Tag

machine à pain

Browsing

Je suis légèrement OUT…la machine à pain c’était à la mode, tendance, bankable il y a deux ans…tout le monde ne parlait que de ça, tes collègues ramenaient une bonne grosse miche qui ressemblait à une pierre qui ne faisait pas envie, l’homme voulait essayer bien entendu…et puis les machines à pain ont été rangées progressivement au fin fond d’un placard, les boulangers ont retrouvé le sourire et moi j’ai eu enfin une cuisine avec un grand plan de travail et assez de temps pour me lancer dans l’aventure du pain maison.

Depuis une semaine, voici donc mon nouveau locataire…encombrant, pas très esthétique et un peu bruyant avec ça…mais raisonnable au niveau du prix, bien noté par une revue de consommateur, avec une cuve à pain  pratique et facile à nettoyer et une capacité pouvant aller jusqu’à 1 kg.

En consommatrice disciplinée, j’ai bien lu la notice et je me suis marrée devant cette recommandation (véridique) : cet appareil n’est pas destiné à être utilisé par des personnes dont les capacités physiques, sensorielles ou mentales sont diminuées , qui ne disposent pas de connaissances ou de l’expérience nécessaires, à moins qu’elles n’aient été formées et encadrées pour l’utilisation de cet appareil par une personne responsable de leur sécurité (en gros il faut avoir son bac pour pouvoir utiliser une machine à pain et ne pas être endormie, sous prozac, hystérique)

N’employez l’appareil qu’à la fin domestique prévue. (de toute façon mes fesses elles ne rentrent pas dans la cuve)

Histoire de faire connaissance avec l’engin, j’ai commencé par les basiques à savoir une préparation pour brioche BIO toute prête. Il suffisait de mettre du lait, un peu de beurre en morceaux, le mélange en paquet et de lancer le bon programme.

Et pour le résultat ?

Verdict? bien meilleure qu’en supermarché et en plus elle se conserve sans souci plusieurs jours si tu la couvres bien.

Je ne voulais pas m’arrêter en si bon chemin alors j’ai enchaîné sur une autre préparation toute prête pour un pain Fruits et Fibres. Là encore pas besoin d’avoir suivi des cours chez Ducasse : de l’eau, le mélange, on lance la machine, on attend 2h30.

Et voilà ce que cela donne :

Verdict? excellent, je crois que j’ai encore préféré ce pain à la brioche ! et le chérubin a adoré aussi me demandant à chaque fois qu’il trouvait une écorce d’orange, de citron, une graine, ou un raison sec « c’est quoi ça? » (tu comprends pourquoi les enfants c’est épuisant?)

Maintenant que j’ai apprivoisé la bestiole, je voudrais me lancer dans un peu plus difficile..pour tout dire je rêve de ciabatta, mon pain préféré mais j’ai besoin de tes conseils avisés : où achètes-tu ta farine? fais-tu cuire ton pain dans la machine ou au four? comment tu fais pour que les pépites ne tombent pas dans le fond quand tu prépares une brioche aux pépites de chocolat? …

Si j’investis dans une yaourtière, promis tu pourras m’appeler Bree )

Jamais mon amoureux n’a eu la mauvaise idée jusqu’à présent de m’offrir un appareil d’électro-ménager. On aurait brûlé nos soutiens-gorge en mai 68, revendiqué le droit de travailler, lutter pour l’égalité salariale homme-femme (c’est pas gagné) pour être renvoyée à nos balais et nos fourneaux? Et puis, à la maison, monsieur n’est pas du genre à mettre les pieds sous la table en rentrant. Même s’il est loin d’être un fanatique du ménage, qu’en la matière il a toute une gamme d’excuses très élaborées mais peu crédibles, qu’il a une conception du rangement assez étrange, il aide, il met la main à la pâte, il prend sa part du fardeau ménager.

Admettons tout de même que cette année, pour la fête des mères, il tente le coup sous prétexte que je suis très sexy quand je suis en colère. En profiterait-il pour acquérir ENFIN la machine à pain dont il rêve depuis sa commercialisation, un peu comme lorsqu’on offre le dernier roman de Douglas Kennedy à sa belle-mère en espérant le récupérer très vite par la suite? Il s’amuserait deux ou trois fois avec, achèterait toutes les farines existantes et possibles puis décrèterait que rien ne vaut une baguette pas trop cuite et la machine à pain finirait à côté du robot qui demande une agrég de maths pour la moindre utilisation.

A moins qu’en futur papa prévenant, il m’offre une machine à café nespresso en prévision des nuits blanches de septembre et pour conjurer le sort qu’on lui a lancé concernant les cafetières à dosettes (il a failli finir électrocuté par une tassimo qui, au moment du branchement, a craché une boule de feu et aujourd’hui le numéro de série de sa senseo est rappelé par Philips pour cause de brûlure possible). Sauf que la nespresso sans George et son « what else« ? a peu de chance de susciter beaucoup d’enthousiasme chez moi.


Non s’il voulait voir mon œil briller, ma bouche s’extasier et ma voix partir dans les aigus, il faudrait qu’il m’offre l‘irobot, l’aspirateur roomba 530 qui, parait-il, fonctionne tout seul c’est à dire détecte comme un grand la saleté, la poussière et les miettes (mais malheureusement ne grimpe pas encore sur les canapés), est tout petit et  léger (le mien traîne souvent au milieu du salon vu le nombre de fois où je le passe et le poids qu’il pèse), est mince (il se faufile sous les lits et peut-être sous le canapé sans que mon dos ne morfle) et sans fil…Ne plus avoir à le brancher et à débrancher au fur et à mesure des pièces, ne plus avoir à se pencher, à tirer sur le fil ou à enjamber certains meubles avec la bestiole à bout de bras, quel pied ! je me demande juste s’il est aussi impitoyable que moi ?

Alors qui sait, peut-être que je prendrais goût aux cadeaux du rayon électroménager et que je lui demanderais pour Noël la version « fer à repasser » du irobot )

Ce billet est ma participation au concours d’Electroménagère, un concours pour dire merçi  !

Pin It