Tag

émission de pâtisserie

Browsing

Il est presque minuit et je manque un peu de motivation pour un grand billet sur la première émission de la saison 2 de Qui sera le futur grand pâtissier ? Personne ne m’oblige, on est bien d’accord. Alors je vais faire concis pour ceux et celles qui n’auraient pas été derrière leur écran hier soir. C’était beau, épatant, très tentant, appétissant. Si vous êtes au régime, ne regardez surtout pas ce programme. Si vous n’avez pas de bons desserts sous le coude, attendez vous à être frustrés. Si vous êtes un(e) bec sucré(e), protégez votre canapé, vous risquez de baver…beaucoup !

Pendant plus d’une heure et demie, j’ai suivi 10 candidats nous présenter le dessert qui leur ressemble le plus, concevoir une pièce en sucre pendant 9h, assurer le service du soir pour les desserts du restaurant Le Pré Catalan, imaginer un gâteau d’anniversaire à base de vanille et de fruits rouges.

brice

J’ai pesté quand Brice, le candidat lyonnais (qui travaille chez Sébastien Bouillet et que j’ai eu comme « prof » lors d’un cours sur le chocolat), s’est fait tiré les oreilles dès le début et est allé direct en épreuve éliminatoire. Heureusement qu’il s’est rattrapé en présentant une version fruitée du merveilleux avec de magnifiques pétales de chocolat blanc.

J’aurais aimé goûter le généreux de Gauthier, le paradoxe de Guillaume (même si ce candidat a déclaré n’aimer ni le sucre ni les desserts et ne jamais goûter ce qu’il prépare…assez logiquement tout de même il a été éliminé malgré un niveau qu’on ne peut que lui envier), la pomme en toute simplicité de Lionel ou bien encore le passionnément chocolat agrumes d’Émilie.

Il y a eu des galères comme ce bouchon de champagne qui s’échappe et atterrit pile sur le gâteau du candidat ou comme cette chantilly qui ne veut pas monter à la dernière minute ou ce sucre soufflé qui se casse.

J’ai regretté de n’être pas passée par une des pâtisseries de Pascal Lac quand je suis allée à Nice après avoir vu l’épreuve se déroulant chez lui et j’ai très envie de tester la recette de la tourte sucrée aux blettes, spécialité niçoise que les candidats devaient proposer à leur façon.

Bref une soirée très gourmande, sans pub, sans montage façon télé réalité, sans candidat se tirant dans les pattes …et garantie à priori 0 calorie : )

 

 

 

finale

Bon en tapant Audrey dans google images pour trouver une photo sympa de la gagnante de l’émission Qui sera le plus grand pâtissier ? je suis tombée sur Audrey Pulvar (ferait-elle des gâteaux elle aussi ? ), les voies de google sont impénétrables.

Je ne vais pas vous faire un minute par minute, ni même vous détailler l’intitulé des desserts et créations car vous trouverez tous les détails avec les recettes sur le site de France 2 et puis hier soir j’étais tellement bluffée par le niveau des candidats, admiratrice, en appétit, que je n’ai quasiment rien noté (bon j’ai aussi un peu live-twitté l’émission j’admets).

J’aurais juste aimé repartir avec mon petit assortiment de créations des jeunes pâtissiers suite à la première épreuve à Bercy Village (les candidats devaient créer un stand éphémère de pâtisserie avec 4 desserts en 4 h, encore un truc de fou !). J’aurais choisi le brownie chocolat de Yann avec son cône de crème anglaise enrobé de chocolat et nappé ensuite à l’aide d’un tourne disque (si, si), la soupe de fraises d’Audrey et la religieuse exotique d’Amaury …au moins )

J’ai été un peu triste de voir partir Amaury mais j’aurais ressenti la même chose pour tout autre candidat car il faut voir comme ils se sont tous battus et quel niveau ils ont montré (et puis j’ai toujours envie de consoler les perdants ). J’ai trouvé que la tropézienne d’Audrey était nettement plus jolie que celle de Yann, j’ai croisé les doigts pour que leur pièce à base de chocolat sur le thème de la mode ne se casse pas ou ne s’effondre pas (7 heures de travail, vous imaginez !).

J’ai rêvé que j’étais présente à ce grand buffet dans un palace où étaient convoqués les plus grands noms de la pâtisserie française pour goûter entremets, millefeuilles ou petites pièces présentées par Audrey et Yann après 5h de préparation non sans mauvaise surprise sur un bateau mouche.

J’ai été contente quand le nom d’Audrey a été prononcé comme gagnante même si j’aurais eu bien du mal à les départager (surtout si on prend en compte tout ce qu’ils ont présenté depuis le début) tant le niveau était élevé. Les femmes en pâtisserie sont rares alors double bravo à Audrey et j’espère vraiment qu’une seconde saison aura lieu l’année prochaine !

Et vous,  quelle création vous a fait le plus saliver hier soir ?

 

calisson

Résumé express vu l’heure du 3ème épisode de l’émission culinaire spéciale pâtisserie, Qui sera le prochain grand pâtissier ? On peut dire qu’hier soir, les candidats en ont bavé entre l’épreuve de wedding cake avec une mariée particulièrement insupportable (pas assez beau, pas assez grand, pas assez de fraises, trop de citron, trop classique comme à la boulangerie …run, futur marié, run tant qu’il est encore temps…Ou alors c’est scénarisé pour l’émission ? ) et un thème imposé tenant du grand écart : faire du chic avec du foot (euh ? vous pouvez répéter la consigne ? ) en 5h s’il vous plait (très court, visiblement dans les pâtisseries la confection d’un wedding cake prend plutôt deux jours !).  Les mariés finissent par opter pour celui d’Yvan qui leur a plu visuellement (beau décor en chocolat, un des points forts de ce candidat).

Direction ensuite Aix en Provence où nos apprentis pâtissiers doivent réinterpréter le calisson, cette confiserie terrible une fois qu’on a commencé à y goûter avec pour modèle un magnifique entremet de Philippe Conticini qui est là pour les encadrer. Signalons d’ailleurs que c’est le chef pâtissier qui a le plus aidé les candidats depuis le début, goûtant les préparations en cours, donnant avis et conseils précieux et justes…non seulement ses desserts sont à tomber, il est resté accessible (je dis ça parce que j’ai eu l’occasion d’échanger avec lui pendant plus d’une heure lors de la coupe du monde de pâtisserie) et en plus il est pédagogue. Que dire de plus si ce n’est qu’un séjour parisien doit forcément passer par la case Pâtisserie des rêves si vous êtes bec sucré.

 L’épreuve dure 2h30 et c’est la tarte calisse de Brahim pas belle (mais bonne selon Michalak) et le Kum calisson de Camille (la jeune femme) qui arrive non démoulée faute de temps qui sont jugés en dessous. Leurs deux auteurs sont donc éliminés.

foucher

création JF Foucher, crédits photo Adnpix

Comme dans les émissions précédentes, les candidats sont attendus ensuite en formation : Camille Amaury (merci Adeline!) et Yann partent chez Laurent Jeannin qui oeuvre comme chef pâtissier au palace Le Bristol. Il n’a pas l’air franchement rigolo mais visiblement ces desserts sont au top et quand je vois arriver sa pièce phare au chocolat, je suis prête à me dévouer pour aller goûter. Audrey et Yvan partent à Cherbourg chez Jean François Foucher qui revendique une pâtisserie de marché et un dessert du jour. Côté palace, il faut suivre le rythme du service et l’exigence millimétrée des créations. Côté boutique, les apprentis doivent imaginer un gâteau ou entremet mariant légume et fruit. Audrey compose avec la betterave, Yvan avec le radis.

C’est ce dernier qu’on retrouve en épreuve de rattrapage avec Amaury. Christophe Adams a fait du snacking sucré (une manière ludique de revisiter les grands classiques de la pâtisserie pour pouvoir les déguster partout avec des contenants et des emballages conçus pour simplifier la dégustation) est de ses marques de fabrique et il demande aux deux jeunes hommes une création libre sous ce format ainsi qu’un Paris Brest version snacking. Ah j’oubliais ils doivent le préparer en 40 portions individuels !

Je souffre en les voyant se démener pendant 2h30 très éprouvante, j’aimerais pouvoir leur filer un coup de main (même si avoir quelqu’un dans leurs pattes, surtout comme moi, serait pire que tout). Amaury se lance dans une version à emporter du Mont Blanc. Je ne suis pas très convaincue par ce choix de dessert et par l’association avec la framboise. Son Paris Brest présenté dans un petit globe est appétissant même si le jury lui reproche d’être un peu trop compact. Yvan choisit une tarte aux fraises dans une coupelle où fruits rouges et crème sont séparées par un disque de chocolat …original mais pas assez aux yeux du jury qui le désigne comme le plus faible des deux candidats.

La semaine prochaine, ce sera déjà la finale…si je vous dis que j’aimerais bien qu’Audrey gagne, un peu parce que c’est une femme et qu’il y en a quand même très peu dans la profession, je vais me faire traiter de sexiste (elle est de toute façon super douée) …en plus je suis embêtée, mon chouchou Yann n’a jamais été décevant jusque là….un ex æquo c’est possible vous croyez ?

