Category

Pâtisserie et chocolat

Category

Tout a commencé en voyant passer plusieurs fois la photo du gâteau à la pistache d’Ibrik, une des adresses sucrées que j’aimerais tester si mes séjours parisiens n’étaient pas si brefs et espacés. Comme il y a peu de chances que je le goûte bientôt, j’ai décidé d’en préparer un en me basant sur le visuel. D’après les descriptions à son sujet, il y a de la rose dans son glaçage ce qui n’est pas le cas ici et l’intérieur ne ressemble pas vraiment à mon gâteau moëlleux à la pistache. N’empêche qu’il était drôlement bon, qu’il se conserve plusieurs jours (en le cachant )) sans rien perdre de son moelleux alors j’ai décidé de partager la recette.

Ingrédients pour un gâteau moëlleux à la pistache

125 g de beurre
3 jaunes d’œufs + 1 œuf
150g de sucre en poudre
200 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
1/2 cc de bicarbonate de soude
1 pincée de sel
180 g de mascarpone
Le jus de 2 oranges non traitées
Le zeste d’une orange
2 CS de pâte à pistache
une poignée de pistaches décortiquées non salées
pour le glaçage
un jus d’orange
sucre glace

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Faites fondre le beurre dans une petite casserole.
Dans un saladier, fouettez les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange crémeux. Ajoutez la levure, la pincée de sel et un peu de farine. Mélangez. Ajoutez peu à peu la farine. Si le mélange devient trop dur à mélanger, mettez un peu de mascarpone pour assouplir votre appareil.

Ajoutez le reste du mascarpone, le beurre fondu, le jus d’orange, l’oeuf entier, la crème de pistache et les pistaches. Mélangez bien de manière à avoir une pâte homogène.

Versez dans un moule rond chemisé de papier cuisson dans un four préchauffé à 180° pour environ 30 minutes (il était cuit au bout de 30 minutes avec mon four; peut être qu’il faudra un peu plus longtemps avec le vôtre : vérifiez la cuisson en mettant un cure dent dans le gâteau, le cure dent doit ressortir sec).

Une fois que le gâteau est tiède, nappez-le uniformément avec le glaçage à l’orange (mélangez dans un petit bol le jus d’orange avec la quantité nécessaire de sucre glace de manière à obtenir un glaçage assez épais pour qu’il soit couvrant).

gâteau moëlleux à la pistacheVerdict ?

Ce gâteau ultra moelleux à la pistache n’a probablement rien à voir avec son modèle mais il a eu un gros succès. Le glaçage n’est pas obligatoire mais cela apporte une petite croûte croquante sur le dessus.

gâteau moëlleux à la pistacheEt vous, les desserts à la pistache vous aimez ça ? 

Tout commence par une envie de gâteau au chocolat sans avoir besoin d’aller faire les courses pour acheter des ingrédients « spéciaux ». Si je vous dis qu’en plus, il faut à peine 15 minutes pour le préparer et 30 minutes de cuisson, vous conviendrez que ce fondant express au chocolat est quasi parfait.

Ingrédients pour un fondant express au chocolat

200 g de chocolat noir Origine Tanzanie Barry (75%)
150 g de beurre
70 g de farine
4 oeufs
120 g de sucre roux
une poignée de pépites de chocolat noir
1/2 sachet de levure chimique

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Faites fondre au bain marie (ou au micro-ondes 30 s par 30 s en remuant à chaque fois), le beurre en dés et le chocolat en morceaux.

Dans un saladier, battez les oeufs entiers et le sucre jusqu’à ce que  votre mélange soit mousseux. Ajoutez la farine et la levure tamisée et mélangez.

Incorporez alors le chocolat + beurre fondu et mélangez à nouveau. Terminez par une petite poignée de pépites de chocolat (facultatif mais en terme de texture j’aime bien ce petit côté croquant en plus quand on tombe sur une pépite).

Versez la pâte dans un moule rond tapissé d’une feuille de cuisson. Enfournez pour 30 minutes environ (dans un four préchauffé) à 180°C.

Laissez refroidir avant de déguster (comme pas mal de gâteaux au chocolat, il est meilleur le lendemain à condition de bien le conserver en l’emballant dans du papier film ou aluminium pour qu’il conserve tout son moelleux).

gateau fondant express au chocolat Comme dans toutes les recettes dans lesquelles le chocolat est l’ingrédient central, le goût du gâteau dépend énormément de la qualité du chocolat employé. J’ai utilisé un chocolat relativement amer (mais aussi fruité), ce qui donne tout le caractère à ce fondant express au chocolat.

