Portrait d’un (vieux) con

Pourquoi s’infliger la compagnie de personnage aussi désagréable, imbus de lui-même, cynique que ne l’est Romain Ruyssen, le « héros » du dernier roman de Nicolas Fargues Au pays du p’tit ? Je n’ai cessé de me poser la question en avançant dans ma lecture. Ce genre de personnage, si je le rencontrais en vrai, aussi séduisant soit-il (car à priori il doit être vraiment irrésistible pour que les femmes se pâment autant devant lui alors qu’il est aussi puant), je le fuirais il me semble mais là je n’ai pas reposé le livre. Malgré mon agacement, je n’ai pas abandonné. J’espérais sûrement qu’il soit touchant à un moment ou à un autre, j’espérais peut-être entrapercevoir une faille ou avoir une once d’empathie pour lui mais ce moment n’est pas venu.

Si je n’ai pas abandonné le livre, c’est sûrement parce que j’ai lu avec plaisir plusieurs livres de Nicolas Fargues (en particulier J’étais derrière toi) et sûrement parce que sa plume, son écriture sont toujours là. Pour le reste, le portrait de ce type, revenu de tout, qui regarde avec dégoût sa femme de 40 ans et s’envoie en l’air avec des jeunes femmes de 20 ans en étant spectateur de lui même 24h sur 24h y compris au lit (où bien entendu il est un super amant, faisant forcément découvrir à sa partenaire des choses qu’elle ne soupçonnait pas) et qui dresse de la France un portrait quasi apocalyptique (dans la veine tout est mieux ailleurs), m’a profondément tapé sur les nerfs.

J’ai eu l’impression que Nicolas Fargues passait du feutre à la mine épaisse sur les contours d’un personnage déjà présent dans ces précédents livres mais que le trait était vraiment grossier. Y-a-t-il des hommes aussi calculateurs avec les femmes, des hommes tellement centrés sur eux mêmes que personne d’autre ne les intéresse ? Pourvu que l’auteur ne soit pas aussi aigri dans la vie et qu’il ne s’agisse que de fiction sinon il risque de trouver le reste de son chemin particulièrement désespérant et long.

(challenge 1% de la rentrée littéraire 2015)

6 commentaires
  • Ma'
    septembre 13, 2015
    Ouh là, on le sent bien comment tu l’as détesté ce héros !!! Du coup, ça ne me donne pas envie de lire le livre 😉
    • chocoladdict
      septembre 14, 2015
      ça se comprend, d’habitude je ne partage pas les livres que je n’ai pas aimés mais là comme il a eu de bonnes critiques ailleurs, ça me dérange moins : )
  • Alice
    septembre 13, 2015
    Je ne suis pas fan des anti-heros… surtout si ceux ci véhiculent des valeurs négatives.
    Je préfère les loosers, genre Vernon Subutex!
    • chocoladdict
      septembre 14, 2015
      je n’ai pas lu Vernon Subutex (mais je le note sur mon longue liste) …j’aime bien aussi les loosers qui font preuve d’auto dérision à la Woody Allen
  • anyuka
    septembre 14, 2015
    Il y a des héros qu’on adore détester… mais pas celui-là visiblement, alors je ne partirai pas à sa rencontre ^^
    Comme toi je vais toujours au bout des livres, même ceux qui me rebutent, dans l’espoir d’y trouver en fin de compte un petit quelque chose d’intéressant….
    • chocoladdict
      septembre 14, 2015
      en même temps, je n’ai pas trop de mal à abandonner un livre qui m’ennuie, là ce n’était pas le cas

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *