Tag

lyon

Browsing

5 choses à faire au Food Traboule

Je ne vais pas vous faire le coup des trémolos dans la voix pour évoquer la Tour Rose car je n’ai pas connu ce lieu du temps de sa renommée avant qu’il ne ferme. J’étais quand même plus que curieuse de voir à quoi cet endroit allait ressembler après plus de 3 ans de projet et de travaux énormes pour le réhabiliter, pour conserver à la fois son âme historique et l’adapter à des besoins nouveaux et actuels (et quels besoins, vous imaginez autant de cuisine que de chefs dans un lieu où toucher à chaque pierre est plus que compliqué ?). Alors ce Food Traboule pourquoi y aller et y retourner ? Mini-visite et suggestions de 5 choses à faire au Food Traboule !

1-Découvrir un lieu mythique sous un autre visage

Que vous soyez un ancien habitué, un nouveau lyonnais ou de passage à Lyon pour un week-end (dans ce dernier cas, vous flânerez forcément dans le Vieux Lyon, le quartier le plus ancien de Lyon et bonne nouvelle, Food Traboule est en plein Vieux Lyon, rue du Boeuf), prenez le temps de visiter les différents espaces avant de vous sustenter.
D’une salle à l’autre, les ambiances sont différentes, dans la pièce centrale, vous avez une vue écran large sur la fameuse Tour Rose et cela vous donnera un premier aperçu de l’offre gastronomique.

Murs, mobilier, objets déco, mon œil n’a repéré que quelques détails mais ce que je peux vous dire c’est que c’est très différent d’un Food Court un peu froid tel qu’on peut l’imaginer. J’imagine très bien venir ici, en dehors des horaires de déjeuner et de dîner, pour bouquiner avec un café près d’une fenêtre qui donne sur la rue du Boeuf ou sur la cour intérieure.

Conseil : Repérez une table, installez-vous et seulement après allez commander. Cela vous évitera de chercher, une fois chargé de votre plateau, une place assise.

2-Varier les plaisirs au Food Traboule

Entrons dans le vif du sujet : qu’est ce qu’on mange au Food Traboule ? Votre copine est vegan et pas vous ; ils veulent absolument manger lyonnais , vous pas; Il a un gros appétit et vous un de moineau …la bonne nouvelle avec ce lieu et ses 12 chefs c’est qu’ils s’adaptent à tous les goûts et toutes les envies. Jugez plutôt :
-arancinis au comptoir des apothicaires
-pizzas à la napolitaine à Ludo’s Pizza
-croque au jambon truffé au Bistrot du Potager
-cornet de frites de quenelles et mayonnaise de homard au comptoir de La Meunière
-burger pulled pork confit au Lyon’s gastropub
-salades veggies au MSB
-fritures de crevettes, d’encornets et de légumes au Misto
-lobster roll au Lobs
….et ce n’est qu’un aperçu car chaque comptoir a plusieurs propositions à la carte.

Par exemple, Substrat-La Panifacture décline, selon les saisons, une pâte à pain rustique au levain levée et façonnée sur place. Chez eux j’ai goûté une gaufre de pain à la truite et une galette rustique à l’effilochée de boeuf. Un délice !

Food Traboule
Food Traboule

Au début j’étais venue pour le Lobster Roll mais le plus dur est de se décider car tout fait envie.

Niveau prix, la pizza marguerita (grandeur normale) coûte 9 euros, la pizza green 13 euros; le cornet de frites de quenelle 9.50 euro; le kebab d’andouillette 13 euros; le fish lard et potatoes 15 euros…. En me basant sur ce que j’ai goûté jusqu’à présent, je trouve que c’est vraiment un bon rapport qualité prix.

Food Traboule

3-Se sucrer le bec

La très bonne nouvelle pour un bec sucré comme moi est que la partie dessert n’est pas oubliée, loin de là.
D’abord aller au Food Traboule c’est l’occasion de goûter les douceurs préparées par Auriane Leclef et Maxime Dubois (formés auprès de Jérôme de Oliveira entre autres) qui tiennent la baraque à sucre (et qui sont « nouveaux », dans la mesure où ils n’avaient pas de boutique avant à Lyon).

Chouquettes aux pralines, madeleines, cookies, flan mais aussi Paris-Brest, baba à la charteuse et pavlova sont de la partie dans le comptoir au rez de chaussée. Que de prétextes à venir pour le petit déjeuner ou le goûter : )

J’ai craqué pour leur pavlova ananas avec un bel équilibre entre le fruité, la meringue et la chantilly. Prochain sur ma liste : le Paris-Brest !

A l’étage, La baraque à sucre propose également des desserts minute (dont une forêt noire actuellement) et des glaces à l’italienne avec des toppings variés.
Bon à savoir : un dessert sans gluten et sans lactose est proposé

Food Traboule

Et ce n’est pas fini : le bistrot du sucré (la version sucrée du Bistrot du Potager) régale les gourmand(e)s avec des desserts de cuisinier à partager réalisés par Axel Ozier.
Mousse au chocolat (terrible !), tiramisu ou riz au lait (un bonheur !) sont servis à la cuillère comme à la maison.

Vous y retrouvez aussi ce qu’ils avaient présenté en avant première au Lyon Street Food Festival, le Mitchut du Bistrot, un dessert composé d’une briochée landaise pressée comme une gaufre sur lequel vous choisissez votre crémeux et votre topping (une version sans gluten existe).

Ils font aussi des choux et j’ai vu passer du cheesecake (adieu ))

4-Partir ailleurs en staycation

Après ce court aperçu de la partie « restauration », ça vous dit de pousser la porte de quelques suites de la Tour Rose version MiHotel ? L’accès aux suites est déjà peu banal car à chaque étage des maisons 1 et 2, vous avez vue sur la Tour Rose et en levant la tête, Fourvière vous surplombe.

Et puis en pénétrant dans chaque suite, une nouvelle ambiance très différente à chaque fois (inspiration 70’s, Art Déco, ethnique chic..) vous emmène ailleurs grâce au travail de l’architecte d’intérieur Nathalie Rives et au soin apporté à chaque élément (peintures et papiers peints Farrow & Ball; maison italienne Dedar; rideaux de la maison lyonnaise Charles Jouffre..)

J’ai eu un gros coup de coeur pour la suite Ocre, avec ses tons colorés entre le jaune moutarde et le terracotta et le mariage entre matériaux bruts et touches végétales.

5-S’offrir une chambre avec cheminée

L’élément en plus qui a fini de me séduire ? La présence de cheminée dans toutes les suites (des cheminées à eau, j’avoue que je ne savais même pas que cela existait). C’est peut être anecdotique pour certaines personnes mais pour moi cela rend les lieux tout de suite très chaleureux, cosy, intimes.

Food Traboule
Food Traboule
Food Traboule

Un grand bravo à Tabata et Ludovic Mey, Stéphanie Marquez et Nathalie Grynbaum qui ont porté ce projet et à toutes les équipes qui ont contribué à l’ouverture de ce lieu atypique et à la hauteur des fortes espérances qu’il a nourries !

♥Food Traboule♥
22 rue du Boeuf
69005 Lyon
foodtraboule.com

 

 

Drôles de dames (d’Ainay)

J’ai perdu la tête depuis que j’ai vu Suzette, je perds la raison chaque fois que je vois Suzon. Vous vous demandez probablement où Dany Brillant est allé chercher des paroles aussi complexes ? Il ressortait du salon de thé pâtisserie Jeannine & Suzanne et conquis par ce qu’il venait de déguster (et même un peu étourdi), il poussa la chansonnette.

Et il y a de quoi chanter les louanges de ces pâtisseries qui portent toutes un prénom féminin. Elles osent des parfums et des associations que je ne retrouve pas ailleurs. Elles sont aussi délicates qu’équilibrées en sucre et elles savent se faire désirer en s’éclipsant au gré des saisons.

Eléonore est la plus colorée et peut être la plus audacieuse car les pâtisseries à la mandarine (à part en insert et encore) sont rares. Elle est composée d’une pâte sucrée, d’un croustillant dulcey Valrhona et aux épices de Noël et d’une gelée de mandarine. Elle a été pour moi l’occasion de découvrir que l’acidité de la mandarine contrebalance très bien le côté « douceureux » du dulcey. Elle m’a beaucoup plu !

Viviane parait classique, si ce n’est sa touche florale. On pourrait presque passer devant elle sans réellement la remarquer. Et puis boum, à la première cuillère, elle nous envoie au tapis avec l’onctuosité de sa crème mascarpone à la vanille mariée à la gelée de cassis acidulée. Côté texture, le croustillant au riz soufflé et chocolat blanc et le biscuit à la cuillère ont fini de me ravir.

Jeannette, j’ai failli ne pas la choisir à cause de sa collerette noix de coco (c’est mon côté Mercotte )). J’aurais eu tort car associée aux mangues rôties au rhum et à une mousse citron vert et noix de coco, elle ne s’impose pas, mais joue les accords parfaits.

Entre les trois, mon coeur balance mais je n’aurais pas besoin de trancher, de nouvelles douceurs ont pris place dans la vitrine de Jeannine et Suzanne au mois de Janvier.

