Tag

congé parental

Browsing

Pas glop : je suis en train de vivre ma dernière semaine de congé parental…lundi je remets mon tailleur et mes escarpins…en  vrai je me contente de retourner bosser sans la panoplie de la working girl )

Glop : ce congé m’a permis de profiter de Miss Zen jusqu’à ses 6 mois et même si cela va me faire un drôle d’effet de ne plus partager mon quotidien avec elle, je n’aurais pas le sentiment de la laisser entre les mains de quelqu’un d’autre beaucoup trop tôt comme cela avait été le cas pour le chérubin (congé de maternité classique .….Sarkozy veut réduire la durée du congé maternité, je propose son allongement à 6 mois pour celles qui le souhaitent!)

Pas Glop : Mince, le congé parental ce n’est pas des vacances ! je me suis levée aussi tôt que d’habitude pour emmener le plus grand à l’école, j’ai passé plus de temps à faire du ménage que d’habitude car je me disais que comme j’étais à la maison, celle-ci devait être nickel..j’aurais pu profiter de ce temps sans travail pour prendre des leçons de piano, aller au cinéma, suivre des cours de danse mais niet j’avais deux enfants sur les bras !

Glop : avant de me lancer dans la grande aventure du congé parental, j’avais plutôt entendu le récit de jeunes mamans qui avaient accueilli le retour au travail avec soulagement…pas de symptôme de manque en ce qui me concerne…j’ai vraiment apprécié ces 3 mois de rab qui m’ont permis de prendre le temps de vivre, de savourer de tous petits instants, d’offrir au chérubin un rythme de vie confortable et une entrée à l’école maternelle en douceur…et niveau blog, j’ai eu assez de temps pour écrire autant que j’en avais envie…le pied quoi…d’ailleurs je suis à la recherche d’un travail à la maison, si tu as des idées, contacte-moi )

Pas Glop : j’aimerais bien pouvoir bosser, lire, m’occuper des enfants, passer du temps à deux ET continuer sur le même rythme qu’actuellement mon blog mais je ne dors pas 4h par nuit et je ne suis pas une superwoman alors une zone de ralentissement est prévue…

Glop : je vais à nouveau être payée ! Quand je lis que le congé parental est un choix, ça m’énerve un brin pour tout dire….le jour où il sera rémunéré comme un smic, là on pourra parler de choix…

Pas Glop : attention le congé parental peut entraîner un dérèglement de la personnalité, tu peux te transformer peu à peu en femme ennuyeuse qui ne parle que de ses enfants…si tu ne veux pas tomber éternellement sur la boîte vocale de tes copines ou si tu veux éviter de voir ton gars bailler aux corneilles quand tu lui racontes ta journée, je te conseille d’essayer de garder une vie sociale et de profiter du samedi pour t’enfuir un peu de ta bulle familiale

Glop : j’étais là pour réceptionner les colis (nombreux étant donné que je partage ma vie avec un psychopathe des jeux concours)…

Pas Glop : j’étais là aussi pour répondre à toutes ces sociétés qui veulent mon bien et en particulier que je paie moins d’impôts… avant je leur expliquais que j’étais fière de payer des impôts, maintenant je ne leur laisse plus le temps de finir leur première phrase )

Glop : je n’ai plus ressenti le blues du dimanche soir

Pas Glop : parfois (souvent ?), les enfants sont pénibles, ils te sortent même par les yeux…j’ai attendu alors avec une impatience non dissimulée le retour de l’homme le soir « tiens, chéri, c’est cadeau ! »

Glop
: une plus grande complicité s’est installée entre mon fils et moi, car je n’étais pas dans les starting-blocks pour le bain, le dîner, les histoires et au lit…j’avais le temps d’écouter ses matinées d’école quand nous déjeunions en tête à tête…

Pas Glop : le soir quel plaisir de parler avec un adulte de sujets d’adulte ! )

Pas Glop : je n’ai vraiment pas envie d’y retourner

Et toi, le congé parental tu en penses quoi?

Edit : Pour égayer ce mois de mars qui risque de n’être pas qu’une partie de plaisir pour moi, je te propose un rendez-vous ici demain pour la saga playmobil du samedi avec un concours inside et j’espère avoir plein de participations délirantes !

Avec un peu de retard, voici le glop/pas glop de la semaine…je vous préviens ça part dans tous les sens !

