Tag

hommes

Browsing

Tous les jeudis soirs, je m’installe sur mon canapé et pas derrière mon clavier pour une fois, je ne regarde même plus mon blackberry, je ne suis là pour personne : je regarde Desperate Housewife.

L’occasion était toute trouvée de reprendre les billets sur des séries et des hommes puisque malgré l’intitulé de ce feuilleton, les hommes sont très présents et ont des rôles importants.

Commençons par Mike, le beau plombier que Susan a épousé mais qui est parti en Alaska pour renflouer les comptes du ménage. S’il ne laisse pas indifférent ces dames, j’ai souvent l’impression qu’il a du mal à construire une phrase de plus de trois mots..le genre à s’exprimer par onomatopées, ça va deux minutes mais au restaurant ça doit être un calvaire.

Carlos a inauguré la saison 7 sans son bouc et j’ai eu du mal à m’habituer à son nouveau look, je ne le reconnaissais pas. Il a prouvé au fil des épisodes qu’il est plus qu’un macho latino. Même s’il semble parfois ahuri (consterné?) par la superficialité de Gaby, il est raide dingue d’elle et reste toujours très attentionné.

Avec Tom, la vie n’est pas un long fleuve tranquille : crise de quarantaine, retour en adolescence et maintenant baby blues, il est aussi drôle, souvent touchant, cérébral et son couple a su résister à pas mal d’épreuves.

Keith n’est pas un personnage récurrent de Desperate Housewife mais le nouveau petit ami de Bree.  Soit il a des abdos comme des tablettes de chocolat, soit il est inépuisable au lit vu son jeune âge et visiblement bon amant mais quand on l’emmène voir un spectacle, il regarde les câbles et il a toujours la même tête que dans Beverly Hills.

Tom avec le physique de Mike et les attentions de Carlos c’est possible ?

Et toi, tu choisirais quel homme parmi ceux-là ?

Edit : si tu as une série américaine chouchou ou à faire découvrir, n’hésite pas à en profiter pour participer à fais toi la belle en Amérique jusqu’à fin mai.

Récemment j’ai été convoquée par le grand chef pour motiver ma demande de reconduction de temps partiel pour 6 mois (je bosse à 50% depuis janvier).  Maman d’une enfant de moins de trois ans, un refus de sa part était difficile mais il a tenté de me mettre la pression. Derrière les raisons familiales (car oui cela me permet d’emmener mon fils par exemple tous les lundis à ses séances de psychomotricité sur le seul créneau disponible  dans ce centre  soit à 16h, ce qui serait tout à fait impossible si je travaillais), cela traduit un manque de goût total pour mon poste actuel et personne n’est dupe. D’ailleurs je ne l’ai jamais caché, c’est peut-être même cela qui pose problème.

Dans une vie parallèle, où les gens arrêteraient de se croire très importants et de se prendre au sérieux tout ça parce qu’ils sont au travail, je lui aurais répondu que je n’envisage pas une reprise à temps complet de mon activité tant que :

sa secrétaire ne s’appelle pas Andrea  Zanchini

 

le comptable ne ressemble pas à Eros Ramazotti

 

celui qui tente de réparer la clim n’a pas des faux airs de Kim Rossi Stuart

 

mon collègue de bureau n’est pas le frère de Riccardo Scamarcio

Des arguments de choc, non, tous ces hommes italiens ?

Rien qu’à l’évocation de son nom, la musique du générique de Madame est servie résonne dans ma tête et je revois les images de la camionnette se garant devant une belle maison puis une porte qui s’ouvre devant cet italo-américain, veuf et qui devient homme à tout faire d’une famille aisée du Connecticut pour offrir un avenir plus radieux à sa fille.

Toni Micelli cuisine comme un dieu, partout où il passe la saleté trépasse, quand Angela rentre le soir chez elle après une dure journée de travail, la maison est immaculée, son linge est repassé et un cocktail avec une olive verte l’attend sur la table du salon. Avec lui, pas de risque de retrouver des chaussettes jetées juste à côté de la corbeille de linge sale, pas de risque de pester en rentrant dans les toilettes car il n’a pas pensé à rabattre la lunette, pas de risque de se disputer à propos de son incapacité à ranger ou de sa conception du ménage (toute ressemblance avec un personnage ayant existé  est purement fortuit).

Toni Micelli est un père inquiet et protecteur, il se mêle de tout et très vite les rapports qu’il entretient avec ses employeurs sortent du cadre professionnel. Son exubérance balance avec sa maniaquerie ce qui rend son personnage attachant.

Et toi, tu es ou tu vis avec un Toni Micelli ?

