Category

10 choses à faire

Category

10 choses à découvrir à Dijon

En juillet dernier, je suis retournée à Dijon. En 1h45, j’ai retrouvé cette ville dont j’apprécie la qualité de vie (le centre ville historique est entièrement piétonnier), la richesse de la gastronomie, la beauté des hôtels particuliers. Le temps d’une journée, j’ai découvert de nouveaux lieux, re-découvert des incontournables. C’est une destination facilement accessible depuis Lyon, pour un week-end avec au moins 10 choses à découvrir à Dijon

1-Entrer dans le marché couvert des Halles

Première halte incontournable d’une journée à Dijon : le marché couvert des Halles pour embrasser en quelques foulées les spécialités et les bons produits de la région (et éventuellement en glisser quelques uns dans son sac) avant d’aller boire un café sur une des terrasses qui jouxtent les halles.

Infos pratiques : le marché se tient dans les halles les mardis, vendredis et samedis de 6h30 à 13h.

2-Découvrir le nouveau musée des Beaux Arts

Etant donné la richesse des collections du musée des Beaux Arts, vous pouvez sans problème y passer toute une matinée. Pour ma part, j’ai juste admiré la cour intérieure qui donne un bel aperçu de l’architecture de ce musée installé dans le palais des Ducs et des Etats de Bourgogne et j’ai été voir l’exposition du peintre contemporain Yan Pei-Ming , l’homme qui pleure.
Ce qui m’a le plus marqué c’est le contraste dans la salle des tombeaux entre les tombeaux (qui sont des pièces à ne pas rater ) et les portraits de l’artiste.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon


Bon à savoir : les collections du musée des Beaux Arts de Dijon sont parmi les plus riches des musées français (130 000 oeuvres conservées ) et son accès est gratuit !

3-S’offrir le 7ème ciel

Quoi de plus magique que de dominer toute la ville, de pouvoir admirer les toits de tuiles vernissées, de repérer les monuments, d’être à la hauteur de gargottes (et pourquoi pas de crier « I’m the queen of the world ! » ) ? Pour cela direction la Tour de Philippe Le Bon qui s’élève à 46 m et offre un panorama exceptionnel sur Dijon. Pensez bien à réserver votre place auprès de l’Office du Tourisme qui grimpera avec vous les 316 marches en vous racontant l’histoire de cette tour élevée entre 1450 et 1460.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon


Bon à savoir : Il est possible de prendre l’Apéro là-haut avec vue à 360° les vendredis et samedis soir du 17 mai au 2 novembre, la classe non ?

4-Déjeuner à la causerie des mondes

Si comme moi, vous aimez les lieux qui mêlent livres et nourriture, vous avez déjà une grosse chance de tomber sous le charme de la Causerie des mondes. En plus c’est à deux pas du musée des Beaux Arts et de la tour Philippe Le Bon, la terrasse donne sur une rue piétonnière sans aucune voiture et dans l’assiette c’est frais, c’est coloré, c’est équilibré, c’est savoureux (avec un prix très raisonnable).

Bien-sûr Dijon regorge de bonnes adresses gastronomiques. Il y a plusieurs années, j’ai été dînée chez Stéphane Derbord et j’en garde un merveilleux souvenir.

5-Se mettre au vert au parc de l’Arquebuse

C’est devenu une habitude lorsque je visite une grande ville, je cherche systématiquement les endroits les plus verts. Alors parmi les 10 choses à découvrir à Dijon, pour une balade digestive après le déjeuner ou pour une dernière halte au calme avant de repartir, le parc de l’Arquebuse vous tend les bras avec plus de 500 espaces végétales de Bourgogne et du monde entier.
Entre vignes, fleurs, ruisseau, l’endroit est vraiment charmant !

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Bon à savoir : Si vous venez en train à Dijon , sachez que le parc de l’Arquebuse est juste derrière la gare. C’est quand même plus sympa de finir la journée sur un banc au milieu de la verdure que dans une salle de gare non ?

6-Se sucrer le bec chez Jonathan Pautet

Ce ne serait pas l’heure du goûter par hasard ? Toujours à l’affût des nouvelles adresses sucrées, j’avais repéré, avant de venir à Dijon, la nouvelle pâtisserie de Jonathan Pautet.

Ce chef pâtissier s’est installé rue de la verrerie (avec ses belles maisons à colombages). Il a fait ses armes de Veyrat à Ladurée et propose dans sa boutique lumineuse et spacieuse des chocolats et des pâtisseries. L’accueil assuré par Sara Happ est souriant, charmant, pas du tout snob.

Pour des questions purement pratiques (un seul estomac, un train le soir même et le risque que tout arrive en bouillie), je n’ai pas pu goûter les pâtisseries si alléchantes et élégantes présentées en vitrine. Je suis donc obligée de revenir à Dijon ! Par contre, j’ai emmené à Lyon ses escargots au praliné déclinés en 7 variantes et ils sont délicieux. Gros coup de coeur pour celui au praliné noisettes caramélisées et celui à la ganache citron !

7-Pousser la porte de librairies indépendantes

Après cette explosion de papilles, que diriez vous de nourrir votre esprit ? Si je devais ouvrir une librairie salon de thé, je l’aimerais aussi cosy, charmante, accueillante que La fleur qui pousse à l’intérieur. Attention risque de tomber dans une faille spatio temporelle élévé !

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Vous pouvez aussi boire un verre en bouquinant à la librairie Grangier près de la poste (profitez-en pour jeter un oeil à la façade ).

