Tag

lyon

Browsing

La semaine est passée à 100 à l’heure et celle d’avant aussi du coup dans ce billet 100% Lyonnais il y a des choses qui datent de ce week-end et d’autres du week-end dernier et ce n’est même pas dans l’ordre chronologique.

Le théâtre Le Guignol de Lyon

Pas de programme de folie pour les journées du patrimoine 2017 mais nous en avons quand même profité pour découvrir les coulisses du théâtre Le Guignol de Lyon situé dans le Vieux Lyon. Nous sommes arrivés trop tard pour une visite guidée mais mon fils, très intéressé par le monde du spectacle, s’est glissé dans un groupe ni vu ni connu et n’a pas raté une minute d’explication sur les marionnettes, les gestes qu’on leur fait faire, la façon de les tenir, etc. Il semblait dans son élément !

 

Le fort Saint Jean

Dimanche après-midi, entre deux averses (alors c’est vraiment fichu l’été indien vous croyez ?), nous sommes allés visiter, dans le cadre des journées du patrimoine, le fort Saint Jean. L’école Nationale des Finances Publiques s’y est installée depuis 2004 (avant le fort appartenait à l’armée) après une restauration complète effectuée par l’Agence Pierre Vurpas. Ici sont formés les inspecteurs du Trésor et des Impôts ainsi que les contrôleurs. Jardin méditerranéen, bibliothèque à l’ambiance feutrée, vue sur Fourvière, le lieu de formation est plus qu’agréable.

 

 

 

 

 

 

C’est un jardin extraordinaire…celui de Rosa Mir

Ce n’était peut être pas le week-end idéal pour découvrir le jardin de Rosa Mir, d’autant que pour des raisons de préservation du lieu, on y pénètre seulement par petits groupes et que les files d’attente sont souvent longues le samedi après-midi, jour des visites du 1er avril au 31 octobre (avec une végétation forcément différente selon le moment). C’est à la mi-août quand la Croix Rousse était quasi déserte que j’ai redécouvert le jardin de Rosa Mir (il a été fermé un long moment pour rénovation).

Pour la petite histoire, ce jardin a été créé par Jules Senis, un artisan maçon carreleur. Il avait vœu, alors malade d’un cancer de la gorge de construire un jardin en sortant de l’hôpital. Il y consacra au final 20 ans de sa vie ! Si vous vous demandez comme moi d’où viennent les coquillages (malheureusement on n’a pas la mer à Lyon), Jules Senis se fournissait dans un premier temps chez les restaurateurs de la Croix Rousse puis sa demande étant trop importante, il les récupérait chez les écaillers des Halles Paul Bocuse, les installant de manière à ce que l’eau ne croupisse pas à l’intérieur.

 

 

 

 

 

Un anniversaire au musée Gallo-Romain

Samedi dernier, nous étions au musée Gallo-Romain pour un atelier-anniversaire. Après avoir vécu des anniversaires en appart, des samedis après-midi pluvieux où tu regardes ta montre toutes les 30 minutes en finissant sur les rotules après avoir séparé deux enfants qui se battaient, on s’est dit plus jamais cela. Si vous n’avez pas de jardin, si vous n’avez pas une âme de G.O et pas non plus un budget démesuré à consacrer à l’anniversaire de vos bambins, « Fête ton anniversaire au musée » est un super bon plan.

Selon l’âge des enfants, plusieurs activités sont proposées ensuite il faut réserver longtemps à l’avance car peu de musées proposent ce genre de service (ou de manière incomplète, ici on peut amener le goûter, les boissons et tout installer dans une salle dédiée).

Nous avions choisi l’Odyssée de Mercure  : une enquête avec différentes épreuves à résoudre dans le musée avec une super animatrice (Julie) qui n’a pas son pareil pour parler de mythologie. Dans un second temps, les enfants ont construit un chapeau (super pratique pour les repérer dans le trajet retour du métro !) et on a fini l’après midi pour le goûter. Cela coûte 4 € par enfant (10 enfants maximum) et ils sont occupés tout l’après midi. Peut être que cela ne plait pas à tous les enfants mais les copains/copines de ma fille étant aussi calmes qu’elles, ils ont bien aimé.