Et vous, qui aimeriez vous voir gagner ?

qui-sera-le-prochain-grand-patissier-l-episode-2-ce-mardi

Devinez où a commencé la première épreuve de l’émission culinaire Qui sera le futur grand pâtissier  hier soir ? Au château de Chantilly pour une épreuve spécial chantilly. Je me demande ce que la production a trouvé en premier : la base à préparer ou le lieu ? Ils auraient pu faire un spécial desserts à l’orange dans la ville du même nom avec épreuves dans les arènes (si vous en avez d’autres en tête, lâchez vous, j’ai rien trouvé d’autres à mon grand désespoir).

[typography font= »Cantarell » size= »24″ size_format= »px » color= »#E36464″]Le biscuit qui n’a pas trouvé sa voie [/typography]

Bref les trois candidats jugés les moins convaincants lors de l’émission précédente pendant leur formation (à savoir Brahim qui s’était fait taper sur les doigts par Claire Heitzler pour une sombre histoire de pamplemousses pas posés correctement dans l’assiette, Amaury et Denis) se sont retrouvés pendant 2h30 pour préparer un dessert glacé et un gâteau à base de chantilly. Au début de l’épreuve, ils étaient épaulés chacun par deux autres candidats mais une heure avant la fin Virginie Guillaume (qui a le don de venir leur poser des questions crucruches « euh c’est quoi un biscuit de Savoie ? » au moment où le gars est en train de vivre l’étape la plus délicate dans le montage de son entremet) annonce qu’un des deux co-équipiers devait quitter la cuisine. Rebelote 30 minutes avant le gong final et voilà nos trois mauvais élèves seuls face à leur dressage et finition des desserts à présenter.

Mini-drame pendant cette première partie de l’émission du côté de Denis dont le biscuit de Savoie (le fameux) gonfle exagérément et déborde littéralement du moule (ça me rassure ça arrive même aux meilleurs, j’ai vécu ça récemment avec un cake au chocolat…par ailleurs très bon). A part ça, les candidats maitrisent parfaitement et leurs desserts me donnent envie d’aller fracturer la meilleure pâtisserie de la ville pour assouvir mon goût immodéré pour le sucré.

La boule de neige et dame fruits rouges (imaginez le mariage chantilly, meringue, fruits rouges…hum) de Brahim fait l’unanimité alors que son entremet baptisé sacrilège chocolat framboise et chantilly déçoit un peu plus. Le baba hérissonné de Denis est superbe (base marrons, chantilly et petites gouttes de meringue dans lesquelles on retrouve le geste de Yann). Son amertume savoyarde convint moins à cause du gélifié trop élastique. Néanmoins pour Christophe Michalak l’entremet est excellent les yeux fermés.

Les remarques de Christophe Adam sont plutôt acerbes et cela ne s’arrange pas tout au long de l’émission…j’ai du mal à le trouver très sympathique contrairement à Pierre Marcolini ou Christophe Michalak (mais peut-être que c’est seulement une mauvaise impression…un breton ne peut pas être foncièrement mauvais, si ? )

Amaury me met l’eau à la bouche avec son « Dans l’esprit d’un vacherin » (sur une base ananas, chocolat blanc) mais aussi avec ses choux où la chantilly semble si parfaite que Christophe Michalak lui demande la recette. Le dessert qui séduit le plus le jury est celui d’Amaury et c’est Denis (et le très connu désormais biscuit de Savoie) qui est éliminé.

[typography font= »Cantarell » size= »24″ size_format= »px » color= »#E36464″]Voir Versailles et mourir [/typography]

L’épreuve suivante voit partir tous les candidats répartis en deux groupes en formation pour deux jours et je suis comme une fille qui serais née à Lyon (alors que j’y vis seulement depuis 7 ans) et qui serais devenue soudain très chauvine quand les premières images de la capitale de la gastronomie apparaissent à l’écran. En effet, un des deux groupes est accueilli dans le labo de Sébastien Bouillet (où j’ai eu l’occasion de suivre un cours spécial Pâques) avec pour « mission » de réaliser un entremet qui représente les 35 ans de la maison avec une base chocolat, à décliner en version à partager mais aussi en format individuel  et tout ça en deux heures s’il vous plait. La jeune femme Camille plante sa mousse au chocolat, c’est là le seul faux pas de ce groupe. Parmi les 4 créations, Sébastien Bouillet a un véritable coup de cœur pour celle de Yann (je vous ai dit que c’était mon chouchou non ? )) composée d’un croustillant praliné, chocolat noir et framboises et bonne nouvelle ce gâteau sera à la carte de la pâtisserie Bouillet pendant un an, je vais donc pouvoir la tester (la boutique étant en gros à 10 minutes de chez moi). A part ça, les jeunes pâtissiers ont assuré carrément pour préparer le lendemain 400 mignardises et une pièce en chocolat que j’ai eu la chance de voir en vrai (cf Photo en Une). Si je vous dis que j’ai aussi goûté aux 4 mignardises, vous me haïssez vraiment ? (on m’a vu 3 secondes à l’écran mais comme je suis loin de m’adorer physiquement c’est pas plus mal).

J’ai été un peu moins attentive quant au sort de l’autre groupe en formation avec Eddie Benghanem au Trianon à Versailles mais il y a une chose de sûre, j’aimerais tester son brunch une fois dans ma vie avant de mourir : ) (je vais rêver longtemps de ses verrines et mini-tartes tatin qui ont l’air fabuleuses).

[typography font= »Cantarell » size= »24″ size_format= »px » color= »#E36464″]Des souris et du chocolat [/typography]

Les deux formateurs désignent alors, chacun, les deux candidats qu’ils ont jugé en dessous des autres et c’est Camille (la jeune femme), Brahim, Sébastien et Camille (le jeune homme) qui se retrouvent à Eurodisney pour l’épreuve éliminatoire. Lorsque le thème est annoncé (buffet 100% chocolat), je manque tomber de mon canapé mais il est alors précisé aux futurs meilleurs pâtissiers qu’ils ne peuvent pas utiliser de sucre dans leur préparation et que cela est destiné aux enfants, public toujours plus difficile à séduire et convaincre. Et là c’est le trou noir, la page blanche, le manque d’inspiration et un résultat plutôt décevant (la preuve je n’ai soudain plus envie de passer ma main à travers l’écran pour me saisir d’un des desserts).

 Au terme de la dégustation et après une avalanche de reproches qui plombent pas mal l’ambiance, Sébastien et Camille (le jeune homme) sont éliminés. Tristesse pour Sébastien qui bosse depuis 10 ans et qui aurait pu, j’en suis certaine, démontrer encore ce qu’il valait. Je suis comme ça, j’aimerais que tout le monde gagne …un peu : )

Et si je vous dis que la semaine prochaine Philippe Conticini sera dans l’émission, vous comprenez que j’ai hâte, non ?

Et vous, vous avez regardé ?

Edit : petite fierté personnelle, deux de mes astuces pâtisserie et chocolat ont été retenues par France 2 et sont passés pendant l’émission sur le second écran:  )

qui-sera-le-prochain-grand-patissier-1024x576

Hier soir avait lieu, sur France 2, le premier volet de la nouvelle émission de pâtisserie, Qui sera le prochain grand pâtissier ? Encore diront certains, jamais assez aurais-je envie de répondre, surtout lorsqu’il s’agit de pâtisserie d’un si haut niveau avec 10 jeunes travaillant déjà et s’affrontant pour ce premier grand concours professionnel de la pâtisserie.

Côté jury, on retrouve le même schéma que dans d’autres émissions : des chefs pâtissiers pour juger (Pierre Marcolini, Christophe Michalak, Christophe Adam, Philippe Urraca) et une femme, Virginie Guilhaume, pour présenter.

La première épreuve nous plonge tout de suite dans le sujet, les candidats devant répondre à la question suivante : si vous étiez un dessert, lequel seriez vous ? Il s’agit donc d’imaginer un gâteau reflétant sa personnalité (à l’heure actuelle je suis toujours incapable de répondre à cette question). Très vite, on s’aperçoit que le niveau est très haut rien qu’à voir les gestes, les idées, les techniques à l’œuvre. Sur l’écran défilent quelques explications sur la meringue française, le sablé reconstitué ou la dacquoise par exemple mais trop rapidement pour qu’on puisse noter quoique ce soit. Comme je live-tweet l’émission en même temps, j’ai à peine le temps de les lire mais sachez que si vous voulez retrouver ces définitions ou vous lancez dans les recettes proposées (bon courage !), elles sont sur la page facebook de l’émission.

Ne me demandez pas pourquoi mais j’ai un coup de cœur dès le départ pour Yann mais lorsqu’il présente son C’est pour ma pom à base de pomme verte et yuzu et avec une si jolie présentation, je ne regrette pas ce choix. Les créations des autres candidats sont tout aussi réussies qu’il s’agisse de la tarte au citron revisitée de Brahim, du flower power d’Audrey ou du Saint Honoré vanille/caramel d’Amaury.

