Tag

salon de thé

Browsing

Retour en enfance chez Mercredi Biscuiterie

Mercredi Biscuiterie a ouvert il y a tout juste un an dans le quartier d’Aisnay à Lyon mais j’ai rencontré Thérèse avant qu’elle ouvre ce salon de thé cosy et aux douceurs d’enfance. Thérèse n’avait pas encore trouvé le lieu où elle régalerait les becs sucrés lyonnais mais elle a participé à un des goûters sweet gones sur le thème « Madeleine de Proust« . Elle avait présenté son Impoli, la version maison et sans additifs, colorants et autres ajouts du napolitain. L’Impoli avait conquis tous les palais par son goût, son moelleux, sa vraie ganache chocolat et son effet « retour en enfance » garanti.

Visite de Mercredi Biscuiterie

Je suis allée récemment à Mercredi Biscuiterie pour assister à un cours de photographie culinaire avec Laurent Abry (cf dernières photos de cet article). C’est le genre d’endroits où d’abord on ne sait pas où regarder, des biscuits de toutes sortes étant présentés près du comptoir puis dont on n’a pas envie de repartir car on s’y sent comme dans un cocon. Parfait pour les jours gris d’automne à venir et les jours froids de l’hiver !

mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie

Interview d’une entrepreneuse

Comme Thérèse est une jeune femme à la fois très sympathique, enthousiaste, douce et une entrepreneuse qui a mené à terme un beau projet dans le domaine gastronomique, j’ai eu envie de lui poser quelques questions :

1-Bonjour Thérèse, peux tu nous raconter ton parcours et comment l’idée de Mercredi Biscuiterie est née ?


Bonjour Virginie, Mercredi Biscuiterie est née d’un rêve d’enfant qui adorait jouer à la vendeuse et qui voulait un jour, faire des gâteaux et les vendre. Je crois avoir atteint mon but ^^, mais j’avoue être passée par mille et une idées avant de m’arrêter sur la plus évidente pour moi.
Pour en arriver là, j’ai notamment fait des études en école hôtelière suivies de quelques années en école de commerce. Puis j’ai étoffé mon expérience dans plusieurs restaurants avant de me sentir vraiment prête à me lancer pour l’aventure entrepreneuriale 😀 !

2-Peux tu nous présenter tes biscuits phare ? et plus généralement les biscuits présents dans ta boutique ? 

Difficile de choisir un biscuit phare, mais je dirai que celui qui séduit le plus de personnes est notre palmier, finement caramélisé, avec une petite pointe de cannelle et beaucoup de croustillant.

Ensuite, ce serait plutôt notre gâteau moelleux signature « l’Impoli », qui revisite le Napolitain de manière artisanale par sa confection et les matières premières utilisées.

Plus généralement, on retrouve dans la boutique une quinzaine de biscuits fins qui changent au gré des saisons. Chaque biscuit a sa propre personnalité que ce soit par son goût, sa texture et sa forme. Certains rappellent des grands classiques de la cours de récré comme le petit beurre au chocolat noir, les bi-choco, les dinosaures ou les granolas. D’autres sont plus intemporels comme les sablés viennois très beurrés, les tuiles aux amandes ou les meringues vanillées.

3-Après un an d’ouverture, est ce que l’aventure ressemble à ce que tu avais imaginé ? 

Un an après l’ouverture de Mercredi Biscuiterie, l’aventure est encore mieux que ce que j’avais imaginée. Ce n’est pas de tout repos, ni facile tout les jours, mais quel bonheur d’avoir réussi à créer en si peu de temps des liens forts et improbables avec autant de gens, qu’ils soient clients, commerçants, fournisseurs, blogueurs ou entrepreneurs. C’est une des plus belles aventures humaines de ma vie.

4-Des envies, des projets à venir ? 

Beaucoup de projets oui (comme la majorité des  d’entrepreneurs ^^) et des envies pleins la tête. La prochaine grosse étape sera de pouvoir vendre nos biscuits par correspondance dans toute la France. Mais c’est encore loin d’être lancé.
Dans un futur plus proche, je souhaite développer les prestations de Mercredi à l’extérieur sur des événements ou des mariages (comptoir à biscuits, traiteur en sucré et salé toujours au format biscuits et petits fours…)

Merci Thérèse, j’ai très envie de croquer dans un palmier maintenant !

mercredi-biscuiterie
mercredi-biscuiterie

Mercredi Biscuiterie
41 Rue Franklin
69002 Lyon
ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 19h et le dimanche de 11h à 18h
Vous pouvez aussi y déjeuner salé le midi

Pause gourmande aux Bricoleurs de Douceurs

Si vous avez regardé la version « professionnelle » de l’émission Le Meilleur pâtissier, vous vous souvenez peut-être que parmi les équipes, une était de Marseille. L’un d’eux est le chef pâtissier des Bricoleurs de Douceurs (j’adore le nom !), une pâtisserie/salon de thé que je suis depuis longtemps sur les réseaux sociaux. Pour ceux et celles qui ne liraient pas ce blog depuis longtemps, j’ai la manie de choisir mes destinations de vacances en fonction des potentielles adresses sucrées à tester. Du coup, au programme de mon dernier week-end marseillais, je me suis arrangée pour que l’une de nos ballades passe devant cette adresse.

Nous nous sommes arrêtés à la boutique des Bricoleurs de Douceurs ( situé dans le quartier de Roucas à deux pas d’Endoume), sur notre trajet retour à pied Bonne Mère-Vieux Port. C’était une manière parfaite de motiver les troupes. Comme il était encore tôt dans l’après-midi, nous avions quasi la boutique à nous seuls et j’ai eu le temps d’échanger avec Clément Higgins qui s’est installé ici avec sa femme Aurélie Poletto. Il m’a même guidé dans mon choix car j’avoue que face à la vitrine, j’avais bien du mal à me décider, d’autant plus que je savais que je n’y retournerais pas de sitôt. 

L’avantage quand on est plusieurs à s’attabler dans un salon de thé est que l’on peut goûter plusieurs pâtisseries. Notre choix s’est donc arrêté sur le « best of » de la maison à savoir le Marseille Brest, que la fan de pâtisserie à base de pâte à choux que je suis a adoré. Il est composé d’un chou croustillant, d’un praliné pur noisettes, d’une ganache montée noisettes et de noisettes caramélisées. C’est ma fille qui avait ce Marseille Brest devant elle mais autant vous dire que j’ai bien pioché dedans : )

Le fou de tartes et de desserts au citron qui se cachait parmi nous ne pouvait pas passer à côté de Kalamanquoi. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un confit de citron kalamansi, d’un crémeux kalamansi, de meringue et d’une poudre de citron noir, elle présente une belle acidité juste contrebalancée par la présente discrète de la meringue. L’ensemble est « pepsy » (désolée pour l’anglicanisme mais je ne trouve pas de terme équivalent) et bien frais. Il faisait chaud ce jour là, ce qui explique que parmi nos choix, nous avons sélectionné Jack Attack. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un moelleux aux noisettes, d’une compote de pommes au basilic, de pommes pochées et de poudre de basilic, cette douceur est celle qui me laissera le moins de souvenirs mais si vous adorez les tartes aux pommes alors c’est un choix incontournable. Enfin j’ai suivi le conseil de Clément Higgins en choisissant What Else avec sa pâte sucrée croustillante, son moelleux aux noisettes, son crémeux café, sa ganache montée vanille, son praliné coulant noisettes/café. Je n’ai jamais été fan de desserts au café mais depuis que j’ai goûté et beaucoup aimé la tartelette tiramisu de Signé Extrait à Lyon, je sais que tout est une question de dosage. Je n’ai pas regretté mon choix : cette douceur est gourmande, au niveau des textures c’est une vraie caresse et le mariage praliné/café/vanille crée une belle harmonie. Parmi les autres pâtisseries présentes à ce moment là en vitrine (elles changent régulièrement), j’aurais bien goûté le Choc Norris (biscuit croquant aux éclats de noisettes, chocolat et fleur de sel, crémeux chocolat noir, confit de praliné noisettes), le mille feuilles du printemps (pâte feuilletée caramélisée, ganache montée fleur d’oranger, confit de fraises et rhubarbe, fraises fraîches), le Chizeucake de chez nous (un cheesecake avec un fromage d’un producteur local) …mais je n’ai qu’un estomac.

Si j’ai l’occasion de retourner à Marseille, j’irai tester d’autres pâtisseries des Bricoleurs de Douceurs au Jardin Montgrand (situé dans le 6ème arrondissement) où ils sont prestataires de service car le cadre a l’air très agréable.

Scoop : Les Bricoleurs de Douceurs seront présents en septembre prochain au Street Food Festival aux Subsistances à Lyon avec des propositions « finger food » sucrées. Hâte de voir ce qu’ils vont imaginer !

Ce que j’ai aimé :

-le lieu un peu caché mais à quelques mètres de la Corniche Kennedy que je vous conseille d’emprunter pour admirer les points de vue sur la mer et les belles villas
-la possibilité de déguster sur place
-la variété des propositions sucrées
-l’identité des Bricoleurs des Douceurs (dans le « look » des pâtisseries comme dans leur intitulé)
-l’accueil souriant
-de la gourmandise au rendez vous !

Bricoleurs de Douceurs
202 Chemin du Vallon de l’Oriol,
13007 Marseille
Tel : 09 86 35 23 92

Edit : et merci à Funny Fully avec qui j’ai échangé sur les pâtisseries marseillaises et qui m’a convaincu définitivement de tester cette adresse

 

 

Londres et Lisbonne : 2 adresses pour s’évader à Lyon

Vous ne partez pas pour les vacances de Pâques et vous bavez devant toutes les photos de destinations étrangères que vous voyez défiler sur votre fil Facebook ou Instagram ? (toute ressemblance avec une situation vécue n’est pas purement fortuite) ? Voici deux adresses pour voyager sans quitter Lyon.

Un tea time au Bourbon’s house

Le Bourbon’s house propose depuis peu, sur réservation, une formule tea time comme à Londres. La formule comprend 3 sandwich salés (ce jour là un à l’oeuf curry, un brie chutney d’oignon rouge, un asperge coriandre bressaola), 4 pièces sucrées (mini tarte citron, brownie noisettes, millionnaire shortbread..), une verrine (trifle aux fruits rouges), 2 scones (un nature, un aux raisins secs) servis avec de la confiture d’orange et de la confiture framboise maison (très bonne) et du thé à volonté.

Cette escale outre-manche coûte 20 euros (27 euros avec une coupe de champagne en plus) et est située à seulement 5 minutes à peine de l’Opéra. Il n’y a plus qu’à trouver un(e) ami(e) anglais pour vous accompagner : )

Bourbon’s house
22 rue gentil
69002 Lyon

Une escale au Portugal au Café Lisboa

On quitte le frog, les bus impériaux, la garde royale et la reine Elisabeth pour le soleil, les trams jaunes, les azulejos avec le Café Lisboa qui a ouvert, en lieu et place du polo club (qui était branché english food d’ailleurs).

Avec sa devanture verte, sa petite terrasse dans une rue peu fréquentée par les voitures, ses nappes et ses coussins colorés, son patron avec un accent charmant et sa carte avec des plats qui se partagent, le Café Lisboa est une adresse où on a envie de revenir. Je ne suis pas une spécialiste de cuisine portugaise mais je me suis régalée avec la Bacalhau à Bràs (une spécialité à base de morue).

Les pastéis de nata peuvent être dégustés sur place en dessert mais aussi un peu plus tard dans l’après midi. Vous pouvez également les emporter (dans ce cas là faites les très brièvement réchauffer, cela se déguste tiède) et légèrement saupoudrés de cannelle, ils m’ont transporté à Lisbonne !

Café Lisboa
9 rue des Quatre Chapeaux
69002 Lyon

Une série de billets « Le monde à Lyon  » ça vous intéresserait ?

Mes bonnes adresses à la Croix Rousse en janvier

Je vous ai dit combien j’aimais mon quartier. Plateau ou pentes, je ne me lasse pas de m’y balader et quand je le peux, je teste aussi de nouvelles adresses . Alors attention il ne s’agit pas de toutes nouvelles adresses qui sentent encore la peinture sur les murs (j’ai renoncé à cette course entre blogueurs ou city guides en ligne pour être LE premier à parler d’un nouveau lieu …ça me fatigue )) mais elles sont tout de même relativement récentes. Et puis si vous êtes lyonnais et que vous les connaissez déjà toutes, ces 3 lieux serviront peut être à des non-lyonnais de passage dans le plus beau quartier de Lyon.. la Croix-Rousse bien-sûr !

Tortilla chips, guacamole maison et tacos à Go Mex Cantina

On commence par une adresse sur les pentes de la Croix-Rousse, presque à deux pas de l’Hôtel de Ville : Go Mex cantina, qui se définit comme les cantines qui existent au Mexique. Si vous voulez être dans la salle du haut (que je trouve plus agréable), je vous conseille de réserver, surtout si c’est le week-end mais y compris pour le midi.

La déco des murs et des luminaires joue sur les couleurs vives, les motifs tropicaux, les assiettes sont colorées…dans un mois de janvier très gris après un mois de décembre très gris, on apprécie.

On nous demande, une fois notre choix fait, si on veut la « version » épicée ou « non épicée ». On se la joue prudent pour cette fois mais la prochaine fois j’essaie avec épices.

Ce que j’ai aimé :
-la salle du haut
-les tortillas chips cuits maison (rien à voir avec ceux qu’on achète en grandes surfaces)
-le guacamole maison trop bon (il n’a pas fait un pli)
-les tacos (on en a pris différents : échine de porc confit/dinde marinée /boeuf braisé et nous nous sommes tous régalés)
-les prix : 5.90 l’assiette de tortillas et guacamole à partager ; 7.90 les deux tacos ou 10.90 € les 3Pourquoi y retourner ? parce que tout est frais, fait sur place, la viande est délicieuse et aussi pour goûter le reste de la carte : les ceviche, les quesadillas et pourquoi pas une petite tequilla : )

GoMex Cantina
Place de Forez
69001 Lyon
leur page Facebook

Pancakes à volonté, tartines et œuf cocote au Chien Perché

Le dimanche midi, de temps en temps, on s’offre le luxe de mettre les pieds sur la table le temps d’un brunch. Je sais qu’il y a des anti-brunch (à chacun ses combats hein )) mais si ce n’est pas votre cas, sachez que dans la montée de la Croix-Rousse une adresse familiale et conviviale propose les dimanches une formule à 20 € (tout est fait maison et avec des produits frais) comprenant des œufs fermiers cocotte au comté, pommes de terre grenaille rôties au thym et salade verte de Caluire (juste à côté), une tartine au choix (j’ai pris l’hivernale au potimarron rôti, châtaigne et reblochon), un fromage blanc aux sablés et caramel au beurre salé, des pancakes à volonté avec des confitures maison et un caramel maison , une boisson chaude au choix et un verre de jus de fruits artisanal au choix.

Ce que j’ai aimé :
-la vaisselle anglaise dépareillée (je n’ai quasi pas pris de photos mais il y a plein de chouettes théières )
-l’accueil des enfants à qui a été proposé un panier avec des jeux pour occuper le temps. Même si maintenant les miens sont grands et patients, ils étaient contents d’avoir quelque chose pour jouer
– les paniers en tissu dans lequel est servi le pain qui viennent de la Fabrique à côté (c’est chouette de faire travailler les commerçants voisins )
– une formule avec des plats chauds
-les pancakes à volonté (dès qu’il n’y en a plus, ils en remettent ) et pas de nutella : ) Pourquoi y retourner ? parce qu’on a bien mangé, que l’accueil était souriant et que je suis curieuse de goûter à leur cuisine familiale en dehors du brunch

Au chien perché
108 Montée de la Grande-Côte
69001 Lyon
Leur page Facebook

Carrot cake et ateliers de pâtisserie au salon de thé Tonka

Encore plus près de chez moi et sur le plateau de la Croix-Rousse cette fois, le salon de thé Tonka a ouvert ses portes à la fin de l’année 2017.  Le lieu propose des cupcakes (sans crème au beurre remplacée par de la chantilly), un banoffee (que je n’ai pas goûté car je n’aime pas les desserts à la banane), un carrot cake (oui celui en Une de ce billet et il est aussi bon que beau), des cheesecake en pots mais aussi une formule déjeuner avec une tarte ou une soupe, un dessert et un expresso pour 8 euros.
Le menu change toutes les semaines. Tonka va bientôt proposer un brunch, des places en terrasse (quand on aura fini d’avoir froid) et des ateliers divers avec des intervenants ponctuels. Gaëlle fait l’accueil en salle, Marine est en cuisine et comme elle est spécialisée en cake design, elle confectionne des gâteaux licorne, des pop cake arc en ciel et autres gourmandises thématiques pour les anniversaires.

Ce que j’ai aimé :
-l’accueil super gentil
-le prix de la formule du midi avec des légumes qui viennent du potager du papa de Gaëlle, du pain qui vient du Fournil des Artistes (plus local c’est pas possible)
– le carrot cake très peu sucré, moelleux, avec des gros morceaux de noix (et en plus Gaëlle m’a demandé si je voulais emporter ce que je n’avais pas fini …moi qui déteste jeter de la nourriture, j’ai apprécié )
-les ateliers pâtisserie en comité très restreint : j’en ai suivi un pendant lequel nous avons préparé une tarte au citron meringuée et si la meringue italienne me faisait un peu « peur », je pense avoir compris tous ses secrets
-Sonos, la station de radio anglaise en fonds sonore (c’est peut être anecdotique mais après des chansons plutôt pop, le speaker parle anglais et c’est chouette )

Pourquoi y retourner ? pour discuter avec Gaëlle parce qu’entre passionnées de pâtisserie, nous avons toujours des choses à nous dire, pour reprendre une part de carrot cake, pour tester un atelier de pâtisserie enfant pour ma fille.

Tonka
Place Bertone
69004 Lyon
Leur site internet

Comme la Croix-Rousse est le quartier que je connais le mieux à Lyon, je lui ai dédié une rubrique spéciale que vous retrouvez dans le menu sous la catégorie Lyon City Guide. J’ai déjà quelques idées d’articles pour faire grandir cette nouvelle catégorie.

Est ce des articles spécial Croix Rousse, cela vous intéresse ?

Pause gourmande très caramélisée : Karamel

Je défie quiconque d’un peu gourmand de passer sans ciller devant la vitrine de Karamel. Entre les brioches dodues qui jouent du coude, les pépitos (mi corazon) au caramel, chocolat et noix de pécan, les flans caramel et le gros pot de teurgoule comme chez mamie (enfin pas chez les miennes mais chez les mamies normandes en tous cas ), on est quasiment obligé de rentrer pour ne pas le regretter ensuite toute la journée.

Là cela a presque failli être le drame. Un samedi en début d’après midi, en dehors des vacances parisiennes et pourtant au premier coup d’oeil toutes les places assises (oui Karamel a LA bonne idée de proposer des tables où s’installer pour déguster ses pâtisseries et c’est quand même encore assez rare pour être souligné) semblent être prises. Une des vendeuses aperçoit mon air désespéré et vole à mon secours. Bonne nouvelle il reste une table avec deux places cachée par des clients.

Je pourrais presque l’embrasser (je viens de Lyon faut m’excuser )) mais heureusement une large vitrine nous sépare et mon regard est happé par les éclairs caramel, les tartes au citron tout en rondeur, les tartes au chocolat et caramel, les créations éphémères qui m’évoquent des toupies. Comme je n’ai pas loupé un éclat de Karamel avant même que la boutique n’ouvre, je savais déjà ce que j’allais choisir…et ce à quoi je devais renoncer (pour mieux revenir ).

Mettons fin tout de suite à ce suspense insoutenable : j’ai choisi la fameuse poire caramel et lui, l’homme, a pris un millefeuille caramel. Si vous me lisez de temps en temps, vous avez peut être noté que je n’aime pas la galette des rois et que dès qu’il y a beaucoup de pâte feuilletée dans une pâtisserie, je crains de mourir étouffée par les miettes. Bref j’aurais pu le soupçonner d’avoir choisi EXPRÈS le millefeuille pour être certain que je ne pioche pas dans son assiette à dessert (loupé !)

Attention la photo qui suit est  indécente, éloignez les enfants.

Et alors, et alors ? au-delà des photos qui me faisaient saliver depuis des semaines à chaque fois que je les voyais passer sur Instagram, au-delà de l’idée de tout « caraméliser », est ce que ces pâtisseries valaient le détour depuis Lyon ? Oui, 100 fois oui. Quand on pense au caramel, on s’imagine presque instantanément quelque chose d’assez sucré pourtant la poire caramel est à la fois gourmande, régressive, fruitée et pleine de fraîcheur.

Quant au millefeuille caramel (oui je l’ai goûté), je ne sais pas comment mais le chef pâtissier Nicolas Haelewyn m’a réconcilié définitivement avec cette spécialité. Sa pâte feuilletée ne s’effrite nullement, la garniture est généreuse, onctueuse mais sucrée juste comme il faut et les petits morceaux de caramel ont porté le coup final à mon préjugé.

J’aurais bien demandé à Nicolas Haelewyn (ancien de Ladurée) d’où lui venait son obsession pour le caramel, si ce ne sont ses origines normandes mais on a du lui poser la question déjà un nombre incalculable de fois (et puis surtout il n’était pas présent lors de ma visite )).

Avant de repartir (et d’emporter un pépito), j’ai jeté un œil aux rayons de sa boutique garnis de caramels bien-sûr mais aussi de tablettes de chocolat, de pâtes à tartiner et autres gourmandises. Un paradis pour tous les amateurs de caramel dans tous ses états.

♥ Adresse gourmande ♥
Karamel
67 rue Saint Dominique
75007 Paris
site web : karamelparis.com

Pause gourmande au Recommandé (Pléneuf Val André)

Je ne savais pas avant de m’attabler au Recommandé (même si le nom aurait pu me mettre la puce à l’oreille) que ce salon de thé était avant une annexe de la poste et que les propriétaires avaient transformé ce lieu (déjà j’aime bien l’idée de donner une nouvelle vie à un lieu plutôt que de le détruire complètement ) tout en jouant avec son passé. Coussins en toile de jute (ceux qui contiennent le courrier), boîte aux lettres/distributeur de papier, meuble pour classer les missives (qui devient un présentoir à brochures touristiques) sont quelques uns des clins d’oeil de cette adresse gourmande.

J’ai peut être été particulièrement sensible à cet univers car un de mes oncles a été facteur (j’ai baigné dans les histoires de vélo, celles de chiens qui montrent les crocs et mordent parfois les mollets) et j’ai toujours une tendresse particulière pour la poste.

recommande-12

recommande-10

recommande-9

recommande-11

recommande-8

recommande

collage-recommande

collage-recommande-bis

Cependant ce qui m’avait amené au Recommandé ce n’était pas le lieu en lui même mais ses pâtisseries dont m’avait parlé Lalydo. Tant est si bien que j’ai insisté pour revenir une seconde fois à Pléneuf Val André (l’occasion aussi d’une belle randonnée). Quand on est gourmand, on est prêt à bien des détours : )

 

recommande-2

recommande-3

recommande-4

recommande-5

recommande-6

recommande-7

C’est à l’heure du déjeuner que nous nous sommes installés au Recommandé, l’occasion de déguster une belle assiette de fromages (cette adresse travaille avec des producteurs locaux, encore un bon point) avant de passer au dessert.

recommande-14

Le moment de choisir une pâtisserie a été particulièrement délicat, la vitrine étant particulièrement bien garnie (difficulté renforcée par le fait qu’habitant très loin de Pléneuf Val André, je savais que je ne pourrais pas revenir pour goûter d’autres choses). On a fini par se décider pour un entremet à la goyave (original et très parfumé), une religieuse au caramel au beurre salé (onctueuse et gourmande) et pour un moelleux au chocolat qui était absolument délicieux (fondant au milieu, moelleux dessus dessous et tout en hauteur alors que généralement les gâteaux fondants au chocolat sont plutôt plats).

recommande-15

recommande-16

recommande-17

recommande-18oui c’est presque la même photo mais il était tellement bon !

Bref si vous êtes en vacances dans le coin de Pléneuf Val André, si vous voulez reprendre des forces après une balade en bord de mer ou si vous cherchez un endroit où vous posez, je vous conseille le Recommandé (fallait que je la fasse celle là )).

A défaut d’y retourner (et si on partait en Bretagne l’été prochain ?), je les suis sur les réseaux sociaux et ils proposent des desserts différents régulièrement. Pas du genre à s’endormir sur leur laurier mais du style à vous donner envie d’y revenir.

♥ Adresse gourmande♥

Le Recommandé
3 rue Amiral Charner
22370 Pléneuf Val André

(je ne vous ai pas encore parlé de Paimpol, je suis partie en août, on est en décembre, on est dans les temps )).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin It