Tag

week-end

Browsing

Week-end à Lille en mai, billet en septembre, ça c’est du délai. Pour ma défense, 1) je n’ai jamais écrit un article en 5, 10 ou 15 minutes (je suis lente) et les billets voyage avec les centaines de tri de photos sont probablement ceux qui prennent le plus de temps (plusieurs heures) 2) j’ai deux enfants  (seulement 2 oui mais le temps libre pour soi est radicalement différent avec ou sans enfant et en ce moment je n’arrive pas à dégager du temps pour le blog) 3) j’ai eu un gros souci avec mon appareil photo lors de ce mini-séjour à Lille, énormément de photos étaient inutilisables du coup j’ai même hésité à écrire un article. Soyons positifs : cet article tombe pile au bon moment si vous avez envie de programmer un long week-end à Lille pour les vacances de Toussaint ou dans les mois à venir (avec une météo qui risque d’être légèrement différente, on a eu très chaud  et pas une goutte de pluie ! )

1-Fouler Grand-Place et entrer dans la cour de la Vielle Bourse

Grand Place à Lille, c’est un peu la Tour Eiffel à Paris, un incontournable ! Elle est, de plus, immanquable même si vous n’avez aucun sens de l’orientation, elle se situe en effet à quelques pas de la gare TGV. Personnellement je la trouverais plus agréable sans voiture (pas de bruit et la possibilité d’admirer les beaux bâtiments qui la bordent sans se demander si on peut s’arrêter là ou là sans risque) mais elle en jette de par ses dimensions, ses couleurs, ses terrasses.

L’édifice le plus remarquable de cette place est la Vieille Bourse, tant par sa façade que par sa cour qui abrite un marché de livres anciens et d’occasion.

2-Flâner dans le Vieux Lille

Allez je vais faire rouspéter un peu les Lyonnais et leur chauvinisme mais côté vielle ville, Lille balance du lourd. Le quartier mêle rues pavées, maisons à arcades, façades colorées sans tomber dans le travers d’un endroit musée ou uniquement touristique, proposant aussi de jolies adresses.

3-Admirer les façades de quartier en quartier

Les esprits chafouins pourront me rétorquer que cet item est valable à Lille comme ailleurs. Soit, mais la diversité de l’architecture, bien différente de celle que j’ai sous les yeux à Lyon, mérite de les lever de son portable ou de son plan (pour ceux qui n’ont pas le sens de l’orientation mais qui ont quand même trouvé Grand Place).

 

 

4-Monter en haut du Beffroi

C’était au programme mais on a tout bêtement pas eu le temps de le faire (peut être parce qu’on a tout parcouru à pied, pas forcément le plus rapide). On s’est contenté d’admirer le beffroi de la mairie, construit en 1920, s’élevant à 104 m et inscrit au patrimoine mondial de l’humanité en 2005, depuis la place de Paris. Si vous voulez avoir une idée de la vue d’en haut, je vous invite à lire Une journée à Lille sur le blog d’Emma Ducher.

5-Découvrir les expositions temporaires et gratuites de la gare Saint Sauveur

Si on n’a pas eu le temps de monter en haut du Beffroi, c’est peut être parce qu’avant, on a passé beaucoup de temps à la gare Saint Sauveur. Si vous venez à Lille avec des enfants, c’est un des endroits que je vous conseillerais en famille. Cette ancienne gare de marchandises, qui date de l’ère industrielle, a été réhabilitée en 2009 et accueille aujourd’hui des expos, des fêtes, des concerts, des projections et des animations pour les enfants.

Lors de notre venue, on a ainsi découvert différentes expos temporaires (l’Hôtel Africa où le visiteur circule de pièce en pièce d’un hôtel, Babel l’installation monumentale de Scott Hocking…), une ville en lego que les enfants peuvent continuer à construire, une ferme urbaine. On s’est ensuite attablé dans l’espace bar où les grands peuvent siroter une bière à des tarifs mini pendant que les plus jeunes peuvent emprunter les jeux de société de leur choix (il suffit de laisser une pièce d’identité en caution).

Dans ma longue to do list spécial Lille, se trouvait forcément le salon de thé l’Impertinente dont je lis toujours avec plaisir les posts bien sentis et drôles (mais jamais aigris…résolution de la rentrée 2017 : fuir plus que jamais les gens aigris, je suis persuadée que cela finit par être contagieux ). Comme vous pouvez le constater, l’endroit était bondé et étant donné la température, nous n’avions pas assez faim pour une pause sucrée. Ce sera pour la prochaine fois.

6-Passer une matinée au Zoo en plein cœur de Lille

Une autre idée de sortie si vous vous rendez un week-end à Lille en famille est le zoo qui se situe juste à côté du parc Vauban et qui vous permet de voir de très près panda roux (un des animaux les plus mignons de l’univers non?), coati roux, gibbon, makki cata, rhinocéros, ouistiti, suricate, tapir, zèbre, plein de serpents que je ne suis pas allée voir (rien que les photos sur le site je peux pas !) et tout un tas d’oiseaux dans la grande volière submersive sud-américaine.

7-Plonger dans La piscine de Roubaix

Impossible de faire l’impasse sur le magnifique musée La Piscine (d’ailleurs cela m’a tellement plu que j’ai écrit un billet spécial à son sujet). Soit cela n’est pas dans Lille même mais il suffit de prendre le métro pour vous y rendre et pour moi c’est un incontournable.

8-Passer devant les Maisons Folie

Petit rappel : en architecture une « folie » est une construction qui échappe à toute classification et qui laisse libre court à l’imaginaire. Nous n’en avons vu qu’une, la  plus proche du lieu où nous logions mais il y a en d’autres dans la ville. En 2004 (année où Lille eut le titre de capitale européenne de la culture), les maisons Folie se sont installées, la plupart du temps, dans des lieux marqués par leur passé et sur le point de tomber dans l’oubli (entrepôt industriel, brasserie, filature..)

Maison Folie de Wazemmes où se tiennent aujourd’hui spectacles et expositions

9-Mettre les pieds dans un collège anglais …sans quitter Lille

Pas sûre que nous aurions vu les bâtiments néo-gothiques de l’Université Catholique si nous n’avions pas posé nos bagages à quelques mètres. Toujours est il qu’en admirant ces édifices, j’avais plus le sentiment d’être à Cambridge (qui en est peut être très loin car je n’y ai jamais mis les pieds mais c’est l’idée que j’en ai) qu’à Lille. Il parait qu’il y a des visites guidées lors des journées du patrimoine (le week-end qui arrive !), je serais curieuse de savoir à quoi ressemble cette université vue de l’intérieur.

10-S’assoir le long du Quai du Wault

Si vous cherchez un endroit paisible, tranquille, près de l’eau, à deux pas du Vieux Lille, vous êtes susceptible de trouver votre bonheur au Quai du Wault, là où a été créé au XVème siècle l’ancien port fluvial de Lille.

10 choses à faire lors d’un week-end à Lille et pas un seul mot sur une pâtisserie, une bonne adresse, un souvenir gourmand à ramener ? Rassurez-vous cela fera l’objet d’un prochain billet : )

J’en profite pour remercier Élodie du Miam Miam Blog  pour tous ses bons conseils !

Et vous, Lille vous connaissez ? une visite ou une bonne adresse à conseiller ?

