Quand la BD se cogne au réel : la jungle de Calais et les élections présidentielles

A l’occasion du dernier Festival Lyon BD, était distribué un numéro spécial Le Bouchon déchaîné consacré en grande partie à la bande dessinée comme média du réel avec plusieurs articles que j’ai trouvé très intéressants. La situation politique à Jérusalem avec Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle, la science vulgarisée par Marion Montaigne avec l’excellente série Tu mourras moins bête (si vous avez un moment jetez un oeil à une des vidéos comme Pourquoi les ados sont-ils si mous ?  sujet susceptible de me concerner prochainement, mon fils rentrant au collège en septembre ), les figures du féminisme, la jungle de Calais ou les élections présidentielles, la bande dessinée explore depuis quelques années de nouveaux terrains de jeu, sortant de la fiction et touchant probablement de nouveaux lecteurs qui n’auraient pas lu de BD avant.

Cela ne marche pas à tous les coups, le piège du propos trop didactique n’est jamais très loin et on peut vite s’ennuyer (je pense à quelques bios qui, pour moi, auraient été beaucoup plus passionnantes et puissantes en « roman » qu’en BD) mais lorsque l’auteur sait y distiller de l’humour et un sens aigu de l’observation, cela peut s’avérer au contraire très percutant comme le souligne Lisa Mandel :

« Montrer c’est toujours plus efficace qu’expliquer. »

 

« La BD, ça oblige à la synthèse. »

Peut être aussi que cela fait mouche chez des personnes qui lisent peu d’essais (ce qui est mon cas…il semblerait que sociologiquement les hommes lisent plus d’essais et les femmes plus de romans).

Toujours est-il que Lisa Mandel et Yasmine Bouagga ont imaginé une collection Sociorama chez Casterman, collection qui présente des thèses en BD et dont les deux derniers titres sont Les nouvelles de la Jungle et Prézizidentielle.

Les nouvelles de la jungle est un reportage de longue durée (par rapport à un papier d’un journaliste sur le sujet). Lisa Mandel (la dessinatrice) et Yasmine Bouagga (la sociologue) sont en effet parties sur le terrain pendant 1 an, ce qui leur a permis de tisser des liens avec les personnes qu’elles ont côtoyé et d’avoir une analyse tout en nuances sans misérabilisme ni angélisme sur cette fameuse jungle de Calais.

Personnellement j’ai appris plein de choses dans Les nouvelles de la jungle, j’ai ri plusieurs fois alors que la situation de bien des personnes là-bas n’a rien de drôle et j’ai été admirative du travail des associations sur place qui tentent d’améliorer le quotidien de milliers de femmes, d’hommes, d’enfants qui fuient la guerre (non on ne paie pas des fortunes, on ne risque pas sa peau juste parce qu’on pense que l’herbe est plus verte ailleurs).

Depuis des années, j’ai tendance à penser que les petites et grandes améliorations dans notre société et notre environnement passeront par des associations et par des actes citoyens individuels et non par les politiques et lorsqu’on voit ici comme des hommes politiques au préfet, on se passe le bébé sans jamais vraiment vouloir affronter le problème (si ce n’est « il faut raser la jungle », ok mais on fait quoi des gens ?), cela me conforte dans cette idée.

 

Le titre PréZiZidentielle montre les élections présidentielles vues par deux classes (CE1 et CM2) d’une école primaire de Seine Saint-Denis. En dehors de la perspicacité des enfants quant au vainqueur des élections, on note une manière bien à eux de vivre ce moment, assez décalée. A plusieurs reprises, Julie Pagis, sociologue en CNRS, qui a discuté avec les élèves de mars à mai 2017 revient sur leurs propos en proposant une grille d’analyse sociologique. Cela m’a rappelé pourquoi j’aimais tant les sciences sociales lorsque j’étais étudiante.

Et vous, avez vous déjà des bandes dessinées qui se confrontent au réel ? des titres à conseiller ?

2 commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *