Après un an de réflexion, de doutes (ils sont toujours là), de questions sans réponse, j’ai sauté le pas et fin septembre, je reprends le chemin de la fac après une pause de plus de 12 ans.

Des hésitations il y en a eu parce que je suis maman et que cette décision a quelques conséquences; parce que les frais fixes ne changeront pas; parce que je n’ai aucune garantie de travail par la suite et que j’avais jusqu’à présent comme on dit la stabilité de l’emploi (à vie en plus); parce qu’on est des millions à exercer un boulot purement alimentaire alors pourquoi ne pas s’en contenter comme tout le monde?

Malgré tout, un jour, mon envie de changer d’orientation professionnelle a été plus forte que ces petites voix qui me susurraient que ce n’était pas raisonnable, que c’était le caprice d’une éternelle insatisfaite. J’ai demandé et rempli un dossier à un master pro en communication internet, j’ai été convoquée à un oral d’admission (et toutes vos ondes positives ont porté leurs fruits) et j’ai reçu une réponse positive le 13 juillet dernier.

J’ai sauté de joie mais je n’ai pas ouvert le champagne…j’attends le jour où je trouverai du boulot dans ce domaine.

Je mesure que le rythme (concentré sur quelques mois pour la partie théorique) va être intense et sûrement plus difficile pour moi que pour quelqu’un d’une vingtaine d’années déjà dans le bain, que l’emploi du temps familial va perdre en souplesse (par rapport aux horaires de garde, aux rendez-vous médicaux) puisque je passe de 50% à 100%.

Autour de moi, on me félicite et on ajoute tout de suite après que « je suis courageuse » mais en vérité je suis morte de trouille à l’intérieur : peur de ne pas pouvoir rembourser ce prêt personnel pour compenser mon absence de demi-salaire, peur de ne pas faire le poids face aux jeunes étudiants, peur de ne plus être assez disponible pour mes proches, peur de ne plus pouvoir consacrer de temps à mon blog..

Prendre un tournant à 35 ans, c’est aussi particulièrement excitant, surtout quand on a le sentiment d’être dans un cul de sac depuis 1 an et demi. Des nouvelles rencontres, expériences, connaissances et l’espoir que ce virage se concrétise professionnellement, c’est à cela que je pense quand la panique m’envahit.

Et toi, tu as déjà négocié un grand virage dans ta vie?

139 Comments

  1. Oui … Le jour où j’ai quitté le confort d’un emploi salarié pour devenir la « patronne ». Pas facile et à plus forte raison dans le BTP mais pour rien au monde, je ne ferai machine arrière … Félicitations pour cette décision.
  2. J’ai fait une formation intensive de 6 mois à la CCI pour être assistante de direction. Ma fille avait 3 ans. Et cela m’a donné énormément de boulot, de travail.
    Tu n’apprends pas de la même façon à 20 ou à 30 ans. Tu ne fais plus de par coeur mais tu retiens bien les cours. Tu travailles d’une autre façon aussi.
    En tous les cas, même si j’étais moins présente, ma fille n’en a pas souffert et elle, tout comme mon homme, ont été très patients. Surtout que j’ai eu une très mauvaise expérience avec un employeur au cours de cette formation.
    Alors, même à 35 ans, on peut y arriver.
    • avec deux enfants pas grands j’imagine que je vais ramer mais j’ai de la chance de vivre avec quelqu’un qui a toujours été très présent pour les enfants et qui me soutient toujours ..et puis je n’ai pas encore les devoirs des enfants à suivre alors cette année tombe plutôt bien finalement )
  3. Tous les trois ans environ =)

    Bref. Juste pour te dire que quand j’étais en DESS (comm internationale option multimedia, ce qui est devenu ton master en l’occurrence), il y avait une femme de 35 ans avec nous, maman de deux enfants, et elle s’en est sorti haut la main et a été parmi les premières à trouver un job étant donné qu’elle alliait expérience, maturité, et niveau d’étude. Et non, le contexte économique n’a en fait pas vraiment changé depuis.

    Le cas des autres n’est jamais le sien, certes, mais si ça peut t’aider à te rassurer un tout petit peu…

    • ah oui tous les 3 ans? jusqu’à présent j’ai changé de poste (mais pas de boulot) tous les 5 ans car après je tourne en rond…bon ton exemple est plutôt optimiste ! et toi tu as eu des débouchés avec ton DESS? (ma grande trouille !)
      • Je suis restée employée un an où j’ai fait mon stage, je suis partie ensuite pour une meilleure place dans la même branche.

        Premier virage : j’ai lâché ce taf sans rien derrière parce que j’en avais marre d’être prise pour une conne, et parce que je voulais monter quelque chose à moi dans un domaine différent.

        J’ai abandonné la comm parce que je n’aime pas ce milieu, mais je reste persuadée que pour quelqu’un qui aime ça, c’est un des secteurs (avec l’informatique) les plus porteurs car transversal et constamment en renouvellement.

        Mes autres virages ensuite concernent plus ma vie privée avec forcément un effet sur ma vie active… et le dernier en date, ben j’ai pas trop eu le choix, mon corps me l’a imposé.

  4. J’ai plutôt fait une sortie de route et je ne sais pas si je saurai reprendre la voiture un jour, jusque là j’occulte. Je te souhaite le meilleur à venir, ce que tu entreprends est conséquent et je suis admirative, bravo 🙂
    • tu veux dire que tu ne bosses plus actuellement?
      j’espère que tu reprendras le volant quand tu auras trouvé une voiture qui t’en donne suffisamment envie pour continuer dans la métaphore )
  5. BRAVO! BRAVO! BRAVO!

    Je ne saurais qu’approuver et soutenir une telle démarche…
    Je suis une éternelle insatisfaite qui n’arrive pas à se résigner…
    Je suis en train de réfléchir à un complet changement de profession!

    C’est marrant car ce matin j’ai publié un texte dans mon blog qui se rapproche de celui là… en disant qu’il faut vraiment construire sa vie, ne pas écouter les pessimistes et toujours avancer!!!
    Ma mère a repris ses études à 36 ans avec 3 enfants et elle a très bien réussi…

    Donc go!lgo!go! Bon courage et encore une fois Félicitations!!!!

    • bienvenue d’abord ) et ton pseudo me plait beaucoup car j’ai aussi mes côtés insatiables ))
      je vais aller lire ton texte bien-sûr et merci pour l’exemple de ta mère je vais le garder en tête quand j’aurais des moments de découragement )
  6. Souvent, je me suis reposée la question si je retournais à l’école. Mais, mes finances ne me le permettent pas. Un jour peut-être ? Je te souhaite une très bonne année scolaire.
    • tu sais je vais m’auto-financer …tu t’es renseignée sur les possibilités de financement (selon les cas de figure des aides existent) ?
  7. Autodidacte, j’ai par 2 fois pris le pari de recommencer autre chose, ailleurs… j’en suis heureux mais cette année comme toi ma rentrée s’annonce scolaire et je reprend tout à 0 à 32ans. Il n’y a pas d’âge pour s’enrichir. Je préfère faire quitte à me planter que regretter trop tard de ne pas l’avoir fait ! Courage et sois sage à l’école 😉
    • bravo pour ton parcours, je suis admirative ! et à la rentrée je saurai que je ne suis pas la seule à reprendre le chemin de la fac ) (c’est indiscret de te demander en quel domaine?)…j’ai eu le même raisonnement que le tien, si je ne l’avais pas je l’aurais regretté ensuite j’en suis certaine !
  8. Pas encore, mais j’avoue que ça me chatouille depuis 2-3 ans de m’inscrire pour refaire une formation en fac à chaque rentrée… Ceci dit, je suis sur mon job depuis 5 ans à peine, alors on va quand même tenir encore un peu le coup, histoire de ne pas avoir fait 3 ans d’études pour rien !
  9. Mais c’est super! Oui, tu es courageuse et en même temps surtout motivée et volontaire.
    Non, je n’ai jamais pris de virage professionnel car je pense aimer ce que je fais (même si souvent, je crois que je vis mes dernières années épanouies dans ce domaine) mais mes horaires, mes vacances font que pour le moment, avec un bébé qui va arriver et un tout petit, je dois profiter encore des avantages.
    En revanche, l’Epoux et moi envisageons de reprendre les études pour lui, obtenir une spécialisation en tant qu’infirmier, moi pour ???????????????????????? mais je crois très fort aux portes qui s’ouvrent aux bons moments pour me montrer qu’il est temps de prendre un virage.
    • si tu aimes ce que tu fais, alors tu sais l’herbe n’est pas plus verte ailleurs…dans mon cas, j’avais vraiment l’impression d’être une erreur de casting et je ne me voyais pas comme ça jusqu’à la retraite…profite de ton été pour prendre soin de toi surtout
  10. BRAVO Choco!!!!!

    J’ai fait mes études en étant maman puisque j’ai eu Stan à 20 ans. Il y a eu une période costaud pendant laquelle j’allais à la fac, je préparais le concours d’instit en candidat libre avec le cned, je faisais du soutien scolaire et allais une fois par semaine dans l’école de mon fils raconter des histoires…

    Plus tard, en 2001, j’ai fait ma spécialisation et c’était intense!

    Mais mon virage actuel, c’est la photo (enfin j’en ai toujours fait). Et petit à petit les choses prennent forme.