8-Suivre le parcours de la chouette

Si vous venez à Dijon en famille, c’est doublement chouette : d’abord parce que le centre ville est un véritable paradis pour les piétons, ensuite parce que vous pourrez visiter la ville en suivant les petites chouettes présentes dans les pavés ou sur les trottoirs (exit le nez sur les plans).

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

9- Flâner d’hôtels particuliers en jolies boutiques

Le centre historique de Dijon compte de nombreux hôtels particuliers construits entre le XVème et le XVIIIème siècle. Certains sont indiqués par des panneaux extérieurs et accessibles facilement. L’Office du Tourisme propose également des parcours guidés.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Ne manquez pas, près de la fameuse chouette à toucher de la main gauche pour excauser les vœux, deux jolies boutiques où vous pourrez, en plus, ramener des souvenirs de votre séjour.

La moutarderie Edmond Fallot a un choix totalement dingue de moutardes de Dijon (label IGP) avec des moutardes classiques, des moutardes aromatisées, un distributeur de mini-pots de moutarde et la possibilité de déguster des produits sur place.

J’ai acheté de la moutarde au pinot noir qui s’accorde très bien avec des viandes et de la moutarde au pain d’épices que je n’ai pas encore ouverte.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

En parlant de pains d’épices, à quelques pas de là, la boutique Mulot et Petitjean est une véritable caverne d’Ali Baba, le genre d’endroit où vous savez quand vous rentrez mais pas quand vous sortez : )

10-Plongez dans l’histoire de la maison Mulot et Petit Jean

Pour en savoir plus sur cette maison Mulot & Petitjean fondée en 1796 qui a été labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » en mars 2012 pour son histoire et son patrimoine séculaires, ses capacités d’innovation et son savoir faire rare, je suis allée visiter la fabrique de pain d’épices.

A travers un parcours visuel, la visite revient sur l’histoire du pain d’épices et de la Maison Mulot et les différentes étapes de la fabrication du pain d’épices.

Savez vous quelle est l’une des différences entre pain d’épices d’Alsace et pain d’épices de Dijon ? le premier est à base de farine de seigle alors que le second est avec de la farine de froment.

Connaissez-vous les Jacqueline ? Cette confiserie a été inventée par A. Michelin en 1926. Mulot et Petitjean en fabrique à nouveau depuis 2002 à la main, (une par une) en découpant la forme à l’emporte pièce et en trempant chaque pièce dans la meringue. Si la fabrication est lente, le temps de dégustation peut être très court car avec son coeur praliné, cette confiserie est très addictive !

Nonnettes, glacés minces, pains d’épices variés, la visite se termine dans une belle boutique en bois où il y a de quoi satisfaire tous les gourmets et gourmands.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
Voir cette publication sur Instagram

//NONNETTE// Scoop : les nonnettes existent aussi au chocolat 🍫🍫. Je les ai découvertes chez @mulotpetitjean lors d’une journée à Dijon avec @mybourgogne . Le pain d’épices et le chocolat ça marche 👌👌. J’ai d’ailleurs emporté une recette de tarte pain d’épices (absolument rien à voir avec Prosper youp la boum, personnellement je pensais ne pas aimer le pain d’épices jusqu’au jour où j’ai découvert toutes les variations autour de ce produit chez @mulotpetitjean) chocolat 🍫 que j’ai bien envie d’essayer. ▪️ #nonnette #chocolat #chocolate #yummy #sweet #dijon #mybourgogne #foodphotography #tourismesucre #bonneadresse #lyonnaise #blog

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

10 choses à découvrir à Dijon : les adresses à retenir

J’espère que ces suggestions de 10 choses à découvrir à Dijon vous ont donné envie d’aller passer un week-end dans cette jolie ville. C’est un tout petit aperçu, purement subjectif mais il y a mille autres choses à voir, à faire, à goûter à Dijon et en Bourgogne qui est une région magnifique !

Un petit récapitulatif des bonnes adresses

La Fabrique de pains d’épices
6 boulevard de l’Ouest -Dijon
du mardi au samedi de 10 à 12h30 et de 14h à 18h30 (dernière visite à 17h30)
à 750 m de la gare à pied ou en bus ligne 10-12 arrêt Perrières

Librairie la fleur qui pousse à l’intérieur
5 Place des Cordeliers – Dijon
(fermée dimanche, lundi)

Librairie Grangier
14 Rue du Château -Dijon
(fermée dimanche)

La causerie des mondes
16 Rue Vauban -Dijon
(ouvert de 8h30 à 19h30 sauf dimanche et lundi)

Pâtisserie-chocolaterie Jonathan Pautet
2 Rue de la Chouette – Dijon
(fermé le dimanche)

A lire aussi :
Une journée au château de Couches
La pâtisserie Pierre Hubert à Dijon
Pause chocolatée chez Fabrice Gilotte

Merci à Bourgogne Franche Comté Tourisme, Designed By Bourgogne et l’Office du Tourisme de Dijon pour leur accueil !

20 choses à faire à Lyon cet été

Vous l’attendiez tous et toutes à corps et à cris, mon top 20 des choses à faire cet été à Lyon est en ligne. Comme les années précédentes, j’ai privilégié les activités gratuites ou peu onéreuses, c’est une sélection totalement subjective donc très branchée « culture » (à compléter avec d’autres sélections plus sportives/branchées, etc) et pour les informations pratiques, j’ai mis un lien à chaque fois que c’était possible. Bon été à vous !

