Pâtisserie et chocolat

Un moment gourmand et croquant : La Pâtisserie de Cyril Lignac

Ma liste spéciale  » pâtisseries parisiennes à tester » est bien trop longue par rapport à la durée et à la fréquence de mes séjours parisiens mais à chaque fois que « je monte à la Capitale », j’essaie au moins d’en tenter une. Quand j’ai su que j’accompagnais mon fils à la remise du prix du jury du Journal de Mickey dont il faisait partie et que celle-ci avait lieu à la fnac des Ternes, j’ai vite regardé quelle pâtisserie se trouvait dans le coin. Oh miracle, juste derrière, à quelques pas, se trouvait La Pâtisserie Poncelet de Cyril Lignac. Cela aurait été dommage de passer à côté d’autant plus que je salivais depuis un bon moment devant le baba, la tarte au citron et autres  créations du pâtissier.

Je ne sais pas s’il faut être originaire du Sud-Ouest pour travailler dans les boutiques de Cyril Lignac, toujours est-il que la personne qui nous a accueilli avait un accent très chantant et qu’elle était trop sympathique pour être parisienne (je viens de perdre 40 % de mes lecteurs ).

Quand on entre dans une pâtisserie et qu’on est un bec sucré, le plaisir commence bien avant la dégustation (un peu comme, pour moi, le voyage commence bien avant le départ…vive les préliminaires )). On embrasse la vitrine une première fois du regard, on parcourt les étagères toutes garnies de choses merveilleuses, parfois on a le luxe si on est seule de pouvoir prendre tout son temps avant de choisir et de discuter un peu, comme ce jour là, sur ce qui se dresse sous nos yeux.

Il y a toujours un petit déchirement à choisir, surtout lorsqu’on sait qu’on n’aura peu d’occasions de revenir et puis on pointe le doigt vers telle ou telle pâtisserie.

Il faisait un temps rêvé pour moi : ni trop chaud ni trop froid, assez doux pour s’installer en terrasse de la Pâtisserie Poncelet et profiter de l’agitation des commerces environnants. Mon fils a choisi Noisette composé d’un biscuit amande recouvert d’une  crème à la noisette, enrobé d’une fine couche craquante de chocolat au lait et amande et décoré d’une ganache au gianduja lait noisette. C’est gourmand, régressif et cela a été plébiscité par le principal intéressé.Si je n’avais du prendre qu’une seule pâtisserie, j’aurais choisi celle-là, la première pâtisserie signature de Cyril Lignac et de Benoît Couvrand, l’Équinoxe. Celle-ci est composée d’une crème légère à la vanille Bourbon, d’un cœur au caramel beurre salé sur un biscuit croustillant au spéculoos. J’en attendais beaucoup comme tout ce dont on entend parler depuis longtemps (et forcément j’avais un peu peur d’être déçue) et j’ai savouré chaque bouchée  (enfin celles que m’a laissé mon fils, on a tout partagé à 2). Gros coup de cœur avec cette association de saveurs que j’avais pas encore goûtée !

Enfin étant donné mon goût pour les pâtisseries avec une pâte à choux, je ne pouvais pas repartir sans choisir le Paris-Brest de la maison (la version non individuelle est déjà une merveille visuellement ). Pâte à choux ni trop sèche ni trop molle, onctuosité de la mousseline praliné qui renferme un praliné coulant maison aux noisettes de Piémont …sur les notes noisettes j’avoue que je préfère le Paris-Brest à la Noisette (peut être moins « léger » pour moi). Il parait que la recette se retrouve dans le livre qu’a publié il y a peu Cyril Lignac aux éditions de la Martinière. Cela se tente ?Qui a dit qu’on ne retournait jamais deux fois aux mêmes adresses étant donné le nombre de pâtisseries parisiennes ? Il faudra bien faire une exception pour plonger ma cuillère dans la crème chantilly chocolat du baba de la maison ou pour me faire avis sur le flan chocolat.

En tous cas, ce moment là, gourmand et croquant, à la Pâtisserie Poncelet, on sera deux à s’en souvenir.

♥ La Pâtisserie Poncelet  ♥
9 rue Bayen
75017 Paris

6 Comments

  1. Hum…
    C’est de l’art, de la joaillerie.
    Je suis pas fan du Paris Brest à la base, j’en ai mangé de tellement mauvais, mais là miam… Ça supporte pas la médiocrité en fait (comme le millefeuille)
    • tout à fait d’accord avec toi : le paris brest à la base c’est pas mon truc parce que je n’aime pas la crème au beurre /le millefeuille quand on a des miettes plein la bouche + le fondant super sucré je n’aime pas mais il y a des pâtissiers qui les ont re-travaillé et qui m’ont fait changer d’avis
  2. Hmmmmmmm….
    je souris, parce que la dernière fois que j’ai trainé dans une rue à Paris (rue du Dragon je crois), bim je tombe sur une chocolaterie Cyril Lignac, je regarde en face : un resto Cyril Lignac, juste à côté, un bar à vins Cyril Lignac, et je croise qui ? Cyril Lignac ^^ .

Write A Comment

Pin It