Glop : Juste avant de craquer pour les macarons de Pierre Hermé dont je vous parlais cette semaine, dimanche dernier, je me suis faite une toile à St Germain des près. J’ai même cru que Doc Gynéco qui passait par là avec son gros bonnet en laine (alors qu’il faisait quasiment 30°) voulait voir le même film que moi car il regardait l’affiche des Etreintes brisées de son oeil vif (sic). J’avais beaucoup aimé Parle avec elle et Volver. Certains reprochent à Almodovar de s’être assagi avec l’âge mais il excelle dans l’art de raconter des histoires (le plus souvent avec un scénario original et pas inspiré d’un livre), son cinéma est un ode aux femmes et c’est peut-être pour cela qu’il nous touche. Difficile de résumer les étreintes brisées car plusieurs histoires se déroulent en parallèle et peu à peu les pièces du puzzle s’assemblent. La photo est belle, Pénélope Cruz est magnifiée et l’une des scène de plage m’a arraché quelques larmes. A voir !

Glop : Olivier Adam est un écrivain qui, comme le bon vin, se bonifie avec les années. Pour moi,  Les vents contraires est l’un de ses meilleurs romans tant dans l’histoire, le portrait de ce père si paumé depuis la disparition non élucidée de sa femme que dans l’écriture très sensible. Bien entendu, on n’est loin d’être plié en deux, on ne se tient pas les côtes, c’est même tout le contraire mais on dit bien que les gens heureux n’ont pas d’histoire.

Pas glop : vous venez de passer une nuit sur les toilettes ou la tête dans une bassine ? vous êtes clouée au lit  avec une fièvre de cheval? ce n’est pas une raison pour jouer à la grosse feignasse. Allez au boulot qu’il a dit Frédéric Lefebvre, espérant peut-être avec sa brillante idée resté dans les livres d’histoire. Si j’ai bien compris, ceux qui ont déjà un boulot vont devoir travailler plus longtemps, bientôt le dimanche et pendant leur congé maladie, maternité, parental (ben oui il parait qu’il y a des femmes qui profitent de leur congé parental pour monter leur petite entreprise!) …et si on partageait le gâteau avec ceux qui n’en ont pas plutôt?

Glop : J’ai découvert cette semaine sur la place Bellecour à Lyon une librairie thématique sur la cuisine et la gastronomie, la librairie Badiane. En poussant la porte, de délicieuses effluves ont chatouillé mes narines et j’ai pu apercevoir au fond du magasin une salle avec quelques tables et chaises qui propose tous les midis un menu à 10 euros. Même si les blogs culinaires sont devenues un formidable terrain d’exploration pour de nouvelles recettes, j’aime bien feuilleter des livres de cuisine et ici ce n’est pas le choix qui manque. La librairie vend aussi quelques accessoires pour mettre la main à la pâte et propose régulièrement des ateliers.

Pas glop : au secours ! aidez-moi, je suis une fille indigne ! Je suis en panne totale d’inspiration pour la fête des mères. Je crois que j’ai passé l’âge d’offrir un collier de nouilles ou un vide-trombones avec un couvercle de camembert, et de toute façon  les cadeaux maison seraient une cata,  j’ai l’impression d’offrir invariablement du parfum, un produit de beauté ou un sac. Alors vous lui offrez quoi cette année à votre maman?

Pas glop : A l’heure où j’écris ces lignes, je suis à deux doigts d’être transfusée ! c’est ce que m’a annoncé ma gynéco hier en lisant mes dernières analyses de sang. Visiblement mon taux de fer est largement inférieure à une simple anémie. Faut dire que je n’ai pas été très sérieuse dans la prise des vitamines et compléments prescrits jusqu’ici mais là je crois que j’ai compris le message. A part ça, je me suis aussi faite sermonner car j’ai pris 2 kilos ce mois-ci…..je n’ai pas osé lui parler des macarons ). Heureusement je n’ai pas de diabète, j’aurais été privée de chocolat. J’essaie quand même de faire attention, quand je soustrais mon poids actuel et mon poids idéal (celui que je faisais avant même ma première grossesse), je me dis que l’après-accouchement risque de rimer avec grosse déprime.

Glop ou pas glop? : J’ai appris la semaine prochaine qu’après mon congé maternité, je changeais de cieux professionnels. Une personne normalement constituée devrait sauter au plafond de joie, surtout que ce changement elle l’a ardemment voulu et demandé. Oui mais voilà, persuadée de n’avoir aucune chance, j’envisageais un congé parental de 6 mois pour faire un break dans ma vie et me poser un peu, regarder mes enfants grandir, avoir -peut-être- un peu plus de temps pour moi. Alors je me retrouve un brin déçue (et triste aussi à l’idée de quitter certains collègues)…jamais contente, hein?

Sur ce, j’espère que vous profiterez de votre week-end…pensez à ceux qui seront enfermés en ce samedi ensoleillé )

Pin It