1-Tout savoir sur les épices grâce à l’exposition en bande dessinée sur Pierre Poivre à l’Orangeraie du parc de la tête d’Or (gratuit)

2-Bouquiner dans un transat dans le jardin du musée Gadagne en plein coeur du vieux Lyon (et en profiter pour visiter le musée des arts de la marionnette qui a été sérieusement relooké )

3-Se pencher sur ces mini-monstres que sont les poux, les puces de lit, les moustiques et autres insectes. L’exposition Mini-monstres, les invisibles du Musée des Confluences est spécialement conçue pour les 7-12 ans avec des quizz, des choses à observer de très très près, des jeux.

4-Jouez comme dans l’Antiquité au musée Lugdunum et avoir peut-être la chance d’assister à une répétition d’un spectacle des Nuits de Fourvière

5-Se faire une toile en plein air, place Ambroise Courtois (gratuit)

6-Utiliser ses sens pour partir à la découverte de sculptures au musée des beaux arts avec l’expo L’art et la manière, prière de toucher (gratuit pour les enfants) et profiter du jardin, véritable havre de paix en plein coeur de Lyon


7 -Boire un verre en écoutant un concert du festival du Péristyle de l’Opéra de Lyon (jusqu’au 20 juillet- concerts gratuits)

8-Réviser ses classiques en assistant à la pièce le malade imaginaire au Jardin des Chartreux le 13 juillet (gratuit)

9-Tirer ou pointer à l’électro pétanque de la place Tabareau le 14 juillet (gratuit)

10-Se glisser dans la peau d’un ethnologue à travers l’exposition Le monde en tête au musée des Confluences. Les chapeaux et autres ornements qui se portent sur la tête, réunis ici grâce à la donation Antoine de Galbert, sont très variés et souvent surprenants.

11-Lire au vert et dehors avec le Biblioparc ou comment la bibliothèque se déplace dans 3 parcs de la ville de Lyon (gratuit)

12-Découvrir le Yoga Vinyasa ou le pilates dans le cadre Les Grandes Estivales au Grand Hôtel Dieu

13- Se balader dans le jardin remarquable de Rosa Mir (ouvert les samedis de 14h à 18h, gratuit)

14- S’entendre dire « moteur ça tourne ! »avec l’exposition sur les plateaux des Dardennes , de la galerie photo cinéma de l’Institut Lumière jusqu’au 24 juillet (gratuit)

15- Admirer Fourvière nimbée de feux d’artifice le 14 juillet (gratuit)

16- Devenir un gone du rock pendant la visite de l’exposition Lyon capitale du rock 1978-1983 à la bibliothèque de la Part-Dieu (gratuit)

17- Se rafraîchir les idées avec la carte de lieux frais et accessibles gratuitement dans Lyon (traboules, parcs, points d’eau..)

18-Jouer au mini-détective avec Polar en vacances le 17 et 18 juillet au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon  (animation pour les 6-14 ans, gratuit, réservation conseillée)

19-Revêtir un costume de super-héros …du livre avec l’exposition L’odysée des livres sauvés au musée de l’Imprimerie

20-Mettre de la couleur et de la fantaisie dans ses dimanches avec Zoo Art Show 2 (gratuit)

A suivre un top des adresses et des choses à goûter cet été à Lyon !





10 choses à faire à Avignon

Avignon est une des destinations proches de Lyon, faisable le temps d’un week-end. Quand le ciel est bleu, la température si douce en février que l’on peut déjeuner en terrasse et que le mistral n’est pas de la partie, l’effet vacances s’installe quasi immédiatement. Et pour vous convaincre de franchir les remparts de cette ville, voici 10 choses à faire à Avignon !

1-Flâner dans les ruelles

Lorsque vous arrivez à Avignon par le train, en sortant de la gare, vous voyez d’abord les remparts puis une grande avenue, la rue de la République qui mène jusqu’à la place de l’horloge.

Je vous conseille dès que vous le pouvez, de quitter cette grande artère pour emprunter une rue perpendiculaire puis des petites ruelles. C’est comme ça que vous découvrirez les beaux hôtels particuliers, les façades pleine de charme, les arrondis de certaines rues comme la rue Vernet, les majestueuses portes en bois.

Pour découvrir une ville, rien de mieux que de la parcourir à pied. L’Office du Tourisme d’Avignon (situé rue de la république) propose une brochure gratuite  » Avignon, loisirs & patrimoine » avec un plan et 3 balades de 3 couleurs différentes :

-la balade des « Papes »
– la balade « musées et hôtels particuliers »
-la balade « au fil des rues d’antan »

2-Profiter des musées gratuits

C’est une nouveauté par rapport à mon dernier séjour à Avignon : l’entrée libre pour tous dans les 5 musées municipaux de la ville à savoir le musée du petit palais, le musée Calvet, le palais du Roure, le musée requiem (ou musée d’histoire naturelle) et le musée du Mont-de-Piété et de la condition des soies.

Comme le temps est magnifique, sans mistral, nous n’avions pas vraiment envie de passer la journée à l’intérieur mais nous avons quand même jeté un oeil dans ce bel hôtel particulier qu’est le musée Calvet. A voir autant pour les lieux que pour les collections qu’il abrite.

Musée Calvet
65, rue Joseph Vernet

3-Repérer le street art avignonnais

Avant que les spécialistes du street art ne me tombent dessus, il s’agit plutôt de fenêtres ou portes peintes évoquant des acteurs/actrices et le monde du théâtre.

4-Danser sur le pont d’Avignon

Je suis venue plusieurs fois à Avignon mais je n’étais encore jamais montée sur le fameux pont d’Avignon, de son vrai nom Pont Saint-Bénézet (minute vérité : ce n’est pas lorsqu’on est dessus, qu’on le voit le mieux )).

Un audioguide (compris dans le prix de la visite) à la main, je suis donc allée danser à mon tour sur cette construction qui n’enjambe pas jusqu’au bout le Rhône. A l’époque de sa construction, il comptait 22 arches, il n’en reste plus que 4.

Si vous avez prévu de visiter le pont d’Avignon ET le Palais des Papes, sachez qu’il existe des billets groupés.

5-Emprunter la rue des teinturiers

Minute vérité : lorsque nous nous sommes engagés dans la rue des teinturiers, le ciel ne s’était pas encore totalement dégagé. 1h plus tard, il faisait grand bleu et si j’avais pu, je serais revenue reprendre des photos plus ensoleillées.

Bref parmi ces 10 choses à faire à Avignon, ne loupez pas cette rue pittoresque pavée avec les galets de la Durance, avec ses grandes roues hydrauliques, ses passerelles sur le canal et ses maisons historiques.

Quant aux blocs de pierre gravés et posés au sol, ils datent de 2003.

6-Compter le nombre de théâtres

Du 5 au 28 juillet prochain, le Festival d’Avignon envahira les rues de la ville. En off, plus de 1000 compagnies venues de toute la France présenteront toutes les disciplines du spectacle vivant dans une centaine de lieux de la Ville.

Si vous vous baladez vers la rue des teinturiers et que vous ne regardez pas trop vos pieds, vous ne pourrez qu’être surpris par le nombre de théâtres croisés sur votre route.

Peut-être que gamin, sur le trajet des vacances, quand vous harceliez vos parents de « on est bientôt arrivé ? », ces derniers pour vous occuper, vous demandaient de compter les voitures bleus ou les voitures rouges.

A Avignon, si vous venez en famille, demandez à vos enfants de compter les théâtres : )

J’ai cherché le nombre de théâtres et j’ai trouvé que sur l’édition 2016 du festival d’Avignon, il n’y avait pas moins de 208 théâtres partenaires du Off…impressionnant, non ?

7-Visiter le Palais des Papes

Non seulement je n’étais pas montée sur le pont d’Avignon jusqu’à présent mais je n’avais pas encore visité le Palais des Papes où neuf papes ont vécu au XIV°siècle. Cette imposante forteresse aussi bien vue depuis la place que lorsqu’on pénètre dans ses cours a été édifiée en moins de 20 ans (1335-1352).

L’Histopad est une nouvelle tablette tactique multimédia qui permet de vivre une expérience de visite immersive, ludique et interactive. Elle est distribuée à l’entrée, il n’y a pas besoin de la porter (sinon gare aux escaliers), il suffit de la scanner sur différentes bornes présentes dans les salles (sans avoir besoin de choisir des numéros, d’appuyer sur stop, etc).

Grâce à la réalité augmentée, les salles visitées apparaissent alors sur l’écran de la tablette avec leurs décors et leurs mobiliers telles qu’elles étaient à l’époque des Papes. Ces « vidéos » sont accompagnées de courts commentaires audio.

Ce que j’ai préféré ? Parmi les 25 salles ouvertes au public, je me souviendrai de ce puits inversé qui s’élance vers le ciel dans la cuisine, des superbes décors peints dans les appartements privés du pape et des chapelles et des couleurs toujours vivaces des carreaux au sol de la chambre du Pape.

Ne ratez surtout pas le chemin de ronde qui vous emmène à une terrasse avec vue panoramique sur le petit Palais, la cathédrale des Doms, les toits d’Avignon et les bords du Rhône de part et d’autre.

Ce que mes enfants ont aimé ? la chasse aux trésors qui est proposée avec la tablette tactile, le but étant de trouver dans chaque salle, des pièces d’or; le « selfie » en tenue de « Pape », autre fonctionnalité de la tablette, à envoyer sur sa boîte mail comme un souvenir de la visite.

oui elle est floue mais je l’aime bien ainsi : )

8-Se poser au salon de thé /pâtisserie Vernet

Vous avez peut-être scroller tout le début de cet article, en attente de la bonne adresse sucrée. Comme je l’expliquais récemment dans un article rassemblant mes meilleures adresses sucrées en France, impossible pour moi de me déplacer sans tester une pâtisserie.

Cette fois, j’avais repéré la pâtisserie Vernet située dans la rue éponyme, qui a la bonne idée d’être aussi un endroit où déjeuner ou goûter. Je vous en reparlerai dans un article dédié mais en attendant voici une des créations goûtés, un chou citron yuzu et chantilly au chocolat blanc aussi gourmand qu’équilibré.

Pâtisserie Vernet
 79-83 Rue Joseph Vernet



Côté salé, je vous conseille le Potard, un restaurant où les burgers sont délicieux et où le lieu fait partie du menu, puisque vous dinez dans une petite ancienne chapelle (réservation fortement conseillée).

9-Lever les yeux vers …

A Avignon, levez les yeux vers le haut pour admirer les nombreuses niches avec des statues, le Palais des Papes qui s’invite en horizon des étroites ruelles, l’horloge au dessus de l’hôtel de ville et les parois rocheuses dans un étroit passage à deux pas du Palais des Papes.

10-ou baisser les yeux vers…

Un autre incontournable parmi ces 10 choses à faire à Avignon est de monter au jardin dit Espace Jeanne Laurent qui offre un panorama magnifique sur le pont d’Avignon et sur les environs (d’ailleurs est ce que vous savez quel est le château que l’on voit sur la colline en face ?)

