Tag

poids

Browsing

Alors on va tout de suite dissiper les doutes, au cas où quelques unes se diraient que j’écris des articles sur les jambes moches alors que les miennes ne le sont pas, celles sur la photo ne m’appartiennent pas. Quelques petits indices pouvaient vous mettre la puce à l’oreille. A part en trichant avec de l’autobrozant, je ne serai jamais bronzée comme ça même après deux mois à faire la crêpe à Ibiza pour la simple et bonne raison que j’ai une peau de rousse (mais sans la chevelure flamboyante, Dame Nature toujours et encore). D’ailleurs je me suis pris un petit coup de soleil malgré la crème solaire fort indice. L’autre invraisemblance est le cocktail à la main : à la piscine municipale, les boissons se prennent à la buvette et puis le plan détente totale avec des enfants mieux vaut oublier …au moins pour quelques années (on laisse donc les livres et magazines à la maison, ça sera toujours cela de moins à porter).

Je ne sais pas comment vous vivez les sorties à la piscine municipale mais quand on est complexée, c’est le genre de choses pour lesquelles il faut prendre sur soi. Cela dit, avec la maturité dirons-nous (Thomas si tu lis ces lignes, tu vois je n’ai pas dit vieille )), je vis ces épisodes avec plus de décontraction …sauf lorsque je mets mon maillot à l’envers (sur l’échelle de la honte, un bon 9 sur 10).

D’abord j’ai arrêté la technique dite de la serviette ou du tee-shirt ample et long sensé camoufler un maximum. Allez ne me dites pas que vous ne vous êtes jamais enroulé dans votre serviette de bain, la posant la plus près possible du bord avant de vous précipiter à l’eau ? L’ennui c’est qu’avec le recul je crois que cela avait exactement l’effet inverse parce qu’on ne passe pas particulièrement inaperçu à vouloir marcher de manière à ce qu’elle ne tombe surtout pas.

Bon j’évite quand même le maillot deux pièces …c’est déjà assez compliqué comme ça de marcher naturellement sur le carrelage glissant des vestiaires sur lequel on n’a pas le droit de garder des chaussures ou sur le revêtement qui fait mal aux pieds avant de rejoindre la pelouse…. si en plus il faut penser à rentrer le ventre : )

Ensuite il suffit de regarder deux secondes autour de soi pour voir que le monde n’est peuplé que de bombasses sur les chaînes de clip à la télé et qu’elles intéressent surtout les maitres nageurs (bon ok ils n’ont jamais éveillé le moindre intérêt chez moi ….faudrait qu’ils me prouvent qu’ils ont de la conversation et de l’humour : ).

J’étais assise dans l’eau comme sur la photo mais sans le cocktail, limite décontractée, quand un papa a commencé à m’aborder (drague à la pataugeoire, ça envoie du rêve hein ?). Bon en vrai j’ai vu le gars en question enchaîner une autre nana 10 minutes plus tard (et quand un homme aborde tout ce qui a des seins autour de lui, c’est tout de suite beaucoup moins flatteur) mais ça m’a changé de ma période camouflage.

Lors de cette sortie piscine, je suis restée en grande partie dans l’eau mais même quand j’étais dehors, je n’ai pas eu particulièrement envie de me cacher derrière les frites en mousse (par contre je garde toujours mes lunettes de soleil, je me sens comme « protégée » avec …va comprendre). Bref de « peut mieux faire », je suis passée à « en progrès  » : )

crédit photo : We heart it

 

large

Hier j’ai fait une grande découverte rayon fringues spécial filles rondes et il fallait que je la partage avec celles qui, par hasard, parmi celles qui me lisent, seraient rondes aussi. M’épanchant récemment sur l’épaule d’une amie (Myriam si tu me lis) sur mes difficultés à m’habiller entre les 36 fillettes de Zara et de ses consoeurs espagnoles et les grandes tailles d’enseignes spécialisées pour lesquelles je ne suis pas assez ronde, elle me lâcha quelques infos et c’est ainsi que je me retrouvais en pleine folie de Noël, dans  un centre commercial fourmillant et bruyant, direction Gap.

Arrivée sur place, je cherche le rayon jeans en essayant de ne pas laisser envahir par les souvenirs plus que désagréables -disons le carrément démoralisants- des dernières séances d’essayage, celles où je suis rentrée à la maison sans rien après avoir passé des dizaines de pantalons dont la moitié ne passait même pas au niveau de la cheville alors que l’autre moitié me donnait envie de me fracasser le visage contre la vitre en face de moi; celles où je suis ressortie d’une cabine à l’éclairage blafard  (mais pourquoi ils font ça, c’est de la cruauté pure ou quoi ?) impitoyable avec les filles rondes (et les minces avec de la cellulite, il parait que ça existe) partagée entre la rage de balancer le tas de fringues qui ne m’ira jamais et l’envie de pleurer alors que la vendeuse qui doit faire 45 kg toute habillée me demande en penchant la tête sur le côté « ça a été?« . Non rien ne m’allait pouffiase. Enfin dans la vraie vie, je grimace et j’attaque intérieurement un régime à base de légumes vapeur et d’interdiction à jamais de chocolat que bien entendu je ne suivrai jamais.  Avant même de passer en cabine, il y a un truc super énervant pour les rondes : la prédominance, dans pas mal de boutique,s des tailles XS, S et M. A part me retirer des os ça va pas être possible. Si on est logique deux secondes, ça veut peut-être dire que la taille que je cherche est celle qui part en premier…alors pourquoi ne pas en proposer plus ?

Enfin bref je suis là devant le rayon jean, perdue devant un système de taille que je ne connais plus vu que j’ai fini par limiter au strict minimum les séances shopping quand je vois une jolie vendeuse s’approcher. Je marmonne quelques informations qu’elle me demande et elle me glisse dans les mains trois modèles susceptibles de m’aller …youhou, un endroit où il n’y aurait pas que du slim ? Je n’y crois pas encore vraiment. Direction les cabines où je suis accueillie par un vendeur qui visiblement aime les filles rondes (j’ai cru qu’il allait m’aider à passer les jeans dans la cabine hu hu !). La vendeuse m’a spécifié au passage « n’hésitez pas à sortir de la cabine pour solliciter l’avis de mon collègue« . Ben voyons ) Non mais franchement il n’y a que les filles minces qui sortent pour se reluquer dans tous les sens et s’exclamer devant leur copine « tu ne trouves pas que ça me fait un peu trop de fesses là ? » parce moi, je reste planquée à l’intérieur sauf si ceux qui ont eu la cruauté de mettre un éclairage aussi blafard ont aussi omis le grand miroir dans la cabine.

Je viens de fermer la porte (oui c’est une porte, pas un rideau à tenir d’une main pour être sûre qu’on te voit pas à moitié nue en passant), la séance de torture..enfin d’essayage peut commencer. Et là c’est la surprise : les jeans me vont bien, aussi bien en taille qu’en longueur. Je peux rentrer dedans sans qu’ils me fassent une traîne, c’est une première. Je peux respirer une fois dedans, m’assoir, vivre quoi. Je suis tellement contente que j’ai envie d’appeler sur le champ ma copine ..mais bon elle me prendrait pour une dingue alors je me contente de faire une petite danse de la joie dans ma cabine et je décide d’en prendre deux sur les 3 que j’ai essayés …oui une occasion comme ça, on ne la laisse pas passer.

Dans la série j’aurais pu vous parler des sous-vêtements, la folie des soutien-gorges rembourrés ayant visiblement envahi les rayons spécialisés. Pour les filles qui n’ont peu ou pas de poitrine, je veux bien (encore faut il assumer l’écart entre la promesse et la réalité au déshabillage : ) ) mais pour les filles qui n’en ont pas besoin, c’est franchement inutile et too much. J’aurais pu aussi vous parler de la difficulté de trouver des robes longues, très féminines sur une fille ronde mais quasi absentes des magasins si ce n’est ceux des créateurs inaccessibles pour la plupart des porte-monnaies (en tous cas le mien).

J’ai beau passer beaucoup de temps devant mon écran, je n’achète pas de fringues en ligne pour moi…trop peur de ne pas avoir un corps assez formaté pour que cela tombe bien et la pensée d’avoir à retourner la commande me saoûle d’avance. Gap un petit pas pour m’habiller mais y a encore du pain sur la planche.

Si vous êtes des bons plans pour filles rondes, n’hésitez pas à les partager plutôt qu’on se morfonde toutes dans notre coin : )

Edit :  j’ai juste eu un mal de chien à trouver une photo correcte et habillée pour illustrer cet article (crédit photo : we heart it), d’où Monica Belluci qui va me faire passer pour une fille très prétentieuse que je ne suis pas

Edit bis : cet article n’est pas sponsorisé par Gap, les modèles de jean testés et approuvés sont perfect boot et curvy (il existe aussi un modèle sexy curvy, trop taille basse pour moi). La coupe droite visiblement est aussi bien taillée mais je n’ai pas essayé.

Ah si tu savais depuis combien de temps je veux l’écrire ce billet. Je le retourne dans ma tête dans tous les sens mais tout est embrouillé et puis je crois que je ne suis pas très fière de moi dans le fond. Je me demande aussi s’il n’y a pas une contradiction énorme entre mon obsession du poids et ma passion pour tout ce qui touche de près et de loin à la gastronomie (en même temps des chefs sveltes ça existe, non? )

On m’a proposé il y a quelques mois de tester gratuitement pendant 3 mois la méthode en ligne du docteur Zermati, Line coaching. Les régimes j’en ai suivi un certain nombre depuis que je suis ado. Ça marche plus ou moins bien (et plutôt beaucoup moins bien en vieillissant), parfois je m’affame, parfois je mange à ma faim, souvent je n’ai plus aucune vie sociale. Ça signifie aussi que j’arrête de préparer des desserts, alors que j’adore ça. Des kilos, j’en ai perdu beaucoup et j’ai malheureusement tout repris, avec un bonus. Le yoyo je suis championne.

Ce que je reproche à tous ces régimes, y compris Weight Watchers, est que je passe mon temps à peser ou à compter des points, je mange des choses peu caloriques mais sans plaisir. La frustration grandit, mon humeur s’assombrit, ce qui explique qu’un jour ou l’autre, plus ou moins lointain, je craque.

La méthode Zermati j’en avais entendu parler avant Line Coaching, je m’étais renseignée dessus et je trouvais intéressant cette approche globale qui prend en compte le comportement car dans mon cas en tous cas, au delà de règles diététiques, c’est mon rapport à la nourriture qui est au cœur du problème.

Du coup, quand j’ai commencé à remplir mon carnet alimentaire, étape indispensable dans la méthode, je n’ai pas eu de grandes surprises. Je mange très souvent en faisant autre chose : vite le midi et devant l’écran, vite le soir et en étant sollicitée sans cesse par les enfants. Dans ces conditions, je savoure rarement, et je suis bien en peine de reconnaitre la fameuse sensation de satiété (d’autant plus que je mange beaucoup trop vite). Il m’arrive aussi très régulièrement de manger alors que je n’ai pas nécessairement faim : par pure gourmandise ou par « pulsion » pour affronter une émotion (plutôt négative). J’ai l’impression que je passe mon temps à craquer, que je devrais avoir la volonté de dire non, de me restreindre. L’autre moitié du temps je culpabilise, je m’en veux, je me trouve nulle, j’envie les minces, celles qui ont l’appétit coupé quand elles sont stressées ou contrariées alors que moi je gonfle.

