Tag

vie quotidienne

Browsing

A t-on besoin d’avoir toujours plus pour être heureux? c’est la question que s’est posé Dave en se lançant le défi de vivre avec 100 objets maximum, pendant un an pour se libérer du consumérisme américain. Ça m’a fait penser à Manu et son no shopping month (plus qu’une semaine et je pourrais dire aussi I did it!) . La question est d’autant plus actuelle avec la crise.

Dave, marié, deux enfants, ne compte que les objets strictement personnels (ses vêtements, son sac, ses lunettes de soleil..), ceux qui lui appartiennent (par exemple sa brosse à dent mais pas le papier toilette, le savon ou la nourriture….ouf la tablette de chocolat serait  sauvée !).

Il raconte sur son blog, guynameddave.com,  comment il est arrivé à vivre avec 94 objets, ipad et iphone compris.

Forcément j’ai eu envie de dresser une petite liste en essayant de ne pas tricher (comme je n’ai ni une tonne de paires de chaussures ni plusieurs sacs à main c’est déjà plus facile) :

– l’ordinateur, l’appareil photo et sa batterie, le téléphone portable et sa batterie, un MP3 (voilà pour la partie geekette)
– une paire de veja, une paire de bottes et une paire de chaussures plus féminine (et encore la paire féminine elle sort rarement du placard)
– un jean, un pantalon noir, une robe noir, un manteau, une écharpe, des gants
– 7 paires de chaussettes, 3 paires de collants opaques noir, 7 ensembles de sous-vêtements, une tenue de nuit
– 3 blouses, 3 chemisiers, 3 tee-shirts, 3 pulls, 1 veste, 1 maillot de bain, 3 robes d’été, 1 tenue de sport (pourquoi 3? pourquoi pas? ))
– un agenda, un carnet, un stylo plume
– un sac à main, une valise
– une paire de lunettes de soleil, une crème solaire haute protection (voyages, voyages)
– un portefeuille
– ma plaquette de pilules, une boîte de doliprane
– une crème de jour
– un illuminateur de teint, un mascara, un blush, un crayon pour les yeux, un rouge à lèvres, un démaquillant (pour moi c’est le minimum vital côté make up ))
– un parfum, un déo, une brosse à dents (pour sentir bon de partout)
– une paire de boucles d’oreille, un bracelet, 3 colliers (très loin de la réalité, j’ai beaucoup de bijoux fantaisie)
– une carte bleue, une carte de prêt de bibliothèque, une carte de transports en commun

– 5 livres que je revendrai pour pouvoir en racheter 5 nouveaux et ainsi de suite

J’ai oublié des trucs, je suis en dessous des 100 objets ?

et toi tu mettrais quoi dans cette liste?

La semaine a été assez chargée alors ne m’en voulez pas si ce glop/pas glop est un peu court…

Glop : Les pots de départ c’est un peu comme la cérémonie des Césars, y a ceux qui peaufinent un discours, qui sortent un papier de leur poche et puis y a ceux qui ne préparent rien et qui se contentent de remercier papa, maman, le réalisateur, les acteurs tout en sautant de joie ou en essayant de contrôler leurs larmes. Vous l’aurez deviné je fais partie de la seconde catégorie ! Un grand merci à mes collègues qui m’ont super gâté : un coffret couvent des minimes, un coffret de soins Clarins spécial fraîcheur (avec la chaleur qu’il fait en ce moment, c’est carrément le bon timing) et un bon cadeau pour un massage Evasion dans un espace bien-être et relaxation juste à côté de chez moi (idéal après l’accouchement). Je repars même avec mon mug avec mon personnage en simpson !

Pas glop : merci aux collègues qui ont pris des photos du pot ça fait de chouettes souvenirs….et ça permet aussi de réaliser que mes bras ressemblent à de la geleez (note pour la suite : ne jamais plaquer mes bras le long de mon corps pour les photos quand je porte un haut sans manche) et que je ressemble actuellement à un hippopotame )

Glop : Scène de la vie ordinaire mercredi soir à la caisse d’un monop. Après une journée de boulot, 40 minutes de transports dans des wagons étouffants de chaleur, je m’arrête faire quelques courses pour le gâteau destiné à la fête de la crèche du fiston le lendemain. Je décide d’utiliser la caisse « handicapés » même si la grossesse n’est pas un handicap, à priori il y a moins de monde et je n’ai pas envie de piétiner trop longtemps debout en fin de journée. La personne devant moi se retourne, me demande pourquoi je suis à cette caisse alors que j’ai peu d’articles et que je dois aller à la caisse 10 articles. Je me justifie et elle me sort le catalogue de ses infirmités (je reprécise que je suis derrière elle dans la file). Sur ce, la jeune femme devant elle, ayant entendu la conversation, me presse pour que je passe carrément en premier. Je suis gênée mais elle insiste, elle était encore enceinte il y a 6 mois et sait ce que c’est de se traîner un gros bidon. Du coup j’ai grillé la vieille qui tirait une tronche pas possible….merci à la jeune femme pour ce petit moment de solidarité inter-mamans )

Sur ce, je vous souhaite un week-end au frais, devant votre ventilo ou sous la douche..ou pour les plus chanceuses les pieds dans la piscine ou les jambes dans la mer….

Pin It