Et aussi

J’aurais aimé aussi :
-emprunter la navette fluviale gratuite qui permet d’aller sur l’île de la Barthelasse.
-aller à Villeneuve-les-Avignon de l’autre côté du Rhône
-visiter le musée Angladon qui expose des chefs d’oeuvre du 18°, 19° et 20° siècles (Van Gogh, Cézanne, Degas, Manet, Sisley, Picasso, Modigliani…)
-goûter les créations chocolatées d’Aline Géhant

Ce sera pour une prochaine fois !

Voilà j’espère que ces suggestions de 10 choses à faire à Avignon vous donneront envie d’aller y faire un tour.

Vous connaissez cette ville ?

10 choses à faire à Saint Malo

Ce n’est pas la première fois que je pars en vacances à Saint Malo. Ce serait un grand hasard que vous ayez lu tous mes articles précédents sur St Malo et qu’en plus quelques années après vous continuiez à me lire mais ce n’est pas dans mes habitudes de recycler  alors voici 10 choses à faire à Saint Malo version 2018 (sans ruiner votre budget)  :

1-Assister au coucher du soleil en changeant de point de vue

Bonheur accessible à tous, totalement gratuit, il suffit de vous renseigner sur l’heure de coucher du soleil, de vous balader le long de la plage du Sillon ou sur les remparts vers Grand Bé. C’est aussi magique que la lune qui vous suit quand vous êtes en voiture, le soleil est à gauche ou à droite de Fort national selon où vous vous trouvez. Et puis les couchers de soleil à Saint Malo avec les marées, les brise lames, la luminosité bretonne si particulière, ils sont catégorie direct 5 étoiles !

10 choses à faire à Saint Malo

2-Se balader sur les remparts de jour comme de nuit

Si vous n’avez jamais mis les pieds à Saint Malo, sachez qu’une partie de la ville dite intra-muros est ceinturée de remparts qui offrent des points de vue magiques sur la mer, sur l’horizon. Des remparts nous avons assisté au feu d’artifice de Dinard, juste en face (un peu loin quand même pour être dans l’ambiance mais avec la beauté des feux d’artifice sur l’eau.)

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

3-Profiter de l’immense plage du Sillon et de toutes les autres

Je vous ai parlé dans un article précédent du caractère unique et de la beauté de la plage du Sillon à Saint Malo mais si vous êtes « très plage » ici vous pourrez en tester pas mal (liste non exhaustive) :

-la plage de l’éventail au pied quasiment des remparts avec une sorte de petite piscine naturelle à marée basse prisée par les enfants

-la plage de Bon secours (également au pied des remparts mais pas du même côté) très photogénique avec sa piscine d’eau de mer et son plongeoir

-la plage du Môle (au pied des remparts Sud) est parait-il la plage préférée des malouins car elle est protégée du vent

-la plage des Bas Sablons dans le quartier des Sablons offre une belle vue sur la cité corsaire (celle que j’aime le moins car l’eau parait stagner à cet endroit )

-la plage de Solidor est une petite plage mais c’est la plus proche si vous logez près de la tour Solidor

-la plage du pont est un peu plus éloignée du centre de Saint Malo et les enfants n’ont pas aimé ses galets et cailloux assez nombreux

-la plage de la Varde est peu connue, on s’y est retrouvé un peu par hasard après avoir marché vers la pointe de la Varde et on a eu un gros coup de cœur par son cadre

4-Flâner dans la librairie L’Odyssée et  La droguerie de Marine

Avec six librairies indépendantes pour une ville de moins de 50 000 habitants, Saint-Malo fait figure d’exception dans le paysage national. « C’est normal. La Bretagne est la seconde région de France en termes de densité de librairies. Et les Malouins sont de grands lecteurs, ce qui n’a rien à voir avec le climat », rigole Brice Vauthier, patron de L’Étagère, dans le quartier de Paramé.

Je ne suis entrée que dans deux de ces 6 librairies indépendantes de la ville : l’Odyssée située intra-muros laisse une belle place aux livres autour de la région Bretagne et de la mer tant en proposant une sélection stimulante en littérature (je n’ai pas pu repartir les mains vides).

10 choses à faire à Saint Malo

La librairie droguerie de Marine comme son nom l’indique est atypique du fait même qu’elle est à la fois une droguerie moderne au rez-de-chaussée et une librairie présentant plusieurs pièces où l’on s’installerait bien pour la journée au premier étage.

10 choses à faire à Saint Malo

5-Randonner jusqu’à la pointe du Grouin

Le point d’arrivée de cette randonnée (la pointe du Grouin… il y a en a 2 qui suivent) vaut quasiment autant le détour que le chemin pour y parvenir. C’est moins plat que d’autres marches (voir parfois un peu pentu, je suis toujours étonnée de croiser des personnes en tong ou en escarpin en pleine nature sur de tels sentiers), ce qui nous a valu pas mal de remarques des enfants (la plus fréquente étant « quand est ce qu’on est arrivé« ) mais cela permet de surplomber une côté découpée, des falaises plongeant sur la mer, de découvrir plusieurs jolies plages, de marcher au milieu d’une végétation colorée. Bref sauf à être blasé, il y a de quoi s’enthousiasmer !

Le départ peut s’effectuer de la plage de l’Anse Du Guesclin (accessible en bus 10 depuis St Malo centre) et pour le retour il suffit de prendre le même bus à la pointe du Grouin.

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

Après avoir été seuls ou presque pendant la randonnée, le site protégé de la pointe du Grouin nous a paru bien fréquenté (il est possible de venir en voiture). N’empêche que cet éperon rocheux avec sa vue à quasiment 360° a un goût de « I’m the king of the world » version XXL.