Lyon Street Food Festival édition 2017

Enfin dimanche dernier, nous étions aux Subsistances pour la seconde édition du Lyon Street Food Festival. Nous sommes arrivés relativement tôt (enfin tôt pour des personnes qui ne se lèvent jamais très tôt, ahem), ce qui nous a laissé le temps de faire le tour des propositions gourmandes, de choisir puis de nous installer tranquillement.

Gros coup de cœur pour ce que proposaient les Apothicaires -des arepas au diot et au fromage (cela me donne vraiment envie d’aller dans le restaurant)- regret de n’avoir pas goûté l’effiloché de porc servi avec une purée de patate douce par la Bijouterie, impossibilité de trancher entre la gaufre croustillante de Bouillet et le magnum maison (rien à voir avec la version industrielle !) d’Uniqlo (du coup on a pris les deux…partagés en 4 cela reste raisonnable non ? )

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine !

Normalement le 100% lyonnais c’est le dimanche soir, lundi matin au maximum. La rentrée est passée par là : je n’ai vu passer ni hier, ni aujourd’hui courant entre fournitures scolaires (non je ne suis pas particulièrement mal organisée tout le temps, on les a eu lundi avec une liste longue comme le bras), médecin pour le fiston (ben oui sinon c’est pas drôle on s’ennuie), courses, anniversaire à organiser (on est TOUS nés en septembre ou presque). Bref qu’importe le jour, voici les dernières lyonnaiseries :

La vie en rose avec le fantôme de l’Opéra

Vous avez déjà fait les « parents buissonniers » ? Après deux mois non stop avec ces chères têtes blondes, ce petit créneau de liberté au fantôme de l’Opéra était bien appréciable. J’en ai profité pour goûter un des nouveaux (et éphémères cocktails de la carte), la Frivole (vodka, apéritif de pêche Rinquinquin, sirop d’hibiscus maison, rose lemonade, citron vert) en photo ci dessous. Féminin diront certains, sucré diront d’autres…qui a le pouvoir magique de me rendre un peu plus insouciante au bout de quelques gorgées c’est certain : )

 

je n’ai pas noté le nom de ce cocktail mais si vous voyez le mot chambre dans la carte, c’est celui là et il est très bon aussi

L’adresse la plus cochonne de la Croix-Rousse : la Maison Sibilia

Avec un sous-titre comme celui-ci (nulle en terme de référencement, n’est ce pas Jérémie ?), faudra pas que je me plaigne si j’ai des requêtes google douteuses ; ) Minute d’information pour les non-lyonnais et les non-lyonnaises : la Maison Sibilia est une institution de la charcuterie à Lyon, elle existe depuis 1922 et est un des fournisseurs privilégiés de restaurateurs dont le restaurant triplement étoilé Paul Bocuse.

Si vous êtes allés un jour aux Halles de Lyon, vous n’avez pas pu louper les fameux Jésu, les rosettes et autres saucissons secs suspendus au dessus d’une vitrine garnie de jambons, cervelas, andouillettes, pâtés en croûte, quenelles de brochets, saucissons à cuire…

Bonne nouvelle pour les croix roussien, la Maison Sibilia s’est installée depuis quelques semaines sur la place de la Croix Rousse et propose toutes les spécialités emblématiques de la charcuterie lyonnaise. A la tête aujourd’hui de cette Maison, Bruno Bluntzer s’amuse aussi à revisiter les classiques. Un exemple ? Le saucisson à griller aux tomates séchées et au basilic à déguster par exemple dans un « hot gône » (« gône »=enfant en lyonnais).

 

 

 

 

 Un sugar hall au Lyon Street food Festival

La Maison Sibilia sera au sein d’un casting d’enfer (la transition de la mort !) pour la seconde édition du Lyon Street Food Festival (je vous en avais parlé l’année dernière) avec comme destinations mises à l’honneur la Colombie, Puebla et Hong Kong.

Non seulement il y aura plein de food trucks, 45 jeunes artisans de street food, des ateliers de dégustation, des animations pour les enfants mais aussi des nouveautés :

  • 4 stands de chefs exclusivement dédiés au barbecue
  •  une demi douzaine des meilleurs mixologistes viendront agiter leur shaker dans un nouvel espace

Cerise sur le gâteau pour tous les becs sucrés : 8 stands de chefs seront exclusivement dédiés au sucré ! On y retrouvera Sébastien Bouillet, Unico (un nouveau glacier qui s’est installé sur les pentes), Ice Roll, les pâtissiers de la Bijouterie et des Apothicaires qui travailleront à 4 mains pour proposer une création exclusive le Porntago, Philippe Bernachon, Konditori & Café Moxxa et Alain Milliat.

La maison Alain Milliat, qui produit de manière artisanale jus et nectars de fruits avec des fruits à pleine maturité (c’est loin d’être un détail), en respectant leur nature et leurs caractéristiques, sera présente dans le Hall Sugar et à la Cocktail Factory (double occasion de tester leurs nombreux parfums).

 

Vous avez envie de découvrir le Lyon Street Food Festival ce week-end ? en partenariat avec Alain Milliat, deux pass pour deux personnes sont à gagner sur mon compte Instagram jusqu’à demain soir (6 septembre minuit).

 

Retrouvez toute la programmation sur le site du festival.

Sur ce  je vais peut être aller rêver …de livres à couvrir…Vive la rentrée : )

Après deux semaines de pause, le blog reprend du service tout doucement. Fut un temps où je me serais inquiétée de m’absenter autant (la blogosphère va-t-elle continuer de tourner sans moi ? Comment les gens vont survivre sans me lire pendant plusieurs jours ?) mais ça c’était avant : ) Je ne sais d’ailleurs pas si, avec le pont du 15 août, il y autant de monde derrière les écrans que dans les rues de Lyon (c’est un peu la double peine côté commerces ouverts de ne pas partir en août) mais voici une nouvelle sélection 100% lyonnaise.

Le bestiaire des animaux, l’appli pour découvrir en famille les collections permanentes du musée des Beaux Arts

Avant de partir en Bretagne, j’ai emmené un matin les enfants au musée des Beaux Arts et nous avons découvert une toute petite partie des riches collections du musée à travers le jeu Le bestiaire des animaux. Après avoir pris les billets d’entrée, il suffit de demander une tablette à l’accueil et de lancer l’application conçue en partenariat avec l’école Émile Cohl. Avec la tablette, chaque enfant reçoit un livret avec des questions et un stylo et c’est parti pour l’exploration !

On a ensuite suivi tout un parcours avec des énigmes variées et ludiques à résoudre. Les enfants ne sont pas concentrés juste pour la photo, ils se sont vraiment pris au jeu et ils étaient à fond, toujours ravis de trouver la bonne réponse. Le jeu est vraiment bien conçu et cela donne envie de revenir car on touche à peine du doigt la richesse des collections.

D’ailleurs en rendant la tablette, j’ai vu que l’audioguide (pour 1 €) permettait de découvrir les œuvres majeures du musée et j’ai bien envie de le prendre la prochaine fois.

Les serres du parc de la tête d’Or sous les sunlights des tropiques

Pour se dépayser sans budget, il y a un incontournable à Lyon : le parc de la tête d’Or et en particulier les serres du parc de la tête d’Or. Par hasard, nous étions dans une des serres tropicales pendant que les plantes étaient arrosées et il se dégageait une odeur de terre qui ajoutait encore à l’atmosphère exotique des lieux. Au départ, nous voulions nous balader dans le nouveau jardin alpin (juste à côté du jardin botanique) mais son accès est limité à quelques heures le matin, il faudra donc y retourner.

