C'est un beau roman

Mon désir le plus ardent : un énorme coup de coeur !

Si on me demandait aujourd’hui de citer une des plus belles histoires d’amour en littérature, il est certain que je penserai à Mon désir le plus ardent de Peter Fromm, lu cet été à Saint Malo, dans la même chambre où j’ai lu Avec toutes mes sympathies, dans le même décor et avec le même « abandon » propre aux vacances. Alors peut-être que j’ai été encore plus réceptive que si je m’étais plongée dans ce roman à Lyon, en pleine rentrée scolaire, entre une liste de fournitures à penser et des « qu’est ce qu’on mange ce soir ? » à l’esprit mais j’ai fait corps avec ce livre, avec ce couple, avec leur histoire et j’ai pleuré comme si j’étais elle, comme si j’étais lui (sauf qu’eux ne pleurent pas ou peu !).

Au début du roman, Maddy et Dalt sont passeurs (je ne me suis pas certaine de savoir exactement en quoi cela consiste), toutes les scènes qui se passent sur la rivière sont restées assez floues à mes yeux. Les deux jeunes gens se marient, quand ils se retrouvent dans ce qu’ils appellent leur « poulailler », c’est l’alchimie parfaite et l’incendie….sur 300 pages des gens heureux ça risque d’être un peu ennuyeux non ?

Nous écoutons et j’entends murmurer les saules dehors, des aulnes, le glissement silencieux de la Buffalo Fork, ses remous. Une brise s’immisce par la fenêtre. Je sens sa fraîcheur sur mes genoux, mes avants-bras, entre ses omoplates. Je sais qu’il la sent sur ses jambes et ses fesses, encore contractées par que ses reins restent plaqués contre les miens. Dans toute l’histoire de l’humanité, jamais deux personnes n’ont été aussi proches l’une de l’autre. J’en suis convaincue comme je suis convaincue des lois de la gravité. Nous sommes allongés ensemble, si parfaitement emboîtés et je jure que nous arrivons à entendre les étoiles au-dessus de ce vieux bâtiment minuscule, la cascade de leur lumière le long des vieux bardeaux incurvés.

Sauf que Maddy commence à se sentir fatiguée, de plus en plus fatiguée et que lorsque le verdict médical tombe, c’est tout leur avenir qui est bouleversé. Ils sont alors portés chacun par une détermination, une force liée à leur amour qui les pousse toujours à aller de l’avant, à s’adapter aux circonstances, l’essentiel étant ce qu’ils construisent à deux.

Ils vont avoir des enfants, connaitre toutes les questions liées à la routine, l’usure du couple, vont vieillir ensemble mais avec cet invité qui prend de plus en plus de place, la maladie.

Ce n’est jamais larmoyant, ce n’est jamais « pathos » comme on dit au ciné, jamais complaisant, jamais « tire-larmes ». Oui j’ai beaucoup pleuré, mais 1) je suis un cas pour la science 2) c’est tellement juste, sensible, vibrant que je ne vois pas comment on peut garder l’oeil sec.

Je relis les premières lignes de ce billet et je vous imagine sceptique sur le fait que Mon désir le plus ardent soit absolument à lire alors qu’il parle de la maladie au sein d’un couple. Il y a déjà eu des dizaines de bouquins sur ce thème et puis c’est pas gai.

Sauf que c’est le contraire de ce que vous pouvez imaginer : Mon désir le plus ardent est plein de fougue, c’est romantique, c’est drôle et porté par des personnages très attachants. Cela dit aussi de manière tellement touchante les incompréhensions dans un couple, les malentendus, les enfants qui grandissent et se « révoltent » puis partent du nid et combien cela nous touche en tant que parents …il y a tellement de scènes fortes dans ce roman !

C’est sans tabou aussi sur ce que devient le sexe pour ce couple et comment Maddy le vit avec sa maladie. Maladie dont sont décrites toutes les sensations avec précision et tous les effets sur le corps et l’esprit de Maddy.

Enfin Peter Fromm, dans une situation donnée, ne nous amène jamais au déroulement le plus facile (vous savez comme lorsque vous arrivez à savoir avec quoi un mot un chanteur va faire rimer un autre mot). Il ne tombe jamais dans les clichés, dans les tableaux trop « écrits », il nous surprend toujours. Même la fin m’a cueilli littéralement.

Bref Mon désir le plus ardent a été un ÉNORME coup de coeur et s’il y avait une liste de romans à lire absolument dans sa vie, il serait dans cette liste !

Maintenant que j’ai découvert la plume de Peter Fromm, j’ai très envie de lire d’autres titres de cet auteur. Et vous, vous le connaissez ?

 

 

4 Comments

  1. Marie Laure Reply
    Je note et vais voir s’ils l’ont à la mediatheque.
    Je ne connais pas du tout cet auteur.
    (je viens de commencer « en attendant bojangles », j’aime bien l’écriture)

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It