Tag

macarons

Browsing

J’en rêvais depuis un petit moment, samedi dernier, c’est arrivé : j’ai suivi un cours de pâtisserie à l’École du Grand Chocolat Valrhona ! J’avais très peur de rater le réveil et de louper le train pour Tain l’Hermitage (ça ne vous est jamais arrivé, le « je reste encore deux secondes dans le lit qui se transforme en 30 minutes » ? et là c’est le drame ! ), un peu comme à chaque fois que je pars en voyage, du coup à partir de 3h du matin, je me suis réveillée toutes les 30 minutes ….pour vérifier l’heure : )

L’accueil Valrhona

Une fois à l’École, j’ai donc accepté volontiers le café qu’on m’a proposé en m’accueillant d’autant plus qu’il était accompagné d’un délicieux panetonne 4 saisons (chocolat, marrons, raisins et oranges confites), hyper moelleux et parfumé, très éloigné de ceux que l’on peut goûter dans le commerce. Ah j’ai oublié de préciser qu’en arrivant, dans l’entrée, mon nom était indiqué sur un écran de télé avec ceux des autres stagiaires…la grande classe quand même ). Je trouvais qu’il y avait beaucoup d’élèves jusqu’à ce que je comprenne que deux stages avaient lieu ce samedi, le mien d’une durée de 3h et un autre à la journée dans une autre salle.

Les participants ou vais-je avoir le niveau suffisant ?

Le stage a commencé par un tour de table pour que chacun puisse se présenter. J’ai été assez surprise d’entendre que sur dix personnes, 8 avaient reçu un bon cadeau pour un anniversaire comme c’était mon cas d’ailleurs. Si vous me connaissez un peu (même virtuellement), vous savez que j’ai toujours tendance à penser que les autres sont plus doués que moi : les autres blogueuses écrivent mieux, les autres mères sont plus parfaites avec leurs enfants, les autres femmes plus belles, plus minces, plus fermes, plus sportives, les autres community managers plus expérimentées, etc. Si je suis passionnée par la pâtisserie, j’ai peu de technique et je suis toujours assez complexée quand je vois ce que peuvent réaliser les autres soit dans le dessert en lui même, si dans la mise en scène et la photo. Bref je me demandais intérieurement si j’allais avoir le niveau avec toujours ce fameux sentiment d’imposture que je me traine partout quoique je fasse. J’ai été assez vite rassurée d’entendre qu’à part les deux personnes qui avaient déjà suivi plusieurs cours, les autres participants n’avaient jamais réalisé de macarons…comme c’était mon cas.

Pour rappel, ces stages gourmets s’adressent à des amateurs. Il existe depuis cette année des stages de niveau 2  pour le public qui a déjà assisté à plusieurs cours et qui souhaite perfectionner un point en particulier. Pour les professionnels, l’Écoles du Grand Chocolat Valrhona a une offre de stages à part.

Ce petit tour de table a tout de suite détendu l’atmosphère et a permis, j’imagine au formateur d’évaluer le niveau général pour s’adapter.

Le formateur : Sébastien Curtalin

En nous distribuant notre tablier, notre dossier avec toutes les recettes et le stylo pour noter d’éventuels compléments (j’ai noirci tous les espaces vierges en ce qui me concerne), Sébastien Curtalin avait précisé au groupe de ne pas hésiter à poser des questions pendant le stage. Autant vous dire que je ne me suis pas faite prier et il a répondu avec beaucoup de patience à chacune d’entre elles. Il est très clair dans ses explications, il fait preuve d’un certain humour ce qui ne gâche rien, on se sent vite à l’aise avec lui (et il n’utilise jamais cette expression qui a toujours eu le don de m’énerver chez les profs et les intellos, le fameux « comme vous le savez probablement » ).  Un pâtissier c’est un peu comme avec un danseur : quand on regarde Sébastien Curtalin exécuter chacun des gestes techniques  on a l’impression que c’est très simple tant c’est précis, jamais hésitant, net, on ne voit que la beauté du geste, pas le travail, l’expérience derrière (et puis quand on essaie à son tour, on comprend que ce n’est pas si facile).

Le matériel ou vais-je pouvoir reproduire ces recettes dans ma petite cuisine ?