La seule difficulté de la recette réside dans la cuisson. J’ai un four premier prix qui a plus de 12 ans, autant vous dire que je ne peux rien lui demander de précis ou de subtil (mais tant qu’il marche, je ne suis pas dans une logique d’en acheter un autre). Du coup, pour toutes les recettes, je vérifie la cuisson au moins 5 minutes avant la fin. Ici la texture doit être légèrement humide. S’il est trop cuit, ce sera nettement moins bon donc adaptez le temps de cuisson à votre four. gateau moelleux express au chocolat J’ai appelé ce gâteau au  chocolat « fondant » mais sa texture est entre le moelleux et le fondant. Essayez-le et revenez me dire si vous avez aimé : )

Après le cake au citron et aux graines de pavot, et alors que logiquement je devrais publier des recettes aux fraises, je reviens avec une nouvelle douceur au citron. Promis je ne publierai pas des tartes aux pêches en décembre. Bref si vous cherchez un goûter facile et rapide à préparer et que vous aimez le citron, voici une recette de lemon cookies testée et approuvée.

Ingrédients pour une vingtaine de lemon cookies

225 g de farine
1 sachet de levure chimique
140 g de beurre
140 g de sucre roux
1/2 c à c de sel
le zeste de 2 citrons non traités
1 gros oeuf
1 jaune d’oeuf
4 c à s. de jus de citron
du sucre glace pour le déco

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Dans un saladier, mélangez la farine, le sel et la levure chimique.

Dans un autre saladier (ou au robot avec la feuille), fouettez le beurre en dés, le sucre roux en poudre et le zeste des citrons jusqu’à ce que le mélange soit crémeux. Ajoutez l’oeuf, le jaune d’oeuf et le jus de citron. Bien mélanger (cela n’est pas très homogène mais ce n’est pas grave).

Incorporez les ingrédients secs du premier saladier rapidement et de manière à former une boule (comme j’ai mis plus de jus de citron que dans la recette initiale, j’ai ajouté à cette étape un tout petit peu de farine ).

Versez du sucre glace dans un petit bol et mettez votre four à préchauffer à 180°C.

Prélevez un peu de pâte à cookies de manière à former dans la paume de votre main une boule de la taille d’une balle de golf. Roulez ensuite la boule de pâte dans le sucre glace.

Disposez vos boules de pâte sur une plaque recouverte de papier cuisson. Espacez bien les cookies car ils vont s’étaler à la cuisson ( j’ai été obligée de faire une seconde fournée).

Enfournez pendant 10-12 min à 180°C (en dessous vos cookies doivent être à peine dorées, et s’ils vous semblent mous, c’est normal, ils finissent de cuire hors du four) en retournant la plaque à mi-cuisson. Laissez refroidir quelques minutes à la sortie du four puis transférez-les sur une grille. Dégustez-les froids ou conservez-les dans une boîte hermétique (une semaine parait-il, ici ils ont rarement cette durée de vie ou alors c’est mauvais signe).

lemon cookies Verdict ?

Première fois que je prépare des cookies sans pépites ni chocolat. Du coup j’ai un peu de mal à parler de « cookies », pour moi cela se rapproche plus d’un sablé particulièrement moelleux (un sablé moelleux, je crois que je tiens un concept )). J’ai diminué la quantité de sucre et j’ai augmenté la quantité de jus de citron. Résultat ces lemon cookies sont vraiment peu citronnés.

J’ai indiqué une vingtaine de lemon cookies mais je ne les ai pas comptés et j’en ai fait des plus petits que d’autres. Si vous voulez qu’ils aient tous exactement la même taille, vous pouvez peser vos boules de pâte.

lemon cookies J’ai trouvé cette recette dans le livre Recettes des 3 soeurs pour bec sucrés aux éditions Alternatives. Si la plupart des  recettes sont « classiques », des desserts plus originaux sont également proposés (Sago mangue coco, fleurs de lotus, gâteau au padan, melon pan…) et en le feuilletant, je me disais que j’aimerais bien pouvoir passer mon temps à pâtisser.

Et vous, les lemon cookies vous avez déjà goûtés ?

Mes envies de pâtisserie naissent souvent de ce que je vois dans les vitrines, dans les salons de thé ou sur l’écran de mon téléphone. En allant chercher un entremet chez Kaova Café pour la 4ème édition des rdv 100% sucrés à Lyon (sur le thème de la fraise), j’ai vu passer une belle tranche de cake au citron avec un glaçage parfait. Comme j’ai un fou de desserts au citron à la maison, j’ai décidé d’en préparer un maison. Voilà comment un nouveau cake au citron et aux graines de pavot est arrivé dans ma cuisine.