Il y a le ciel, le soleil et la mer mais aussi le quartier si typique du Vieux Nice, les assiettes gorgées de méditerranée , de la couleur partout, des collines et des montagnes au loin, des places immenses, des joggers sur la promenade des Anglais et des amoureux sur la plage, les fameuses chaises bleues, des musées aux quatre coins de la ville et une empreinte italienne. C’est un peu tout cela que j’aime à Nice et en particulier :

Les ruelles du Vieux Nice

 Ruelles étroites, linges aux fenêtres, système d’aération extérieur, façades colorées, pour découvrir le Vieux Nice, il faut ranger son plan et accepter de marcher au hasard, accepter de se perdre, de repasser au même endroit. Peu importe qu’on ait l’impression d’être à Bastia, à Naples, en tous cas on est ailleurs.

nice-41

nice-42

nice-45

nice-46

nice-47

nice-53

La promenade du Paillon

La dernière fois que je suis venue à Nice, la promenade du Paillon n’existait pas. Ce nouveau parc urbain, qui permet à la vieille ville et à la ville du XIXème siècle de se faire face, a vu le jour en Octobre 2013 et s’étend sur 12 hectares du théâtre national de Nice jusqu’à la mer. Entre les palmiers, les reflets du soleil et de la végétation dans l’eau,  la couleur ocre des bâtiments qui bordent ce bandeau, le ciel bleu et les collines au loin, ce lieu de promenade est plus qu’agréable.

Aux miroirs d’eau succède une immense aire de jeux sur le thème marin (baleine, dauphin, pieuvre, tortue) avec des constructions en bois. Je pense être capable d’écrire un manuel spécial excuses parentales pour ne pas aller au square tant j’ai toujours eu cette activité -très prisée des enfants- en horreur (au début, naïve, j’emportais un livre mais j’ai vite compris que l’enfant exige que non seulement tu t’ennuies sur ton banc mais qu’en plus tu le regardes inlassablement) mais il faut bien avouer qu’ici le décor aurait pu peser sérieusement en leur faveur.

nice-21

nice-22

nice-23

nice-24

nice-25

nice-26

nice-27

nice-28

nice-29

nice-30

Ses grandes et petites places

J’ai une question très sérieuse à propos des grandes places dans une ville et je n’ai pas assez voyagé pour pouvoir y répondre moi même. Le nombre de places présent dans une ville est il proportionnel aux jours de beau temps ? Je me souviens avoir été frappée par la récurrence de ces grandes places à Venise comme à Rome. Quoi de plus agréable quand il fait soleil quasiment toute l’année de prendre un café en terrasse tôt le matin ou de trinquer à l’heure de l’apéritif ? Lors d’un précédent séjour niçois, je n’avais d’ailleurs pas pris de petit déjeuner à l’hôtel pour m’offrir le plaisir d’un café croissant sur la place Garibaldi.

J’aime autant l’impressionnante place Masséna avec sa perspective sur la Fontaine du Soleil, ses façades quasi rouges, ses volets verts et ses arcades qui me rappellent Turin que la place Rosetti dans le Vieux Nice.

nice-20

nice-19

nice-18

nice-35

Ses points de vue entre mer et montagnes

Colline du château, colline de Cimiez, Nice n’est pas une ville plate et il suffit de grimper un peu pour jouir de beaux panoramas sur les paysages environnants mêlant montagnes et mer. Je vous conseille également d’aller prendre un verre sur le toit de l’hôtel Mercure Nice Centre Notre Dame, la vue y est assez incroyable. Si vous aimez prendre de la hauteur, ne ratez pas les passerelles au dernier étage du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, elles offrent une vision à 360° sur Nice.

nice-34

nice-33

nice-36

nice-37

Enfin même si vous avez raté l’heure du dernier ascenseur du château (17h30 si mes souvenirs sont bons, on est donc arrivé avec Amélie, Denis, Capucine et Thibaud à 17h32)) et que vous êtes fatigués après vous êtes baladés toute la journée, montez à pied. Une fois en haut, quand le soleil glisse doucement dans la mer et que la promenade des anglais illuminée se déroule à vos pieds, l’instant est magique.

