Category

C’est un beau roman

Category

Gaëlle Josse m’a attrapé par la manche dès le premier chapitre de Ce matin-là et m’a entraîné dans son histoire en quelques phrases. 2 minutes avant j’étais dans mon lit, un dimanche soir essayant de ne pas penser au lundi matin et à la reprise du travail. Et puis en quelques secondes, la chambre s’est effacée, j’étais rentrée dans le livre, j’avais glissé dans un autre univers. Je venais de faire la connaissance de Clara et je n’avais qu’une hâte…

C’est devenu un rituel de fin d’année : reprendre mois par mois mes lectures et tenter d’en extraire la substantifique moelle ou plutôt les livres qui m’ont vraiment marqué. 2020, l’année des pannes de lecture ? L’année 2020 a eu pour conséquence chez certaines personnes, parait-il, des pannes de lecture plus ou moins longues, l’esprit étant peut-être trop occupé, préoccupé par la crise sanitaire et ses répercutions sur notre quotidien. J’ai eu, au moment du premier confinement, le vague sentiment…

J’ai abordé l’univers de David Grossman à l’envers, si tenté qu’il y ait un envers et un endroit. Le premier livre de sa main que j’ai lu ce n’est pas un roman mais une série d’interventions, discours, tribunes parus chez Point et intitulée « Dans la maison de la liberté ». Lui qui a perdu un fils lors du conflit israélo-palestinien, n’a de cesse de défendre la paix et je n’ai pas pu m’empêcher de penser au très beau livre Apeirogon (le…

Thème mille fois traité mais inépuisable, l’amour est au cœur de l’œuvre de Mathias Malzieu. Coeur à réparer dans La mécanique du coeur (que j’ai découvert en film et pas en livre), coeur qui se serre et qui pleure dans le très beau Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, coeur qui pourrait s’arrêter dans Journal d’un vampire en pyjama, coeur qui se remet à battre dans Une Sirène à Paris. L’amour -de la rencontre avec sa fée…

Gniiii dans cette année 2020, les bonnes nouvelles existent. La preuve le tome 5 de L’Arabe du futur de Riad Sattouf est sorti ! Le tome précédent s’était terminé sur un coup de théâtre, nous laissant tous comme à la fin de l’épisode d’une bonne série. Alors alors ? Fin du suspense, l’auteur n’a rien perdu de son génie à faire rire dans une bulle puis à bouleverser dans la bulle suivante. Ce que je peux reprocher à pas mal…

Voilà une bande dessinée peu ordinaire dont je voulais absolument vous parler. D’abord parce que, La force de l’ordre, est née de la volonté commune de ces 3 auteurs de « transformer » un livre de sciences sociales de 400 pages en bande dessinée de 100 pages. Ensuite parce que le sujet m’a paru particulièrement d’actualité, 13 ans après. Pour Didier Fassin, il s’agit plus qu’une traduction, une re-création qui a nécessité 3 ans d’intense collaboration avec Frédéric Debomy (scénariste) et Jake…

Pin It