C'est un beau roman

D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Quand on a beaucoup aimé le livre d’un auteur, on se demande en découvrant le suivant s’il sera aussi réussi, abouti. Cette interrogation, l’écrivain se la pose aussi, d’autant plus après un roman comme Rien ne s’oppose à la nuit, salué unanimement par la presse et par le public, traduit dans plusieurs langues et vendu à plus de 260 000 exemplaires. A Delphine de Vigan, on a donc posé maintes fois la question de l’après, tellement posé qu’elle en a fait le point de départ de son dernier roman, D’après une histoire vraie.

Delphine, l’héroïne (son double suppose-t-on), suite au succès, se trouve incapable d’écrire quoique ce soit.

Quelques mois après la parution de mon dernier roman, j’ai cessé d’écrire. Pendant presque trois années, je n’ai pas écrit une ligne.

Elle rencontre alors, lors d’une soirée L., une femme troublante, qui va prendre de plus en plus de place dans sa vie. Une relation amicale qui, peu à peu, nous trouble et tourne à l’emprise de l’une sur l’autre, à la prise de pouvoir. Impossible d’en dire plus sans briser le suspense que Delphine de Vigan distille savamment page après page, construisant son récit comme un thriller psychologique.

Parce que le livre ressemble dans certains passages à une autofiction :

J’ai été une enfant et une jeune fille d’une grande timidité mais, aussi loin que je me souvienne, ce handicap se manifestait avant tout face au groupe (c’est à dire dès lors que j’avais affaire à plus de 3 ou 4 personnes à la fois. […] En revanche, dès le plus jeune âge, il me semble avoir fait preuve aisance dans le face à face, le tête à tête et d’une véritable capacité à rencontrer l’Autre, dès lors qu’il prenait la forme d’un individu et non d’un groupe, à me lier à lui.

Parce que Delphine de Vigan évoque avec tellement de justesse des moments de sa vie comme le départ de la maison des enfants, qu’elle ne peut que les avoir vécus songe-t-on :

Une période de ma vie venait de se terminer, cela s’était fait de manière naturelle et joyeuse, sans heurts, cela était dans l’ordre des choses et pourtant cela me trouait le ventre. Dans les chambres vides, les lits étaient faits, les livres bien alignés, les placards fermés. Un ou deux objets étaient déplacés, un vêtement était resté accroché au dos d’une chaise, j’observais ce faux désordre, semblable à ceux qu’on découvre dans des catalogues pour meubles ou les magazines de décoration qui ne se ressemble qu’à ce qu’il est : un simulacre ridicule, une représentation factice de la vie. J’avais envie de pleurer.

Parce qu’elle évoque François Bunuel comme son compagnon et qu’il l’est vraiment dans la vie, parce qu’elle s’amuse à mélanger fiction et réalité, forcément on aimerait savoir la part de « vérité » dans cette histoire. L. a-t-elle vraiment existé ? Delphine de Vigan a -t-elle vraiment été face à cette impossibilité d’écrire ?

Ce roman est à la fois un portrait touchant de Delphine de Vigan (dont je me suis sentie proche dans de nombreux passages..à propos des albums photos, elle écrit « ils sont l’épicentre de ma nostalgie, un écrin fragile au coeur de ma mémoire. Souvent lorsque je les ouvre, je me dis que j’aimerais savoir écrire cela, ce temps révolu dont l’image est le témoin à la fois si précis et si impuissant »), une réflexion passionnante sur le travail d’écriture, l’inspiration, le réel et un thriller qu’on n’a plus envie de lâcher tant on a envie de connaitre la fin.

D’après une histoire vraie est aussi brillant par sa capacité à décrire des sensations et à jouer avec le lecteur semant les indices et les références de livres ou de film.

Incroyablement riche et jubilatoire !

je rempile pour la ?? année au challenge de la rentrée littéraire 2015 mis en place par Délivrer des Livres

 logo2015

10 Comments

  1. C’est réellement le livre que j’attends le plus en cette rentrée littéraire, plus par son sujet que par son auteure, j’ai hâte, hâte, hâte, encore plus après t’avoir lue !
    • le sujet est passionnant et il y a d’autres thèmes aussi très intéressants comme la place de la littérature face au succès des séries
  2. Delphine de Vigan est un de mes auteurs favori et « Rien ne s’oppose à la nuit » m’a beaucoup marquée. J’attends d’avoir le temps de foncer chercher ce nouveau roman et j’espère aussi ne pas être déçue ! Merci pour cette critique !
  3. S’il y a bien un livre qui me tente vraiment dans cette rentrée littéraire, c’est bien celui-ci! Plus j’en entends parler, plus j’ai envie de le découvrir!
  4. J’en ai aimé plusieurs de l’auteur. Et celui-ci je ne l’ai pas encore lu, il figure dans ceux que j’aimerai lire, je vais donc, sur tes bons conseils, me presser de l’acheter !
  5. C’est le deuxième avis très positif que je lis, cela attise d’autant plus ma curiosité sur ce livre et cette auteure!
  6. Pingback: » Recap #5Rentrée Littéraire 2015

Write A Comment

Pin It