Tag

livres

Browsing

Observer ses yeux revenait à regarder un ruisseau où une pierre a été lâchée et qui forme une nuée, un panache de limon qui ensuite se dépose. Direction Londres dans les années 1880 avec le dernier roman de Joseph O’Connor, Le bal des ombres. Bram Stoker (auteur du livre Dracula qui a un succès énorme seulement après sa mort) est gratte papier au château de Dublin et écrit, en dehors de ses heures de travail, des critiques de théâtre pour…

Lire en période de confinement est ce que cela change quelque chose ? Est ce qu’on lit plus si on en a le temps ? Est ce que l’esprit arrive à être disponible dans ces conditions si particulières où tout est si flou, incertain ? Chacun vit cette assignation prolongée à résidence différemment selon sa situation professionnelle, personnelle, géographique, économique. Pour ma part, j’ai remarqué avoir plus besoin de me tourner vers des activités manuelles (pâtisserie, dessin) que vers la…

Dans la série « il y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis », alors que je n’accroche pas au genre « nouvelles » du fait même de leur format et de ce que cela implique- j’ai lu et beaucoup beaucoup (ce n’est pas une faute frappe, la répétition tente de traduire mon enthousiasme) le recueil de nouvelles de Lionel Shriver, Propriétés privées. Pourquoi avoir choisi Propriétés privées ? Le nom sur la couverture Peu de chance de lire des nouvelles si…

J’ai un sacré train de retard concernant les podcasts. On les écoute, on en parle, on dresse des top à leur propos, ils font partie des habitudes de certain-es depuis un certain temps. Jusqu’à présent, je me contentais d’en noter quelques uns, d’en mettre en favoris mais me mettre à écouter des podcasts, le temps n’étant pas élastique, cela signifiait ronger sur autre chose. Travaillant à domicile, je n’ai pas de temps de transport. Lorsque je cuisine, pâtisse, j’aime être…

« Peaux de phoque » c’est le surnom donné en Alaska aux plus démunis, à ceux qui n’ont pas les moyens de dormir sous une peau de renne. C’est l’histoire familiale de Tynenne (élevé comme un garçon par son père pour qu’elle puisse se débrouiller dans la vie), de son époux et de leurs trois garçons que nous raconte Valentina Veqet. Ce qui frappe c’est l’extrême pauvreté dans laquelle grandissent les trois enfants, connaissant la faim et le froid et la pugnacité…

J’ai toujours eu du mal avec les trucs gnangnan pour les enfants (une des pires tortures pour moi serait de m’obliger à écouter du Henri Dès et quelques couplets suffisent). Heureusement certains auteurs sont drôles et osent même mettre en scène des méchants très méchants comme dans Sacrés Sorcières de Roald Dahl. Est ce que pour cette raison que c’était un des livres préférés de Pénélope Bagieu enfant ? En tous cas, elle ne s’est pas laissée écraser par son…

Pin It