Après la question du niveau, l’autre interrogation concernait le matériel ou peut-on pâtisser quand on n’a pas un équipement de pro. En effet en rentrant dans la salle, j’ai eu un peu l’impression d’être Pretty Woman sur l’Avenue Montaigne. Tables en marbre, armoire énorme remplie de sacs de chocolat à pâtissier, robots pâtissiers, immenses plaques, supers frigos avec des rails (ultra pratique), fours géants, moules de toutes tailles, machine à tempérer le chocolat…il y a même un lave-vaisselle ultra puissant qui lave les ustensiles, bols et récipients en moins de 5 minutes. Je n’étais pas la seule à me poser la question visiblement et Sébastien Curtalin a insisté sur le fait que ce n’est pas le robot pâtissier qui fait de bons macarons mais la main humaine qui réalise la recette. N’empêche que pour verser le sirop à la bonne température sur les blancs en neige, c’est quand même beaucoup plus simple d’avoir une main de libre.

stage Valrhona 2

La pâtisserie est une histoire de précision, le matériel le plus indispensable est donc la balance (j’ai !). Pour le robot ménager, je l’ai mis sur ma whist list pour mes 40 ans (j’ai presque envie de vieillir du coup). J’ai listé en passant ce qui parait basique:  un thermomètre à sucre (j’en avais un, il a rendu l’âme au bout de deux utilisations), un tamis (j’ai pas…j’utilise une petite passoire encore, heureusement que personne ne filme), une bonne maryse, des douilles de différentes tailles et des poches jetables, des cercles à pâtisserie…

4 réalisations autour d’un même thème : Les fruits d’hiver

En un peu plus de 3 heures, nous avons préparé 4 desserts différents avec comme fil conducteur les fruits d’hiver. Je n’ai pas choisi le thème étant donné que c’était un cadeau, il existe bien entendu des cours spécial chocolat. Quelque que soit le thème, sachez que les stages sont complets très longtemps à l’avance et que les demandes sont très nombreuses. Pour pouvoir tenir dans le timing imparti, Sébastien Curtalin avait réalisé à l’avance la garniture des macarons (elle doit être préparer la veille) mais nous l’avons refaite avec lui. La marmelade d’orange était déjà prête car sa cuisson dure minimum 1h. Nous avons réalisé tout le reste, chacun reproduisant les gestes les plus techniques.

Le stage a commencé par la réalisation des macarons amandes oranges confites puis nous avons enchaîné sur des clafoutis chocolat griottes, des coulants coco et des petits pots mandarine chocolat café. Cela a été l’occasion d’apprendre à préparer :
– un streuzel (ici aux parfums d’agrume), sorte de crumble mais avec de la poudre de noisettes qui apporte du croquant
– une ganache jivara café (et par extension toutes les ganaches)

stage Valrhona 6stage Valrhona 21

stage Valrhona 22stage Valrhona 10stage Valrhona 15

stage Valrhona 18

Deux ou trois choses que j’ai appris sur les macarons

Je n’avais jamais réalisé de macarons à la maison et même si j’avais lu un certain nombre de recettes, j’ai pris le maximum de notes en espérant pouvoir en refaire une fois rentrée ( pas de robot pâtissier et un four en fin de vie et dont je ne peux pas régler avec précision la température, c’est un petit plus compliqué qu’en stage).  Je sais maintenant que tout se joue au moment de macaronner la pâte : pas assez ça ne va pas, trop non plus. Là ils étaient vraiment parfaits avec leurs petites collerettes, sans pointe sur le dessus, la pâte n’était pas trop liquide. Pour dresser les coques sur la plaque, nous avons utilisé un gabarit (il existe des modèles imprimables sur internet), c’est très pratique pour savoir quand arrêter et avoir des coques quasi identiques. Pour le geste, c’était ma toute première fois et j’avais tendance à lever la douille au fur et à mesure alors qu’il ne faut pas bouger.

Saviez vous qu’il faut absolument attendre le lendemain pour les déguster ? punaise qu’ils étaient bons ! En fait les macarons ce n’est pas forcément très compliqué mais c’est quand même très long, surtout quand on pense au temps que ça prend pour les croquer ensuite !

stage Valrhona 3


stage Valrhona ganachela garniture amandes oranges confites pour les macarons

stage Valrhona 4

stage Valrhona 5

plus de traces de la petite pointe présente sur la photo précédente, c’est signe que la pâte est parfaite

stage Valrhona 11

stage Valrhona 12

 

 Pourquoi j’ai envie d’y revenir ?

Un stage de pâtisserie comme celui-ci c’est mieux qu’un livre de cuisine et même qu’une vidéo qui montre pourtant les bons gestes à faire, d’abord parce qu’on échange beaucoup avec le formateur mais aussi avec les autres participants mais aussi parce que, pour reprendre l’exemple de la danse, on s’entraîne et si on n’a pas le bon geste, il y a quelqu’un en face pour nous corriger, pour nous dire ce qui ne va pas, comment s’améliorer.

Par rapport à d’autres cours existant, j’aime bien le fait que chaque participant reparte avec les desserts réalisés pendant le stage. Je suis rentrée chez moi avec une petite boîte de macarons, 4 clafoutis, 3 petits pots et plusieurs coulants…de quoi faire goûter, partager, prolonger l’expérience et pour moi le plaisir est aussi dans le fait de se retrouver à plusieurs autour de desserts. Tout était très bon, j’ai vraiment été bluffée par les macarons, aussi bons que chez un très grand pâtissier.

J’ai demandé à deux personnes qui avaient déjà suivi d’autres cours à l’École du Grand Chocolat Valrhona pourquoi elles revenaient, hormis le fait qu’elles avaient été satisfaites, contentes des précédentes fois. Elles m’ont répondu « parce que les recettes données sont réalisables à la maison » (même sans Sébastien Curtalin dans votre cuisine !) .

L’ambiance du cours (personne qui ne se la raconte), la variété et la richesse des thèmes proposés sont d’autres arguments qui me donnent très envie de reprogrammer un autre stage dans cette École.

Je voulais partager aussi une des recettes vues pendant cette matinée, à savoir celle des coulants, mais vu la longueur de ce billet, je la publierai à part en vous proposant plusieurs variantes et en vous parlant d’un produit génial.

C’était ma pause très gourmande et exceptionnelle de la semaine et la vôtre ?

Du côté de chez Ma’, des gâteaux d’anniversaire

Chez Chiffons and co, des cupcake

Chez l’Instinct des thés, un gâteau coco raisins

Aux petites Canailles, un cheesecake aux gâteaux thé et spéculos

Attention billet qui part dans tous les sens mais parfois c’est comme Zézette épouse X, ça ne rentre pas dans les cases. Mes photos étant particulièrement moches (prises de nuit dans ma cuisine), je n’ai pas osé consacrer aux macarons de Pierre Hermé l’article qu’il aurait pourtant mérité. Passant tout à fait par hasard devant le corner du pâtissier aux Galeries Lafayette de Lyon, je n’ai pas pu résister à l’envie d’en goûter quelques uns. D’habitude je suis plutôt du genre partageuse mais là j’avoue je les ai planqués, je n’ai rien dit au fiston (qui est tombé quelques jours plus tard sur le dépliant des différents parfums…où tu as eu ça maman? ) et une fois que tout le monde était couché j’ai dégusté mes macarons…en amoureux quand même ). La photo n’est pas très engageante même si normalement ce macaron huile d’olive à la mandarine est présenté dans l’autre sens  (la coque orangée sur le dessus) mais c’est vraiment un mariage qui fonctionne très bien. J’avais choisi quelques classiques (infiniment caramel, infiniment rose, chocolat mogador) mais aussi un crème brûlée vanille et éclats de caramel que je craignais un peu fade et qui s’est révélé excellent.

Juste à côté j’ai vu l’annonce de l’ouverture d’un salon de thé Angélina mais pour le moment la date officielle de début des festivités n’a pas été communiquée.  J’espère qu’on pourra y déguster la spécialité de cette maison, les fameux Mont-blancs (version marron et version chocolat). En attendant, j’ai testé celui de Picard et bien que n’ayant aucun point de comparaison (la seule fois où j’ai été chez Angélina j’ai choisi un cheesecake japonais fabuleux par ailleurs), je l’ai trouvé un peu radin en crème de marron (mais par contre pas trop sucré). Admettons que niveau prix, cela reste un plaisir gourmand très raisonnable.

Et en parlant de crème de marron (quel enchaînement), Louise de Raids pâtisseries (le blog sur lequel je vais saliver régulièrement puisqu’elle teste toutes les pâtisseries parisiennes) m’a invité au premier raid pâtisseries en visio-conférence, le mardi 18 décembre prochain, pour une dégustation de marrons glacés, en direct avec 9 autres personnes dans toute la France. J’ai vraiment hâte d’y être !

Entre deux marrons glacés, je boirai peut-être un petit thé…transition de l’enfer pour vous signaler que samedi un coffret thés de Noël sera à gagner sur le blog…je dis ça je dis rien ).

Et en parlant cadeaux, si vous êtes aussi gourmand(e)s que moi et que vous ne savez pas quoi mettre sur votre liste de Noël, je vous suggère les paniers gourmands des Gourmandises de Camille et en particulier ceux autour du goûter (ça vous étonne? ) comme le coffret un goûter presque parfait , le panier gourmand goûter d’antan, ou le panier gourmand Bretagne :

 Pour toute commande de + de 49.90 euros ttc, vous bénéficiez de – 5 euros sur le montant de celle ci avec le code CHOCOLADDICT (valable jusqu’au 16/12).

 Voilà je vous avais prévenu c’était multi-gourmandises aujourd’hui )

…tel a été mon programme, Vendredi soir pour le Salon du Chocolat à Lyon. Invitée avec des blogueuses (dont Argone, Sophie de Au bonheur des Gônes, Camille d’Essayage, Sophie la modeuse et d’autres filles avec qui je n’ai pas eu le temps de parler pour savoir quel blog elles tiennent) par Gâteau Ecole de Sébastien Bouillet, j’ai appris les secrets et les astuces d‘un macaron réussi.

Erwan, qui nous a accueilli pour cet atelier pâtisserie, nous a expliqué les bons dosages, les bons gestes, la bonne température…s’il y a bien une chose qui ne s’improvise pas, c’est le macaron. Admire le coup de main jusqu’au petit tour de quart final du dessus du macaron pour que la ganache au chocolat soit répartie parfaitement :

 

Miam !

Après ce sympathique atelier pâtisserie qui m’a donné envie d’aller prendre d’autres cours (le choix risque d’être cornélien entre le chocolat, les desserts à l’assiette, les repas verrines..), direction le défilé de robes en chocolat mis en lumière à l’occasion de la fête des Lumières et baptisée la voie chocolatée !

Que dire si ce n’est que les filles étaient superbes (oui mais ont-elles le droit aux macarons ?), le décor magnifique, les robes sublimées et le final éblouissant avec cascade de lumière et feu d’artifice. Mention spéciale à la mannequin qui a porté la robe et le gâteau de Philippe Bernachon (que j’ai mis en une de ce billet), je la trouve magnifique (si j’étais un homme j’aurais un gros penchant pour les filles métisses je crois).

 

 

 

J’étais tellement captivée par le feu d’artifice que je me suis étalée de tout mon long en allant rejoindre mon arrêt de bus…ouf personne autour de moi pour immortaliser la chute et me retrouver dans vidéo gag …j’aurais pu me casser le poignet vu la façon dont je suis tombée mais j’ai eu peur pour mon appareil photo à vrai dire ).

J’ai aussi vu des chocolats en forme de rouge à lèvres, un bar à mousse au chocolat, des hommes torse nu avec des tablettes de chocolat et bien entendu du chocolat sous toutes ses formes…mais pour les photos il faudra attendre encore un peu )

Et toi, les macarons tu sais les préparer?

Edit : d’autres photos et une dose supplémentaire de chocolat avec mon billet sur le blog Mathon

Pas question ici du gâteau car entre les deux, mon choix est très vite fait, j’ai même eu l’occasion de goûter ce qui restera pour moi, le nec plus ultra, les macarons de Pierre Hermé.

Non tel un reportage de Marie-Claire, 24h avec une teinture blonde, j’ai testé le sautoir ou le collier-gourmandise !

Best of des réactions :

– Oh un macaron ! dommage qu’on ne peut pas le manger (mon fils, vu l’absence de subjonctif)

– Hum ça fait envie (l’homme avec l’œil légèrement lubrique)

– Ça donne faim, on a envie de croquer (une collègue…proposition indécente?)

– Comment tu as fait ? c’est génial ! (une autre collègue….et là j’ai pris un air modeste et puis j’ai avoué n’être pas l’auteur de ces bijoux)

Bref que ce soit le macaron (entièrement personnalisé selon mes exigences) ou la religieuse, cadeau bonus de Pivoine quand j’ai ouvert le paquet, ils ont fait un carton.

Et maintenant les photos (prises d’un peu loin mais sinon c’était gros plan sur mes seins et ça devenait carrément indécent):

le macaron rose : la couleur est top avec du noir et la longueur parfaite !

la religieuse : j’adore la finition et son aspect très réaliste !

Encore merci à Pivoine pour ses gâteaux qui ne me quittent plus !

Et toi ta préférence à toi ?

Glop : revoir deux amies d’enfance et leurs enfants après un trop long moment (pas ma faute si j’ai du mal à les convaincre de venir me voir à Lyon)…avoir en cadeau en plus une boîte de macarons Escobar, le meilleur pâtissier de Montélimar. Miam ! Immortaliser nos retrouvailles avec notre ribambelle d’enfants (2 chacune ça commence à faire).

Glop : dans le ter du retour, voir arriver une maman avec ses deux filles  (pas très âgées) s’installer et sortir un gros bouquin. Se dire qu’elle doit être vachement mieux organiser que moi pour pouvoir lire malgré la présence de deux têtes blondes. Constater très rapidement qu’elle est interrompue toutes les 30 secondes par des « je m’ennuie » « j’ai soif » « j’ai faim » et qu’elle ne dépassera pas les deux lignes de lecture…être tout à coup revigorée )

Pas glop : constater que les Prêtres sont dans le top 5 des ventes de CD alors qu’ils massacrent par exemple Quand on a que l’amour, qui est pour moi une très belle chanson (oui tu peux hurler de désaccord, j’aime la variété!). Je leur suggère plutôt de composer des paroles friendly gay, parce que coté religion et homosexualité il y a du boulot et du chemin à faire.

Glop : les yeux brillants et le sourire malicieux de mon fils quand il m’annonce qu’il m’a préparé une surprise à l’école pour la fête des mères…ce sera peut-être le pire des colliers de nouille de toute la terre, son plaisir à m’offrir quelque chose est le plus beau des cadeaux (c’était la phrase la plus gnangnan des trois derniers mois)

Pas glop : ma machine à pain refuse de m’obéir…je la programme pour pétrissage seulement et elle me fait la totale…je me retrouve avec une brioche même pas terrible alors que j’avais projeté des briochettes aux pralines. Pourtant j’ai lu et relu le mode d’emploi. Si tu as connu les mêmes difficultés et que tu as su surmonter cette épreuve, contacte-moi !

Glop : Se préoccuper de la sauvegarde de la planète mais ne pas oublier que cette terre ce sont des hommes qui l’habitent?  Timberland Family Club te prouve que c’est possible. Comment? tu t’inscris sur le site pour recevoir plein de bons plans nature et écolos et pour chaque inscription 1 euro est reversé à l’association Yelé Haïti pour aider les enfants d’Haïti alors je veux des centaines que dis-je des milliers de clics !! Timberland lance aussi l’opération Donnez-recevoir avec la même idée d’éco-solidarité jusqu’au 19 juin.

Sur ce, il parait qu’il va faire chaud dimanche alors profites-en bien !

Aujourd’hui j’ai eu envie de te faire partager deux coups de cœur…d’abord pour une boutique déco située  dans mon quartier lyonnais, la Croix-Rousse remplie d’objets pour les enfants et les adultes, plein d’idées cadeaux à tous les prix… Voici un aperçu en photo et ce n’est vraiment qu’une petite sélection !

En vitrine


j’aime : la dînette rouge, les petits thermos


le manège à remonter


des petites lampes papier…


une lampe que je poserais bien chez moi

A l’intérieur

des robots

encore des robots

j’en connais une qui doit baver devant son écran )

des jouets pour les grands ou les petits?

des doudous marrons mignons

une petite vache qui m’éclate

un petit chat sur roulette super chouette et des hochets en tissu

un doudou ailé

un lit bébé plein de douceur (contre le mur des boîtes à musique nuage)

des chaussons pour petits petons

des barrettes pour Miss Zen si un jour elle a des cheveux

des broches en tissu printanières

Si tu habites à Lyon et si tu viens faire un tour à la Croix-Rousse, je te conseille de jeter un œil dans la boutique Entrée en matières (5, rue du chariot d’or).

Maintenant que je t’ai réveillé l’œil, j’espère te mettre l’eau à la bouche avec mon second coup de cœur (toujours dans mon quartier) :

En vitrine

dernière création : des Messieurs Macarons


des sujets de Pâques pas communs


A l’intérieur


des tartes pas avares en fruits rouges

le plus dur c’est de choisir

Si tu es un bec sucré, je te conseille vivement de te rendre chez le pâtissier-chocolatier Bouillet…il est aussi doué pour ses macarons que pour ses entremets ou son broadway, tuerie au chocolat….seuls les prix te forceront à rester raisonnable car quand on a goûté une fois à ses desserts, on a qu’une envie c’est d’y retourner…

Ceci n’est pas un article sponsorisé par l’Office du tourisme de Lyon mais s’il recherche une ambassadrice, je veux bien poser ma candidature…

Pin It