(Exercice de vision sur la photo ci dessous : voyez-vous le Mont Saint Michel à l’horizon ? )

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

6-Prendre le bâteau pour Dinard

Depuis mon dernier séjour, il me semble que les prix ont pas mal augmenté pour rejoindre Dinard en bâteau depuis Saint Malo. N’empêche que le trajet est toujours aussi sympathique (vous voyez la cité corsaire s’éloigner puis les très belles villas de la promenade du Clair de Lune devant vous), sans agitation (pour ceux et celles qui auraient le mal de mer, cela ne bouge pas) et à la limite un peu trop court (10 minutes).

Ce sont les vedettes de la Compagnie Corsaire qui effectuent ce service de bus de mer (les tickets se prennent directement aux embarcadères à St Malo et à Dinard).

10 choses à faire à Saint Malo

Saint Malo vu de Dinard 

7-Aller à la médiathèque si exceptionnellement il pleut

Sur deux semaines, nous n’avons eu qu’une matinée de pluie et l’après-midi comme le temps était encore un peu gris, nous sommes allées voir la médiathèque qui était en construction lors de notre venue précédente. La bonne nouvelle est qu’elle est ouverte le dimanche.

Je l’ai regardée avec un œil de bibliothécaire avec ces multiples entrées (avec autant de portillons que d’entrées et le sentiment qu’elle est vraiment ouverte sur l’extérieur), sa salle de jeux vidéo pour les ados (est ce qu’un jour en allant jouer à un jeu ils croiseront un livre qu’ils auront envie de lire, qui sait ?), son box personnel pour regarder des films, son nombre impressionnant de revues et magazines, ses sacs surprises remplis de livre sur un thème à emprunter sans regarder à l’intérieur.

10 choses à faire à saint malo

 

8-Se demander si on est vraiment en Bretagne dans le parc des Corbières

Extérieurement il ne « paie pas de mine » pourtant cela aurait été dommage de ne pas pénétrer à l’intérieur du parc des Corbières. Situé à quelques pas de la Tour Solidor, il est très calme, ombragé, avec quelques bancs pour pique niquer ou pour profiter de jolies vues. Sa végétation donne plus l’impression d’être en méditerranée qu’en Bretagne et cerise sur le gâteau, en contrebas, se trouve une crique aux eaux transparentes où seuls quelques habitués se baignent.

Bref à ne pas manquer même si ce n’est pas dans le top ten des guides touristiques !

 

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

9- Admirer les navires et autres bateaux

Je ne suis pas sûre d’avoir le pied très marin mais j’ai une fascination pour la mer et les bateaux. Pendant ce séjour à Saint Malo, El Galéon a accosté et il était vraiment impressionnant.

En allant à Saint Malo intra-muros j’aimais aussi passer par le port pour regarder les catamarans (là ça doit quand même sacrément bouger en mer), écouter les mats des bateaux teinter et les voir se balancer très doucement avec en arrière plan les remparts de la ville.

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10 choses à faire à Saint Malo

10-Goûter à toutes les bonnes choses présentes à Saint Malo

Pour cela, je vous donne rendez-vous dans un prochain article : )

Bonus 10 choses à faire à Saint Malo : Si vous avez l’occasion d’aller à Saint Malo d’ici le 3 novembre 2018, ne ratez pas l’exposition consacrée à Spirou à l’occasion des 80 ans de ce personnage de BD. A travers de nombreuses planches (reproduction mais aussi planches originales de collectionneurs) et des décors qui vous plongent dans l’univers de Spirou, cette exposition Chapeau bas Spirou retrace son histoire (avec un nombre impressionnant de scénaristes et de dessinateurs qui se sont succédés !).

 

Et vous, qu’auriez vous ajouté dans ces 10 choses à faire à Saint Malo ?

 

10 choses à faire à Quimper

Cela ne doit pas être tout à fait un hasard si j’attends l’hiver, en pleine période de grisaille, pour trier enfin mes photos de vacances en Bretagne. Après avoir été jusqu’au bout du monde chez Monsieur Papier, je reprends ma série de billets spécial Finistère Sud avec 10 choses à faire, à voir, à goûter à Quimper (oui la proportion de choses à manger est légèrement disproportionnée par rapport au reste ) . Vous me suivez ?

1-Longer l’Odet

Avant de pénétrer dans le coeur historique de Quimper, nous avons longé l’Odet de ponts en ponts fleuris admirant les fortifications de la ville et repérant une adresse Le Sistrot, bar à cidres et restaurant où tout semble délicieux, pour une prochaine fois.

2- Flâner autour de la Cathédrale

On avait l’idée de flâner sans but dans les rues aux alentours de la cathédrale quand les enfants ont remarqué dans la cour du musée Breton, une initiation au golf dans le cadre du festival « Les enfants sont des princes » (des animations gratuites pour les enfants dans divers points de la ville).

Je me suis quand même éclipsée pour aller jusqu’à la rue Kéréon qui est  non seulement charmante mais accueille deux adresses gourmandes : les macarons de Philomène et le chocolatier C. Chocolat.

C. Chocolat
17 Rue Kéréon
29000 Quimper
t
eh oui j’ai craqué : )

3-Ramener des céramiques de Cornouailles

La faïence est à Quimper, ce que le nougat est à Montélimar. Vous pouvez même en apprendre plus sur l’histoire de la faïence en visitant le musée de la faïence. Ce n’est pas forcément le type de vaisselle que je verrais chez moi (et puis en voyageant sans voiture c’est un peu compliqué) mais il y a plusieurs beaux magasins consacrés à cet artisanat dans Quimper.