Tiens si j’allais flâner du côté d’Ainay ?

♥ Jeannine et Suzanne ♥
34 rue Saint Hélène
69002 Lyon

12 choses à faire cet hiver à Lyon

Est ce que l’hiver doit forcément rimer avec repli sur soi et week-end entier sous un plaid ? C’est une option mais prendre une dose de lumière, bouger, admirer, rêver en sortant de chez soi c’est aussi pas mal pour le moral. Alors pour éviter la déprime en attendant le printemps, voici 12 choses à faire cet hiver à Lyon !

12 choses à faire à Lyon cet hiver

1-S’offrir un shoot de couleurs en visitant l’exposition consacré à Yves Saint Laurent au Musée des Tissus 

2-Déambuler dans le quartier de la Croix rousse pour un parcours littéraire lors de la nuit de la lecture le 18 janvier de 16h15 à 22h

3-Se faire une toile à 3.5 euros avec le festival Télérama du 15 au 21 janvier au Comedia et voir les films qu’on a ratés en 2019. Je mets une option sur le film Martin Eden et peut être aussi au moins sur  un des films en avant première. (Dark Waters par exemple du même réalisateur que Carol que j’avais beaucoup aimé)

4-Applaudir le formidable spectacle Le porteur d’Histoires que j’ai eu l’occasion de voir l’an dernier à la comédie Odéon et qui joue à nouveau jusqu’au 7 mars 2020

5-Prendre des cours de danse minute aux subsistances le 08 et 09 février 

6-Se mettre à table avec l’écrivain, Sylvain Prudhomme, à la librairie Virevolte le 13 février à 19h 

12 choses à faire à Lyon cet hiver

7-Étancher sa soif d’idéal à la fête du livre de Bron du 12 au 16 février

8-Passer derrière les barreaux le temps d’une exposition, Prison, au delà des murs au musée des Confluences (je l’ai visitée très récemment c’est une exposition riche qui nourrit la réflexion)

9-Découvrir le fort de Vaise après sa restauration en 2018 et 2019

10-Admirer les drapés réalisés par les artistes mis en avant dans l’exposition Drapé du musée des Beaux Arts

12 choses à faire à Lyon cet hiver

11-Se balader dans la forêt tropicale dans la quasi obscurité avec les visites nocturnes proposées par le jardin botanique de Lyon

12-Jouer avec l’Orchestre national de Lyon

Pour retrouver facilement ces 12 choses à faire cet hiver à Lyon, épinglez-cette liste sur Pinterest grâce au bouton Pin situé en haut à gauche de cette photo.

A suivre, une sélection d’idées gourmandes pour aimer l’hiver à Lyon !

Dorner Frères : La nouvelle adresse sucrée lyonnaise

Présents au Lyon Street Food Festival avec leur brioche façon tropézienne ultra gourmande, Maxime et Gauthier m’avaient parlé de l’ouverture prochaine de leur pâtisserie, Dorner Frères, dans le 6 ème arrondissement, pas loin des Brotteaux. Il faut croire que le temps file vite car nous y voilà : la boutique vient d’être inaugurée et le lancement a eu lieu autour de la présentation des bûches des fêtes de fin d’année.

Derrière les fourneaux Maxime et Quentin (qui n’est pas sur la photo), tous deux passés par la maison Pic à Valence alors que Gauthier gère le « front office » (il a travaillé au préalable chez Signé Extrait dont le chef pâtissier vient aussi de la maison Pic !).

Bonne nouvelle : la pâtisserie a un espace où l’on peut s’installer pour goûter une de leurs pâtisseries, soit dans la salle principale soit dans la petite pièce derrière qui a un côté intime et un peu caché des regards. C’est ici que les 3 bûches imaginées par Dorner Frères ont fait leur apparition au milieu d’un décor de Noël végétal (pensez aux branches de sapin pour votre table, ça rend très bien !).

Les bûches de Dorner Frères

Prêt(e) pour les présentations ? Ci dessous la bûche marron avec un biscuit au marron, un confit de clémentine, une mousse marron cognac (ça se sent mais cela est léger) et des éclats de marron.

J’ai aimé : l’association agrumes/marrons qui donne une bûche pas trop sucrée.

La bûche chocolat pourrait fredonner « ce soir, je suis la plus belle,..pour être dégustée ». Elle est composée d’un biscuit chocolat, d’une feuillantine, d’une mousse chocolat noir, d’une mousse chocolat au lait, d’une mousse vanille et de caramel.
Vu son look, elle existe uniquement en taille 6-8 personnes (les deux autres bûches existent aussi pour 4 personnes).

J’ai aimé : son esthétique à la fois élégante et gourmande, le jeu de texture mousse/feuillantine/biscuit.

L’exotique, quant à elle, est composée d’un biscuit blanc, d’une mousse vanille citron vert, d’un confit mangue passion et de meringue verveine.

C’est ma préférée des trois ! J’ai adoré la mousse vanille citron vert côté texture comme côté goût et le peps du confit mangue passion. Pour moi, en fin de repas de fête, c’est celle que j’apprécierais le plus.

Et côté pâtisseries ?

La pâtisserie se met tout juste en place mais côté douceurs, les brioches escargots happent le regard posées en haut de la vitrine. Les fingers à la fleur d’oranger, la madeleine grand format à partager, le Paris Brest pas chiche du tout….autant d’arguments qui m’ont donné envie de revenir très vite.

Dorner Frères
Dorner Frères
Dorner Frères

Quelques jours plus tard, j’étais donc de retour en bonne compagnie, celle de Fabien du blog Happycurio ( je vous conseille vivement de le mettre dans vos favoris- pas Fabien, son blog -, ses billets voyage entre autres sont top !).

Qui a craqué pour quoi ? (pour corser la difficulté nous n’avons pas choisi de pâtisserie au chocolat ))

Dorner Frères

Allez je brise le suspense infernal : Fabien s’est laissé tenter par la tarte au citron meringuée à l’acidité très bien maîtrisée et au bel équilibre.

Dorner Frères

J’ai succombé pour le mille-feuille qui se la joue à la verticale. La crème à la vanille qui le garnit est délicieuse : plus légère qu’une crème pâtissière mais une vraie caresse. J’aurais aimé un feuilletage un peu plus caramélisé mais c’est très personnel, je ne suis pas une dingue de pâte feuilletée (mais pourquoi tu prends le mille-feuille alors ? Parce qu’il m’appelait derrière la vitre )).

Dorner Frères

Lors de mon passage, Dorner Frères n’avaient pas encore lancé leur dessert monté minute, un bon prétexte pour revenir, d’autant plus que j’apprécie particulièrement leur gentillesse et leur posture humble (pas d’intitulé ronflant et pas de starification …ça fait du bien )).

Dorner Frères
91 boulevard des Belges
69006 Lyon

Celle qui essayait de se réconcilier avec les plantes

J’ai beau parcourir Lyon à pied une bonne partie de l’année, j’avais loupé la boutique Onno, au départ éphémère, spécialisée dans les terrariums. Elle a a été réaménagée en septembre dernier avec l’idée d’optimiser l’espace et d’utiliser des matériaux bruts. Le résultat est réussi : d’abord la vitrine est belle, et à l’intérieur la sensation de zénitude, à la vue des petits et grands terrariums qui s’alignent sur des étagères, est immédiate.

Le verre utilisé pour les terrariums est du verre recyclé sauf pour les grands formats, les grands bouchons en liège utilisés pour fermer certains terrariums sont en liège naturel non traité et fabriqués par une entreprise familiale dans le sud de la France.

Objet de décoration végétale, le terrarium est aussi un jardin d’intérieur qui demande peu d’entretien. J’ai justement besoin de me réconcilier avec les végétaux : quoique je fasse jusqu’à présent, je finis toujours par les faire mourir. Bonne nouvelle : un terrarium ne nécessite pas plus de deux arrosages par an. Il faut le préserver des courants d’air et de la lumière directe et c’est à peu près tout. Cela parait dans mes cordes : )

Onno

Vous avez remarqué la petite vague créée à l’intérieur des terrariums Onno ? C’est la marque de fabrique de la boutique avec l’idée de proposer des paysages variés en plus de produits de qualité .

Onno

Cette fameuse petite vague, j’ai essayé de la reproduire lors d’un atelier d’initiation (c’était mon premier terrarium DIY !) en suivant les gestes et les explications de Lévent (pas simple )). La boutique propose 3 à 4 ateliers par mois, l’inscription se fait sur le site.

Si vous voyez un terrarium avec uniquement du terreau tout en dessous, c’est mauvais signe. Pour le drainage, il faut commencer par mettre une bonne couche de billes d’argile.

Etape par étape, j’ai « construit » mon terrarium en choisissant en plus de la mousse, une plante (j’ai opté pour un fittonia avec des nervures rouges) et un décor (des mini ardoises ).

Onno
Onno

J’ai posé mon terrarium sur un rayonnage de bibliothèque dans mon salon et c’est vraiment joli. Je vais tout faire (c’est à dire à priori pas grand chose) pour qu’il reste en bonne santé le plus longtemps possible.

Merci à Lévent et Sylvain pour leur accueil.

Onno
7 rue du plâtre, 69001 Lyon
terrariums à partir de 35 euros

De la fève à la bûche : la collection SFèves 2019

La semaine dernière, je me suis offert un grand bain chocolaté : d’abord en entrant dans le musée-manufacture –Le Musco– les effluves du cacao sont venues immédiatement caressées mes narines; ensuite mes pupilles en ont pris plein la vue avec des fèves de cacao par centaines et à portée de main et des rangées de tablettes de chocolat. Cette présentation de la fève à la tablette n’est pas un hasard. Depuis 2017, la maison Sève est ce qu’on appelle un chocolatier « bean to bar » : le processus de fabrication du chocolat commence par la recherche et la sélection de cacaos à l’identité marquée. Comme un écho, la collection SFèves, collection de Noël 2019 de la maison Sève, retrace le travail du maître chocolatier à la Manufacture et les différentes étapes de fabrication du chocolat de la cueillette des cabosses à la fabrication du chocolat.

Autre spécificité 2019 : Richard et Gaëlle ont imaginé leur collection SFèves (S comme Sève et fèves comme fèves de cacao) avec leur fils aîné Arthur.

Prêts pour les présentations de la collection SFèves ?

La bûche fusion célèbre le travail du chocolatier-pâtissier. Elle a été imaginée également pour satisfaire tous les gourmands car elle est sans gluten et sans sucre ajoutée.

Elle est composée d’un biscuit viennois roulé à la farine de riz, d’une ganache montée et d’une crème mascarpone à la vanille de Madagascar, d’un coeur de gelée de framboises (framboises cueillies en pleine saison) et d’un croustillant de framboises.

Je brise le suspense prématurément : la bûche fusion est celle que j’ai préférée. Peu sucrée, elle laisse toute la place à la saveur de la framboise et de la vanille. J’ai apprécié sa légèreté.

la collection Sfèves

La bûche tourbillon est la plus gourmande puisqu’elle marie le chocolat du Mexique et le caramel beurre salé. Le décor marbré réalisé à l’emporte pièce mime le mouvement de la turbine et l’action de broyage des fèves.

Elle est composée d’un biscuit dacquoise sans gluten, d’un praliné, d’un croustillant aux fèves de cacao, d’un crémeux caramel au beurre salé, et d’un sabayon chocolat noir du Mexique.

la collection Sfèves

La bûche plantation reprend les couleurs rouges-orangées de certaines cabosses arrivées à maturation.

Le fruit de la passion est à l’honneur avec cette bûche plantation, hommage au terroir. Elle est composée d’un biscuit roulé, d’une ganache montée au fruit de la passion, d’un croustillant de fruit de la passion, d’un perlé de mangue et fruit de la passion et d’un coulis de fruit de la passion.

la collection Sfèves

La bûche toile de jute est un clin d’œil aux sacs de toile de juste dans lesquels arrivent les fèves de cacao à la Manufacture Sève mais aussi au dessert signature de la maison, le Mont d’Or.

Elle est composée d’un biscuit dacquoise aux amandes, d’un croustillant praliné à la noisette du Piémont, d’une ganache et chantilly au chocolat au lait plantation origine Colombie.

La bûche toile de juste est ma seconde bûche préférée pour sa rondeur, sa gourmandise (ah le praliné et le chocolat au lait !) et son croustillant.

la collection Sfèves

En dehors des bûches, la collection SFèves c’est aussi un entremets pour le nouvel an au titre prometteur, Onde de choc. Je ne l’ai pas goûté mais il associe les saveurs du chocolat, des pommes caramélisées façon tatin et des abricots.

(Sur la photo ci dessous, en arrière plan, une autre création temporaire liée à la fête des lumières : le lumignon au praliné)

la collection Sfèves

Avais-je encore de la place après avoir goûté 4 bûches pour une part de galette des rois ? En temps normal, j’aurais eu tendance à dire non, d’autant plus que je ne suis pas fan du tout de la galette des rois …excepté celle de la maison Sève avec sa pâte feuilletée très fine (qui ne vous met pas des miettes plein la bouche), son croquant apporté par son sirop de marrons glaçés (que vous pouvez acheter à la boutique) et sa délicieuse frangipane nature ou aux pralines roses.

Vous en déduisez ce que vous voulez sur ma résistance quand on m’a tendu une part : )

Saviez vous qu’au mois de janvier plus de 17 000 galettes sont réalisées à la main dans le laboratoire de la maison Sève ? Cela en fait des fèves à cacher !

Je crois que côté magnésium, je suis à jour : )

Merci à la maison Sève pour cette invitation

Pin It