Tag

festival

Browsing

Lyon Street food festival version sucrée

Hier soir j’ai eu la chance de découvrir Lyon Street Food Festival juste avant l’ouverture officielle et j’avoue je suis tombée dans un espace temps au niveau du Sugar Hangar. Si je vous dis que c’est un espace dédié exclusivement à la street food sucrée, ça ne vous étonnera pas. Alors certaines choses étaient en cours d’installation, d’autres n’étaient pas encore là mais voici un premier aperçu de ce que vous pourrez déguster cette année coté sucré !

Le Mitchut ® par Le bistrot du Sucré

Le Bistrot du Potager est sans conteste un des mes restaurants préférés à Lyon alors quelle bonne nouvelle d’apprendre qu’il ouvre une nouvelle adresse spéciale becs sucrés ! Le Bistrot du Sucré sera situé au cœur du Food Traboule, le food court 100 % lyonnais qui ouvrira ses portes en fin d’année dans le Vieux Lyon.

Au menu, il proposera des desserts de cuisiniers à consommer sur place ou à emporter comme le riz au lait, tiramisu et mousse au chocolat servis à la cuillère, crème caramel, flan, tarte à partager.

La spécialité du Bistrot du sucré sera le Mitchut ® du Bistrot ! Il s’agit d’un dessert à composer selon ses envies à partir d’une brioche landaise réalisée par l’artisan Patrice Lubet à Hossegor et pressée façon gaufre. Ensuite il ne reste plus qu’à choisir son topping parmi les crémeux chocolat, fruits frais, granola et autres compotées !

Hier soir, Axel Ozier a préparé un Mitchut ® avec la fameuse brioche au rhum dite pastis landais (une brioche avec une texture dense dont le goût ne ressemble à rien de ce que j’ai pu goûter avant), un crémeux vanille chocolat blanc, un caramel cacahuètes et des cacahuètes caramélisées. Est ce que j’ai vraiment besoin de préciser que c’était très très bon ?

La tarte tropézienne version street food par Dorner Frères

Dorner Frères sont deux frères (comme son nom l’indique ): Gauthier (qui a travaillé à Signé Extrait) et Maxime Dorner, passionnés de pâtisserie. Fin octobre-début novembre, ils ouvriront une pâtisserie/salon de thé dans le 6ème arrondissement dans le quartier des Brotteaux avec une offre de pâtisseries classiques et 2 desserts dressées minute proposées pendant l’après-midi.

Pour Lyon Street Food Festival, ils ont imaginé une tropézienne façon street food avec une brioche feuilletée, une crème mousseline (super légère), un coulis de caramel. Ça croustille, ça fond, c’est gourmand et ça me donne très envie d’aller déguster leurs pâtisseries !

Le Gône praliné et le Banana Dog sauce yuzu des Téléphones

Autre nouvel invité du Sugar Hall : Le restaurant Les téléphones du magnifique Fourvière Hôtel . Sur leur stand, était présenté le Gône praliné composé d’un cornet ganache praliné et d’une boule de glace en trompe l’oeil qui est en réalité un chou praline rose avec un glaçage chocolat blanc curry.

Au menu également, le Banana Dog : un pain au lait avec un coulis de banane, meringue, sucre pétillant, sauce yuzu et craquelin de banane praliné.

Scoop ! J’ai eu l’occasion de discuter avec le chef pâtissier du restaurant Les téléphones, Mathieu Masson et j’ai appris que depuis 3 mois, Fourvière Hôtel propose un tea time les vendredis, samedis et dimanches de 14h30 à 18h.


Actuellement ce tea time comprend une viennoiserie à la praline rose, une tarte crème d’amandes myrtilles et un cake chocolat noisettes. Il est possible d’ajouter à cette formule de base un des desserts à l’assiette de la carte du restaurant Les téléphones.

Autant vous dire que je vais tester ce tea time très vite !

Les petits choux des Éclaireurs Pâtissiers

Encore une belle histoire de frères : celle de Romain et Guillaume Luyat qui proposent éclairs salés et sucrés à la Commune (j’ai honte mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds !) .

Très bonne nouvelle : Les Éclaireurs Pâtissiers vont ouvrir une boutique courant novembre tout près des terreaux . Ce sera pour moi l’occasion de goûter leur éclair matcha framboise, le chocolat intense (garni d’une mousse au chocolat noir et enrobé d’une fine couche de chocolat croquant avec éclats de noisettes ), leur éclair praline rose (visiblement bien moins sucré qu’on ne l’imagine) ou celui qui m’intrigue le plus l’éclair Baïteul avec un crémeux herbe de Padan, de la mangue et de la feuilletine.

Pendant Lyon Street Food Festival, Les Éclaireurs Pâtissiers seront présents samedi et dimanche et proposeront une assiette dégustation avec 3 choux, de la chantilly et le topping de votre choix.

Les autres chefs présents

Sont également présents :

-la maison Bouillet avec le hot sand, un croque sucré au praliné ou caramel au beurre salé et un bar à mousse avec une mousse yuzu, un coulis framboises et des perles croustillantes framboises

-la maison Bernachon et leurs cookies chocolat au lait noisettes / chocolat noir noix de pécan (et la présence de Vincent Guerlais vendredi)

-Unico avec son bar à esquimaux personnalisables et son petit frère Fresco Glacier (samedi et dimanche) avec un bar à sundae

-Ikone et son bar à chocolat

-Glaces Glazed avec des gaufres de liège à la fleur d’oranger et 10 parfums de glaces

correctif par rapport à la photo : le chef du restaurant Les téléphones est Fabien Guillaume

Voilà je crois qu’il y a de quoi régaler les amateurs de desserts et pour la partie salée, je vous invite à aller voir la programmation détaillée, avec les chefs présents, les 4 pays à l’honneur, les ateliers proposés sur le site officiel de Lyon Street Food Festival.

100% Lyonnais

Vous avez passé un bon week-end ? J’avais envie de me lancer dans un fraisier et cela s’est terminé par une mousse au chocolat (#cherchezlerreur), j’ai bien avancé la saison 2 de The Affair et après avoir été assez embrouillée par la construction des premiers épisodes, j’ai maintenant du mal à décrocher. J’ai aussi vu un documentaire qui sortira en salle le 5 juillet prochain intitulé A la recherche des femmes chefs. Si celles ci sont de manière générale, peu médiatisées et peu mises en avant (car probablement moins enclines à faire parler d’elles), elles sont très nombreuses en cuisine et à travers le monde, comme le montre ce documentaire. La séquence consacrée à Anne-Sophie Pic m’a terriblement donné envie d’aller dîner chez elle (bon va falloir économiser) mais j’aurais aimé qu’on voit un peu plus de femmes chefs pâtissières.

Je n’aime pas me la jouer « c’était mieux avant », n’empêche que Roland-Garros c’était quand même vachement mieux quand c’était Agassi, Brugera, Felder, Edberg, Curtain, Chang non ? A l’époque je ne manquais pas un match. Là j’ai tenté de regarder la finale et j’ai trouvé cela tellement ennuyeux.

A part cela, cette semaine j’ai découvert :

La vitrine gourmande de La Fabriq

La particularité de la boutique de créateurs La Fabriq ? 5 fois par an la vitrine est entièrement décorée sur un thème précis (et tout est « fait maison »). Très récemment, elle s’est mise au diapason estivale avec des glaces en veux-tu en voilà …et forcément cela plait à la gourmande que je suis. Vous avez vu les jolies petites broches en forme de glace ? Il y a plein d’autres dans la boutique (gros penchant pour la pastèque et la fraise) et à un prix que je trouve très raisonnable. Bref si vous aimez autant les bijoux fantaisie que moi, si vous cherchez une idée de cadeau original sans vous ruiner, je trouve que c’est une chouette adresse située montée de la Grande-Côte ! (et je viens de découvrir en regardant leur site, que des ateliers sont organisés les samedis matins, celui pour fabriquer un bracelet manchette m’aurait bien plu ).

 

 

Baguette à bicyclette

Parmi les plaisirs du week-end, en pole position se trouve celui de pouvoir prendre tout mon temps pour petit déjeuner tranquillement et sur la terrasse (encore à l’ombre et au frais le matin). Cerise sur le gâteau, Baguette à Bicyclette, une start-up lyonnaise qui existe depuis 3 mois, est venue me livrer pain et viennoiseries* à domicile.

Le fonctionnement est très simple : il suffit de se connecter au site Baguette à Bicyclette, de passer sa commande (pain frais et viennoiseries issus d’artisans boulangers lyonnais) sans minimum de commande et choisir le créneau horaire qui vous convient et ensuite vous êtes livrés chez vous à bicyclette. La livraison s’effectue 7j/7 de 6h45 à 9h en semaine et jusqu’à 10h le dimanche dans Lyon et à Villeurbanne. Le paiement se fait à la livraison.

J’ai testé ce service ce week-end mais c’est peut-être plus pertinent en semaine quand on n’a pas vraiment le temps de courir jusqu’à la boulangerie la meilleure de son quartier (qui n’est pas forcément celle qui est la plus proche de chez soi) et qu’on a envie de pain frais (oui on peut congeler le pain mais pour moi, rien ne vaut du pain frais).

 

Lyon BD festival et quelques auteurs chouchou pour vous mettre à la BD

Ce week-end Lyon BD festival avait investi l’Hôtel de Ville (l’occasion aussi de voir ses beaux salons) et la place des Terreaux pour un programme riche d’expositions, de conférences, de dédicaces et d’animations pour les enfants. Je ne suis pas une grande lectrice de bande dessinées mais je suis assez friande des festivals littéraires et je me sens bien entourée de livres.
Enfant, je ne lisais pas beaucoup de bd, j’y suis venue très tard, lorsque je bossais en lecture publique à la médiathèque du Bachut à Lyon. J’avais, à l’époque, un collègue (Pascal, si tu me lis )) qui savait communiquer avec passion sur le sujet et qui avait, en plus , assez vite cerné mes goûts plutôt restrictifs.

 

 

Si vous n’avez jamais lu de BD mais que vous êtes curieux ou que vous avez envie de vous y mettre, voici quelques auteurs que je vous conseillerais :

-Mathieu Sapin, il était présent à Lyon BD festival pour son dernier livre « Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu » (je vous le conseille vivement , que vous aimiez ou pas l’acteur )

– Manu Larcenet avec les séries Le Combat ordinaire, Retour à la terre, Nic Oumouk, Pedro le Coati (c’est plutôt rare d’avoir des fous rires en lisant un bouquin  non? j’ai le souvenir des gros fous rires avec Larcenet)

-Riad Sattouf dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler pour l’excellente série L’Arabe du futur mais de lui j’aime aussi Les cahiers d’Esther, Retour au collège (spécial dédicace à celles qui étaient aussi nulles que moi en sport), Pascal Brutal, No sex in New York, les pauvres aventures de Jérémie, Manuel du puceau, Ma circoncision

-Lewis Trondheim  était aussi présent à Lyon BD festival. Il est très prolixe mais de lui j’ai lu et aimé la série Lapinou, Les petits rien et Capharnaüm

-Guillaume Long, un auteur lyonnais qui n’a pas son pareil pour vous mettre l’eau à la bouche avec sa série A boire à manger (je me suis fait violence pour ne pas repartir avec le tome 3)

-Guy Delisle , je vous ai parlé sur le blog de S’enfuir, récit d’un otage mais je vous conseille aussi Chroniques de Jérusalem, Le guide du mauvais père (et j’aimerais lire ses Chroniques birmanes)

– Jirô Taniguchi, disparu récemment et dont j’ai beaucoup aimé Le journal de mon père

Très masculin cette liste, non ?

Alors j’ajouterais :

-Les bandes dessinées de Pénélope Bagieu (pas encore lu Les culottées mais j’ai lu tous ses autres titres) et je lui envie tellement ses récits de voyage en dessins

Leslie Plée que j’avais découverte avec Moi vivante, vous n’aurez jamais de pause (le titre qui vous convaincra d’aller plutôt dans les petites librairies ) et je la suis sur Facebook avec des dessins toujours drôles (et pas gnangan culcul) sur son expérience de jeune maman

-Marion Montaigne (Tu mourras moins bête; La vie des très bêtes) qui n’a pas son pareil pour vulgariser la science et rendre compréhensible celle-ci même si, comme moi, vous avez un « profil » littéraire

Il se peut aussi que je vous reparle très vite de Lisa Mandel   qui dirige une série sociologique chez Casterman et dont Les nouvelles de la jungle entre autres me semblent très intéressantes.

Sur ce, je vous souhaite une belle semaine !

 

*produit offert

Mister Chocoladdict au festival de BD de Lyon

Mister Chocoladdict is back, non pas pour une critique ciné mais pour te parler d’un festival qui revient chaque année à Lyon !

Il parait que depuis quelques
années, grâce notamment aux blogs, la BD s’est nettement ouverte au public
féminin. Ben, on ne peut pas dire que
cette évidence m’ait sauté aux yeux lors de mon passage hier au 5e festival de la bande dessinée de Lyon. Pratiquement que
des mecs, des auteurs au public, et d’ailleurs, pourquoi pensez vous que votre
blogueuse préférée (il est mignon !) ait préféré laisser la main à son homme pour faire un compte
rendu de ce salon ?

Il faut dire qu’en jetant un
œil sur une grande partie des BD
présentése dans le salon, les thèmes restent majoritairement l’apanage du sexe
dit fort : motards, footeux (euh y a des filles qui aiment le foot, je peux même donner des noms),
aviateurs, guerriers de l’espace…

Heureusement que, pour
contrebalancer, Pénélope Bagieu était présente pour dédicacer son dernier
album, Cadavres Exquis, tentative très réussie de fictionnaliser  (toi aussi tu inventes des mots ?) son univers,
pour le coup  largement féminin …

Le seul problème, c’est que pour
l’approcher , Pénélope, il fallait faire
partie des 10 plus rapides, dès l’ouverture du salon, à aller récupérer un ticket
, et encore sans aucune garantie d’avoir son dessin en poche !!!


Même topo pour l’autre star du
salon, Lewis Trondheim, l’auteur, entre
autres, des aventures de Lapinot (que je te conseille rien que pour l’humour)…. Et inutile de protester si on ne faisait pas
partie des heureux élus, car une grande banderole nous prévenait à
l’entrée : « la dédicace  est un don, pas un dû »…du
coup, les lève tard se rabattaient tous
sur les auteurs bien moins célèbres, dont cet illustre Devig, connu seulement de son quartier (t’exagère là !), mais qui semblait
bien s’éclater à faire ses dédicaces personnalisées…

Une fois cette petite dédicace en
poche, on quitte le salon des auteurs pour rejoindre à l’étage les magnifiques
salons du Palais du commerce où avait
lieu le spectacle «  entre 4 planches »,  réunissant auteurs de BD et comédiens de la ligue d’improvisation afin de tenter de réaliser une bande dessinée en direct : en une minute chrono et sur
un thème tiré au sort, les 2 équipes devaient improviser un dessin joué ensuite
par les comédiens, qui devaient incorporer à leur jeu tout un tas de
contraintes dictées par le monsieur loyal du jeu (tu suis?)… 


De quoi susciter chez le public pas
mal de  rires et bonne humeur, démontrant
que malgré (ou grâce, je sais je sais je
vais me faire lyncher dans les commentaires) ce milieu encore très testostéronisé,
le monde de la BD est un des rares à ne pas se prendre très au sérieux !!!

Lyonnais, lyonnaise, j’espère que Mister Chocoladdict t’a convaincu et tu as encore toute la journée pour te rendre au festival de la BD !

Pin It