Tag

savoie

Browsing

Même si la montagne est belle, ce n’est pas une destination où je pars souvent en vacances et niveau équipement je dois dire qu’on peut difficilement faire pire. Il était facile de repérer la famille d’urbains qui débarque en altitude : pas de chaussures de marche mais des baskets (et pas forcément les plus adaptées, heureusement les chemins empruntés n’étaient pas trop escarpés), pas de k-way (l’utilité du k-way à Lyon est somme toute très limitée et puis expliquez moi pourquoi les k-way sont la plupart du temps dans des couleurs criardes ?), pas de gourde, pas de vrai sac à dos de randonneur, pas d’aspi venin (en même temps on ne partait pas en Amazonie). Ah si j’avais quand même une polaire achetée à la base pour un très long trajet en avion. J’ai longuement hésité avant de l’emporter parce que ça prend de la place, c’est encore plus laid qu’un jogging (en fait ça pourrait se classer dans la catégorie contraceptif naturel ce genre de fringue, c’est dépassé le coup de la migraine il suffit de porter une polaire) …avoir froid ou être coquette, telle est la question, le tout est d’éviter les photos :  )

Il suffisait aussi d’écouter les enfants pour être repéré illico comme des non-montagnards. J’en peux plus fut la phrase préférée de ma fille (j’aurais du compter le nombre de fois où elle l’a prononcée comme je m’amusais à compter en réunion les gimmicks de certains de mes collègues), c’est encore loin ? (Grand Schtroumpf ), attendez nous !!! (au cas où on aurait eu l’idée de les semer)…et dire que l’an dernier, ils marchaient sans sourciller ou presque dans les balades autour de Saint Malo. Est-ce parce que c’était plat ? était-ce l’air breton particulièrement fortifiant ?

Oh un lac vert !

Bref j’ai vite compris que l’achat de la carte des sentiers piétons disponibles dans les Offices du Tourisme de La Plagne n’allait pas été rentabilisée un maximum et qu’il fallait se résoudre à avoir de modestes ambitions étant donné les pauses innombrables (et une fois de retour à l’appartement, la pleine forme bien-sûr…l’actor studio le retour ).

Heureusement le lac vert avec sa vue sur le Mont Blanc était vite accessible à pied et ce jour là les petites jambes ne semblaient pas trop souffrir de la montée au retour.

la Plagne lac vertla Plagne lac vert bis

la Plagne balade 3la Plagne balade 2

la Plagne cabanela Plagne baladela Plagne télécabine

Le « but » d’une des balades a été l’achat de fromages (très bon rapport qualité prix) dans une coopérative laitière à côté du plateau du Dou du Praz. Il était possible aussi de voir la fabrication de fromages et je pense que cela aurait plu aux enfants mais la visite avait lieu uniquement à partir de 18h, horaire que j’ai trouvé un peu étrange (qui randonne encore à cette heure ? ).

la Plagne cooperativela Plagne veauxla Plagne veaux bisla Plagne station

Oh des marmottes !

Pour motiver mes randonneurs en herbe, je leur faisais miroiter le fait de voir de près des marmottes mais les jours passaient et si elles donnaient de la voix, impossible d’en apercevoir une seule. Et puis sur un sentier réputé « à marmottes », elles ont pointé leur nez juste en face de l’endroit où nous déjeunions semblant se courser, jouer à cache à cache ou guetter ceux qui s’approcheraient de trop près. Quelques pas plus loin sur le même chemin, elles semblaient nous attendre : j’ai commencé par zoomer puis je me suis approchée pas à pas, les enfants derrière moi silencieux pour une fois et c’est comme si on s’était observé mutuellement.

la Plagne marmotte 8la Plagne marmotte 9

la Plagne marmotte 3la Plagne marmotte 5

Oh des fleurs dont on ne connait même pas le nom !

Une autre façon de motiver Miss « j’en peux plus » a été de repérer toutes les jolies fleurs dans les prés, dans la forêt ou au bord des chemins ainsi que les champignons, les fraises de bois et la flore des montagnes. Dans le parc de la Vanoise, il est interdit de cueillir les fleurs, ici je n’ai vu aucun panneau et j’ai même croisé des promeneurs avec des bouquets …perplexité.

la Plagne fleurs 2la Plagne fleurs 4la Plagne fleurs 6la Plagne fleurs 7la Plagne fleurs 8la Plagne fleurs 9la Plagne fleurs 10la Plagne fleurs 12la Plagne fleurs 14la Plagne fleurs 15

oh une pâtisserie !

Je savais en partant à la montagne que les chances de tester une très bonne pâtisserie étaient minces mais une fois sur place, j’ai mené l’enquête et j’ai trouvé l’endroit rêvé pour goûter des gâteaux et spécialités à la myrtille.

La boulangerie Montmayeur se situe à Plagne centre dans la galerie commerçante et propose une délicieuse brioche fourrée aux myrtilles (une fois entamée difficile de s’arrêter), une tarte aux myrtilles bien généreuse et un délice des montagnes ou délice montagnard -à la consistance assez proche d’un biscuit de savoie mais avec un léger goût d’amandes et fourré à la myrtille. L’accueil est  plutôt pète-sec on va dire (à moins que ce soit la rudesse savoyarde ? : ) mais les produits de qualité valent le détour.

collage myrtilles

Après avoir grimpé un peu, admiré le Mont Blanc, pas compris comment le mec de l’appartement d’à côté pouvait bronzer nu sur sa terrasse avec le fond de l’air aussi frais, perdu plein de morceaux de pain dans la fondue savoyarde et n’avoir aucun gage, résisté à l’achat d’une peluche marmotte, traversé des ruisseaux et bousillé nos chaussures, dit bonjour à des dizaines de marcheurs (vous imaginez si à la plage ou dans la rue tout le monde se disait bonjour ? cela dit c’est plutôt convivial), participé à une chasse au trésor (bizarrement aucun problème pour faire marcher les enfants cette fois là), visité toutes les stations, assisté à un spectacle de magie dans l’une d’entre elles, respiré à plein poumon le grand air, les urbains ont repris le chemin de la ville …

Des façades de palaces, un jardin japonais, un podium de France 2 installé près de la place de la mairie pour encourager son champion lors d’une épreuve des Jeux Olympiques, une fromagerie avec un Beaufort d’été si fruité et parfumé, un balcon investi midi et soir car toujours à l’ombre et balayé d’un léger vent, les feutres de couleur des enfants sur les draps et la lessive improvisée dans le minuscule évier (pas de baignoire) pour les enlever, un Fourchette et sac à dos en Norvège regardé tous ensemble (depuis on rêve de partir là-bas en vacances), des promenades et des baignades, voilà ce qu’il restera de quelques jours passés à Aix-les-Bains cet été.

Côté touristes, la ville était majoritairement fréquentée par des personnes âgées probablement en cure dans les thermes d’Aix-les-bains et je dois avouer qu’il y a plus gai que le bal musette du samedi soir dans le parc de la ville (surtout après être passés devant le thé dansant du casino).

Devant les murs de plaques de médecins et spécialistes en tout genre (les rhumatologues l’emportant haut la main) sur de nombreux immeubles, je me suis demandée s’il y a assez de patients par rapport au corps médical et si on a quand même le temps de lire un Paris Match datant de 2008 dans la salle d’attente. Aix-les-Bains the place to be pour les hypcondriaques ? )

point de vue depuis le Belvédère du bois Vidal au coeur de la ville

Quelques photos gourmandes sans lesquelles j’aurais failli à ma réputation :

La touche insolite c’est cette boutique non pas de vêtements d’enfants comme je l’ai cru avant de me pencher vers la vitrine mais pour petits chiens (très nombreux ).  Les maitres sont ravis, les chiens un peu moins )

 Aix-les-Bains a un côté suranné plutôt charmant et même si je lui préfère Annecy plus vivante et situé vraiment au bord du lac, cela permet de changer d’air et de décor à seulement 1h15 de Lyon (en ter).

Aujourd’hui une recette à mille calories la bouchée, un plat après lequel tu ne te sentiras pas forcément légère légère, une spécialité anti-régime mais vraiment de saison et qui fait du bien par où elle passe quand tu as le moral dans les chaussettes, que le mois te semble interminable et que tu as du mal à sortir de ton lit tous les matins.

Il existe autant de recettes de tartiflette que de positions du kama-sutra….les savoyards vont peut-être vouloir plastiquer mon appartement si jamais ils tombent sur celle-là et s’écrier qu’il ne s’agit pas de la VRAIE mais je t’assure qu’elle explose le palais.

Qu’est-ce que je mets dedans?
des pommes de terres (quantité à adapter selon le nombre de convives et leur appétit)
un reblochon (acheté chez un fromager de la croix-rousse qui ne vend que des produits à tomber et à des prix défiant ceux des hypermarchés)
une dizaine de tranches de pancetta ou de coppa (double hérésie, normalement ce sont des lardons)
de la crème fraîche liquide
des oignons (facultatif..je n’en ai pas mis car belle-maman n’aime pas ça))


Qu’est-ce que je fais maintenant?
faire cuire les pommes de terre à la vapeur (Hérésie diront certains!), les éplucher et les couper en rondelles
disposer les rondelles dans un plat à gratin
verser un peu de crème fraîche liquide sur les pommes de terre
recouvrir les pommes de terre de tranches de pancetta
couper le reblochon (après avoir gratté la croûte) en deux dans l’épaisseur et le disposer sur les tranches de pancetta
mettre au four (préchauffé à 180°/200° selon la puissance du four) pendant 20 minutes..le temps que le fromage soit bien fondu


avant de la glisser au four …

Verdict? hum, miam, arrrggg, encore ! bien meilleur qu’avec des lardons pour moi…et en plus c’est facile !

bon ben maintenant c’est soupe et yaourt à 0% )….

Et comme la tartiflette contient des pommes de terre et du fromage couleur jaune (à prononcer jane plutôt que jône si tu habites en dessous de Valence), ceci est ma participation au défi-photo de Virginie B.


Je suis une petite ville française de seulement 7500 habitants au bord de lac Léman, je suis connue pour mon eau et pour mes thermes…je suis, je suis…..Evian-les-Bains !

Comme nous sommes rentrés hier en fin d’après-midi, je n’ai pas eu le temps de mettre les photos prises en ligne. Cela dit, à part le lac et les montagnes enneigées qui se découpent à l’horizon, la ville ne déborde pas de sites touristiques. A part le Palais Lumière dont l’architecture art déco est remarquable, on a vite fait le tour du centre et vu le temps qu’il a fait ce week-end (très froid mais soleil) cela nous a arrangé.

Mais pourquoi Evian alors? parce que nous avons déniché une promo d’enfer via Travelzoo pour un hôtel magnifique, que cela tombait pile poil avec les étrennes eues pour Noël et que nous pouvions nous rendre dans cette destination en train et pour une nuit seulement.
Nous avons profité du spa, d’un break autour d’un coktail, d’un resto de spécialités savoyardes fabuleux pendant  que la mamie se cassait la tête devant un chérubin qui, chaque matin, était en pleurs devant l’absence de ses chers parents, qui n’a quasiment rien mangé pendant deux jours (grand sujet d’inquiétude pour la mamie!) et qui a dormi avec elle !

C’est pas tout d’aller jouer les amoureux transits (de froid) à la montagne, aujourd’hui dur retour à la réalité avec une pile de repassage énorme et une chère tête blonde qui ne me lâche pas d’une semelle…

Pin It