Tag

déprime

Browsing

Tous les ans, je pourrais écrire le même billet sur le fameux blues du 1er janvier. Cette année, j’avais mon lot de raisons pour mettre la tête dans le four : j’ai raté une superbe occasion de visiter un pays dans lequel je n’aurais probablement jamais l’occasion d’aller (je n’en dis pas plus, si ta curiosité est piquée, rendez vous sur Fais toi la belle car elle, elle part), tout ça pour un devoir sur table (il y a de quoi être énervée non?), mon ordinateur qui n’a même pas 6 mois affiche le message « hard disk error » après une soi-disant réparation qui m’a coûté 55 euros et  le frigo transforme en glace une partie des aliments qui finissent donc à la poubelle.

Pourtant cette fois je me suis organisée un plan anti-déprime. J’ai préparé une salade de fruits exotiques pour faire le plein de vitamines et parce que ça change de la couleur du ciel. J’ai mis de côté une pile de magazines -ceux que je n’ai plus le temps de lire ces derniers temps – pour avoir de quoi bouquiner, feuilleter sur mon sofa (pourri donc) en sirotant un bon thé.

Je me suis glissée dans un bain Cake Gourmand (merci Séphora) et comme cela m’arrive environ une fois par an, c’était encore meilleur. J’aurais bien tester dans la foulée l’huile de massage dans la même collection Oh my chérie…j’avais oublié dans les vapeurs du bain que j’avais deux enfants.

J’ai rassemblé toute la joyeuse troupe devant la télé pour regarder un classique de Disney, Pinocchio plutôt que de m’atteler à la pile du repassage du dimanche de fin d’après-midi.

Bref j’ai feinté et ça a plutôt bien fonctionné. Cela dit, si l’année prochaine, on m’offre les Antilles pour les fêtes de fin d’année, je n’ai rien contre )

Et toi, le 1er janvier t’a mis dans quel état?

Je hais le mois de janvier : on n’a pas envie de me chanter tu es si mignon mignon mignon mais grognon grognon grognon. Visiblement je ne suis pas la seule à avoir un sérieux coup de mou face aux bonnes résolutions, la nuit à 17h, la nuit encore à 8h, le froid, le ciel gris, la pluie, la grippe, la perspective angoissante de cette année à peine entamée devant soi …Manu parle même de dépression !

A défaut de pouvoir s’offrir un séjour au soleil ou une thalasso pour doper son moral, je propose que :

–  les horaires de travail et d’école soient décalés parce que se lever à 6h ou 7h c’est tout bonnement inhumain

–  des distributions de jus d’orange frais et de probiotiques aient lieu gratuitement dans les endroits publics…c’est la sécu qui va me remercier 🙂

– qu’on organise des soirées avec cheminée inside ou température minimum 25° exigée, pistes de danse, mojito à gogo (ou bourgogne dans de beaux verres comme dans les séries américaines) et victuailles régressives…ça manque d’hommes? je voudrais pas briser des couples et des familles…

Et toi, tu as d’autres idées ?

D’habitude ici tout n’est que légèreté et dérision, je joue très bien à celle qui prend la vie et ses emmerdes avec philosophie et humour. Ce billet j’aurais peut-être du l’écrire sur un coin de table..n’est-il pas indécent de se plaindre de ses petits malheurs quand les choses plus graves ne manquent pas et remplissent les journaux ? et puis je me suis dit que mes mots trouveraient peut-être quelques échos et qu’entre poisseuses et déprimées de saison on finirait par se tenir chaud.

Il parait que l’on s’habitue à tout au bout d’un moment ...en 7 mois passé à mon boulot, il n’y a pas un seul jour où je ne me suis pas demandée « mais qu’est ce que je fais dans cette galère », le sentiment d’être la mauvaise personne au mauvais endroit et au mauvais moment je l’éprouve tous les jours. Je passe mes journées, non pas dans l’ennui (au moins j’aurais du temps pour bloguer), mais dans les tableaux, les pourcentages, les factures, les chiffres, les budgets…moi la littéraire née, plongée dans les livres depuis toujours, j’ai l’impression d’être la victime d’une erreur de casting.

Il y a 7 mois et quelques jours, m’apercevant très vite que ce job n’était pas fait pour moi, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais, le tournant de ma vie, la réorientation professionnelle. Le plus dur c’est que 7 mois après rien n’a bougé d’un iota. J’ai l’impression d’être un hamster tournant dans sa roue sans pouvoir l’arrêter. Je cours dans un labyrinthe me lançant avec enthousiaste dans des voies qui me semblent des sorties de secours mais je me prends de plein fouet la vitre à chaque fois.

Mon humeur joue les montagnes russes : parfois j’arrive à faire comme si cela n’avait pas d’importance, je m’auto-persuade que l’essentiel est ailleurs…et puis soudain, sans prévenir, c’est la chute libre, j’ai beau me raccrocher aux sourires et aux mains de ceux que j’aime, je tombe dans un puits d’idées noires. Je ravale mes larmes pendant 7h30 et maudis ces toilettes mixtes dont les lavabos ont vue sur le couloir le plus fréquenté de l’étage.

Manquerait plus que je me paie un ulcère….

Edit 1 : peut-être qu’un jour je réaliserai mes rêves d’enfant et que je serai.

Me faire hara-kiri avec le coupe-papier rangé dans mon porte-crayon? dans mon bureau ça va faire désordre.

Sniffer les tubes de colle hue jusqu’à ce que délire s’ensuive…pas assez puissant pour me rendre amnésique, au moins un court instant.

Plonger la tête dans la cuvette des toilettes? les microbes me rebutent trop.

Sauter de la terrasse pour fumeurs? avec mon bol, je vais atterrir sur l’entretoit devant mes collègues médusés et me payer la honte jusqu’à ce que je quitte ce job.

Convoquer une cellule de soutien psychologique dans mon bureau avec les collègues de mon âge? l’acoustique est tout sauf intime et l’open space est un tue confidences.

Partir fissa au casino du coin et faire une razzia d’aliments régressifs pour combler mes compulsions-compensatoires chocolatées? quand y a de la gène y a pas de plaisir et au taf difficile de se goinfrer en solitaire

Sangloter en regardant les photos du lycée sur le site copains d’avant, à l’époque où j’étais jeune, ferme et fraîche? en vérité j’étais bien plus mal dans ma peau à cette époque qu’aujourd’hui

Brancher la radio Bide et musique et se repasser les tubes des années 80 ou écouter les BO des dessins animés sur coucou circus? les enceintes de mon ordinateur de bureau sont trop pourries, ce serait gâché

Dévaliser le Sephora le plus proche, entre midi et deux, en crèmes et lotions anti-rides? pas sûre que ça me console

Nier catégoriquement être née un 17 septembre? bonne idée mais accepter quand même les cadeaux (faut être un minimum civilisée!)

Devant la médiocrité des propositions ci-dessus, j’ai opté pour un jour loin du travail et rien qu’avec mon amoureux…il fallait bien ça pour passer le cap des 33 ans !(ne sursautez pas, vous aussi vous y passerez !)

Edit 1 : Vous avez remarqué
cette allitération en r de la mort en prononçant « trente trois« , comme pour illustrer que le chiffre nous reste en travers de la gorge ?)

Pin It