Ingrédients pour un cake au citron et aux graines de pavot

3 gros oeufs
150 g de sucre de canne
120 ml de crème fleurette entière
75 g de beurre doux, coupé en cubes
10 g de graines de pavot
le zeste finement râpé de 3 citrons
170 g de farine
1 +1/4 de cuillère à café de levure chimique
1/2 cuillère à café de sel
pour le glaçage citron
100 g de sucre glace, tamisé
2 cuil. à soupe de jus de citron

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Préchauffez le four à 180° C (si votre four est vieux et capricieux comme le mien, je vous conseille de ne pas le faire avant d’attaquer la recette mais d’attendre un peu pour qu’il ne soit pas trop chaud).
Chemisez un moule à cake avec du papier sulfurisé (petite astuce pour le papier adhère facilement au moule, je mets dessus quelques gouttes d’eau du côté qui va adhérer au moule).

Dans la cuve d’un robot pâtissier (ou avec un batteur électrique si vous n’en avez pas), blanchissez les oeufs avec le sucre environ 2 minutes à vitesse moyenne. Ajoutez la crème fleurette et continuez de fouetter pendant 2 minutes. Le mélange doit être bien homogène, épais et mousseux.

Pendant ce temps, dans une petite casserole, faites fondre à feu doux le beurre. Ajoutez les graines de pavot, les zestes de citron et mélangez puis réservez.

Incorporez la farine (tamisée), la levure (tamisée) et le sel au mélange à base d’oeufs et de crème. Une fois le mélange homogène, ajoutez le beurre au pavot et au citron.

Versez votre pâte dans un moule à cake et enfournez pour 50 minutes environ (moins dans mon cas, mon four doit particulièrement chauffer). La lame d’un couteau insérée dans votre cake au citron et graines de pavot doit ressortir sèche.

Le glaçage

Pendant que votre cake cuit, préparez le glaçage. Fouettez le sucre glace et le jus de citron dans un petit bol. Versez sur le cake dès sa sortie du four en le répartissant de manière à ce qu’il nappe bien tout le dessus du cake. Laissez tiédir 30 minutes avant de démouler délicatement. Attendez le refroidissement complet avant de servir.

cake au citron et aux graines de pavot Verdict ?

Je vous conseille d’envelopper le cake au citron et aux graines de pavot dans du papier film ou du papier aluminium et de ne le déguster que le lendemain quand ses arômes se sont bien développés. Si ce cake est parfait pour le goûter ou le petit déjeuner, pour ma part j’ai trouvé que cette recette  de Yotam Ottolenghi et Helen Goh (dont j’ai baissé la proportion de sucre) n’était -pour mon palais- pas assez citronné. N’hésitez donc pas à ajouter un peu du jus des citrons zestés dans la pâte (pas trop afin qu’elle ne change pas de consistance).

cake au citron et aux graines de pavot Du coup mon cake au citron préféré  reste le cake au citron glacé de Trish Deseine.

Et vous, une recette fétiche ?

Cacao Barry a organisé en novembre dernier un dîner à 4 mains autour du Chef étoilé Geoffroy Maillard et du chef Cacao Barry Philippe Bertrand au restaurant la rallonge à Paris. Cacao Barry s’est associé à cette occasion à l’épicerie japonaise de qualité Umani pour offrir à 25 convives curieux (chefs, pâtissiers, chocolatiers et journalistes) un dîner créatif, innovant et unique mêlant le chocolat sous toutes ses formes à l’univers japonais.

Lorsque j’ai reçu une invitation pour un dîner à 4 mains à la brasserie des Confluences sur le même principe -des touches de cacao dans des créations salées, des surprises, des échanges informels-, ma curiosité m’a poussé à dire oui. D’abord je n’avais jamais eu l’occasion de déjeuner ou dîner à la brasserie des Confluences qui a une atmosphère assez irréelle quand la nuit enveloppe le bâtiment du Musée des Confluences et que les lumières du restaurant jouent avec le bassin d’eau juste à côté. Ensuite le chocolat est pour moi un produit tellement riche et dont j’ai encore si peu creusé certaines associations possibles (vins, thés..), que je ne pouvais manquais une occasion de découvrir des mariages inédits et de bousculer mes habitudes.

Le temps de cette soirée les chefs Guy Lassausaie et Philippe Bertrand ont donc planché sur un menu dégustation sortant des sentiers battus en jouant sur la palette aromatique du chocolat (selon son origine, son terroir) mais aussi sur les épices de la maison Bahadourian pour créer un équilibre entre des saveurs salés et le cacao. Ainsi ce soir là, j’ai pu goûter un foie gras associé à une gelée cacao plein arôme et à quelques pétites de cacao Une Saint Jacques au beurre de cacao servi avec une purée de topinembour blanc satin (un chocolat blanc chez Cacao Barry), de la truffe et un jus de veau au poivre de Madagascar Une Quenelle lyonnaise de brochet, écrevisse, émulsion d’écrevisse, nantua Imaya au poivre rouge de Kampot, crosnes De l’Omble avec du pailletté feuilletine, du combawa râpé, un velouté d’artichaud curcuma et du basilic thaï Un Saint-Félicien Renée Richard avec une gelée de cacao et fruits secs (pas en photo)

Après la partie salée assurée avec audace par Guy Lassausaie (et qui m’a donné envie d’aller déjeuner un jour dans son restaurant), Philippe Bertrand a pris la relève en dressant ses desserts en salle.Il a proposé aux convives présents une raviole de crêpe compotée d’abricot, ganache Zéphyr Comté servi avec un stick enrobé de graines de courgeLa sphère Candi est une création signature du chef Philippe Bertrand et elle était présentée avec une crème chocolat Cuba 70% poivre de Tellichery, crumble fraises hibiscus, émulsion d’hibiscus, fleurs d’hibiscus caramélisées, gelée de fraises Deux desserts sous forme de sucettes (l’une mariant une mousse Esmeralda et une ganache liquide Esmeralada poivre blanc Penja; l’autre avec un coeur confit de fleurs de pissenlit, un enrobage Madirofolo et des graines de courges caramélisées) ont conclu ce dîner mais je dois avouer que le défilé de plats avait eu raison de ma gourmandise ou de mon appétit.

En lisant les intitulés des plats, j’étais très curieuse de savoir ce que cela donnerait une fois dans l’assiette. Selon les plats, le goût du cacao m’a semblé plus ou moins présent. Certains plats ont eu ma préférence. Ainsi j’ai beaucoup aimé les 3 plats associant poisson et cacao et en dessert la raviole de crêpe.

Un grand merci aux Chefs pour cette soirée riche en découvertes, à toutes les personnes rencontrées ce soir là et qui partage toutes le même intérêt pour le chocolat et à Cacao Barry pour cette invitation !

Et vous, avez -vous déjà tenté le sucré-salé avec le cacao ?

Au départ, j’avais dans l’idée de publier une recette de brioches choupinettes garnies de pâte à tartiner au chocolat (d’après le livre La pâtisserie de Cyril Lignac). Sauf qu’alors que ma pâte à brioche était en plein pétrissage, j’ai été obligée de tout interrompre pour partir précipitamment de chez moi. J’ai repris le cours de ma recette après un intermède non prévu mais ma pâte avait une drôle de tête et le lendemain après une nouvelle pousse et la cuisson, mes brioches n’étaient pas du tout choupinettes. Il y a au moins une chose que je n’ai pas loupé, c’est la pâte à tartiner maison au gianduja. Pas d’huile de palme (le comble c’est quand même l’huile de palme bio, quelqu’un peut m’expliquer ?) et un temps de préparation très court, qui dit mieux ?

Ingrédients pour une pâte à tartiner maison au gianduja

100 gr de gianduja noir noisette
55 g de chocolat au lait
20 g de chocolat noir
150 g de crème fraîche fluide
15 g de glucose

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Hâchez finement le gianduja et les 2 chocolats.
Dans une casserole, faites bouillir la crème et le glucose.
Versez petit à petit le mélange chaud sur les chocolats et mélangez en partant du milieu en créant un noyau (j’ai versé le liquide chaud en 3 fois). Vous devez obtenir une texture lisse, brillante et homogène.

Mixez le tout et réservez 12 heures au réfrigérateur.

J’ai acheté le gianduja à la boutique de la Cité du Chocolat à Tain l’Hermitage et le glucose à Déco Relief (choix énorme de moules et de matériel de pâtisserie ) dans le quartier d’Aisnay à Lyon (moins de 5 euros le gros pot).

Verdict ? Si la texture n’est pas celle des pâtes à tartiner qu’on achète en supermarché (peut être la faire chauffer un peu si vous voulez quelque chose de plus mou), cette pâte à tartiner au gianduja est super bonne sur du pain, de la brioche, des crêpes, etc.

Pin It