J’apprends au passage ce qu’est une main de boudha (?), un agrume typique d’Asie avec lequel Camille (la jeune femme, 19 ans) aromatise son riz au lait, j’admire la technique du sucre tiré que je n’avais encore jamais vu, je suis épatée du niveau de chacun même si deux sont recalés car leur dessert sont moins aboutis selon le jury.

Mathieu et Camille (le jeune homme…non ici on ne rebaptise pas les candidats de prénoms grotesques comme dans certaines émissions) se retrouvent donc en épreuve éliminatoire et lorsqu’ils découvrent qu’ils vont devoir revisiter la tourtière, spécialité aux pommes du Lot et Garonne à la pâte plus fine que du papier de cigarette et ultra technique à travailler, ils ont leur tête des mauvais jours et on les comprend. C’est Janie, la reine de la tourtière qui les briefe et elle ne rigole pas avec cette tradition. Il faut l’entendre grincer des dents alors que les candidats pliés en deux sur leur table de travail tentent de reproduire les gestes qu’ils ont vu un peu plus tôt. Mathieu comme Camille décident de présenter la tourtière en dessert à l’assiette, Janie lance des regards affolés en se demandant où est passé l’original mais en goûtant la version exotique proposée par Camille, elle semble soudain plus convaincue. C’est Mathieu qui est le premier éliminé de cette émission.

Dans l’étape suivante, les 9 candidats restants se séparent en trois groupes et partent en formation chez trois grands noms de la pâtisserie française. Ce qu’ils ne savent pas c’est qu’ils sont évalués pendant leur formation par la personne qui les accueille. L’émission alterne alors trois types de séquences correspondant à trois ambiances assez différentes dans l’univers de la pâtisserie :

-service d’un très grand restaurant avec Claire Heitzler qui n’a pas l’air commode (mais à 30 euros le dessert, on comprend que tout doit être irréprochable) et dressage à la dernière minute à l’assiette
-pâtisserie de montagne à Serre Chevalier avec Patrick Chevalot et rythme de travail bien particulier (sur le pont à 3h 30 du matin pour que les commandes puissent partir à l’heure dans le restaurant d’altitude, quantités à produire impressionnantes -plus de 400 gâteaux-)
– boutique pâtisserie à Vannes du MOF glacier Alain Chartier et formation en sculpture sur glace

L’émission se termine avant que le nom des 3 candidats jugés les moins convaincants lors de leur formation soient révélés et contrairement à d’autres émissions culinaires, je me surprends à penser « déjà la fin? ».

Aucune coupure pub, pas de montage pour ridiculiser un candidat ou le monter en épingle pour en faire une cible idéale sur twitter, des réalisations épatantes, du travail, de l’imagination, de belles images, des épreuves variées…et l’envie de déguster l’une des sublimes pâtisseries que l’on vient de voir !

Vivement mardi prochain : ) (et en plus une des épreuves aura lieu à Lyon )

Et vous, si vous étiez un dessert, vous seriez lequel ?

 

Vendredi et Samedi derniers, se tournait à Lyon un épisode de la prochaine émission culinaire spéciale pâtisserie diffusée sur France 2 Qui sera le prochain grand pâtissier ? J’ai eu la chance de pouvoir jouer à la petite souris et assister à des quelques scènes du tournage. Coaché par le pâtissier chocolatier lyonnais Sébastien Bouillet, les candidats ont réalisé des pièces en chocolat et 400 mignardises présentées et qui rendaient le décor plus que gourmand. Je ne peux bien entendu pas vous montrer la tête des candidats présents ce jour là ni vous dire que …était le meilleur (en vérité je n’en sais rien et c’est une épreuve parmi d’autres) mais j’ai photographié leurs créations pour que vous ayez un aperçu de leur technicité.

J’étais également contrainte par déontologie professionnelle de goûter à ces mini-desserts ravissants et raffinés et si le niveau général est à la hauteur de ce que j’ai savouré, ça promet une très belle émission.

celui de gauche avec son coulis exotique et son crémeux vanille était top
j’ai aimé l’onctuosité de l’entremets à la framboise avec le croquant apporté par le petit disque en chocolat au dessus

 

macarons Sébastien Bouillet

moteur, ça tourne !

mince je n’ai pas goûté les sucettes au chocolat, va falloir que j’y retourne

 

Maintenant j’ai hâte de découvrir en intégralité cet épisode tourné à Lyon ainsi que les portraits des différents candidats. La date exacte de début de diffusion de l’émission n’est pas encore connue mais comptez sur moi je vais suivre cela de très près )

Et vous, vous avez déjà assisté au tournage d’un film, d’une émission ?

Pin It