    • c’est super pour la photo ! tu me donneras des cours? et bravo pour ton parcours, ça n’a pas du être facile tous les jours
  11. Moi ce n’est pas un virage c’est une tentative de finir ce que j’ai commencé. J’ai eu du mal à obtenir mon master 1 et n’ai pas été admise en master 2 🙁 J’ai donc commencé à travailler mais comme mon contrat se termine … aujourd’hui, en plus de mes recherches de boulot, je vais tenter de postuler certains masters 2 (même si je m’y prends au dernier moment voire trop tard) car ça m’ouvrirait beaucoup plus de portes qu’actuellement.
    Sache que je suis admirative et que je te félicite pour ton admission !
    • le plus dur reste à faire mais merci pour ton soutien et j’espère que tu vas réussir à poursuivre ton master à la rentrée
  12. Bravo ! je suis super contente pour toi ! car c’est assez magique de se lever pour aller faire un boulot qu’on aime !
    Et c’est dans une 3e vie pro qu’on ouvrira une librairie ? 😉
  13. par la force des choses OUI… mais j’espère en opérer au moins encore un… bonne chance à toi !
  14. J’ai 35 ans et voilà des années que j’ attends de prendre ce fameux virage. Pourquoi je ne le fais pas ? Pas par manque de courage mais par manque de moyens, c’est aussi le nerf de la guerre et la raison qui m’ a amené a faire ce travail pourri.
    Je te félicite et te souhaite bonne route.
    • c’est bien pour cette raison que j’ai hésité pendant 1 ans car se retrouver avec pas de salaire ce n’est pas rien (et l’homme n’a pas l’équivalent de deux paies même moyennes)
  15. J’ai envie de dire bravo !
    J’ai pris ce virage il y a 2 ans, alors que j’avais (enfin) un job confortable à défaut d’être passionnant. Et puis j’ai tenté le coup un peu pour voir, j’ai été prise en Master, et je me suis dit que c’était le moment ou jamais, que quand j’aurais des enfants, ce serait plus compliqué de sauter le pas…
    J’ai donc vécu une année de fac extraordinaire, j’étais heureuse de me lever le matin pour faire ce que je faisais. Le programme était très lourd, je me suis retrouvée enceinte en cours d’année, ce qui n’a pas facilité les choses, mais finalement je m’en suis très bien sortie.
    Je ne peux que confirmer ce que j’ai pu lire dans les commentaires précédents : tout d’abord, que quand on reprend ses études, on ne travaille pas de la même manière. Ensuite, il y avait plusieurs mamans dans la promo qui elles aussi revenaient aux études (avec des enfants scolarisés, il est vrai) : elles ont cartonné. Et pour en avoir discuté avec une ancienne qui animait un atelier et était impressionnée par mon gros ventre : à l’époque où elle était en master, elle avait une camarade qui venait juste d’accoucher, et qui elle aussi s’est très bien débrouillée. Simplement, on s’organise autrement, et on fait des choix. Bien sûr, une mention ça ferait plaisir, mais au bout du compte, ça ne changera pas grand chose.
    Je te souhaite bon courage et beaucoup de plaisir pour la rentrée 🙂
    • merci pour ton expérience et ton témoignage , je les garderai en tête quand les doutes m’envahiront et bravo pour ton virage !
  16. Bravo !! Et ne t’en fais pas : tu as eu assez de volonté et de motivation pour décrocher cette place en master, ce qui signifie que c’est sans doute ce qu’il fallait que tu fasses. Et tu vas réussir à tout gérer. Sans forcément parler de destin, il y a des moments dans la vie où c’est le moment justement de changer des choses, d’accélérer ou de ralentir…
    Personnellement, je n’aime pas l’instabilité, ça me stresse. Et pourtant, j’ai déjà pris de ces « virages ». Et il est possible que j’en reprenne un bientôt si je ne trouve pas de boulot dans mon métier. La vie c’est fait pour réaliser des choses. Alors allons-y ! 😉
  17. C’est super d’avoir la force de faire ce qu’on aime ! Tu n’as pas pris un congé parental pour te laisser la possibilité de revenir dans ton ancien boulot ? En plus tu aurais touché la CAF non ?
    Tes études vont durer 1 an ? ça va vite passer ! Profite et je te souhaite de chouettes perspectives boulot pour la suite…. Tu aimerais devenir responsable internet dans une entreprise privée par exemple ?
    • en disponibilité pour un an je peux réintégrer mon corps d’origine si je ne trouve pas de travail (mais ce serait vraiment un échec terrible pour moi), par contre je ne peux pas reprendre un congé parental après avoir repris le travail, je perds donc aussi l’aide de la caf qui complétait mon temps partiel
      en ce qui concerne mes souhaits de boulot, c’est un peu vague mais travailler dans un office de tourisme par exemple comme rédactrice ou responsable web me plairait beaucoup
  18. tu sais, cette année j’ai enseigné à la fac, et dans chaque classe où je donnais cours il y avait une ou 2 personnes en reprise d’études, qui avaient tous entre 30 et 60 ans (c’est large!). Chacun sans exception était parfaitement intégré au groupe, et c’étaient pour la plupart ceux qui bossaient le plus et avaient les meilleures notes, malgré qu’ils avaient chacun une famille (l’une avait même des petits -enfants). En tant que prof j’étais super contente de les avoir dans ma classe, parce qu’ils avaient une maturité qu’avaient pas forcément les autres, et tiraient le groupe vers le haut sans le savoir.
    Moi mon dilemme c’est que dès le début d’année je tutoyais les élèves, et pour ne pas faire de différences je tutoyais aussi les gens plus âgés que moi, qui me vouvoyais en retour… ce qui était assez bizarre, mais montre bien que tout le monde est intégré de la même manière. Et n’oublie pas que là où toi tu auras l’impression que ton emploi du temps est surchargé, que tu n’as pas des masses de temps à consacrer aux devoirs, les autres en ont encore moins parce qu’ils font tout le temps la fête jusqu’à 3 heures du matin! Au final tu es plus dispo que les plus jeunes pour les cours… 🙂
    • ton témoignage est encourageant toi qui est de l’autre côté du miroir..vu l’enjeu et les risques il est certain que je serai peut-être plus « sérieuse  » que les jeunes )
  19. Pour reprendre les mots de Jellybaby, saches que je connais des gens en reprise d’études qui se trouvaient dans mes cours … et qui réussissaient des fois bien mieux que nous les petits jeunes ! Ils ont un recul sur les choses que les jeunes de 20 ans n’ont pas et qu’ils leur manquent ^^ Et bizarrement, question intégration, c’est comme pour le reste, soit on s’entend bien soit non, c’est juste le caractère qui compte et non l’âge !
    Au fait, tu est inscrite où ?! =) (si ça se trouve on va se croiser à la fac ^^ … Je suis à Lyon 2 en master 1 info-com )
    • disons qu’on sait plus ce qu’on veut à 35 ans qu’à 20 ans peut-être et c’est normal …oui on va se croiser c’est certain !
  20. Bravo pour ce changement !

    Je comprends tout à fait tes doutes, tes questionnements. Je suis aussi passée par là…
    J’envisage une reconversion vers la pâtisserie (étant dans l’informatique).
    J’avais tout bien prévu mais mon financement m’a été refusé… Donc il faut que je trouve une autre solution.
    Bon courage !!

    • de l’informatique à la pâtisserie c’est un changement total, j’espère vraiment que tu trouveras une autre solution, surtout ne baisse pas les bras…et invite moi quand tu ouvriras ta pâtisserie )
  21. Je dis « Bravo », j’y ai pensé il y a 4 ans quand j’étais au chômage, j’ai fait un bilan de compétences, mais j’avoue que financièrement nous étions un peu justes et mon Homme n’a pas été d’un grand soutien …. alors j’ai abandonné, nous avons déménagé sur Paris et j’ai retrouvé du boulot pour un temps … En septembre, je reprends le chemin de la recherche de boulot à 31 ans et après une période de chômage et un congé parental sans grande conviction car j’ai très envie de changer de voie tout comme toi !! Je suis juriste et j’aimerais me réorienter dans la com et le marketing … mais j’avoue que mon Homme est un peu frileux et puis cela compromet nos envies d’acheter notre nid donc ça sera pour plus tard ou jamais ..; on verra ce que me réserve la vie
    La trouille est un très bon moteur … alors fonce et je suis persuadée que tu réussiras autant voire mieux que les « petits » jeunes car tu as une vraie motivation et une vraie ambition (ce qui n’est pas toujours le cas quand on est jeunes et que l’on sait pas où l’on va !!)
    • en ce qui nous concerne, nous avons fait une croix sur l’idée d’être proprio pour le moment (ou à jamais) car avec un seul salaire et mon prêt cela n’est pas possible …merci pour tes encouragements, cela est toujours bon à prendre !
  22. Comme toi j’ai pris un grand virage alors que j’avais 25 ans (je sais y’a 10 ans d’ecart mais 8 ans d’absence sur les bancs), j’ai tout laché et je suis retournée à la fac pendant un an afin de pouvroir reussir un concours du métier qui me plaisait vraiment. Je me suis donnée un an pas plus. Ca n’a pas été facile, meme tres dur mais je me suis accrochée.
    La surprise dans le lot c’est que sur les 27 personnes de ma classe j’etais la plus jeune! Et la plus vieille en avait 49! On avait tous cette meme envie, faire quelque chose qui nous plaise et qu’on soit motivé le matin quand on irait bosser.
    J’ai reussi mon année et mon concours, j’ai appris à la fin que les profs ne misaient pas du tout sur moi. On a finit l’année à 7 dans la classe. Mais tous ce qui sont partis ou les 7 qui ont terminé l’année on était comblé. Pourquoi? Car meme si certains changeaient de route, on allait au bout de nos envies et on aurait pas de regret dans quelques années. Et rien que ca, ca rebooste!
    Quant à moi, cette année scolaire aura été la plus enrichissante de toutes mes années! Le plaisir d’apprendre, de découvrir, de m’enrichir dans des matieres alors que plus jeune je ne les aimais pas !

    Que ca marche ou pas (et j’espere que ca marchera pour toi) il faut retenir la satisfaction d’aller au bout de ses envies et de n’avoir aucun regret.

  23. Ce n’est jamais trop tard!! Et puis moi je ne reprend pas la fac mais dans 2 mois… je serai à la maison (l’hôtel ferme) et… je compte bien de profiter du reclassement pour faire des formations et… changer de métier… j’ai plains d’idée dans la tête mais… je ne sais pas trop où je vais aller… mais c’est pas un changement en plus qui va m’arrêter!
    Et pour les petits c’est mieux une mère à mi-temps mais heureuse de ce qu’elle fait plutôt que maman à la maison toute la journée mais frustré car « elle aurait voulu faire autre choses… »
    Bon courage pour la suite!!
    • j’ai une ancienne collègue qui a profité d’un reclassement pour changer totalement de métier, c’est une opportunité à saisir !
  24. Mon grand saut a été d’arrêter de travailler et de devenir maman@home à vrai dire un sacré tournant pour moi … pour le prochain je réfléchis aussi et je prends compte les avis comme le tien la dernière fois dans le gymnase… Moi je dis bravo Choco !
  25. Tout est possible, mais il faut que tout le monde aille dans le même sens : j’ai passé le concours d’instit à 32 ans, après 8 ans en agence de com. ; l’année du concours en candidate libre fut stressante, mais la pire année, de septembre à mai fut celle de formation, je ne touchais pas terre et on me l’a bien fait comprendre.
    A 38-39, amorce d’un nouveau virage, sans complètement quitter mon travail, que j’apprécie encore malgré l’administration, je suis devenue « chef d’entreprise » (je mets des guillemets, j’ai des associées, mais pas de salarié-es… pour le moment ?). Gros défi, je crois qu’en terme d’horaires, c’est pire que l’IUFM, sauf que je gère mon temps comme je l’entends (sauf les jours de classe) et donc mes nuits également (quelles nuits ?). Salaire coupé en deux (bon, il faut savoir qu’en parallèle, mon mari a le projet de reprendre une entreprise et qu’il a donc quitté sa précédente entreprise pour se consacrer à ça, donc, chômage, donc salaire coupé en deux aussi… mais pour l’instant, en faisant attention, ça doit passer.. ah la pré-crise de la quarantaine !), aucune assurance réelle que d’ici deux ans (date à laquelle il me faudra choisir car je devrais reprendre à plein temps ou quitter mon travail), le défi de créer un emploi sera relevé… moments de doute, de découragement, mais beaucoup de soutien autour, des rencontres qui reboostent, il faut y croire, se dire que l’on n’a pas déjà parcouru tout ce chemin pour rien, foncer… et se dire qu’ à 30 ans passés, on n’a pas la même posture qu’un-e étudiant-e, mais qu’on est fort-e de beaucoup d’autres choses, de notre expérience personnelle et professionnelle, qu’on n’apprend différemment et souvent du coup, plus vite, qu’on se pose les bonnes questions (déjà on s’en pose, ce que l’on ne fait pas forcément plus jeune) et qu’on parvient à transférer de façon incroyable les compétences acquises au fil des années. C’est un beau tournant, un master pro qui me plairait beaucoup, tu t’en sortiras, je n’en doute pas !
    • tu as un parcours vraiment intéressant et je suis sûre que tu n’es pas posée pour toujours dans ton métier actuel, je le sens )
  26. Bravo et bon courage ! Je croise les doigts pour la suite.
    Je viens d’obtenir mon master en communication multimédia justement…mais je suis plus attirée par le relationnel et l’événementiel.
    Il faut simplement ne jamais baisser les bras car la comm’ est un secteur bouché où tout le monde se fourre en freelance car c’est « in » de faire d’la comm’ et que c’est donné à tout le monde. FAUX.
    Personnellement je préfère la comm’ institutionnelle et je fuis les agences. Ça en fait rire beaucoup, mais si tu veux avoir une vie privée et épanouie, c’est pas gagné…
    Mis à part ça, c’est un secteur génial dans lequel tu peux vraiment t’éclater ☺
    • j’ai déjà entendu que les agences pressaient les gens comme des citrons et si j’ai le choix la comm institutionnelle me semble plus compatible avec ma vie perso et familiale mais je n’en suis pas encore là…bravo pour ton master en tous cas !
  27. Moi j’ai tout repris à 40 ans après avoir été Maman au foyer-Maman au foyer/malade/Encore Maman toujours au foyer ! J’avais un Bac littéraire, une forte envie de réussir ce que j’avais arrêté à 20 ans et je m’en suis bien sortie !

    Bravo pour ton courage, je comprends ta trouille mais tu dois y croire et je suis certaine que c’est le cas 😉

    Bisous Choco et tu n’offres pas encore le champagne mais moi ce soir j’offre l’apéro !

    http://linstinctdesthes.over-blog.com/article-vendredi-sur-la-blogo-pourquoi-pas-un-apero-80416298.html

  28. Pour cotoyer de futurs étudiants, franchement, je pense que tu pourras sans aucun souci tenir la comparaison… si tu voyais comment les lycéens sont motivés pour travailler, voire les bts, ça fait peur…
    Tu vas y arriver, j’en suis sure ! 🙂
    • je serai quand même avec des gens un peu plus vieux donc à priori un peu plus motivés mais merci pour l’encouragement !
  29. Les sacrifices et la peur dont tu parles valent sûrement mieux qu’une vie à te morfondre de n’avoir pas sauté le pas. En général, les gens qui se plantent sur un projet ne regrettent pas de l’avoir quand même tenté 😉
    Et puis tu risques pas grand chose là !
    • le pire pour moi serait de retourner au point de départ (mon job actuel) mais comme tu dis je préfère prendre le risque de me planter que me morfondre toute ma vie
  30. je reprends moi aussi la fac fin septembre ! après 6 ans … je me dis que ce ne va pas être simple tous les jours, mais c’est un projet perso qui me tient vraiment à coeur !
    Etre reconnue psychologue … un rêve.

    bon courage a toi !!!

    • si cela te tient vraiment à coeur, je pense que cela aide beaucoup dans la motivation et la dose de travail à fournir quelque soit les circonstances…courage pour la suite !
  31. Bonjour,

    C’est la première fois que je lis un article de votre blog (via hellocoton) mais je tiens à quand même à vous rassurer. Vous dites :  » et sûrement plus difficile pour moi que pour quelqu’un d’une vingtaine d’années déjà dans le bain ». Dans mon Master pro (j’avais dans la vingtaine), il y avait deux personnes de 35 et 40 ans, reprenant la fac pour un an. Avec leurs expérience et vu l’orientation pro du Master, elles étaient beaucoup plus rapides et efficaces dans le travail que les étudiants dans la vingtaine…

    Bon courage!

  32. Tu vas les exploser les jeunots ! Je suis sûre que tu vas t’éclater dans ce que tu vas faire et que du coup tes proches en retiront plein de bénéfices. Et nous on se contentera d’un peu moins de billets… C’est une super activité que tu as choisie. Elle me correspondrait aussi. Pour répondre à ta question : j’ai déjà eu plusieurs vie (pro) !
    • plusieurs vies pro? c’est chouette ça ! et merci pour tes encouragements, cela donne du courage..vraiment !
  33. non, rien de comparable mais j’ai une copine dont c’est la spécialité…..Je te tire mon chapeau, je n’en aurais pas eu le courage! Bravo!!!
  34. Bonjour, je regarde ton blog régulièrement sans laisser de message, ton blog est super ! Bravo ! Et quel courage pour ce tournant ! Je te redis bravo ! pour moi pas de grand tournant dans ma vie j’ai mon boulot depuis 13 ans qui devient de plus en plus polyvalent et pour l’instant ça me va bien !!
    • si ton métier évolue et se diversifie c’est une chance… merci pour le compliment sur mon blog, ça fait vraiment plaisir !
  35. Ce n’est pas un gros virage mais en septembre, je vais aussi devoir me bouger les fesses.
    Je bossais déjà dans le web donc c’est différent mais saches de toutes façon que c’est un secteur qui recrute beaucoup mais il ne faut pas compter ses heures…
  36. Je trouve cette décision pas seulement courageuse mais très intelligente. Pourquoi se priver d’une éducation avancée si on a soif d’apprendre? Rien n’est sûr à 100% dans la vie, et mieux vaut retourner sur les bancs de la fac à 35 ans plutôt que de rester toute sa vie à travailler dans un milieu qui n’intéresse pas (ou plus) vraiment.
  37. Félicitations, c’est super! Après c’est normal que tu ais des doutes!
    Pour ma part, et cela n’a pas grand chose à voir, j’ai pris le courage de passer mon Bac à 24 ans. Après c’était facile, je n’avais pas d’enfants et j’ai suivi des cours du soir.
    Tu as l’air motivée, alors je suis sûre que tu vas réussir et pouvoir te jeter à corps perdu dans ce projet.
    Encore bravo!
  38. J’ai repris comme toi des études universitaires à 35 ans, mes trois enfants étaient petits, mon mari m’a soutenue, il y croyait plus que moi et cela m’a aidée à prendre confiance. Aucun regret, j’ai fait en 6 ans, tout en travaillant à plein temps par ailleurs, un DESS de psychologue clinicienne, une voie éminemment bouchée, mais aujourd’hui, à 53 ans, si c’était à refaire, je n’aurais aucune hésitation!
    Faire un métier qui te passionne, utiliser la maturité que tu as acquise dans la vie pour donner un sens à ce que tu apprends, cela donne une nouvelle dimension à ta vie.
    N’hésite pas, tu seras fière de toi, ce sera éprouvant, mais une belle satisfaction, pour toi et pour ton mari et tes enfants, aussi.
    Bon courage!
    • avec 3 enfants, je dis chapeau !! bravo, bravo, trois fois bravo ! (et au mari aussi d’ailleurs)
  39. Très belle décision ! Et je te souhaite toute la réussite que tu mérites. Je ne vois que ça en ce moment sur les blogs ou dans mes rencontres : des reconversions, à 30-35 ans. Je trouve ça top ! Comment est-ce possible de faire le même boulot toute sa vie ?
    Moi aussi je me pose beaucoup de question et pense sérieusement à une reconversion.
    Cela sera sûrement pas correspondance. Reste à définir quelle formation… Assistante juridique, pâtissière… A voir…
    Bonne rentrée en tout cas 🙂
    • ah oui tu lis beaucoup de reconversions? en tous cas j’en vois grâce à ce billet dans les commentaires et cela me donne du courage ! j’espère que tu arriveras également à trouver la voie qui te convient le mieux )
  40. Bonsoir,

    Je suis tombée par hasard sur ton billet (comme nous faisons partie de la grande famille des mamans je me permets de te tutoyer!) et je me sens soulagée de savoir que je ne suis pas la seule trentenaire (35 ans moi aussi) à envisager un vrait tournant dans sa vie professionnelle. Bravo pour cette initiative! je n’ai pas encore franchi le pas et je me pose encore une tonne de questions…j’ai un petit gars qui va avoir trois ans ce mois et je vis avec son papa à la Martinique. Nazairienne d’origine (près de Nantes) je suis arrivée aux Antilles il y a 9 ans. Après quelques expériences parfois sympas, parfois ratées je traverse en ce moment un grand désert. Polyvalente et polyglotte, j’ai testé la formation professionnelle et puis j’ai découvert l’écriture, le journalisme, les blogs. C’est une excellent thérapie et je peux échanger sur la toile même je suis encore un peu timide! Tout ça pour dire que OUI j’espère bien sortir de ma coquille et enfin vivre mes envies. Suivre une formation, (pas trop longue toutefois…) j’ai déjà passé beaucoup de temps sur les bancs de l’école et j’avoue que j’aurais bien du mal à me remettre dans le bain…!
    Mais cela vaut sans doute la peine…
    A bientôt!

    • je ne peux que te pousser à franchir le pas, si tu es soutenue par ton conjoint bien-sûr car cela me semble indispensable…après quand tu es motivée, tu verras rien ne t’arrête…courage !
    • été un peu plus studieux qu’habituellement mais des vacances quand même en famille…merci ! )
  41. Bravo! Perso à 27 ans je n’arrive pas à sauter le pas. Je t’admire!
    Tous mes voeux de réussite!
  42. chouette pour toi choco, tu as osé sauté le pas! maintenant y a plus qu’à, comme on dit!
    de mon coté » aussi à la rentrée je pense faire une formatin cned et tenté un concours administratif l’année prochaine et recherche d’un autre boulot (vu que je déménage dans un autre département il va m etre difficile de continuer dans mon boulot actuel sous peine de passer 4H par jour dans les transports)
    Et puis tu nous feras pleins de billets intéressants sur les beaux males étudiants, les soirées étudiantes…. hum j’ attends ca, moi!! 😉
  43. Bravo !!!

    Il faut avoir le courage de faire ce que l’on aime. Moi, j’ai pris ce virage l’année dernière pour voler de mes propres ailes et pourtant j’avais un boulot confortable, mais je ne le regrette pas, …

  44. Je t’encourage +++++ pour cette reprise d’études! Je suis dans le même cas que toi, j’ai 31 ans et après une maîtrise d’ethnologie, un CAP d’esthétique, je reprends moi aussi mes études puisque je rentre en école d’infirmières à la rentrée de septembre!
  45. Moi je me suis retrouvée au chomâge à 38 ans, Pendant trois ans j’ai fait des petits boulots pour m’en sortir et améliorer notre quotidien, pas facile tout en me formant tous les soirs avec mon ordi, pour rester à la page, et me sentir encore exister socialement. Et puis une jour,
    je suis tombée par hasard, sur une annonce qui recherchait une secrétaire comptable pour un service de soins palliatifs. J’y suis allée avec mes 42 ans bien sonnés, décidée à montrer
    et à prouver mes compétences.
    Et bien ces 3 années passées à me former seule avaient enfin servies, j’ai été embauchée et j’y suis toujours et je fais un métier passionnant et enrichissant humainement.
    Si je n’avais pas cru en moi comme tu crois en toi actuellement je n’y serais jamais arrivée,
    alors fonce, profites de pouvoir le faire. Bon courage
    • bravo à toi pour ton parcours, j’admire ta persévérance et le fait que tu n’aies pas baissé les bras car 3 ans cela doit être long ! encore bravo !
  46. coucou ! tu sais la ^petite boite en sapin de la fin : elle est droite ! y aura pas de virage, plus de virage !!! vaut mieux que t’en chie un bon coup, mais au moins pas de regret !!! c’est cela qui fait le plus mal!!! moi je pense que si tu es arrivée jusqu’à cette étape c’est que derrière l’envie, le besoin était bien grand !!! donc fonce ! tu seras naze certes, mais quand tu pèteras la bouteille de champ’ tu te sentiras forte et insubmersible !!! c’est ce que tu te seras prouvée à toi m^m ! la plus grande des richesses !!! et pi quoi ??? sinon quoi ??? y a jamais rien en vain !!! pour prendre des virages, j’en ai pris…des casse-gueules, des qui passent tout seuls, et beeein tu me croiras peut-être pas mais on arrive toujours à se retrouver sur une route …m^m boueuse…elle finit par durcir ! merde pour cette année !
    • tu me fais rire avec ta petite boite mais je crois qu’on est sur la même longueur d’ondes, j’ai toujours envisagé la vie ainsi ! )
  47. Ce que tu tentes me donne vraiment envie tu sais ? J’avais déjà envie de reprendre les bancs de la fac dans à de le même secteur d’activité que toi, je vais y réfléchir encore un peu … Pourquoi pas les cours du soir dans mon cas. A voir …
    • je n’ai pas trouvé de cours du soir proposant cette formation à Lyon mais c’est peut-être le cas à Bordeaux
  48. Courage ou pas, je trouve ça sportivement géniale de reprendre ces études passé 30 ans. Tu n’es pas la première et ils sont plus nombreux qu’on le croit, les +30 (voire +40) à retrouver les bancs de la fac. Moi même, je ne m’interdirais jamais un changement de voie et un retour en fac si l’envie m’en prend d’ici quelques décennies.
    Le principal reste que ça te plaise et que tu sois motivée par ton programme. Ensuite, ça ira tout seul, même si le boulot est énorme. 🙂
    Je ne te souhaite que le meilleur!
  49. Bonjour, je découvre le site et je voulais en profiter pour mettre mon petit commentaire. J’ai eu mon bac à 20 ans, j’ai bossé pendant 10 ans comme hôtesse navigante sur les ferries entre la France et l’Angleterre. Mais bon, au bout de 10 ans de traversées par tous les temps, la fatigue et des problèmes de dos se sont vraiment fait sentir.. Je n’en pouvais plus. J’ai fait un bilan de compétence, monté un dossier et mon employeur m’a payée ma formation. Retour sur les bancs de l’école pour préparer un BTS Marketing sur 9 mois… cours intensifs.. mais quel bonheur de l’avoir eu avec mention Bien. Cela m’a permis de trouver du travail comme assistante commerciale, de travailler « à terre », même si j’ai quitté ma Bretagne et que je suis maintenant en région parisienne… Je ne regretterais jamais le choix que j’ai fait.. Alors bon courage, bonne chance et accroche toi.. Tu verras le plaisir et le bonheur que tu ressentiras lorsque tu commenceras à travailler dans ta future boite.. les sacrifices valent le coup..
      • si bien sur que la Bretagne me manque.. Mais ma fille a son papa sur la Région parisienne et je ne conçois pas de la séparer de lui, même si nous nous sommes séparés.
  50. Tout d’abord un grand bravo car même si je n’es que 19ans je comprend que ce n’est pas une décision facile à prendre mais après tout on a qu’une vie alors autant en profiter pour faire quelques choses qui nous plait. J’ai fais une année de fac ne sachant pasz ce que je voulais faire plutard et l’année prochaine je me lance en école d’archi pour moi c’est un grand virage car je vais devoir m’investir sans même savoir si ce métier me plaira au final sans même savoir si je trouverais du travail derrière mais c’est la vie il faut faire des choix en esperant faire le bon. Apres je me dis que je peux encore me tromper je suis jeune mais ça me fait quand peur de devoir prendre une decision qui va determiner le reste de ma vie. J’imagine donc que ce doit etre difficile quand celle ci determine aussi celle de sa famille.

    J’espère que tout ce passera pour le mieux & encore bravo, et merci car ça me rassure de me dire qu’apres tout on peut reprendre ces etudes et trouver notre voie à 35 ans.

    • bien sûr qu’on a le droit de se tromper et comment savoir à 19 ans ce qui va nous plaire dans 10, 20 ans? j’espère que l’architecture te plaira ..bon courage pour la suite
  51. Bonsoir,

    je te félicites pour ton grand virage !
    Moi aussi,je l’ai fait …. bon j’étais un peu plus jeune et sans enfants mais j’ai tout de même bouleversé ma vie bien tracée :
    à 25 ans, étudiante en expertise comptable, ayant déjà un pied dans le monde du travail car étudiant en alternance, un avenir sûr et confortable assuré, j’ai décidé de me lancer dans des études de médecine, ce que j’ai toujours voulu faire de ma vie.
    Cette décision a fait couler de l’encre dans mon entourage qui croyait juste à un caprice … mais je me suis lancée car cette décision était mûrement réfléchie (et vraiment pas un caprice) : je n’aimais pas mon futur métier et regrettais mon rêve de toujours, que je n’avais pas réalisé par « connerie de jeunesse » je dirais.

    Donc, je me suis lancée et j’y suis arrivée ! Bien sûr, çà n’a pas été évident de se remettre dans le bain scientifique que j’avais quitté en terminale pour la comptabilité. D’autant plus que je n’ai pas choisi la filière la plus cool ! Et puis, il y avait forcément une certaine distance avec les autres étudiants (dans les mentalités) même si j’ai rencontré des gens adorables. Le plus dur a été de me sentir jugée, incomprise, parfois abandonnée, par des gens qui comptaient pour moi et qui ne me soutenaient pas. Mais, j’ai surtout eu la chance d’être soutenue comme jamais par mon petit ami (aujourd’hui mon mari) et mon père.

    Aujourd’hui, je suis en 4ème année. Je ne regrette absolument pas mon choix. Et quand je suis en stage à l’hôpital, je me félicite d’avoir osé le faire car je suis juste à ma place …

    Je te félicite d’avoir toi aussi osé te lancer ! J’aurais aimé voir ce témoignage quand j’avais le moral à zéro et que je me sentais la seule au monde à vouloir réaiser ses rêves …
    Bien sûr que c’est risqué, bien sûr que ce sont des sacrifices, mais je peux te dire que quand tu auras trouvé un emploi, tu seras comblée. C’est à çà que tu dois penser si tu doutes … En tout cas, je te souhaite beaucoup de courage ! Et je suis certaine que çà marchera pour toi car tu sembles être persévérante 🙂

    • bravo pour ton propre grand virage ça a du te changer ! tu as bien fait de ne pas écouter les autres et tu as choisi un dur mais beau métier !
  52. Ah je connais un peu la même situation que la tienne! C’est top de se lancer des challenges comme ca c’est super motivant!!
  53. Je pense aussi reprendre, soit cette rentrée soit la suivante… un master 2 par correspondance, afin de continuer à travailler (à temps plein) à coté. Je sais que ça va être dur, avec le mémoire et tout, mais c’est un sujet qui me passionne… et sans changer de boulot, il me permettra d’ajouter des petites choses à coté!
    Mais ce n’est pas évident de se lancer!
    Je te souhaite une année riche!
  54. celine1st Reply
    Tu te sens peut etre pas courageuse, mais moi je suis admirative!

    je te souhaite de t’épanouir pleinement à la rentrée.

  55. Moi m’dame !
    Avant chef de rayon qui a bien progressé et bien déménagé avant de se retrouver à la porte après de bons & loyaux services !

    Au même âge pratiquement, après aide d’un cabinet spécialisé, je me réoriente et décide de préparer et passer le concours de professeur des écoles ! Dur, dur de se remettre à bosser de cette façon et de se retrouver à côté de p’tits jeunes tout frais ! Mais gros avantage, ma rigueur professionnelle forgée après tant d’années ! Les p’tits jeunes révisent peu de temps avant le concours, moi j’ai bossé cela comme une course de fond et j’ai réussi à être dans les 350 pris sur plus de 3000 inscrits ! Très peu de mes « jeunes camarades » qui étaient avec moi ont réussi ce concours ! Il faut dire aussi que j’étais un peu condamné à réussir ! En cas d’échec, qu’aurais-je fait ?
    Je suis prof des écoles depuis 6-7 ans !
    Tout est possible !