Edit : impossible de ne pas penser à Cranemou et  à son Toni

Dans la famille friends, je demande d’abord Joey (Matt Leblanc) : l’acteur d’origine italienne cantonné aux rôles obscurs et à une série mixte mélodramatique de la clinique de la forêt noire et des feux de l’amour. Joey est bien bâti, il a le coeur sur le main, il aime bien manger, il assure visiblement au lit mais il est légèrement décérébré..l’homme le plus beau du monde s’il est bête comme chou perd pour moi tout son charme.

Dans la famille friends, je demande ensuite Ross (David Schwimmer), passionné par son métier mais ennuyeux à mourir dès qu’il en parle. Timide avec les filles, il a pourtant pas mal de relations sérieuses au cours des différentes saisons mais il collectionne les échecs. S’il est un père attentif et attentionné, s’il est peut-être le plus intelligent et cultivé de la bande, il a un côté premier de la classe, chouchou de ses parents que je trouverais probablement horripilant au quotidien. A moins qu’il est des mimiques qui me rappellent un peu trop un ex…

Des hommes de la bande Friends, il reste Chandler (Matthew Perry), le blagueur, celui dont on ne comprendra jamais totalement le métier sauf qu’il est totalement inintéressant, celui dont le père est transexuel, celui dont la petite amie Janice est tout simplement insupportable. Perturbé par le divorce de ses parents quand il était gosse, il est resté très émotif et se sert de l’humour (pas forcément toujours du meilleur goût) comme un moyen de défense. Fidèle en amitié, sensible, assez souple pour supporter la maniaquerie de Monica, il me fait vraiment rire et c’est donc avec lui que je repars aujourd’hui….par contre comment faire comme si de rien n’était devant ses 3 tétons?

Bon ça m’a donné comme une envie de me replonger dans la série tout ça…et toi quel était ton personnage préféré?

Ombrageux parfois, charmant toujours, ses regards et sourires ont un potentiel érotique à l’opposé exact de ceux de Tom Cruise. Il a une qualité d’écoute rarement aussi développé chez un homme, il a de l’humour et un sens de la répartie que je lui envie. Doué pour décortiquer la vie d’autrui, pour trouver les nœuds et appuyer dessus, il est totalement paumé quand il s’agit de sa propre histoire, de son couple et cela le rend d’autant plus attachant.

Jamais suffisant, il a un physique loin d’être déplaisant (je l’ai déjà dit?) et il est l’une des raisons de découvrir la série En analyse. Dans la première saison, Paul (Gabriel Byrne) tombait amoureux d’une de ses patientes, Laura, recevait un couple au bord de la rupture, suivait une adolescente gymnaste après une tentative de suicide et un pilote de chasse. Dans la seconde saison que je savoure comme une boîte de chocolats, épisode après épisode, Paul a quitté femme et enfants et a déménagé. Ses patients sont une avocate qui a suivi une thérapie avec lui vingt ans plus tôt, une étudiante en architecture qui vient d’apprendre qu’elle a un grave cancer, un gamin dont les parents divorcent et un PDG insomniaque qui exige des résultats rapides.

Dans la vie, je ne sais pas si j’aimerais vivre avec un psy (est-ce qu’il se met sur off dans sa vie privée? est-ce qu’il n’analyse pas ses proches à l’insu de leur plein gré ? ) mais tous les dimanches soirs, je suis en plein transfert.

Et toi, tu t’es déjà assis(e) face à un psy?

(des séries et des hommes à suivre avec les personnages masculins de Friends…)

Attention aujourd’hui billet hautement intellectuel, qui demande à être lu plusieurs fois pour être compris et qui peut créer débat (j’aime/ j’aime pas les Espagnols)…voilà ce que j’ai retenu essentiellement de ma lecture du Marie-Claire version olé olé (c’est pas comme ça que je vais améliorer mon vocabulaire) :

Miguel Iglesias assure même en claquettes

Miguel Iglesias vient de m’apercevoir, il est content…calmos, calmos

Andrès Velencoso se roule sur une peau de bête

Jon Kortajarena souffre de la chaleur…

…mais a mis la main sur l’accessoire qui saura le soulager

Tout ça c’est de sa faute :)

A part ça, qui va repartir avec un calendrier de l’avent Milka ?

Moo, Pivoine, Pauline de la compagnie Sans Gluten et La bande à Jules

Bravo  j’attends très vite vos adresses postales pour que vous puissez recevoir votre calendrier à temps ! et pour les non-chanceuses, un autre cadeau à gagner ce samedi lors du weekly chocolate !

Pin It