Des cornflakes dans le porridge

Je vous ai parlé à plusieurs reprises je crois de l’écrivain américain Bill Bryson, spécialisé dans les récits d’aventure drôles.  Qu’il roule sa bosse aux Etats Unis ou en Australie, j’ai toujours suivi ses périples avec plaisir, riant de ses mésaventures (j’imagine qu’il exagère certains détails mais cela marche !). Dans son dernier livre, Des cornflakes dans le porridge, Bill Bryson pose son sac à dos en Grande Bretagne, mêlant première fois en terre anglaise et voyages plus récents.

Si son premier contact a été pour le mois inhospitalier (après avoir cherché en vain un endroit où dormir, il finit sa nuit dans une sorte d’abribus, trempé et transi de froid), c’est en Grande Bretagne que l’auteur a rencontré sa femme et après avoir vécu en famille aux Etats Unis, il est établi aujourd’hui dans le Norfolk. Je le soupçonne d’ailleurs d’avoir été contaminé par l’humour anglais, cet humour pince sans rire et second degré dont il dit lui même qu’il est totalement incompréhensible pour des américains.

On a pas mal de points communs Bill Bryson et moi  : même si je rêve de voyages en Italie et que je tiens la cuisine italienne comme la meilleure au monde, j’ai une tendresse particulière pour l’Angleterre et pour les anglais. Je nourris la même aversion que lui pour les voitures (il se déplace la plupart du temps en train et ce qu’il en décrit, ne m’est pas étranger) et le même attachement pour la marche…et les salons de thé : )

Au delà des coins qu’il fait découvrir aux lecteurs au fil des chapitres (avec beaucoup de pluie, vous vous en doutez !), j’ai aimé sa façon de décrire les plaisirs du voyageur solitaire et toutes les anecdotes liées aux villes, villages ou endroits où il se pose et qui rendent son récit si vivant et attachant.

Bill Bryson a roulé sa bosse souvent en Grande Bretagne (et a travaillé aussi pour la presse anglaise), son regard n’est pas celui d’un touriste ni vraiment celui d’un anglais dans Des Cornflakes dans le porridge même s’il arrive à saisir mille et un détails dont cette « façon d’être » so british. Une chose est sûre : il me donne envie de traverser la Manche !

4 commentaires
  • lalydo
    août 21, 2016
    Je ne connais pas cet auteur. Je garde son nom dans un coin de ma tête pour un jour prochain, lorsque ma PAL sera vide. Cela arrivera, si si, j’en suis convaincue!
  • Chocolette
    août 22, 2016
    Bonjour, Bill Bryson est un de mes auteurs préférés ! Mais je n’ai pas encore lu ce livre-là : à mettre sur ma liste d’achats chez Decitre…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *