Tag

rangement

Browsing

 

Être lessivée par le trajet, le monde dans le train, la bagarre avec les bagages et la poussette, laisser le soleil derrière soi et apercevoir le gris du ciel au fur et à mesure que la gare d’arrivée approche.

Reprendre le métro, trouver que les derniers mètres -ceux qui séparent la bouche du métro à la porte de l’appartement sont les plus longs-, que les valises sont soudain plus lourdes. Pousser la porte, entrer dans la pénombre, tout défaire, ranger, lancer les lessives, mettre les enfants au bain, jeter un oeil à la pendule et constater qu’il est bientôt l’heure du repas, avoir des petits estomacs affamés dans les pattes car ils ont zappé le goûter.

Heureusement les retours de vacances c’est aussi :

– trouver dans ma boîte aux lettres le numéro de septembre de Marie-Claire Maison (merci à Electro grâce à qui j’ai gagné cet abonnement sur facebook et Zaza voici mon magazine pour ce lundi )

– découvrir aussi un livre à chroniquer, Partie commune de Camille Bordas…à dire vrai je n’en ai jamais entendu parler mais  l’auteur est lyonnaise et j’ai déjà eu de bonnes surprises avec cette maison d’édition

recevoir un colis qu’elle m’a envoyé il y a plus de 15 jours pour l’anniversaire du chérubin et qu’on croyait perdu

– savourer le fait qu’ils redécouvrent leur chambre et ne nous sollicitent pas….même si cela ne dure pas très longtemps

– ne pas grimacer en ouvrant un courrier des impôts car pour une fois c’est eux qui nous envoient un chèque

– prolonger la saveur des vacances en dégustant un dessert local emporté dans un sac

– ouvrir ma page Hellocoton, ma boîte mail et tout ce qui me lie à ce blog

transférer les photos sur l’ordinateur et imaginer déjà des billets

– penser que les vacances ne sont finies et que dans quelques jours je bouclerai à nouveau mes valises 

Et toi, les retours ça te déprime ou pas ?

 

Un jour, je m’amuserai à compter le nombre de fois dans une semaine où je range la chambre de mon fils de fond en comble…pendant l’école et pendant les vacances parce que dans ces cas là, la cadence s’accélère.

On est en désaccord sur la méthode à adopter avec l’homme : lui il prône le moindre effort d’attendre la fin de la journée, quand la pièce est sans dessus dessous comme si un troupeau d’éléphants  était passé par là. Moi je range au fur et à mesure des dégâts par petites touches avant que l’ampleur de la tâche ne me décourage totalement.

Parfois je me demande si le jeu ne consiste pas pour mon fils à tout sortir et recouvrir le moindre centimètre carré de la surface au sol.  Au cas où je connaitrais un grand moment d’ennui, il transporte régulièrement la moitié de ses jouets, instruments de musique, chaise, peluches, etc dans la salle à manger. C’est un perpétuel déménagement à la maison.

Avec l’arrivée d’un second enfant, le rangement d’une chambre se corse en difficulté. Il faut que ce soit accessible pour l’un mais parfois hors de portée de l’autre histoire que les accessoires playmobil ou la pâte à modeler ne se retrouvent pas dans la bouche du plus jeune.

Bien-sûr le principal intéressé est mis à contribution : je remplis les boîtes, il redécouvre l’existence de Monsieur Patate…je refais le lit transformé en cabane, il tombe sur un livre qu’il avait oublié. Bref il joue …je ne vais quand même pas m’en plaindre?

Côté rangement, quel est ton mode d’emploi?

J’avoue être un brin maniaque sur les bords..et je vis avec un bordélique né, le genre à affirmer qu’il ne retrouve pas ses affaires si tout est bien rangé…tu imagines ma souffrance?

Pour me consoler, je rêve de dressing :


avec portes coulissantes pour que cela reste invisible

ou dissimulé dans un couloir car j’aime les intérieurs espacés



ou de bibliothèque intégrée au lit pour gagner de la place

et toi, maniaque ou bordélique?

(ceci est ma participation au défi rangement de Virginie B.)

Pin It