3 romans français, 3 portraits

 Un homme, énarque le jour et fêtard la nuit, une jeune fille particulièrement libre par rapport à son époque, une femme qui passe une partie de sa vie au service des autres et qui m’a donné envie de partir en Bolivie, hasard ou choix inconscient, les 3 derniers romans français que j’ai lus sont tous les trois des portraits.

Richie de Raphaëlle Bacqué

Si j’ai eu envie de lire Richie qui raconte le parcours professionnel et la vie de Richard Descoing, directeur de Sciences Po Paris, c’est probablement parce que je suis une ancienne élève de Sciences Po (Grenoble) et parce que sa mort a participé à la « légende » du personnage (on l’a retrouvé nu dans une chambre d’hôtel à New York alors que son ordinateur portable avait été balancé par la fenêtre). Avant le livre, j’en avais surtout entendu parler quand il a plus que bousculé cette grande école, antichambre de l’élite de l’État dans laquelle se retrouvent tous les fils et filles de …(surtout vrai pour Paris même si à Grenoble la mixité sociale était très très réduite et qu’il y avait je pense très peu d’enfants d’ouvriers et quelques enfants de classe moyenne dont je faisais partie ) en l’ouvrant au ZEP.
Très loin de l’hagiographie alors que l’homme était quasiment un demi-dieu pour bon nombre d’élèves, Raphaëlle Bacqué a mené l’enquête et dresse un portrait qui n’épargne pas de cet homme complexe qui a réuni, lors de son enterrement, son épouse et son compagnon mais aussi ministres, patrons et hauts fonctionnaires.

Ce cœur changeant d’Agnès Desarthe

D’Agnès Desarthe, j’avais beaucoup aimé Mangez-moi, peut-être parce que cela parlait de cuisine et puis je m’étais ennuyée avec son livre sur son rapport à la lecture. Avec Ce cœur changeant, vers emprunté à Apollinaire, on suit la trajectoire de Rose, née au Danemark, qui arrive seule à Paris en 1909 avec le souhait de vivre de nouvelles aventures après avoir connu plusieurs pays et continents grâce à son père militaire. J’ai savouré les premiers chapitres du livre : le portrait de sa mère séductrice, son enfance et sa relation si forte avec sa nounou Zeleda, son arrivée à la capitale et ses premières rencontres, les flashbacks dans son passé. Après, je ne sais pas vraiment pourquoi mais cela m’a moins passionné jusqu’à la scène très forte où infirmière pendant la guerre, elle retrouve son père mutilé et blessé avant qu’il ne rende son dernier souffle. Roman d’apprentissage, portrait d’une femme qui ne baisse jamais la tête et les bras, fresque familiale, Ce cœur changeant est tout ça à la fois, pourtant je n’ai pas été emportée par sa veine romanesque….peut-être juste un rendez vous manqué.

Sœurs de miséricorde de Colombe Schneck

Encore un portrait de femme forte mais qui cette fois m’a vraiment touché, ému peut-être parce qu’il est contemporain, peut-être parce que j’ai ressenti dans le style de Colombe Schneck, une véritable empathie pour tous ses personnages. Sur la Bolovie où se déroule l’histoire, pas loin de Santa Cruz, je ne connaissais quasi rien et j’ai pris beaucoup de plaisir à rentrer dans le quotidien d’une famille dont la seule richesse est le jardin luxuriant puis à suivre le destin d’Azul. Je me suis imaginée à la place de cette femme, obligée de laisser derrière elle ses enfants pour aller travailler comme domestique en Europe. Jamais misérabiliste mais plein d’humanité, Soeurs de miséricorde est vraiment mon coup de cœur parmi ces 3 romans français.

 Edit de 9h20 : Arwen du blog Chiffons and Co m’accueille aujourd’hui dans sa nouvelle rubrique « Une vie, un job », l’occasion pour moi de parler de ce que je fais dans la vie …à part manger des gâteaux : )

8 commentaires
  • Pivoine
    octobre 12, 2015
    J’aime bien tes avis sur les livres, tu en parles bien et à chaque fois tu me donnes envie.
    Richie est sur ma liste de souhaits et colombe schneck ma foi ça fait un moment que j’en entends parler en bien, je la glisse aussi dans la liste de mes envies (ahahah).
    Par contre Agnès Desarthe, je ne sais pas de quoi ça vient, je bloque.
  • Virginie B
    octobre 12, 2015
    j’aime toujours autant tes billets « c’est un beau roman !!! »
  • lizagrèce
    octobre 13, 2015
    Je m’étais déjà ennuyée à la lecture de « Mangez-moi ».
    • chocoladdict
      octobre 14, 2015
      alors peut-être que celui là t’ennuierait encore plus ! (ou pas )
  • Travelling Foodista
    octobre 15, 2015
    Trop drôle : ex scPo Grenoble aussi ! On doit avoir quelques souvenirs de profs en commun!
    • chocoladdict
      octobre 20, 2015
      oh c’est vrai ? il faudra qu’on en parle si on arrive à se rencontrer autour d’une pâtisserie !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *