Tag

guide de voyage

Browsing

Slow Train ou comment voyager autrement

On veut des trains qui aillent plus vite, des trottinettes électriques parce que les autres avancent trop lentement, on commande des livres en ligne parce qu’à la librairie du coin il faut attendre et que nous on le veut là maintenant tout de suite …et moi je viens vous parler de Slow train, des trajets avec plein d’arrêts, des wagons sans wifi ni prises, des voyages où le « pendant » compte autant que la destination.

« Le but n’est pas seulement le but mais le chemin qui y conduit » Lao Tseu

Slow Train c’est quoi ?

L’idée de Slow Train, qui propose 30 échappées ferroviaires en France, est venue à son auteure, Juliette Labaronne (qui n’a pas de voiture !) suite à une collaboration avec un journal interne de la SNCF. Elle a alors découvert l’univers ferroviaire, elle a rencontré des cheminots passionnés et passionnants. Cela lui a inspiré ce livre. 

Slow Train fait référence bien entendu au slow life, slow food ou l’idée de prendre son temps dans un monde où tout est fait pour être éphémère mais aussi à Jack Kerouac dont les héros passent leur temps à sauter d’un train de marchandises à un autre.

Hormis les points économiques (les ter sont beaucoup plus accessibles en terme de prix que les TGV) et écologiques, ces échappées ferroviaires permettent de découvrir un patrimoine inattendu. Là des viaducs vertigineux, ici des tracés à flan de montagne ou de mer, là encore les traversées des plus beaux terroirs. 

Slow Train

Ce que j’ai aimé dans ce guide

♦Pour chaque échappée, le trajet est dessiné sur un carte, le temps de trajet est donné ainsi que la distance, la fréquence, le tarif, la possibilité de prendre ou pas son vélo (l’auteure suggérant souvent de poursuivre la balade à vélo) et les correspondances. 

♦Les petits détails qui font le côté singulier de certains trajets (confort ou pas du train, correspondance hasardeuse, public qui emprunte le plus la ligne ..) ; Les randonnées possibles indiquées dans les gares d’arrivée ou les appli à consulter pour les trouver 

♦La minute cheminot qui revient sur l’histoire de telle ou telle ligne 

♦La rubrique buffet de la gare avec les spécialités du coin à goûter (je ne conçois pas un voyage sans son volet gastronomie ) 

Slow Train

Les échappées ferroviaires déjà testées

Non je n’ai pas eu le temps de tester aussi rapidement (ce serait le comble) quelques unes des échappées proposées mais en feuilletant ce guide, j’ai repéré deux trajets que j’ai déjà eu l’occasion d’emprunter dans le passé :

-Guingamp Paimpol lorsque j’étais en vacances dans la baie de St Brieuc. Le train traverse des forêts, il surplombe la rivière du Trieux dans sa dernière partie. Il est lent, il n’y a que deux wagons (on était quasiment seuls dedans ) mais on peut observer à loisir les paysages par la fenêtre, voire même les gens à certains croisements. Un trajet que je garde en mémoire !

Nîmes Grau du Roi emprunté une fois seule pour rejoindre mes enfants en vacances chez mon père. Le train traverse la petite Camargue et entre la végétation, les flamants roses et les chevaux blancs, j’ai passé mon nez collé à la vitre (en plus le trajet ne coûte qu’1 euro !)

Slow Train

Les échappées ferroviaires qui me font le plus envie

Parmi les 30 escapades proposées, certaines me donnent envie de prendre un billet plus que d’autres :

la Baie de somme au départ de Paris me tente beaucoup (mais bon faut aller à Paris ))
l’échappée Dole -St Claude qui traverse le jura de part en part (c’est une région que je ne connais pas du tout car difficile d’accès sans voiture me semblait-il) avec pas moins de 36 tunnels, 18 viaducs. Du fait de son parcours et d’après les voyageurs, on a l’impression d’être sur un train volant. Cette ligne est d’ailleurs appelée ligne des hirondelles.
l’échappée Nice Vintimille pour voir la Riviera autrement (et sans les embouteillages) avec des arrêts de charme (Eze, Menton…), des points de vue magiques et le tout pour 8 € l’aller
l’échappée Ajaccio-Corte-Bastia (avec la ligne Trinichellu) parce que je rêve de retourner en Corse mais qu’à priori sans voiture c’est compliqué

Slow Train : Pour qui ?

Pour ceux qui n’ont pas de voiture et qui voyagent déjà en train le plus souvent, ceux qui ont envie de sillonner l’Hexagone à leur rythme, de voyager autrement, de prendre l’air en limitant l’impact sur l’environnement. 

Dommage qu’il ait peu d’escapades au départ de Lyon (si ce n’est celle pour aller à Paris Bercy en passant par la Bourgogne) mais ce guide est vraiment bien fait et donne envie de partir. J’espère que ces lignes ne seront pas fermées ou plus entretenues dans une logique de rentabilité.

Voyage, voyage avec la libraire Raconte-moi la terre

Une blogueuse mode tournerait du nez à la vue de la pauvreté de ma garde-robe, Valérie Damidot ferait une émission spéciale si elle voyait ma déco, mais je préfère avoir 3 pantalons et un canapé la Redoute plutôt que de ne pas partir en voyages . Quand je suis passée devant la librairie Raconte-moi la terre par hasard un dimanche, je me suis donc jurée d’y retourner…sans ma carte bleue (sous peine d’avoir un coup de fil de mon banquier le jour même).

La vitrine consacrée à la Chine donne le ton et en pénétrant à l’intérieur, on vérifierait presque qu’on a bien emporté son passeport.

Non seulement Raconte-moi la terre est rempli de livres, romans, bande dessinées, essais, pour les petits et pour les grands comme une librairie classique mais comble du bonheur, elle est spécialisée dans les voyages. Tout, du décor aux rayons, est une invitation à l’évasion.

Le coin consacré aux guides de voyage est peut-être le plus consulté, moi mon espace préféré c’est celui qui me promène d’Océanie en Afrique, du Brésil en Écosse, du Groenland à Tahiti à travers romans, guides et beaux livres. J’aime aussi les sélections autour d’un pays ou d’une ville, cela donne des idées de lecture qu’on n’aurait pas eues forcément, cela suscite la curiosité et l’envie de s’envoler ailleurs au moins dans un fauteuil.

Le rayon consacré aux récits de voyage est 10 fois plus important que dans n’importe quelle grande enseigne culturelle…je n’ai pas sorti mon carnet ce jour là mais j’ai feuilleté et parcouru des titres qui m’ont donné des fourmis dans les jambes.

Si ce tour du monde livresque t’a épuisé ou que tu as besoin de reprendre des forces, tu peux aller t’assoir à l’une des tables du restaurant présent dans la librairie. Pour ma part, j’ai été fureter dans l’espace enfants qui fourmillent d’idées d’activités (et les vacances de février c’est ce soir à Lyon), d’histoires qui leur ouvriront l’esprit (et qui leur éviteront, j’espère, un jour de penser comme certains qu’une civilisation est supérieure à une autre).  Là j’ai vraiment failli craquer pour le livre Le tour du monde de Mouk à vélo et à gomettes mais j’ai gardé l’idée pour un cadeau d’anniversaire.

 Et toi, y a t-il une librairie spécialisée que tu affectionnes?

Match routard/ un grand week-end à Madrid

Le voyage commence toujours pour moi dans un fauteuil ou dans mon lit avec le feuilletage et la lecture des guides de voyage. Ils sont ce que les préliminaires sont à l’amour et font vraiment partie du plaisir.

Avant de m’envoler à Madrid, j’ai consulté, comparé, noté deux guides : le guide du routard et Un grand week-end à Madrid.

Le routard n’est pas entièrement consacré à la capitale espagnole mais aussi à la Castille. Ses points forts sont les conseils pratiques (se déplacer, téléphoner, prévoir un budget..) et ses bonnes adresses (hôtels ou restaurants). Il consacre une grande place aux musées peut-être au détriment du reste. La recherche entre les différents quartiers n’est pas bien conçue car sans sommaire. Note que le routard te permet de repérer à la ronde tous les français dans le coin et de fuir…car tu n’es pas là pour rencontrer tes compatriotes si?

Un grand week-end à Madrid propose un plan détachable très pratique (et en général sur le point de se déchirer à la fin du séjour après une utilisation intense), un plan des lignes du métro et 13 parcours/ballades qui permettent de découvrir la ville à pied. Les nombreuses photos permettent de repérer avant le départ ce que tu veux absolument voir et une fois le voyage fini de remettre un nom sur certains de tes clichés. Le guide consacre plusieurs pages aux incontournables mais chaque circuit passe aussi par des petites rues, des petites places, tout ce qui crée l’atmosphère d’un endroit. Le point faible de ce titre est qu’il met un peu tout sur le même plan : un monument comme une boutique ou un restaurant. De plus, les parcours ne suivent pas forcément une logique très compréhensible. On revient souvent sur ces pas, on repasse par les mêmes endroits parfois. Dans cette collection, Madrid n’est pas le titre le plus abouti.

Verdict : difficile de choisir entre ces deux guides, ils sont complémentaires. Le routard est néanmoins le seul à être affiché sur les vitrines des restaurants ou sur les portes de certains hébergements comme garantie de qualité d’un établissement.

Et toi, tu pars avec ou sans guide?

Edit 1 : je les ai cherché partout ce matin, ils étaient montés dans son arbre !

Pin It