Je n’ai jamais été à Istanbul mais quand j’ai parlé de cette ville dans une story sur Instagram, plusieurs personnes m’ont dit à quel point elles gardaient de cet endroit des souvenirs forts et émus. Cet « envoûtement », on le ressent sous la plume de l’auteur, Samuel Aubin qui a vécu à Istanbul plusieurs années. Dans Istanbul à jamais,  roman très documenté, il nous raconte comment le coup d’état avorté de juillet 2016 a changé progressivement le climat de la ville (on peut d’ailleurs s’interroger sur la véracité même de ce coup d’état vu la façon dont il a été instrumentalisé, récupéré par le pouvoir en place).

En essai, cela aurait peut-être été ennuyeux car les références sont nombreuses, la situation géopolitique est complexe, l’histoire de la Turquie est particulièrement riche. La magie du romancier est d’incorporer tous ces éléments dans un récit et à travers le destin de plusieurs personnages.  

crédit photo : Wikipedia

5 raisons de lire Istanbul à jamais

-Même à des milliers de kilomètres, j’ai ressenti la magie de cette ville, ces mille et un visages, sa diversité et un véritable dépaysement

– à travers des noms de rues, de quartiers, de monuments, l’auteur nous invite à une véritable balade …cela a pris la forme pour moi d’une story permanente sur mon compte instagram @bookaddictlyonnaise (story « booking of »)

-le roman est une porte d’entrée vers d’autres artistes, du photographe Ara Güler à l’écrivain Orhan Pamuk et son musée de l’innocence en passant par le peintre Devrim Erbil qui est l’auteur de la magnifique couverture du livre

-C’est un roman qui fait appel à tous les sens : tourbillon des derviches tourneurs, odeur du café turc, couleurs sur le Bosphore ….

Istanbul à jamais est bien plus qu’une flânerie. Il est d’une incroyable richesse abordant aussi bien histoire constitutive de la ville qu’histoire actuelle, le génocide arménien, la place des kurdes, le rôle de l’armée, les multiples héritages de la ville, le parti HDP…

série de photos sur Istanbul, crédit photos : Ara Gûler

Il y a des livres qui sont comme un premier pas. En refermant Istanbul à jamais, j’avais bien entendu envie de tenter une recette de simits, bagel turc (à suivre )). J’ai écouté une émission sur France Culture sur le livre de Fethiye Cetin, Les petits enfants et j’en ai noté un autre, Nous sommes tous des Arméniens.

Et puis j’ai envie de repartir là bas peut être avec la bâtarde d’Istanbul d’Elif Shalak, Je ne reverrais plus le monde d’Ahmet Altan, les deux titres conseillés par Les pages qui suivent.

Et vous, vous êtes déjà allés à Istanbul avec un livre ou en réalité ?

Istanbul à jamais, Samuel Aubin, Actes Sud

Une autre idée lecture pour s’évader : Le chant de la pluie

2 Comments

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It