Tag

pâtes

Browsing

Oui je sais j’ai le don pour les titres classieux, la blogosphère tout entière me les envie. N’empêche que je ne sais pas si toi aussi tu l’as déjà remarqué  mais dans la vie il y a deux catégories de personnes : les pro-pommes de terre et les pro-pâtes.

Quand j’ai rencontré l’homme, je me suis très vite aperçue que ma toute fraîche « belle-famille » (je mets des guillemets parce qu’on est pas mariés mais il n’existe pas d’autres termes que ceux de belle-maman, beau-frère, belle-soeur..marrant d’ailleurs comme l’esthétique entre en compte) était très patate. Au four, en gratin, sautées, point de vrai repas sans tubercule (ça fait envie dis comme ça, hein?). Pour t’en faire des alliés, prépare leur un gratin dauphinois ou une tartiflette. Propose-leur un dîner à la Pataterie (si si ça existe) et ils t’adoptent définitivement.

Précisons qu’une partie de ma belle-famille est originaire du Nord. Et alors? ben le Nord, la Belgique, les frites, tu me suis? (ou c’est un gros cliché, gens du Nord exprime-toi c’est le moment).

De mon côté, j’ai été une enfant Pomme de terre : celles que mon grand père ramassait dans son jardin , celles que ma grand mère préparait en purée (et le soir s’il en restait cette purée grillée à la poêle quand j’y repense quel bonheur !), celles que ma mère plongeait dans la friteuse pas électrique pour servir des frites maison tellement croustillantes..je ne m’en lassais pas.

Mais ce temps est révolu, je ne retrouve plus le goût de la patate de mon enfance et je suis passée dans le clan des fous de pâtes, ceux qui peuvent en manger tous les jours sans que cela ne pose le moindre problème. Cet amour pour la pasta je l’ai transmis à Miss Zen et à son frère (qui, tiens-toi bien, n’aime pas la purée) à tel point que parfois j’envisage une expatriation en Italie …c’est ma belle famille qui va râler.

Et toi, pâtes ou patates? (ou les deux à égalité)

 Edit : mes enfants jouent quand même à Monsieur Patate, on n’est pas sectaire dans la famille

(ceci est ma participation aux mercredis gourmands d‘Anne-Laure T)

Elle a le chic pour dénicher des images et des vidéos sur le net, elle mitraille non pas ses enfants mais son chat, elle nous fait partager ses coups de cœur musicaux, as-tu deviné de qui il s’agit?

1) Quel plat/aliment pourrais-tu manger tous les jours sans te lasser?

les pâtes ! Toutes les recettes de pâtes ! Toutes les sortes de pâtes !
Je kiffe les pâtes !

2) De quel plat as-tu un souvenir d’enfance marquant?

L’omelette au pommes de terre de ma grand mère ! Un vrai régal.
Ou les pâtes (tiens…?) à la sauce de Fanny, ma belle soeur…Putain, ca y’est je bave…

3) quel plat aimerais-tu faire goûter au monde entier?

Le cheese cake ! Soit celui de chez Eileen à New York, soit celui de Pizzaiole à Montréal.
Le premier aux fraises…
Le second au caramel !
Une tuerie !

4) quel plat ne peux-tu plus manger ? (parce qu’il t’a rendu malade, ou parce que cela t’écoeure aujourd’hui,…)

les poissons avec les arrêtes… Une s’est coincé dans ma gorge, il y a 38 ans … rien que d’en parler, j’ai mal … traumatisée qu’on dit je crois…

5) quel plat ferais-tu manger à ton pire ennemi?

Des tripes. Je trouve ça répugnant. Du boyau … beurk

6) Y-a-il quelqu’un ou quelque chose qui a influencé ton rapport à la cuisine aujourd’hui?

Ma grand mère et ma belle soeur (elle m’a un peu élevée, donc tout appris!)
Mon palais s’est ouvert très jeune au grand kiffe de la bouffe … Mon corps aussi d’ailleurs… mais c’est un autre sujet…

7) Quel aliment emporterais-tu sur une île déserte?

un citronnier ! (oui je vois les choses en grand…)
Parce que c’est plein de vitamines, ça rend les dents blanches (l’hygiène ! C’est important!), ça tue les microbes, ça cuit les aliments… le top quoi !

8 ) si tu devais être un aliment ou un plat, lequel serais-tu?

Un cous cous, ou une paella. Un plat qu’on savoure à plusieurs !!

9) Quel plat rêverais-tu de savoir faire?

Être douée en pâtisserie !
Ouais, à part le cheese cake, le tiramisu, je ne sais pas faire la pâtisserie !
Je peux tout faire en salé… mais la pâtisserie… nulle !

10) Ton blog rime-t-il avec gourmandise?

Mmmm A ton avis ..? Framboises ?

11) une adresse gourmande à conseiller pour finir? (restaurant, salon de thé, chocolatier, glacier…)

Le restaurant : La ferme ! A Porticcio.
C’est là qu’on déguste le meilleur sanglier et les meilleurs cannellonis au brousse de toute la corse !
Et le proprio est le meilleur ami de mon chéri !!! ;o)

Merci à Fr@mboize qui a répondu avec gourmandise à mes questions ..si tu as une petite place dans ta valise, la prochaine fois que tu pars en corse je veux bien que tu m’emmènes avec toi, je paierai en cheesecake )

Si toi aussi tu es gourmand(e), ou gourmet, bec salé ou bec sucré (ou les deux),  que ton blog soit branché cuisine ou pas du tout, je t’invite à venir t’attabler chez moi pour répondre à l’interview gourmande (préviens moi juste avant par mail ou par commentaire ) !

Elle est passionnée par la mode, les parfums mais aussi par les livres et partage ses nombreuses lectures sur son blog…si je rajoute qu’elle aime le rugby, tu as deviné qui est mon invitée du jour?


1) Quel plat/aliment pourrais-tu manger tous les jours sans te lasser?
Sans hésitation des pâtes. Je les adore, mais pour ne pas me lasser il faudrait que je les cuisine. J’ai plein de recettes, mais je n’en ai tenté qu’une ou deux.

2) De quel plat as-tu un souvenir d’enfance marquant?
Les cèpes que j’étais aller cueillir avec mon grand-père. Nous y étions allés deux fois. La première journée j’en avais trouvé pas mal. Le deuxième jour, c’était ma mère. Bref, il vérifiait quand même car je ne les touchais et je ne voulais pas m’empoisonner.
3) quel plat aimerais-tu faire goûter au monde entier?
Ma recette de profiteroles au chocolat. Choux, crème pâtissière au chocolat et choux nappés de chocolat.
4) quel plat ne peux-tu plus manger? (parce qu’il t’a rendu malade, ou parce que cela t’écœure aujourd’hui,…)
Les petits pois. J’étais toute petite et c’était la croix et la bannière pour m’en faire manger. Ma mère, d’ailleurs, m’avait mise  à l’écart pour que je finisse mon assiette. Mais cela n’avait rien donné. Donc, depuis, plus de petits pois. Il y  a aussi les plats en sauce où il y a du vin rouge à l’intérieur. J’en ai un autre, cela en fait trois, cela ne te dérange pas. Les pommes chaudes avec de la cannelle. Ce sont de très mauvais souvenirs. Ils me donnent d’ailleurs la nausée à chaque fois que j’y repense. Autrement aussi, je divise par deux ail, oignon, échalote dans les recettes car je n’aime pas l’odeur, le goût et je ne les digère pas.

5) quel plat ferais-tu manger à ton pire ennemi?
Des petits pois :D. Mais il est fort possible qu’il aime ça. Je suis assez sélective. Je n’aime pas le sucré-salé. La texture ou une simple photo peuvent ne pas me faire aimer un plat.
6) Y-a-il quelqu’un ou quelque chose qui a influencé ton rapport à la cuisine aujourd’hui?
Oui, mon arrière grand-mère qui faisait des macaronis au fromage super filants. Ils étaient à se damner. C’était la fête à chaque fois qu’elle en préparait quand on y allait.
7) Quel aliment emporterais-tu sur une île déserte?
Des bonbons Haribo mais pas les bananes
8) si tu devais être un aliment ou un plat, lequel serais-tu?
Un gâteau au chocolat car j’adore tout ce qui est à base de chocolat. Que ce soit fondant, nem, profiteroles, bref, tout pourvu qu’il y ait du chocolat.
9) Quel plat rêverais-tu de savoir faire?
Le couscous, je sais le faire mais je ne sais pas assez marier les épices pour qu’il soit hyper parfumé comme le faisait une de mes voisines.
10) Ton blog rime-t-il avec gourmandise?
Non, pas spécialement. Mais je ne refuse pas de publier une recette que j’ai particulièrement aimé.
11) une adresse gourmande à conseiller pour finir? (restaurant, salon de thé, chocolatier, glacier…)
Une adresse Corse à Marseille. Mais attention il faut réserver surtout le soir.

PEPE MAULIO – 24 rue Sainte – 13001

Alors avais-tu reconnu Angélita? Merci pour tes réponses, ton interview m’a donné envie d’essayer les nems au chocolat et si je passe vers Marseille, je veux bien le tester le restaurant corse )

Si toi aussi tu es gourmand(e), ou gourmet, bec salé ou bec sucré (ou les deux),  que ton blog soit branché cuisine ou pas du tout, je t’invite à venir t’attabler chez moi pour répondre à l’interview gourmande (préviens moi juste avant par mail ou par commentaire ) !


Me demander de parler de gourmandise c’est comme demander à Drucker de poser des questions dans le sens du poil à ses invités, demander à Lio de montrer ses seins dans une émission de la Nouvelle Star ou encore demander à Carla Bruni de dire du bien de son ami Hortefeux…fingers in the nose !

Qui d’autre passe des heures sur les blogs culinaires à baver d’envie devant des recettes chocolatées? qui d’autre est à la recherche de LA recette du cheesecake, ou LA recette du brownie et qui poursuivra sa quête jusqu’à ce que mort s’ensuive? Qui d’autre est prêt à ressortir un dimanche soir sous la pluie et dans le froid en constatant, OGM, qu’il n’y a pas une seule tablette de chocolat d’avance? Qui d’autre choisit avec autant de soins les restos des villes dans lesquelles elle passe? Qui d’autre est prêt(e) à courir à l’autre bout de la ville pour tester le nouveau pâtisser, le nouveau traiteur italien ou le nouveau fromager?

La gourmande ne fait pas dans la demie-mesure, elle a du mal à se contenter d’un seul carré de chocolat. La gourmande n’est pas diététiquement correct, elle ne mange pas parce qu’elle a faim, elle mange pour le plaisir. La gourmande laisse parait-il entrevoir des promesses érotiques aux hommes (vous connaissez la chanson, dis moi comment tu manges, je te dirais comment tu te comportes dans un lit…) mais la gourmande, la vraie, pas la raisonnable, est rarement longiligne sauf erreur de Dame Nature. Alors la gourmande est face à un dilemme cornélien : fruster sa gourmandise et retrouver sa minceur ou libérer sa gourmandise et se plaindre de son poids….

Ce billet est publié dans le cadre du concours lancé par MissBrownie sur son blog Mes doudoux et compagnie sur le thème de la gourmandise bien-sûr.

Pin It