J’ai hésité pour le titre de ce billet entre Hypothermie m’a endormi et Hypothermie… mieux qu’un somnifère mais je trouvais ça un peu sévère, d’autant que les critiques sur les blogs et dans la presse sont très positives au sujet de ce roman policier (et alors? me diras-tu)

Toujours est-il que tous les soirs, après quelques pages d’Hypothermie, mes paupières étaient lourdes et je sombrais dans le sommeil…sa lecture a donc pas mal traîné et quand j’ai appris le dénouement, cela ne m’a pas plus convaincu que le reste.

Le pitch  (plutôt prometteur) : Maria est retrouvée morte dans son chalet au bord du lac Thingvellir. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide. Cela n’a a priori rien d’étonnant dans un pays où le suicide fait beaucoup plus de victimes que les meurtres. Pourtant Karen, une amie de Maria, remet à Erlendur une cassette qui va semer le doute dans son esprit. Il s’agit de l’enregistrement d’une séance de médium. Maria espérait pouvoir contacter par ce biais ses parents disparus. Erlendur décide de faire cavalier seul et de mener l’enquête discrètement.

Le problème est qu’on devine très rapidement qui est le coupable dans l’histoire et que du coup l’intrigue perd tout son suspens et pas mal de son intérêt. Si j’ai toujours préféré les anti-héros aux héros (ils sont plus drôles), j’ai eu du mal à trouver sympathique, ne serait-ce qu’un court instant, le personnage d’Erlendur. Quand sa fille qui se drogue lui annonce que sa meilleure amie est morte d’une overdose, il lui demande « peux-tu me rappeler quel était son parcours? ».

De chapitre en chapitre, on suit ce flic qui va interroger untel puis untel dans une linéarité narrative sans surprise. Je ne demande pas forcément du sang, des coups de feu, des poursuites mais le petit truc qui donne envie de connaitre la suite, qui pousse à repousser l’heure de reposer son livre, je ne l’ai pas eu avec Indridason.

Je pensais être transportée en Islande dans des paysages un peu irréels, là encore cela n’a pas fonctionné..je n’ai rien vu.

Peut-être que je suis hermétique à cette veine littéraire d’Europe du Nord qui a pourtant le vent en poupe. Si je n’ai jamais été déçue par Mankell, je me suis arrêtée au tome 1 de Millenium, pas vraiment enthousiasmée par une histoire qui démarre après 200 pages.

Et toi, les auteurs de roman policier d’Europe du Nord tu en lis?

19 Comments

  1. Je suis un peu comme toi, j’ai beaucoup de mal avec les auteurs d’Europe du nord (mankell mis à part) et en plus je ne suis pas une grande fan de romans policiers…
  2. J’aime bien Arnaldur Indridason, mais pour moi, l’intérêt d’un polar, c’est le suspense jusqu’au bout! Si tu me dis qu’on devine rapidement qui est le coupable, je ne prends même pas le temps de le lire! 🙂
  3. J’ai lu pas mal d’auteurs « nordiques » et suis fan de polars …
    J’aime bien Indridason, mais c’est mieux de lire ses romans dans l’ordre, déjà 😉 Un peu comme les Connelly (je suis accro à Harry Bosch): on suit le personnage, on en apprend peu à peu un peu plus sur sa vie, son passé. Et justement, ça a de l’importance pour saisir le personnage d’Erlendur.
    C’est pour ça que j’adore aussi le Harry Hole de Jo Nesbo (norvège), c’est le même principe.
    Côté suédois, j’aime beaucoup Camilla Lackberg, là aussi, les romans se suivent. Millénium, j’ai eu du mal, jusqu’à l’arrivée du personnage de Lisbeth, en fait, là je n’ai plus rien lâché jusqu’à la fin du tome 3 (bon, oui, y’a des longueurs).
    Par contre, Mankell, bof! Faut que je m’y replonge…
    • c’est vrai pour le personnage quand on lit plusieurs d’une même série, il prend forcément de l’épaisseur..
  4. J’ai tenté son premier roman, à Indridason, mais il m’a grave soulée. Je n’accroche absolument pas. En revanche en « auteur des pays froids », j’aime beaucoup Henning Mankell, j’ai lu presque tous ses bouquins avec le même plaisir.
      • Pas, mais alors pas du tout !

        J’avais écrit ça à propos de « la cité des jarres » :

        Etant une grande amatrice des romans d’Hening Mankell, je me suis laissée tenter par un autre auteur de pays nordique, cette fois Islandais, mais je dois dire que cet opus, bien que présenté comme équivalent aux polars de Mankell et comme le meilleur d’Indridason, m’a laissée sur ma faim et assez déçue. J’ai trouvé l’histoire brouillonne, le rythme d’une lenteur à mourir et les personnages creux et froids.
        Je tenterai peut-être un deuxième bouquin du même auteur « pour voir », mais sans me jeter dessus…

        Voilà !

  5. Les Millenium, j’ai adoré le premier, ensuite j’ai composé mais j’ai lu les trois jusqu’au bout. Je ne suis pas très roman policier et encore moins d’Europe du Nord, je ne sais donc pas te répondre. Je viens de lire un Ken Follett qui ne m’a pas emballée, un thriller dans le monde de la peinture… il s’est laissé lire mais je m’attendais à beaucoup mieux !
    • j’aime bien les thrillers mais surtout je ne les enchaîne et un bon thriller c’est pas si facile !
  6. J’ai justement la trilogie « Millenium » à lire prochainement… Mais je n’ai jamais tenté le polar made in North Europa

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It