nice-62

Sa lumière sur le Cours Saleya et sur la promenade des anglais

A chaque lieu, sa lumière. Celle éclatante de Nice aux heures les plus chaudes de la journée puis différente en fin d’après midi m’a frappé. Ce n’est pas un hasard si de Marc Chagall à Henri Matisse en passant par Modigliani ou César, de nombreux artistes ont été séduits par cette ville. Sur le cours Saleya sans marchants puis sur la plage de galets, cette lumière nimbait de rose le ciel alors qu’au loin les lumières du Negresco scintillaient.

nice-54

nice-55

nice-56

nice-59

nice-61

nice-57

nice-60

Ses marchés et ses spécialités

Pour prendre le pouls d’un endroit, pour essayer d’en palper l’atmosphère, pour s’immerger, il n’y a rien de mieux que de se rendre le matin sur les marchés. Je connaissais celui du cours Saleya qui est un marché de fruits et légumes mais aussi un très beau marché de fleurs mais j’ai découvert celui du quartier Libération. Hormis sa palette de couleurs et le fait qu’il est un condensé des produits méditerranéens qu’on retrouve dans la cuisine niçoise, il propose un marché aux poissons et offre un certain dépaysement (non sur mon marché je n’ai pas des rangées infinies de kakis et pas de chayottes).

nice-14

nice-4

nice-15

nice

nice-16

nice-7

nice-8

Les bretons mangent bien une galette saucisse en faisant leur marché, pourquoi ne pourrait ton pas faire pareil à Nice avec le pan bagnat (qui signifie littéralement pain mouillé), ce pain rond blanc et dont la garniture n’est autre que la même que dans une salade niçoise ?

nice-10le pan bagnat du kiosque Tintin

Une autre spécialité de Nice incontournable mais que je n’avais jusqu’alors pas goûté est la fameuse socca, une galette à base de farine de pois chiches. Après avoir été cuite sur un immense poêlon, une part est découpée, repliée comme une crêpe et se déguste telle qu’elle. C’est croustillant et bon (et bien entendu j’ai mis dans un coin de ma tête, l’idée d’en refaire à la maison). La socca a même été déclinée en chips que je gouterai à mon prochain séjour.

nice-13La Socca du Tram, à déguster chaude en marchant

nice-11

Parmi les spécialités niçoises, on trouve également les petits farcis (je ne connaissais ni la version sardines ni le fait d’incorporer des blettes dans la farce), la pissaladière, la soupe au pistou, la tourte  aux blettes version salée et version sucrée (j’en ai goûté et j’ai trouvé cela surprenant mais bon ).

Je ne connaissais pas du tout les panisses, encore à base de farine de pois chiches, servies en forme de frites et dont le goût est assez proche de celui de la polenta.

J’ai dégusté ces spécialités mais également un plat italien (j’ai choisi la merda del can, malgré le nom peu engageant c’était délicieux), au restaurant Lu Fra Calin (qui a le label « cuisine nissarde » attribué aux restaurateurs qui œuvrent, entre autres, à la valorisation de la cuisine niçoise en s’engageant sur le respect des recettes, la qualité des produits et des matières premières utilisées ) et je me suis régalée.

nice-38

nice-39

nice-44

nice-43

nice-40

Cette fois, j’ai seulement pris quelques photos  dans la boutique du chocolatier pâtissier Pascal Lac mais avec la ferme intention de revenir goûter quelques unes de ses pâtisseries.

nice-50

nice-51

nice-52

A suivre…

Se rendre à Nice depuis Lyon

2 vols quotidiens avec Hop (avec un vue incroyable sur la baie des anges à l’atterrissage)
4h20 en train ( quand le TGV longe la mer, impossible de regarder ailleurs que par la fenêtre)

Merci à l’Office du Tourisme de la Côte d’Azur pour son accueil et à Caterina qui a su si bien nous transmettre son amour pour Nice !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

S’enquérir de tous les incontournables et les barrer un à un, prévoir une visite de musée ou de palais par jour, suivre des parcours décrits dans les guides point par point ? En débarquant à Turin, j’avais un livre dans mon sac (Turin en quelques jours, Lonely Planet), une liste de bonnes adresses devant lesquelles j’avais au moins envie de passer et bien entendu pas assez de temps pour découvrir tout ce que la ville offre. Alors au début, j’ai gardé mon plan à la main pour me repérer parmi les « via » principales, les places et les arcades et puis assez vite, l’envie de me laisser porter, de tourner au hasard dans telle ou telle rue a pris le pas.

Comme notre point de chute était très central, on s’est retrouvé plus souvent via Lagrange (dont on voit la statue sur une des photos qui suit) et via Roma qu’ailleurs, passant par les mêmes places sous un ciel gris puis un ciel bleu.

J’ai eu l’impression qu’il y avait autant de cafés à Turin que de coiffeurs à la croix rousse : ) Mon premier expresso je l’ai bu chez Pepino (glacier historique et inventeur des esquimaux, pinguino en 1939), écoutant l’accent chantant de quelques clients accoudés au comptoir.

Turin centre 12

Turin centre 11

Turin centre 13

Turin centre 15

Turin Centre 18

 

Turin centre 14

Turin centre 17

Turin centre 16

turin centre

turin centre 2

turin centre 3

turin centre 4

 

Turin centre 8Turin centre 9

turin centre 6

Turin centre 7

Turin Centre 19

De tous les incontournables, le musée du Cinéma avait la première place. Il vaut aussi aussi bien pour son édifice que pour son parcours et sa scénographie. La file d’attente pour prendre l’ascenseur en verre qui traverse le musée à la verticale et permet d’accéder à une terrasse panoramique était assez importante alors on a zappé cette ascension mais un peu à regret à posteriori en regardant les cabines s’élevaient dans le bâtiment sous un jeu de lumière.

Quand au musée en lui-même, il propose à la fois une histoire du cinéma (dans un esprit assez proche de celui la villa Lumière à Lyon), et une plongée dans les coulisses, les grandes étapes d’un film et les décors du cinéma. J’ai beaucoup aimé emprunter l’escalier hélicoïdal depuis lequel d’en haut on a une vue plongeante et spectaculaire sur la salle du temple avec ses fauteuils rouges.

Les photos étant interdites (enfin à priori j’ai croisé pas mal de personnes avec des appareils mais moi j’ai respecté bêtement)), celles qui suivent ont été faites avec mon portable :

20151121_123528

20151121_125927

20151121_130532

20151121_130621

20151121_132033

Turin centre 20

Turin centre 21

Le Palazzo Madama et le musée égyptien étaient dans notre programme initial mais imprévus personnels, envie de découvrir la ville à pied avant tout et grand beau temps le dernier jour du week-end ont remis ces visites à une prochaine fois.

Infos pratiques

Pepino
Piazza Carignano 8
ouvert tous les jours

Museo Nazionale del Cinema
via Montebello 20
wifi gratuit
tarif plein : 9 euros (musée) ; 12 euros (Mole + musée)
fermé le lundi, ouvert jusqu’à 23h le samedi

la suite de la balade dans Turin à suivre …

Le week-end dernier, pour marquer mon changement de dizaine (j’ai failli écrire « fêter »)), il m’a fait un très joli cadeau, il m’a emmené à Turin. Comme c’était probablement le dernier week-end à deux pour un bon moment, on a d’autant plus apprécié.

Heureusement que je n’ai pas écouté les grincheux qui écrivaient sur Twitter que la ville est triste, que le musée du Cinéma ne vaut pas celui de Lyon (chauvisnime ou snobisme culturel qui consiste à considérer que pour qu’une chose ait de la valeur elle doit forcément s’adresser seulement à un petit nombre de personnes ?) je serais passée à côté d’une ville beaucoup moins touristique que Rome ou Venise mais qui vaut largement le détour (et assez riche pour y retourner plusieurs fois).

A 4 heures en train de Lyon, Turin est entourée de montagnes qu’on aperçoit à l’horizon de certaines rues et qui rosissent le soir venu. Les illuminations de Noël étaient déjà installées et les vitrines des boutiques étaient dans le même ton. Pas sûre que l’avalanche de guirlandes scintillantes sur certaines façades soit très écolos mais il faut bien avouer que la magie a opéré.

turin Noêl

Turin Noël 2

Turin Noël 13

Turin Noël 14

vitrine turin

turin vitrine 2

Turin Noël 11

Turin Noël 12

Avant même de vous montrer certains quartiers de Turin, je voulais vous dire que dans cette ville j’ai aimé les immenses places (Bellecour a côté c’est de gnognotte)) aussi belles sous le soleil qu’éclairées quand la nuit tombe, les jardins et en particulier le giardini cavour qui a un charme particulier le soir, les arcades et les devantures qu’elles abritent (au cachet un peu désuet pour certaines), les façades des bâtisses jamais identiques, ce goût pour le café pris en terrasse ou à l’intérieur et qui m’a semblé encore plus marqué qu’à Paris, les passages, les nombreuses librairies, les rues piétonnes si agréables pour flâner le nez en l’air.

Turin Noël 5

Turin Noël 4

Turin Noël 6

Turin Noël 7

Impossible de passer sous silence le fait que Turin pour quelqu’un qui aime la bonne bouffe et qui considère la cuisine italienne comme la meilleure du monde, est affolante. Que de traiteurs, de pâtisseries, de boulangeries, de bars à vins, de restaurants…j’ai passé une bonne partie de mon temps le nez collé aux vitrines gourmandes.

Malgré mon piètre niveau en italien (j’en viens à regretter de ne pas l’avoir appris au lycée tant j’aime ses sonorités), je n’ai pu que constater la gentillesse des Turinois, de ce Monsieur d’un certain âge très classe qui m’a fait répéter le nom d’une rue, a corrigé mon accent puis m’a indiqué le chemin dans un français impeccable aux commerçants et restaurateurs que nous avons pu côtoyer. Peut-être parce que la ville est de taille moyenne, peut-être parce qu’elle est assez peu touristique (en tous cas à cette période de l’année), les gens m’ont paru moins speed qu’à Rome et plus disponibles, à l’écoute.

Et puis j’ai aimé ces détails singuliers ou insolites : ce défilé de voitures Fiat, ce magasin assez kitch de petits parapluies, ce groupe de propriétaires de lévriers croisés à un feu, ces petites camionnettes qui s’occupent des poubelles, ces gardes en habit faisant une pause devant un gianduiotti géant et ces pèse-personnes posés sous les arcades (avant un resto ? ).

Turin Noël 10

Turin Noël 9

Turin Noël 17

Turin Noël 16

turin insolite

Turin Noël 15

Et vous Turin, vous connaissez ?

Je ne suis pas lyonnaise de naissance, je n’ai pas de racines dans cette ville mais j’y vis maintenant depuis presque 10 ans et dès que j’ai l’occasion d’en vanter les beautés et les mérites je me transforme en ambassadrice de choc. Pour enfoncer le clou et profiter de mon audience planétaire, voici 10 raisons qui vous convaincront, j’espère, de venir faire, un break en automne dans la capitale des Gaules :

1- Se perdre dans les traboules lyonnaises du Vieux Lyon

2- Déjeuner dans le restaurant de Christian Têtedoie et profiter du panorama

3- Flâner sur les berges du Rhône et de la Saône (oui à Lyon, on a deux fleuves ce qui rend la ville encore plus belle)

4-Emprunter le vaporetto pour découvrir le nouveau quartier des Confluences

5- Sortir des sentiers battus en allant jusqu’à l’île Barbe

6-Craquer pour un café ou thé gourmand qui mérite vraiment son nom au Kitchen Café

7-Grimper la montée de la grande côte pour découvrir le quartier de la Croix Rousse

8-Trinquer autour d’un des cocktails de l’Antiquaire

9- Se croire à Central Park et admirer les couleurs automnales du parc de la Tête d’or

10- Remplir sa valise de souvenirs périssables en s’offrant une halte aux Halles de Lyon

Alors ça y est, vous rêvez de cervelle de canut (qui n’a de cervelle que le nom), de tarte à la praline, vous appelez vos enfants les gones ? Vite, il est temps de profiter de l’offre de dernière minute « 1 nuit achetée = 1 nuit offerte » des Hôtels Mercure valable jusqu’au 9 novembre inclus et pour des séjours ayant lieu du 7 au 23 novembre. Réservez une nuit à l’Hôtel Mercure Lyon Centre Beaux Arts , Mercure vous offre la deuxième (et vu où votre chambre est située, réservez une table au restaurant le Palégrié).

Mercure Lyon Centre Beaux Arts 2

Mercure Lyon Centre Beaux Arts

Deux nuits sur place, ça vous laissera une journée de plus pour goûter à la gastronomie lyonnaise (qui ne se résume pas aux bouchons), visiter le musée des Beaux Arts, suivre le parcours de murs peints dans Lyon, faire du lèche vitrine dans le village des créateurs, réaliser que le métro n’arrive pas du même côté qu’à Paris, vous promener dans Lyon by night, chantonner Lyon presqu’île de Benjamin Biolay…tomber sous le charme de la ville et avoir envie de revenir un autre week-end.

En tous cas, si vous êtes de passage faites moi signe : )

Sponsored by BuzzParadise

Je n’ai pas beaucoup de manies (enfin je ne crois pas ) mais quelque soit l’endroit où je pars, je me renseigne toujours sur les adresses sucrées à ne pas rater. Souvent le voyage est trop court pour tester la totalité de la liste griffonnée sur un coin de papier, c’est sans doute pour cette raison que lors d’un week-end à Nice, je suis passée à côté des pâtisseries de Pascal Lac mais aussi de la spécialité sucrée de la région, la tourte aux blettes. Je poserais bien mes valises à l’Hôtel Mercure Nice Promenade des Anglais  pour réparer ce terrible oubli. Je pourrais aussi faire provision de tubes à cannoli, emprunter le train des merveilles ou filer jusqu’à Vintimille et le soir regagner le confort de ma chambre d’hôtel avec vue sur la mer.

 Mercure Nice Promenade des Anglais 4

J’ai un budget vacances plutôt restreint, voire très restreint alors la formule court séjour me convient bien et les offres des Hôtels Mercure permettent d’économiser jusqu’à 40% sur un séjour partout en France. Côté choix, il y en a pour tous les goûts parmi les 150 destinations. J’aurais plutôt tendance à préférer les Week-end bord de mer (Grandville, Les Sables d’Olonne, la Rochelle, Antibes, je partirais bien partout à vrai dire !) et  les Week-end ville  (vous me dites Nantes, je vous réponds Vincent Guerlais -un check in à l‘Hôtel Mercure Nantes Gare Sud et à moi les petits beurres au chocolat-, Angers et je pense aux mouchoirs de cholet d’Aurélien Trottier, Dijon et ce sont les terribles carré G de Fabrice Gillotte qui me viennent à l’esprit.).

Si je suis atteinte de gourmandise aigüe, je ne suis pas sectaire : parmi les offres de court séjour des Hôtel Mercure, je piocherais volontiers dans les idées de Week-end montagne pour m’offrir un grand bol d’oxygène, je n’ai rien contre une dégustation de vins ou un moment de pure détente avec les Week-end bien-être  et quand je vois le cadre de l’Hôtel Mercure de Bayeux, je suis prête soudain à travailler mon swing avec les Week-end golf.

Alors on part où ?

(article sponsorisé)

Pin It