Le Desjeuner, nouveau repère des gourmands à la croix rousse

J’ai vu passer tellement de photos de brunch du Desjeuner sur Instagram que j’avais peur d’être un peu déçue quand je me déciderais à le tester à mon tour (un peu comme quand tout le monde adore un film). Sauf que s’il y a autant de photos de brunch du Desjeuner, outre le fait que c’est hautement instagrammable, c’est 1) parce qu’à cette adresse, on peut bruncher la semaine et pas seulement le week-end 2) parce que c’est copieux, frais, gourmand et que pour 17 euros on se régale.

Et puis si vous êtes anti-brunch, vous pouvez aussi piocher dans la carte et prendre des oeufs coques (testés et appréciés par ma fille), le plat du jour (du bar servi avec des petits légumes ce jour là, mon fils s’est régalé) ou tester les pâtisseries maison (le fondant au chocolat est terrible ! ). Cette adresse a, en plus, l’immense mérite d’être vraiment toute proche de chez moi..bref à planifier dans les petits plaisirs de la rentrée : )

Le Desjeuneur
3 rue des pierres plantées
69001 Lyon
www.ledesjeuneur.com

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine  !

Lyon semble s’être vidé d’une partie de ses habitants. En tous cas, à la croix-rousse, sur le marché, on sent nettement la différence, on ne joue plus du coude, on ne slalome plus entre chariots de mamie et poussettes de maman. Certains commerces ont fermé leurs portes mais heureusement la ville continue de vivre, de bouger et d’offrir de nouvelles occasions de la découvrir.

Les Fromagivores, nouvelle adresse pour les dingues de fromages

Comme je ne me déplace qu’à pied dans mon quartier, je repère vite les nouvelles adresses et l’enseigne des fromagivores (rue des romarins) avait attiré mon attention (non je n’aime pas que le chocolat et les pâtisseries dans la vie ). C’est en compagnie de Fabien du blog HappyCurio que j’ai testé ce nouveau lieu pour les dingues de fromages.

Pour cette première fois, on s’est laissé tenter par la planche découverte avec une sélection de fromages accompagnée de confiture de cassis, moutarde au marc de Bourgogne, gelée de rose et poivre rouge et abricots secs. Il faut dire que Fabrice Fix nous avait présenté, avec passion, sa vitrine de fromages de petits producteurs et coopératives et que le choix, malgré une carte fournie en feuilletés aux fromages, Monts D’or au four et salades très copieuses, s’imposait.

Sous le regard de super héros détournés par un artiste israélien et accrochés aux murs de pierre, nous avons vu arriver une belle ardoise de fromages avec chaque nom noté (et une petite indication sur le fromage le plus fort…et en effet mieux vaut être prévenu !). Nous avons choisi un verre bien frais de Tariquet premières grives pour boire avec et c’était parfait !

Parmi les fromages sélectionnés, j’ai été le plus surprise par le cheddar au bailey’s mais tous les morceaux présents étaient très bons. Notez qu’à la rentrée, Fabrice Fix a prévu de lancer des « Cheese Quizz » dans le caveau du lieu, l’occasion de réviser vos classiques ou d’améliorer vos connaissances côté fromages.

 

 Le jardin de l’Institut Lumière, théâtre d’une enquête, avec Quais du Polar

Quais du Polar proposait vendredi et samedi, en partenariat avec l’Institut Lumière, tout un programme d’animations, Partir en livre. L’une d’elle consistait à mener une enquête en résolvant diverses énigmes dont les réponses se trouvaient dans le jardin de l’Institut Lumière. Les enfants ont ainsi gagné des chèques lire aussitôt dépensés auprès de la librairie à Tire d’Aile (qui se situe montée de la grande côte, oubliez les grandes enseignes et foncez-y, les conseils sont top et l’accueil très sympa).

Le numéro spécial été de la revue Page

Non non la revue Page qui rassemble des livres lus et conseillés par les libraires n’est pas lyonnaise. Je voulais vous en parler quand même car ce numéro spécial été est vraiment très riche. On y trouve entre autres  :

-un entretien avec les lyonnais Guillaume Long et Sonia Ezgulian (pour le tome 3 de la BD A boire et à manger)
-une rencontre entre Anne B. Ragde, auteur norvégienne et Charlène Busalli, libraire à la librairie du Tramway (à Lyon)
-des idées de livres à glisser dans vos valises (avec des sélections thématiques « pour ceux qui rêvent d’aventures », « pour les mélomanes » « la mer en poche« ) en grand format et en poche
-une grande enquête sur la lecture dans laquelle il ressort que malgré les réseaux sociaux, les bonnes séries et les écrans en général, nous aimons toujours autant lire (youpi !)
-beaucoup d’entretiens avec des auteurs et une foule de chroniques de livres aussi bien en littérature jeunesse, bd, littérature étrangère, littérature française

Lyon Foodies,  le compte Instagram 100% gourmand 100% Lyonnais

Avec @mline17 et @camilledessage, on a au moins deux « amours » en commun : Lyon et les bonnes adresses gourmandes. Il n’en fallait guère plus pour lancer Lyon Foodies, un tout nouveau compte Instagram où nous repostons vos jolies photos de plats, de gâteaux, de café et autres gourmandises lyonnaises.

A priori si vous me lisez, vous êtes un tout petit gourmand(e), gourmet et/ou lyonnais(e), alors c’est le moment de suivre @lyonfoodies et quand vous immortalisez vos photos sur Instagram, pensez à utiliser  #lyonfood.

Sur ce, je vous souhaite une très bonne semaine : )

L’année dernière, à la même époque, je m’étais mise au défi de trouver plein de choses à faire cet été à Lyon. Je récidive avec une sélection très subjective et personnelle (peu de sport mais beaucoup de gourmandise )) et pas exhaustive bien entendu. Dans cette liste, il y a des activités ou des adresses  que j’ai « testées » dans ce cas là, j’ai ajouté quelques photos perso.  Voilà j’espère que cela vous « inspirera » si vous êtes à Lyon cet été .

10 choses à faire cet été à Lyon spécial Culture

 1-Descendre pendant l’été dans le parc République même si vous n’avez pas de voiture pour découvrir la bd en 7 leçons selon Jérôme Jouvray, professeur de bande dessinée . Ce que j’ai trouvé très chouette c’est que tout a été « bédéisé » les ascenseurs comme les murs des toilettes publiques (je ne savais d’ailleurs pas qu’il y en avait ici).
gratuit

2-Se faire son cinéma avec l’exposition Lumière ! Le cinéma inventé au Musée des Confluences (si vous avez peur que ce soit ennuyeux cela ne l’est pas, toutes les expos que j’ai pu voir dans ce musée ont une scénographie conçues de telle sorte qu’on apprend plein de choses tout en étant surpris et c’est particulièrement vrai avec cette expo ).

 

 

3-Plonger dans 77 ans de bandes dessinées à Lyon et en région avec l’exposition Vlan présentée à la bibliothèque de la Part-Dieu gratuit

4-Jouer au touriste dans sa propre ville en réservant une chambre en journée dans un hôtel àLyon : oui cela existe et cela s’appelle le day use Lyon, l’idée étant de profiter des services d’un hôtel la journée comme le bar, le spa, le restaurant, la salle de sport

5-Se faire une toile à la belle étoile le 28, 29 et 30 juillet à Confluence avec le festival Cinefil de concerts et de courts métrages gratuit

6- Apprendre plein de choses sur la bande dessinée : ses précurseurs , ses langages, ses formats, ses contraintes, ses libertés, ses possibilités d’émotions, l’exposition , à l’aide des auteurs exposés et de leurs nombreuses planches originales dans l’exposition L’art invisible au musée de l’imprimerie et de la communication

7-Aller voir la série de portraits de Leonard Cohen par Claude Gassian à l’Institut photo cinéma de la Galerie Lumière gratuit

8-Partir à Hollywood avec les films du dimanche soir diffusés au Sucre et qui se passent tous dans la cité des anges

9-S’évader avec les Jeudis des Musiques du Monde au Jardin des Chartreux gratuit

10- Flâner dans une des 21 librairies indépendantes de Lyon gratuit..jusqu’à la caisse

 

10 choses à faire cet été à Lyon avec des enfants ou en famille

1-Redécouvrir le jardin alpin du parc de la tête d’Or  rouvert tout récemment

2- Parcourir les collections du musée des Beaux Arts en famille à la recherche d’animaux sauvages, fabuleux ou mythologiques avec l’appli conçue en partenariat avec l’Ecole Emile Cohl et présente, gratuitement, sur 15 tablettes mises à disposition du public

3-S’initier au papier découper, au métier d’illustrateur, au film d’animation avec les stages d’une journée (à un tarif super raisonnable) du Musée gallo-romain de Lyon

4-Participer au jeu de piste, à l’atelier d’initiation bd,  aux ateliers maquillage « effets spéciaux » qui auront lieu dans le parc de l’Institut Lumière le 21 et 22 juillet dans le cadre de la manifestation « Polar en vacances » gratuit, inscription sur le site du quai du polar

5-Revivre l’aventure des épices à Lyon, créer un édifice emblématique de la ville en pop-up au Musée Gadagne 

6- Embarquer à bord du Vaporetto jusqu’à Vaise et voir la ville sous un autre angle

7-Etre avant 14h30 un samedi devant le jardin de Rosa Mir pour pouvoir suivre une visite guidée par petit groupe gratuit

8-Pénétrer dans les coulisses du Zoo du parc de la tête d’Or ou participer à un des nombreux ateliers liés aux plantes et insectes présents dans ce poumon vert

9-Ecouter des histoires, allongé dans l’herbe, avec les lectures au soleil, au jardin ou au parc des bibliothèques municipales de Lyon gratuit

10-Résoudre une enquête policière avec les défis en famille proposés par le Musée des Confluences ou monter à bord de l’Octopus 

10 choses à faire cet été à Lyon spécial food

J’ai gardé le meilleur pour la faim/fin avec quelques adresses où j’ai envie de revenir ou d’aller pour la première fois

1-Tester le nouveau glacier Unico qui vient d’ouvirr en bas de la montée de la grande cote, à place du coffee shop sans gluten Le Tigre (côté parfums, je louche chocolat blond et pécans caramélisés, pistache bio, panettone, sésame noir…).

2- Aller chercher pour le déjeuner une part de Foccacia à Bocca Di Rosa (tenus par des italiens sauf si le gars fait très bien l’accent) qui vient d’ouvrir rue pailleron. J’ai testé plusieurs garnitures et j’ai eu un gros coup de coeur pour celle à la truffe.

 

3-S’offrir un verre au bar Les Muses de l’Opéra de Lyon avec vue sur Fourvière, l’hôtel de Ville,  la colline de la Croix Rousse

 

4-Goûter les pâtisseries « japonisantes » de la pâtisserie de l’Ourson qui boit après avoir lu l’article d’Émilie

5-Craquer pour le cheesecake fraise de Myart

 

 

6-S’attabler pour la formule brunch du desjeuneur ouvert tout récemment rue des Pierres Plantées

7-Se sucrer le bec avec les pâtisseries maison du Kaova Café (oui parfois je sors un peu de la croix rousse ))

8-Manger presque les pieds dans l’eau au restaurant A la Piscine (j’y suis allée récemment, j’ai trouvé la vue et le cadre top, par contre je suis plus mitigée sur la cuisine qui ne m’a pas emballé plus que cela.. l’équipe est très sympa donc j’espère que c’est juste une question de rodage ))

9-Dire cheese dans le nouveau bar à fromages rue des Capucins dont je n’ai rien vu si ce n’est la devanture (j’ai pris une photo pour ma story instagram, je ne l’ai plus et le nom je l’ai oublié bien entendu ))

10- Emporter un des produits de pâtes et raviolis parce que les pâtes c’est la vie : )

Vous pouvez trouver d’autres adresses lyonnaises que j ‘aime dans mes tableaux Pinterest City Guide Lyon et Sweet Lyon (avec un lien vers les articles du blog) mais aussi piocher des idées dans l’article 50 choses à faire à Lyon cet été que j’avais écrit l’an dernier pour les bonnes adresses.

 

Et vous, que faites-vous cet été ?

 

Comment était votre week-end ? C’est un pléonasme de dire qu’il est passé trop vite (il parait que certaines personnes s’ennuient quand ils ne sont pas au boulot, va comprendre). Aujourd’hui j’ai préparé une tarte aux pêches qui ne ressemblait pas du tout à la photo dans le magazine mais qui était très bonne. Normalement la recette devrait être en ligne sur le blog cette semaine.

A part cela, cette semaine j’ai découvert :

Food Factory Lyon

Mardi midi, je m’apprêtais à déjeuner sur le pouce quand Stephatable m’a appelé et m’a proposé de venir manger un burger à la Food Factory Lyon (à 5 minutes à pied de chez moi, pratique ). Pour une fois que je pouvais dire oui à quelque chose de non planifié (j’aime bien les imprévus mais c’est quelque chose qui n’existe quasiment plus depuis que je suis parent), j’ai sauté sur l’occasion.

Food Factory Lyon, dernier bébé de Geek & Food inauguré il y a peu, est à la fois un lieu pour les shooting photos culinaires (avec une luminosité idéale), un lieu de coworking culinaire et un espace événementiel (il y a une grande cuisine avec tout l’équipement pour préparer à manger). Bref si vous cherchez un lieu pour organiser un événement gourmand, gourmet, croquant et craquant sur Lyon, vous savez qui contacter.

 

 

Les burgers confectionnés par @Clotildevente (présente avec @marie.enes pour un shooting mariant food et objets chinés) étaient excellents et on était vraiment bien dans le jardin attenant à la Food Factory Lyon.

 

Le festival Lumière édition 2017

Jeudi matin, j’ai assisté à la conférence de presse annonçant la programmation du prochain festival Lumière qui aura lieu du 14 au 22 octobre prochain. Thierry Frémeaux a ménagé le suspense jusqu’à la fin quand à l’invité de cette édition 2017 (j’avais pas le bon pronostic )), Wang Kar-Waï. Je vous avoue que de ce réalisateur je n’ai vu qu‘In the Mood for Love.  Je vais régulièrement au cinéma mais je ne suis pas une cinéphile car j’ai vu peu de « grands classiques ». Le festival Lumière est justement l’occasion de découvrir ou de revoir des films faisant partie du patrimoine culturel.

Cette année, le festival mettra à l’honneur entre autres  :

-le réalisateur Henri-Georges Clouzot (avec une copie restaurée du Salaire de la peur dont nous avons vu un extrait ou L’enfer)
-l’acteur de cinéma muet Harold Lloyd lors de ciné-concert à l’auditorium
– dans le cadres des grandes projections, les films en copies restaurées de 1900, Rencontre du 3ème type et 2001 Odyssée de l’Espace
-le réalisateur JL Godard de ses premiers films à avant 1968 (nous avons vu un extrait de Pierrot le Fou qui m’a vraiment donné envie de voir ce film)
– les invités Tilda Swinton, Guillermo del Toro, Diane Kurys
– le musicien de cinéma Giorgio Moroder
-le film Le Roi Lion dans le cadre du festival pour les enfants

 

crédit photo : Nicolas Guérin 

Je n’avais jusqu’à présent vu Thierry Frémeaux que sur quelques plateaux télé. Je l’ai trouvé captivant quand il parle de cinéma et son livre, Sélection officielle, déjà dévoré par mon fou de ciné, a rejoint ma pile de livres à lire sur ma table de chevet.

Julien Doré aux nuits de Fourvière

Vendredi soir j’ai pris la direction des arènes de Fourvière. En dehors de l’artiste, les nuits de Fourvière c’est tout un rituel : emprunter le funiculaire jusqu’à l’arrêt minimes, juger de la popularité du spectacle en fonction de la longueur de la file d’attente, attendre des fourmis plein les jambes que les portes s’ouvrent, presser le pas en espérant avoir une place pas trop haut dans les gradins, attraper au passage un coussin pour amortir la rudesse de la pierre sur laquelle nos fessiers seront assis pendant quelques heures, voir les arènes se remplir doucement alors que le ciel peu à peu change de lumière, se laisser envelopper par cette ambiance si particulière, imaginer tous ceux et celles qui se sont assis ici à travers les siècles en voyant les colonnes sur la scène, commencer à s’impatienter ….

Et puis, le rideau cachant une esperluette est tombé, les balances ont pris fin, un murmure de plus en plus puissant a parcouru l’amphithéâtre, les musiciens sont arrivés sur scène et  Julien Doré est apparu dans l’encadrement de l’esperluette.

Dès la première chanson, il nous a embarqué avec lui avec son énergie incroyable, avec cette façon de faire corps avec les spectateurs et de leur tendre le micro (mieux vaut connaitre ses chansons), avec sa folie, sa façon de bouger, son humour.

Ses musiciens étaient toujours aussi bons. Je l’ai déjà écrit ici mais il est bien plus qu’un chanteur : on le voit dans le soin qu’il prend dans chaque détail de l’album en tant qu’objet, on le voit dans la conception de ses clips et sur scène il bondit, il séduit, il est sensuel puis drôle puis tendre ….il s’éclate et c’est communicatif.

Et puis il y a ces surprises qui ont émaillé le spectacle et que je tairais par ce que sa tournée est loin d’être finie et que cela fait partie du plaisir. Comme l’a dit @carnetsdemode avec qui j’étais, on ne peut pas rembobiner ? (vous imaginez si on pouvait rembobiner les moments les plus forts, les plus heureux de notre vie, ce serait un sacré super pouvoir ? …ou peut être qu’ils ont de la valeur justement parce qu’ils sont uniques )

Aluna Festival 🐬 #JDTOUR

Une publication partagée par Julien Doré Øfficiel (@jdoreofficiel) le

Puzzle café

Samedi matin, j’avais rdv avec Emilie du blog Cinnamon & Cake pour tester la formule pancakes de Diploïd. Sauf qu’en arrivant devant la devanture à 9h, on s’est rendue compte que cela n’ouvrait qu’une heure plus tard et que toutes les adresses auxquelles on pensait sur la presqu’île étaient également fermées. Je crois qu’il y avait une sorte de malédiction sur ce samedi 17 (la principale intéressée comprendra), heureusement on est arrivées par hasard devant Puzzle Café et c’était ouvert.

On aurait pu juste boire un café (le mien n’étant déjà pas très « instragrammable » car je n’aime pas le lait en boisson) mais les pancakes se rappelaient encore douloureusement à notre esprit, alors on a craqué pour une part de carrot cake bien parfumé et moelleux.

Il y a assez peu de tables mais du coup je trouve que cela créé une ambiance intime, dans laquelle on imagine se retrouver entre habitués. J’ai apprécié mon americano et j’ai vu sur le tableau noir derrière le comptoir une formule déjeuner. Bref je repousserai la porte de cet  endroit qui a la bonne idée d’ouvrir tôt.

 Puzzle Café
4 rue de la poulaillerie (près de Cordeliers et des Terreaux)
Lyon, 2ème

 

Voilà cette semaine était bien remplie, je crois que j’en profite avant les vacances scolaires (deux mois avec les enfants, ce n’est pas maternellement correct mais oui moi je trouve cela long !)

Hydratez-vous, restez à l’ombre, il parait qu’il va faire encore plus chaud cette semaine !

Pin It