J’ai aussi commencé à suivre une petite série d’exercices..à peine 15 minutes par jour et rien de sorcier. Je m’y suis tenue tant que j’étais à la maison car j’arrivais à trouver un créneau facilement dans la journée (je suis même passée sans souci à 30 minutes) et puis dès que j’ai du bosser en dehors de chez moi, je n’ai plus trouvé le temps. Quand j’ai lu le billet d’une copine blogueuse au corps de déesse  qui préconise 3 séances d’une heure et demie par semaine pour retrouver un ventre plat, je me suis dit que les enfants c’était la double peine. Non seulement tu perds ta silhouette d’autan mais en plus tu as peu de chance de la récupérer …parce qu’honnêtement tu en connais beaucoup des mères de deux jeunes enfants qui ont autant de temps pour elle ? Les esprits les plus retors pourront me rétorquer : tu trouves bien toutes ces heures pour ton blog. C’est tout à fait vrai mais j’écris à partir de 21h le soir, une fois que les enfants sont couchés, que j’ai bouclé ma seconde journée et franchement à 21h je n’ai ni l’énergie ni l’envie d’une séance d’une heure et demie de sport. Conclusion : je suis convaincue que sans sport, mon corps restera mou comme du chamallow, que j’aurais honte de me mettre en maillot, en jupe, en robe (parfois j’ai l’impression de m’habiller comme une amish) mais il faut que je trouve quelque chose qui me plait (sinon je vais abandonner très vite), qui est peu couteux vu mon budget (je lorgne sur la zumba mais c’est forcément en club et plutôt hors de prix) et facilement intégrable dans un emploi du temps de working mum (à priori le plus facile serait sur l’heure de déjeuner).

Enfin tout ça pour dire que même ce petit effort de 15 minutes par jour, je n’en ai pas été capable sur la durée.

Et pour le reste? j’étais sensée me connecter chaque jour pour avancer ma progression, suivre des séances de respiration pour, j’imagine, être capable de gérer mes émotions autrement que par la nourriture mais les jours ont défilé et j’ai espacé mes visites…faute de temps.

Vu comme ça, on pourrait croire que je manque totalement de motivation. Pourtant mon poids a toujours été un point sensible. Il y a des filles rondes qui s’aiment et s’acceptent. Chouette pour elles, je suis même sûre qu’elles ont raison mais moi rien à faire je me sens mieux quand je suis plus légère, quand je me vois en photo à côté de ma sœur j’ai l’impression de Laurel et Hardy.

La fin des trois mois est arrivée et je me suis écriée déjà ! (depuis septembre dernier, de toute façon j’ai l’impression d’être à bord d’une navette spatiale et j’en viens presque à rêver de ne rien faire pendant plusieurs jours, ce qui n’est pas réellement ma nature). Je ne sais toujours pas si on peut être mince si on n’est pas fana de légumes ET bec sucré si tenté qu’on écoute sa faim ou si c’est un doux rêve. Je ne sais toujours pas comment éviter les grignotages et si avec Zermati, la gourmandise existe toujours ou pas (à priori si on mange juste quand on a faim, je pourrais me balader dans les allées du salon du chocolat sans avoir envie de goûter à rien).

Peut-être que la solution virtuelle n’est pas la bonne pour moi et que j’ai besoin d’un diététicien comportementaliste qui me coache…mais on en revient aux questions de temps et d’argent.

Même si j’ai été une très mauvaise élève, la méthode Line Coaching m’a paru  très complète : vidéos, exercices, carnets, outils, forums (et la possibilité aussi de prendre rendez vous par téléphone avec un médecin pour un suivi plus personnalisé et pour poser des questions) et je sais qu’elle a été efficace auprès d’autres personnes. Elle nécessite de s’accorder du temps pour soi et peut-être qu’il suffit d’être un peu plus souvent à la maison que je ne l’étais.

Et toi, tu aimes les légumes verts, tu cours et va à la piscine et tu es calée après ton entrée ? tu t’acceptes comme tu es ? ou tu hais ta balance?

crédit photo : weheartit.com

crédit photo : etsy, the Paper Peddler

En recevant le dernier Marie-Claire, j’ai tout de suite tilté sur le dossier du mois « Ceci est votre dernier régime !« . Habituellement la presse féminine attend le numéro de mars pour parler poids, ligne et kilos en trop au moment où les températures se radoucissent et où tu ne vas plus pouvoir te planquer très longtemps sous tes larges pulls. Cette fois Marie-Claire attaque la masse graisseuse les fêtes de fin d’année à peine finies et la galette des rois pas encore tout à fait digérée.

Bien entendu, je suis allée voir dans le magazine quel était ce régime tellement révolutionnaire qu’il serait le dernier. Personnellement j’ai commencé à grossir en me mettant au régime. A l’époque  j’étais une adolescente plus ronde que la plupart de mes copines, mais pas aussi ronde en réalité que dans ma tête. J’étais juste une ado qui avait du mal à accepter que son corps change plus vite que le reste. Ce régime je n’en avais pas besoin mais j’ai perdu quelques kilos. L’ennui avec les régimes c’est que dès que tu recommences à manger normalement (ce que j’entends par normalement c’est manger à sa faim, sans aliment interdit) tu reprends tes kilos à plus ou moins long terme et avec un bonus à chaque fois.

L’histoire de ma vie a été ensuite ponctuée de régimes y compris le peu critiqué en général Weight Watchers (deux fois) , qui marche très bien tant que tu comptes tes points chez toi, au restaurant, chez les amis…un bonheur ! En 20 ans, je n’ose pas calculer le nombre de kilos que j’ai perdu en tout ..beaucoup…je les ai malheureusement tous repris.

Mais bon admettons que ce régime soit vraiment différent, en quoi consiste-t-il ? dans un premier temps, il s’agit de calculer son poids idéal selon la méthode Dunkan. Là je t’avoue que j’ai grincé des dents étant donné le peu de sympathie que m’inspire le bonhomme (je suis tombée récemment dans un Virgin sur son programme pour le président de la république …rien que ça ). Cela dit, l’idée même du poids idéal n’est peut-être pas totalement absurde. Vouloir ressembler à Kate Moss quand on a une ossature épaisse (il parait que c’est mon cas, c’est bizarre ça me console pas une seule seconde), c’est absurde. Sauf que lorsque tu feuillettes Marie-Claire ou Elle par exemple, le poids idéal il est rarement au dessus de 50 kilos parce que il faut se rendre à l’évidence la fille plume tu peux lui mettre n’importe quoi sur le dos, elle sera classe avec. Bref la première étape consisterait à connaitre son poids idéal et à l’accepter. Adieu bottes (tu crois qu’on peut maigrir des mollets?), petite robe noire sublime sur les autres et atroce sur moi, tailleur/short, slim et à peu près les 3/4 des rayons de tous les magasins de fringues. Cristina Cordula j’ai besoin de toi !

La seconde étape de ce plan de bataille est en fait le nouveau régime Weight Watchers. Non seulement tu n’es plus obligée de compter tes points mais en plus tu peux manger à satiété.  Alors là j’ai eu envie de dire « on signe où ? » (d’ailleurs juste en bas de l’article il y a la formule d’abonnement, l’endroit pour s’inscrire…c’est quand même bien fait non?). Cela dit, avant de sortir le champagne, j’ai lu l’article jusqu’au bout. D’abord il faut que tu saches quand tu es arrivée à satiété. Du bon sens ? pas forcément en ce qui me concerne, je ne mange pas toujours par faim mais je mange aussi par pure gourmandise, par anxiété, pour gérer une émotion….c’est moche, hein? en attendant je ne suis pas persuadée que la solution soit un régime quand c’est la question du comportement alimentaire qui est en jeu. Ensuite tu n’as le droit de consommer que des aliments rassasiant et inutile de te préciser que le chocolat n’est pas dans la liste. Cela soulève un autre problème avec les régimes en général : faut-il manger des choses qu’on n’aime pas ou peu juste parce qu’elles sont peu caloriques ? la question reste ouverte.

Enfin la dernière partie du dossier explique comment gérer les écarts. Comme je suis une vilaine fille, j’ai choisi l’astuce la plus risible intitulée l’ordonnance des tops. On te demande de boire un grand verre d’eau tiède avec un jus de citron alcalin au réveil puis d’aller te recoucher pendant 30 minutes sur le côté droit afin de favoriser le drainage hépatique et biliaire. Prête à mettre  ton réveil à sonner 30 minutes plus tôt? ah tu vas la regretter ton escapade chez Pierre Hermé !

Bref au cas où tu ne l’aurais pas compris, je suis moyennement convaincue par ce dernier régime malgré l’envie de me débarrasser une bonne fois pour toute, et pour le reste de ma vie, de mes problèmes de poids. Je ne suis ni obèse ni grosse aujourd’hui mais j’ai une dizaine de kilos en trop, des pantalons qui me serrent à la taille et un corps que je n’aime pas tel qu’il est actuellement.

En 2011 j’avais commencé le dernier livre de Zermati que j’avais trouvé très intéressant et sur bien des points à contre-courant des idées sur la diététique. Si j’ai abandonné sa lecture par manque de temps , de motivation et peut-être aussi par besoin d’être accompagnée réellement et personnellement (si tu connais un diététicien de la mouvance Zermati sur Lyon, cela m’intéresse), je crois vraiment qu’il y a une piste à creuser de ce côté là et ce n’est pas Pensées de ronde qui me contredira.

Et toi, quelle est ton expérience des régimes?

Avant d’attaquer une nouvelle année (en même temps a-t-on le choix? tu imagines « je reste en 2011, 2012 ne me dit rien qui vaille« ), je me suis retournée sur ses douze derniers mois qui ont filé tellement vite que j’ai l’impression que les deux Noëls se sont télescopés.

L’année a rimé avec voyages : des week-end à Aix en Provence, Strasbourg, Pézenas, Annecy et Paris, des vacances d’été à Port Camargue et en Bretagne et tous ceux que j’ai partagés, rêvés, imaginés sur le blog écrit à 4 mains avec Virginie B depuis mars dernier Fais-toi la belle !

Pour partir plus souvent, je suis allée m’assoir une fois par mois au cinéma. Des films vus (et j’en ai raté un paquet), je retiens Les bien-aimés parce qu’il parle d’amour, de désir, du temps qui passe, parce que je réécoute chaque chanson avec plaisir, parce qu’il m’a remué, touché et que j’y pense encore. J’ai adoré redécouvrir Paris (à Minuit) sous l’œil de Woody Allen et même si on lui reproche de tourner toujours le même film, je ne suis pas prête à me passer des siens. Enfin j’ai été  bouleversée par La guerre est déclarée et Polisse.

Grâce au blog, j’ai été testeuse de poussette Quinny, j’ai joué à la mini-reporter, j’ai parlé sur un plateau télé, j’ai rencontré Tsonga et les enfants du village Kinder, je suis devenue chroniqueuse pour Mathon, j’ai assisté à ma première soirée mode, j »ai agrandi mon rayon de livres de cuisine grâce à rue du commerce, j’ai été au Salon de Chocolat à Paris avec Sébastien Bouillet et à Lyon.

J’ai rencontré de nouvelles blogueuses lyonnaises et je ne désespère pas d’avoir un jour la possibilité de voir aussi des blogueuses d’autres coins de France et de Paris si un événement se déroule un week-end et pas en semaine.

J’ai participé à plusieurs très chouettes soirées Yelp et j’ai rencontré des filles aussi gourmandes que moi.

Je n’ai pas tenu mes résolutions : j’ai acheté le livre de Zermati pleine de bonne volonté et puis il a fini ranger dans la bibliothèque. Peut-être qu’en 2012 je franchirai le pas de la consultation d’un nutritionniste comportementaliste (si tu as un nom sur Lyon?), en tous cas aujourd’hui je ne veux plus entendre parler de régime. Malgré un abonnement gagné à coach club, mes séances de sport ont été fort peu nombreuses. Je ne suis pas arrivée à m’organiser pour les caler quand je suis à la maison sans les enfants (ça arrive?). J’ai négligé ma forme jusqu’à ce que ce mon corps tire la sonnette d’alarme et j’ai fini l’année entre les mains d’une ostéopathe qui a réparé les dégâts d’un rythme de vie un peu dingue.

J’ai tourné la page d’une période familiale avec la ventre d’une maison et tout ce qu’elle symbolisait , j’ai dit adieu à un proche parti trop tôt, j’ai fêté les 5 ans du chérubin, les deux ans de Miss Zen et 10 ans de vie de couple, j’ai eu le moral plombé par un travail dans lequel je m’ennuyais profondément et puis j’ai décidé de changer de voie après moult tergiversations.

Le dernier trimestre a été plutôt stressant avec la reprise des études, la perte de mon salaire, j’ai savouré chaque soutien et j’ai trouvé aussi une dose de courage dans celles qui commentent ici, j’ai voulu continuer à mener tout tambour battant même si en réalité j’ai été forcée de lâcher certaines choses.

Une année avec des hauts et des bas, des accélérations et des ralentissements, des espoirs, des larmes, des fous rires, des rêves, de l’amitié, des surprises…

Bye bye 2011, tu me suis sur les routes à venir ?

Cette semaine j’étais en période transitoire entre une page qui se tourne et la reprise des études (je sens que demain matin, je vais avoir mal au bide). J’avais bien entendu prévu un planning de dingue que je n’ai pas réussi à tenir mais j’ai tout de même eu des jours bien remplis :

Glop : je crois qu’on ne m’a jamais autant fêté mon anniversaire que cette année alors merci à tous ceux qui m’ont envoyé un petit mot et à celles qui sont passées sur mon blog ou sur facebook  et encore à  Virginie B qui a eu l’idée d’un défi chocolat (heureusement que je n’ai goûté qu’avec les yeux, j’aurais eu une crise de foie sans ça ))

Glop : l’année dernière l’idée d’être en sursis dans la tranche des 24-35 ans m’avait contrarié, cette année cela est passé comme une lettre à la poste…peut-être parce que l’an dernier j’avais l’impression d’être victime d’un mauvais plan et que cette année  j’ai un projet devant moi

Glop : j’ai été fleurie, couverte de cadeaux et de gestes tendres

Pas glop : j’ai préparé quelques pâtisseries pour les enfants, j’ai passé un tas de coups de fil que je reportais à plus tard, j’ai trié les jouets et les vêtements de Miss Zen mais alors que j’avais prévu de classer les pochettes de photos, d’en charger d’autres pour les imprimer,je n’ai pas avancé d’un pouce …tu t’organises comment toi pour les photos?

Pas glop : je hais Mango c’est officiel ! …tous leurs pantalons me boudinent y compris leurs jeans sensés être larges…j’ai poussé le vice jusqu’à changer d’enseigne mais mes kilos mal placés n’avaient pas disparu entre temps..l’épreuve de la cabine d’essayage m’a ruiné le moral

Glop :  j’ai rencontré de nouvelles lyonnaises à la soirée Yelp organisée par Camille d’Essayage, j’ai testé le bubble tea ( je n’ai pas été pas vraiment convaincue, dommage il parait que c’est une boisson qui cale ), j’ai retrouvé  avec plaisir Natacha et Cyl…si tu es lyonnais, lyonnaise et que tu cherches des bonnes adresses, c’est sur Yelp que cela se passe (et à ton tour, tu peux aussi donner ton avis) !

Glop : j’ai rejoint  Virginie B à Paris pour une après-midi entre filles et une soirée mode,  c’est le genre de programme qui rebooste avant le grand saut non?

Glop : le dernier Douglas Kennedy m’attendait dans ma boîte aux lettres en rentrant à Lyon

Et toi, une semaine glop ou pas glop ? celle d’Arwen ; celle de Virginie B

Edit : ce serait très Glop si tu votais pour mon blog au golden blog awards..je sais que comme tous les concours à vote, pour espérer avoir une chance il faut harceler les gens… ce que je ne ferai pas (selon le célèbre principe ne fais pas à autrui ce que tu n’aimes pas qu’on te fasse) mais si tu as 30 secondes devant toi et que tu aimes venir ici, tu cliques ici et ça suffit )

Pin It