; Visit England; Rose Garden Cafe; Sketch

(Anne-LaureT je te laisse choisir où on se retrouve ))

Lors de mon premier séjour en Angleterre, voulant engager la conversation sur des choses relativement simples côté vocabulaire avec ma famille d’accueil, j’ai demandé au père de ma correspondante si eux, les anglais, ils mangeaient vraiment de la jelly (ou si c’était un truc qu’on disait aux Français pour caricaturer les rosbeefs).

Ni une, ni deux, il m’a entraîné avec lui dans la cuisine, a sorti une sachet type préparation toute prête et nous voilà en train de préparer pour le soir même le dessert fluorescent et tremblotant que le monde entier leur envie. Il était très enthousiaste alors quand il m’a servi une cuillère puis une autre, je n’ai pas osé casser son bel élan….pouah que c’était sucré et en même temps sans goût identifiable.

Ça ne m’a pas empêché de pleurer le jour où Mark et Spencer a fermé ses portes à Lyon. Les scones, le lemond curd, les chips au vinaigre, les mince pie, les jacket potatoes, la bouffe anglaise moi j’aime ça. Alors quand je suis passée par hasard devant une épicerie anglaise qui vient juste d’ouvrir ses portes, forcément je suis rentrée.

Que des choses pas caloriques bien-sûr…

Voilà ce que cela me fait le London virus, et toi? (gagne deux allers-retours Lyon-Londres en jouant jusqu’au 9 novembre 2010

Tu as déjà mangé quelque chose dont tu ne raffoles pas juste pour être poli(e) ?*

Edit 1 : mes envies de desserts anglais

J’ai envie de changer de métier, notre loyer est trop cher, nos voisins sont antipathiques, les enfants sont encore petits alors c’est décidé on part vivre ailleurs !!


Ailleurs, ailleurs mais où ? a demandé l’homme (sa préoccupation principale étant de savoir s’il pourrait continuer à se procurer sa dose quotidienne de presse française) ?


Partons en Angleterre ais-je lancé …j’interrogerai les hommes dans la rue prétextant une étude ethnographique sur l’accent des anglais quand ils parlent français, je m’offrirai un faux trench Burberry, j’aurai une collection de chapeaux de pluie, l’été on passera nos vacances dans les Cornouailles ou en Bretagne, on partira en week-end en Irlande ou en Ecosse, on aura une maison avec des bow-windows et de la moquette partout, nos enfants seront bilingues et auront le sens de l’humour façon british

Tu réaliseras très vite que les anglais sont moches et que Jude Law est une exception, tu seras déprimée après 3 jours de pluie, tu pesteras contre les tâches sur la moquette et nous serons obligés de revenir en France pour faire soigner nos enfants étant donné le système de santé anglais a répondu l’homme

Bon alors partons en Espagne..j’apprendrai à danser le flamenco, nous irons en amoureux en Andalousie, j’interrogerai les hommes dans la rue prétextant une étude ethnographique sur l’accent des espagnols parlant français, nous nous coucherons à point d’heure, tu feras la paëlla comme un dieu…

Je te rappelle que j’ai fait Allemand seconde langue, que je n’aime pas les fruits de mer et que tous les espagnols ne ressemblent pas à Gaël Garcia Bernal a rétorqué l’homme de plus en plus rabat-joie

Oublie l’Angleterre, oublie l’Espagne, si on partait s’installer en Italie ? tu mangeras des pâtes autant que tu voudras, tu croiseras tous les jours des femmes très élégantes, nous découvrirons Rome, Florence, la Toscane, Capri…et je fantasmerai sur l’accent italien…

Tu oublies un petit détail :Berlusconi ! m’asséna-t-il

(en fait je ne connais de beau portugais alors…)

Alors faisons nos bagages pour Lisbonne, la ville aux 7 collines, aux pastéis de nata, la ville au micro-climat…le samedi soir on ira écouter du fado et boire de la sangria…le dimanche on partira pique-niquer au bord de la mer…

Bien entendu l’homme a encore trouvé des contre-arguments (le fado à haute dose risquait de rendre nos enfants dépressifs) et j’ai compris qu’il était vain de chercher ailleurs le bonheur qu’on a parfois juste devant soi…

Edit 1 : dans la vraie vie, l’homme n’est ni franchouillard ni pantouflard….je profite juste de ce blog pour me donner le beau rôle )

Ceci est un billet pour Aude sur le thème Vivre ailleurs

Je bois beaucoup, souvent, seule…du thé ! Vert, noir, parfumé, épicé, provenant de Mariage frères, du palais des thés, de Betjeman and Barton qu’importe le flacon pourvu que j’ai provision de ce chaud breuvage qui m’aidera à passer l’automne et l’hiver.

Même si je ne suis pas une puriste, je préfère le thé en vrac qu’en sachet et toute la cérémonie qui va avec : entendre siffler la bouilloire, plonger mon nez dans une des petites boîtes en métal, attendre que le thé s’infuse et diffuse son odeur dans la maison, écouter le liquide couler dans un de mes mugs.

J’aime poser mes mains autour de la tasse bien chaude…je repense aux salons de thé anglais, leur napperon, leur vaisselle fleurie, leurs scones et leur clutted cream…je m’évade jusqu’au petit patio de la mosquée de Paris dans lequel j’ai bu souvent des thés à la menthe très sucrés en galante compagnie…

Mais ciel, voilà que ma théière se mit à fuir….heureusement belle-maman, à l’oreille affûtée, m’en offrit une nouvelle avec noix incorporée !


Me voilà parée pour affronter les plus grands froids…chez moi )

Et toi, quelle est ta boisson chaude préférée?

Ceci est ma participation au défi photo de Virginie B.


Ce matin j’ai bu quelques gorgées de thé anglais (avant que mes remontées acides ne se rappellent à mon bon souvenir) accompagnées de pains de mie grillés et tartinés de lemon curd….hum délicieux ! j’ai même cru entendre les cloches de Big Ben au loin et je me suis attendue à voir couler la tamise en bas de mon balcon…l’homme lui  était heureux que j ‘ai renoncé aux nombreuses sollicitations de Jude, Hugh, Collin et les autres

Un grand merci à Manu pour ce petit moment d’exotisme sans traverser la manche !!

Edit 1 : si toi aussi, tu aimes les concours, tu as jusqu’à demain midi pour gagner une soirée avec Marc Lavoine


Pin It