  56. Comme je comprends tes hésitations ! J’ai moi-même fait un gros virage dans ma carrière mais n’ayant pas de petit bout de chou cela paraît moins difficile. Quel courage tu as ! Oui tu es courageuse. Même si tu as la trouille. C’est tout à fait normal, tu sais ce que tu perds mais tu fonces vers l’inconnu. Si tes proches te soutiennent, sache que c’est le principal. S’ils t’entourent de leur amour, tu pourras tout affronter.
    J’espère que ce retour à la fac t’apportera le bonheur professionnel que tu recherches ! Et je suis aussi heureuse de voir que nous évoluerons dans le même domaine (si cela peut te rassurer – et te conforter dans la bouteille de champ’ – il y a pas mal de taf et de débouchés ! ^^)
    • j’espère que tu as raison concernant les débouchés et les offres d’emploi..merci pour tes encouragements en tous cas !
  57. bonjour,
    j’ai 35 et cela fais 1 an que j’ai repris, je viens de validé ma premiere annee de bts dietetique. je compte apres le bts si je l’ai passé soit une licence pro soit un master pro. donc j’en ai encore pour 2 à 4 ans d’études. je pense que l’on a tous le choix de rester dans un boulot alimentaire, de devenir un robot aigri, depressif, et j’en passe. je ne m’épanouissais plus dans ce que je faisais. j’encourage toutes les personnes qui ont le courage de faire ce sacrifice. meme si la vie offre des contraintes, il est possible je pense de faire ce que l’on a envie quand on a envie.
    bonne journée
    • merci pour ton témoignage…en ce qui concerne je ne regrette pas mon choix même si ma situation professionnelle et financière est moins confortable qu’avant..
  58. Bonsoir! Je suis à peu près dans le même cas de figure que vous avec en plus le fait que j’ai remplacé les bancs de la fac par le boulot ( et oui c’en est un!!!!) de mère au foyer pendant ces dix dernières années! Vous imaginez l’état de mes neurones! Mais j’ai vraiment envie de relever ce défis ne serait-ce que pour savoir de quoi je suis capable! Alors reprendre les cours avec 3 enfants à la maison ça me terrifie!!! Quelques conseils à me donner????
    • je n’ai jamais trop donné de conseils sur le blog..à part en cuisine car il y a des règles fixes et des petites astuces à connaitre ..la vie c’est différent, chaque cas est unique )
      avoir un projet solide et sérieux qui motive la reprise d’étude me parait déjà une bonne base , cela permet de tenir malgré les coups de fatigue, les baisses de moral et autres obstacles qui peuvent arriver quand on doit concilier études, vie familiale et vie perso (je l’ai fait sur un court temps et c’est un choix qui avec le recul me parait un bon choix, je n’aurais pas tenu à un tel rythme sur du long terme)
  59. liloumoultipass Reply
    Bonjour,
    oui actuellement à 35 ans je suis en pleine reconversion avec un bts
    s’ajoute à ca un chéri qui veut qu’on lance bb1 je me pose bcp de question
    j’aurais bien besoin de conseil !
    • quelle genre de questions ?
      difficile de faire une réponse précise, j’ai réussi sur l’espace de quelques mois à gérer ce retour à la fac, deux enfants pas grands et le blog que je n’ai jamais lâché …ce qui m’a aidé c’est le soutien moral de quelques personnes et au quotidien, le soutien logistique de mon chéri
  60. Bonjour j’aimerai savoir la suite de ton parcours , tu as fais combien d’année sur les bancs de la fac? As tu réussi ? Es tu plus épanouie?
    Maman moi même de 3 enfants dont la dernière va rentrer au CP en 2018 je pense sérieusement à retourner à la fac a 35 ans je me prépare des maintenant et je recherche des informations parce que je suis complètement déconnectée au foyer depuis 12 ans.
    • Bonjour, j’ai choisi une formation de quelques mois seulement (je n’avais plus de salaire et j’ai pris un prêt étudiant que je rembourse toujours donc plus de quelques mois cela n’aurait pas été possible dans mon cas ) suivi d’une période de stage ce qui m’a permis de trouver très vite du travail
      c’était une période très fatigante dans mon esprit (mes enfants étaient petits et j’enchaînais la journée à la fac et la journée de maman) mais aussi très stimulante
      j’étais dans une impasse professionnellement et cette formation m’a permis de concrétiser un nouveau projet . Aujourd’hui je ne roule pas sur l’or mais j’ai une qualité de vie que je n’avais pas avant (pas ce sentiment de courir tout le temps et de ne profiter de rien).
      Je te conseillerai d’avoir un projet concret et précis avant de te lancer et le soutien des proches est aussi très important.
      Est ce que tu connais Aurore du blog La mite orange ? elle a repris ses études de droit et elle a l’air super bien organisé !
  61. Hey 🙂
    Je suis tombé par hasard sur cet article… Je dois dire que je m’ y reconnais beaucoup, et d’ une certaine façon ça me rassure de savoir que d’ autres que moi ont pu êtres angoissés à l’ idée d’ opérer un tel virage dans leur vie.
    Pour l’ anecdote, j’ ai arrêté mes études à 17 ans pour être formé par mon patron, certes ce métier fut passionnant au début, mais aujourd’hui cela ne me satisfait plus, essentiellement car il n’ offre pas de perspectives d’ évolutions.
    J’ ai tenté de me reconvertir sans diplômes mais je n’ étais pas pris au sérieux. C’ est pourquoi je me suis donc inscrit pour passer le diplôme d’ accès aux études universitaires à 29 ans, mon examen final est dans un petit mois et je suis confiant vu ma moyenne aux contrôles continus qui frôle les 18/20. J’ ai demandé deux formations pour poursuivre mes étides: Un DUT Techniques de commercialisation, et en roue de secours une licence de droit, juste au cas où la première me recalerait car ultra sélective… et étonnement les deux réponses ont été positives… je penses aller en TC… En conclusion, je viens d’ avoir 30 ans depuis peu, et je vais quitter mon emploi stable pour devenir étudiant, je suis paniqué sur tout les plans, et ton témoignage m’ aide un peu à positiver et à me sentir moins seul dans cette situation. 🙂
    • j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de personnes qui opèrent des virages ou des changements professionnels (et que tu te sentiras de moins en moins seul ))…qu’est ce que c’est TC ? Plein de courage pour la suite mais je lis dans ces lignes que la motivation est très forte !
      • En cherchant mon pseudo sur Google, je suis retombé sur cet Article 🙂 Du coup je vais répondre, un peu à la bourre:
        Finalement, j’ai eu mon DAEU, avec mention TB et j’ai choisi d’aller en TC (Techniques de commercialisation). Je me suis assez bien acclimaté, même si je sens bien que je suis un ovni dans un établissement dont la moyenne d’ âge est bien en dessous de mes 31 ans. Mais je reste toujours autant confiant et déterminé, surtout après mon premier semestre dont les résultats ont été au dessus de mes attentes.
        Merci pour ces encouragements 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It