7 sur les 500 et quelques titres de la rentrée littéraire 2020, c’est bien peu. J’aurais pu attendre que ma liste s’étoffe jusqu’à 10 ou jusqu’à 20 mais même si j’ai un bon rythme de lecture, je lis aussi des poches, des livres qui ne me plaisent pas et mon article serait peut être paru en 2021 : ) Alors tant pis j’ai choisi 7 titres très différents tant au niveau du ton que de l’intrigue. Les textes qui suivent sont déjà parus sur mon compte Instagram au fur et à mesure de mes lectures.

rentrée littéraire 2020

1-Le plus sensible : Ce qu’il faut de nuit

Ce qu’il faut de nuit s’ouvre sur une scène de foot, autant dire que c’était mal engagé (oui je me fous royalement du foot !). Pourtant il n’a pas fallu plus que quelques phrases pour que la petite musique de Laurent Petitmangin me charme complètement. 

J’ai aimé avant tout son écriture ramassée, moi qui adore par ailleurs les longues phrases de Stefansson. J’ai été cueillie par ce que j’appellerais un peu pompeusement sans doute « l’incroyable honnêteté dans l’expression des sentiments ». A la fois une extrême pudeur et pas un gramme de tricherie. 
Et puis j’ai aimé que le « décor » soit la Lorraine ouvrière, une Lorraine à laquelle le personnage principal est attaché.

On dit beaucoup de la lumière du Nord, de l’Italie en été, je veux bien le croire, je n’y suis jamais allée, mais je suis prêt à parier que la nôtre, pendant cette toute petite période, ces 15 jours d’avant la rentrée, la surpasse haut la main.

Enfin j’ai été touchée, émue par ce beau portrait de père (ni violent ni absent sans être non plus héros) qui tente d’accompagner le mieux qu’il le peut ses deux garçons vers l’âge adulte.
Je crois que c’est la première fois que je lis un aussi beau livre sur l’amour paternel. 

rentrée littéraire 2020

2-Le plus drôle et mélancolique : Broadway

-Docteur, je viens vous voir, parce que face à la rentrée, au quotidien lancinant boulot/devoirs/qu’est ce qu’on mange ce soir ?, à nos vies sous masque sans sourire et contact, je déprime.  

-Je vais vous prescrire quelques pages du dernier roman de Fabrice Caro, Broadway., à lire tous les jours. Entre ses rêves d’évasion à Buenos Aires avec Benjamin Biolay, les histoires de séduction qu’il s’invente pour oublier le temps qui passe et sa capacité à échafauder des scénarios à partir du plus banal des événements, il vous aidera probablement à jeter un autre regard sur ce que vous vivez. Et puis vous rirez à chaque fois que vous ouvrirez ce livre. 
-Pas d’effets secondaires ?
-Entre les spectacles d’école de fin d’année, les apéros entre voisins où on n’a rien à se dire, les soucis parentaux face aux ados, l’identification au anti-héros principal est plus que probable chez certaines personnes. Dans ce cas, vous vous esclafferez probablement deux fois plus. 

A lire si vous aimez l’humour absurde nimbé de mélancolie ( c’est précisément ce qui évite de tomber dans un humour cynique et « je suis au dessus de tout le monde » ). 

rentrée littéraire 2020

3-Le plus secret : L’autre Rimbaud

L’autre Rimbaud c’est celui qu’on gomme de la photo de communion, geste participant à une entreprise de disparition menée par Isabelle Rimbaud (une soeur) et son mari.
L’autre Rimbaud, Frédéric, c’est celui qui doit grandir dans l’ombre d’un frère avec qui il a été si complice enfant. Est-il aussi raté que lui répète sa mère autoritaire et malveillante, lui qui a eu le courage de lui tenir tête plutôt que de fuir à l’autre bout du monde comme l’a fait Arthur ?

 » Pourquoi s’était-il accroché à cette famille qui maintenant l’accablait ? A quoi s’attendait-il ? Arthur avait eu raison : quitter cette maison, quitter ce pays, ce continent, s’en aller le plus loin possible, sur les terres les plus sauvages, dans les climats les plus hostiles. » 

L’autre Rimbaud dénigré, déchu, renié, dépossédé, effacé pour reprendre les titres des chapitres de ce livre c’est celui dans lequel l’auteur, David Le Bailly, se reconnait. 

Même si le style est différent, impossible de ne pas penser à Jaenada dans cette enquête sur ce frère assimilé à un idiot par de nombreux biographes. J’y ai lu la même détermination à  redonner une existence et une épaisseur à celui qu’on a rayé de la légende Rimbaud. J’ai découvert aussi un autre visage d’Arthur Rimbaud qui a consacré une grande partie de sa (courte) vie au négoce dans d’autres contrées. 
Peut-on mener une vie heureuse quand notre famille nous hait autant ? Peut-on trouver sa place quand on grandit dans l’ombre d’une soeur ou d’un frère qui attire tous les éloges ? Ces questions me sont venues en tête en refermant ce livre. 

A lire si vous cherchez une biographie en forme d’enquête où page après page vous tenterez de comprendre pourquoi Frédéric Rimbaud a été éjecté de l’histoire familiale avec autant de constance et d’obstination ! 

rentrée littéraire 2020

4-Le plus intrigant de la rentrée littéraire 2020: le lièvre d’Amérique

Qu’est ce qui vous donne envie d’ouvrir un livre dont vous ne connaissez pas l’auteur ? Pour Le lièvre d’Amérique, j’ai été attirée par la couverture, par l’étrangeté de l’histoire (une employée qui subit une intervention pour être encore plus productive au travail), par la maison d’édition. 
Je ne suis pas une adepte de fables (je suis même passée à côté de plusieurs livres unanimement salués et présentés comme contes) mais je me suis laissée embarquer sans  résistance dans la vie de Diane : dans son présent, après l’intervention; dans son adolescence (qui éclaire ce qu’elle est devenue); dans son passé proche avant l’opération.

J’ai été frappée par les longues phrases de Mireille Gagné sans point ni ponctuation qui traduisent si bien que Diane ne veut pas s’accorder une miette de temps pour elle, comme si elle était en apnée permanente, obsédée par le culte de la performance.

« Pour calmer son anxiété de performance et économiser des secondes Diane compte perpétuellement le nombre de pas séparant son appartement de son travail de marches entre chacun des étages de seconde entre son bureau et celui de la femme qu’elle déteste le temps que ça lui prend pour remplir une bouteille d’eau d’attendre chez le médecin que le photocopieur finisse sa phase de réchauffage elle compte les aliments absorbés par chaque aliment et dépensées sur le vélo stationnaire les murs qui l’entourent les lumières dans son appartement son bureau les craques sur les trottoirs les lettres dans chaque mot qu’elle écrit ….

Un livre court mais où les sensations liées au corps sont omniprésentes, comme si cette éveil sensuel liée à la nature, nous l’avions étouffé, dans notre course au toujours plus. 

A lire si vous cherchez un roman atypique et surprenant ! 

rentrée littéraire 2020

5-Le plus rageant: Nickel Boys

Est ce que vous êtes déjà imaginé interdit de cinéma, de bus, de bar, obligé de demander la permission à votre employeur avant de le quitter à cause de la couleur de votre peau ?
Cette ségrégation inscrite noir sur blanc dans les lois de Jim Crown, Eldwood Curtis, la vit tous les jours en Floride au début des années 60. Mais cet adolescent aime les livres, il écoute les discours de Martin Luther King et il est convaincu qu’un mouvement vers plus d’égalité et de justice est en marche.
Son idéalisme est mis à mal lorsque, suite à une mauvaise rencontre, il est envoyé en maison de redressement à l’Académie Nickel. L’endroit est d’autant plus terrifiant qu’il a réellement existé (jusqu’en 2011 !). Malgré les disparitions et les meurtres qui y ont eu lieu, il n’y a jamais eu d’enquête et de procès.
Alors cette colère sourde qui grandit en Elwood Curtis au fil des lignes, page après page, je l’ai ressenti.

« Les garçons avaient été longtemps formés à attendre que les Blancs leur adressent la parole avant de pouvoir leur parler.Ils l’avaient appris très jeunes, à l’école, dans les rues et sur les routes de leurs villes poussiéreuses. Nickel leur avait fait rentrer dans le crâne : Vous êtes des Noirs dans un monde de Blancs. » 

Nickel Boys m’a pris à la gorge, m’a ému aux larmes et m’a envoyé au tapis avec son retournement de situation finale incroyable.
Même si vous le voyez passer souvent dans votre fil Instagram, rentrée littéraire oblige, ne passez pas à côté de ce roman bouleversant ! 
(traduction Charles Recoursé) 

rentrée littéraire 2020

6-Le plus virtuose de la rentrée littéraire 2020 : Apeirogon

Je ne sais pas par quel bout vous parler de ce roman, il est tellement et incroyablement riche, que toute parole à son sujet sera simpliste et réductrice j’ai l’impression. En tous cas, il confirme le fait que Colum McCann est grand, très grand écrivain ! 

Apeirogon est né de l’histoire vraie de deux pères, l’un israëlien, l’autre palestinien, qui ont perdu chacun leur fille (l’un d’une balle perdue, l’autre dans un attentat). Ces deux pères se sont rencontrés et à travers des conférences, n’ont plus cessé depuis  de se battre pour la paix. 

Construit en une succession de paragraphes plus ou moins longs, Column McCann tisse une toile dans les côtés semble infinis. Pour nous aider à appréhender ce conflit, l’auteur revient sur l’histoire d’Israël mais nous fait toucher du doigt aussi, par mille et un détails, ce que cela signifie aujourd’hui de vivre dans cette région selon qu’on est palestinien ou israélien ? 
La guerre n’a rien de clinique. Colum McCann nous le rappelle à travers des scènes qui marquent à jamais l’esprit comme ces secouristes qui viennent ramasser des bouts de corps après un attentat piégé. 

Par un jeu de construction virtuose, tous les éléments que l’écrivain dépose sur le papier finissent par se répondre pour former comme un immense écho, soulignant combien chacun est élevé dans la haine de l’autre. 
« Rami déclara en public que tous les murs étaient condamnés à tomber, quoi qu’il arrive. Cependant il n’était pas assez naïf pour croire qu’on n’en construirait plus. C’était un monde de murs. Mais c’était sa mission d’ouvrir une brèche dans le plus visible de tous à ses yeux. »

A lire si vous cherchez un roman bouleversant qui aide à comprendre la complexité du monde mais aussi à espérer .

(traduction Clément Baude)

rentrée littéraire 2020

7-Le plus savoureux : La république du bonheur

Enfin le roman qui vous apaisera peut-être le plus si la rentrée vous stresse, La république du bonheur d’Ito Ogawa. Ne vous arrêtez pas au titre, ni au fait de ne pas avoir lu la papeterie Tsubaki dont c’est la suite. C’est mon cas et je ne me sens pas perdue.

Hatako, le personnage principal, s’est mariée à Hitsuro et découvre son nouveau rôle de maman auprès de QP dans cette famille recomposée.

Je lis peu de littérature japonaise, la dernière fois c’était Les délices de Tokyo mais je retrouve la même « philosophie » dans ces deux romans. Une invitation à savourer tous les petits détails du quotidien : le bruit du vent dans les feuilles, le plaisir à préparer un thé, la joie dans un bon repas ou dans un moment partagé avec quelqu’un qui nous est cher. Ici les personnages n’ont pas les yeux rivés sur leur téléphone et semblent dotés de la capacité de vivre à fond chaque instant présent sans être dans une course perpétuelle à demain.

S’ajoute aussi le plaisir de découvrir une culture, des plats, des traditions que je ne connais pas (je note plein de choses dans un carnet avant d’aller les chercher ).

A lire pour apprendre à savourer l’instant présent et se sentir comme enveloppé(e) dans un plaid très moelleux et réconfortant sans tomber dans la mièvrerie pour autant.
(traduction Myriam Dartois-Ako)

Est ce que l’un de ces titres de la rentrée littéraire 2020 vous tente ?

Je vous donne rendez vous dans quelques semaines pour une autre sélection de la rentrée littéraire 2020 si j’ai avancé dans mes lectures.

3 Comments

  1. La plupart des livres dont vous parlez me font envie, surtout Rimbaud.
    Il y a une bonne critique d’ Apeirogon dans ELLE de la semaine dernière.
    Je suis en train de lire «  Etes anglais »: ça me fait penser à la comtesse de Ségur quand une des enfants fait des bêtises ! J’aime l’écriture, les caractères sont très bien décrits.
    • j’ai vu passer plusieurs critiques d’Etés anglais, je crois que c’est une série en plusieurs tomes ? je le lirais bien aussi
      • Oui, il y aura 4 tomes en tout. Seul le premier est paru pour l’instant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It