4-Se balader autour de la place au beurre

5- S’attabler à la crêperie La Krampouzerie

A un moment donné, tout le monde a crié famine et il a fallu trouver vite un endroit où se sustenter. J’avais repéré quelques adresses avant de venir et nous sommes retournés sur la place au beurre à la crêperie la Krampouzerie. En plein mois d’août, sur une des places les plus célèbres de Quimper, nous n’étions pas tout seuls loin de là. Je ne sais pas s’il y autant de tables hors saison mais là, sans tendre l’oreille, j’avais l’impression de manger avec mes voisins et le volume sonore dans la salle était élevé.

Malgré cela, je vous recommanderais cette crêperie (hors saison, si vous avez la possibilité de voyager en dehors des vacances scolaires) pour la qualité des produits utilisés, la composition de la carte (on y trouve des galettes très traditionnelles et d’autres plus originales) et pour la saveur des crêpes et des galettes.

Je n’ai pas noté la composition de ma crêpe salée (la suggestion du jour) mais elle était aussi délicieuse que ma galette de blé noir garnie de caramel au gingembre.

La Krampouzerie
rue du Salé
Place au Beurre
29000 Quimper

6- S’offrir une bouffée d’exotisme au jardin de la Retraite

Dans la série « nous sommes bourrés de contradictions », on aime bien le tourisme urbain et une fois dans les villes, on part systématiquement à la recherche des jardins. C’est ainsi que nous avons atterri au jardin de la Retraite. Celui-ci a la particularité d’être très calme car protégé de la ville par de grands murs. Une fois en son sein, on a vraiment l’impression d’être ailleurs du fait de sa végétation (palmiers, plantes à feuilles tropicales).

7-Suivre un des circuits piétonniers pour découvrir Quimper

Pour éliminer les galettes, nous avons poursuivi notre exploration de Quimper en suivant, sans trop de discipline, les parcours suggérés dans une brochure par l’Office du Tourisme, découvrant au passage, façades colorées, jolies places et halles à cette heure là quasi désertes. 8-Rêver dans le jardin du Prieuré de Locmaria

Nous avons pris ensuite la direction du quartier de Locmaria (je crois qu’on avait déjà largement dépassé les 10 000 pas par jour préconisés) pour une pause bucolique dans le jardin du prieuré situé au bord de l’Odet. Il a été pensé dans l’esprit des jardins de monastère à l’époque d’Anne de Bretagne aussi bien dans son aménagement intérieur que par les plantes aromatiques et médiévales que l’on peut y trouver.

Comme vous pouvez le constater, il n’y avait pas grand foule et nous avons pu nous assoir près de la fontaine sous le kiosque pour écouter le bruit de l’eau doucement clapoter.

9-Assister à la fabrication des crêpes dentelles

A quelques pas de là, toujours dans le quartier historique de Locmaria, on est passé par  la biscuiterie de Quimper où l’on peut assister  à la fabrication en direct des crêpes dentelles. Sur une plaque très chaude, une pâte qui semble aussi liquide qu’une pâte à crêpe est versée avant d’être découpée en bandes qu’il faut enrouler autour d’une spatule. Ma fille voulait essayer mais il vaut mieux avoir le coup de main pour ne pas se brûler.

Biscuiterie de Quimper
8 Rue du Chanoine Moreau
29000 Quimper

10 – Goûter les pâtisseries des macarons de Philomène

Enfin quand on a comme idée de s’offrir un tour de France des adresses sucrées, il n’est pas concevable de repartir de Quimper sans quelques unes des pâtisseries proposées par la boutique Les macarons de Philomène.

Comme son nom l’indique, la grande spécialité de la maison ce sont les macarons qui sont assez différents de ceux qu’on trouve habituellement : d’abord ils existent en « grande taille » et la ganache -en tous cas celle au caramel- est beaucoup plus crémeuse.

Si jamais vous lisez ce billet et que vous connaissez cette boutique, j’aurais besoin de votre aide pour retrouver le nom de la pâtisserie au chocolat en dessous (de l’inconvénient d’écrire mes billets de voyage, 6 mois après).

L’éclair aux fruits rouges était bien parfumé mais je me souviendrais surtout de ce macaron géant à la coque à la fois croquante et moelleuse et à la garniture très généreuse.

Macarons de Philomène
13 Rue Kéréon
29000 Quimper

Décrochage « voyageurs sans voiture » : depuis Douarnenez, le bus 51 du réseau Penn-Ar-Bed fait la navette jusqu’à Quimper (ce qui est bien pratique, en dehors du fait de visiter la ville, puisque les trains depuis Paris, s’arrêtent à Quimper). Le trajet dure environ 45 minutes et coûte 2 euros (1.50 € pour les moins de 25 ans ).

Vous connaissez Quimper ? que rajouteriez vous dans cette liste de 10 choses à faire, à voir, à goûter à Quimper ?

 

10 choses que j’ai aimées à Granville

J’ai peut être été trop influencée par Stone et Charden mais à la Normandie, jusqu’à présent, j’associais surtout les vaches et les fromages, les champs de pommes et le cidre, les maisons à colombages et les paysages verts que j’avais pu voir autour de Cambremer. Alors quand on m’a proposé de découvrir un autre visage de cette région, celui de la pêche, et une destination bien précise, Granville, je n’ai pas hésité une seconde. Cet été j’étais en vacances à Douarnenez, très marquée par son histoire autour de la sardine et  aujourd’hui encore, par l’univers des pêcheurs. Le coup de foudre est peut être moins facile et immédiat qu’avec une station balnéaire et ses belles villas mais j’ai vraiment aimé l’ambiance et l’identité de cet endroit. J’étais donc très curieuse d’en apprendre plus sur cette activité que je ne connais qu’à travers la fiction (Noir Océan, Le grand marin…)

1-Partir en mer à la rencontre des pêcheurs

La vie est pleine de surprises. J’étais loin de m’imaginer, avant d’être à Granville, me retrouver, assise à bord d’un zodiac, vêtue d’une combinaison jaune de marin et sauter de vague en vague. On avait eu quelques consignes au petit déjeuner : surtout ne pas partir le ventre vide, éviter les laitages et manger une banane. Mince c’est le seul fruit que je n’aime pas, pour le reste j’ai tout bien fait comme on m’a dit… et par précaution, j’ai pris du nausicalm dans mon sac. Au début en sortant du port, je me suis un peu demandée pourquoi on portait toutes cette tenue pas forcément seyante sur nous (on nous repérait de très très loin )). Et puis après une première séance de rodéo sur les vagues, j’ai compris que 1)  je ne sortirai pas mon appareil photo de mon sac par peur de le mouiller et 2 ) que j’aillais d’ailleurs mettre mon sac à l’abri dans un compartiment étanche (adieu nausicalm). Pendant le trajet du retour, en voulant aller plus vite que les vagues, on s’en ai pris une ou deux en pleine face (c’est ce qui s’appelle un soin visage à l’eau de mer) et cette fois je me suis rappelée le sms reçu le jour de mon départ « pense bien à prendre une paire de chaussures de rechange ! « .

Bref cela secouait pas mal mais cela ne tanguait pas, ce qui n’était pas forcément le cas au bord des bateaux de pêche que nous avons « rencontrés  » et suivis en mer. Du coup quand il a été question de monter à bord de l’un d’eux (un spécialisé dans la pêche des bulots, l’autre dans celle des homards), mon intuition m’a dit « tangage + odeur du moteur +odeur du poisson + station debout prolongé »= mal de mer. Comme j’avais très moyennement envie de vomir mon petit déjeuner devant tout le monde (même devant personne d’ailleurs),  je suis restée seule avec le conducteur du zodiac quand même qui me demandait sans cesse si j’allais bien. (Je devais être un peu pâlichonne faut croire). Le ciel n’a jamais été aussi bleu qu’à ce moment là, les oiseaux tournoyaient autour d’un bateau, les rayons du soleil se reflétaient dans la mer, le moment était magique.

Seule sur le zodiac (limite de loin, on aurait pu croire que c’était MON zodiaque et que je le pilotais….ok de très très loin), j’ai pu observer les pêcheurs remonter les casiers à bulots, les trier sur le bateau en les passant dans une machine pour rejeter aussitôt à la mer les bulots trop petits. Une fois que tous les casiers d’une même ligne (on parle de filière repérable en mer grâce à un petit drapeau) étaient vides sur le pont et rangés dans un ordre précis, j’ai regardé ces hommes remettre les casiers, un à un, à l’eau dans une succession de gestes faisant penser à un ballet (c’était pas vraiment le moment de leur demander s’ils avaient déjà vu Philippe Katherine dans les rues de Granville..oui il parait qu’il vient en vacances régulièrement ici ).

 

 

Cerise sur le sel marin, en continuant notre traversée vers Chausey, nous avons eu la chance d’être accompagnés pendant quelques minutes pour un groupe de dauphins. Le dauphin n’étant pas très au fait avec le concept de selfie, il est bien difficile sans mode rafale – et mon appareil photo était toujours dans le compartiment étanche- de le saisir au bon moment mais je vous assure que j’étais émerveillée de les voir d’aussi près.

2-Débarquer aux îles Chausey

Aller à Granville et ne pas faire la traversée jusqu’aux iles Chausey (si les conditions météo le permettent bien-sûr) c’est un peu comme être en vacances à Saint Malo et ne pas se balader sur la digue ou venir à Lyon et ne pas s’offrir une douceur aux pralines. J’y suis restée peu et le ciel était alors gris mais j’ai tout de suite aimé l’atmosphère de « bout du monde » qui s’en dégage. Je n’aurais pas marché comme un manchot  dans ma salopette jaune imperméable légèrement trop grande, j’aurais peut être filer plus loin. Là je me suis contentée de regarder le chapelet de rochers en face de l’endroit où nous avons débarqué, les quelques habitations plantées ici et là, et les chemins montant derrière et promettant d’autres découvertes et panoramas.

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville .

La compagnie Vedettes Jolie France permet d’effectuer la traversée depuis Granville jusqu’aux îles Chausey avec des horaires qui varient selon les saisons.

3-S’attabler à l’Hôtel du Fort et des îles pour des bulots mayo et un homard rapido

Les îles Chausey ce ne sont pas les Champs Élysées  : pas de vendeur de cartes postales avec des jeux de mots sur le bulot (allez je suis sûre que vous en avez au moins un en tête), pas de commerces pour ceux qui auraient oublié leur pique nique et un seul hôtel restaurant, l’Hôtel du Fort et des îles dont la terrasse  avec vue est à elle seule une raison de s’y arrêter. 

10 choses à faire à Granville A l’intérieur de l’hôtel restaurant, le petit salon où j’imaginais déjà le feu crépiter évoque l’intérieur d’un navire avec sa petite porte lambrissée et quand on grimpe les escaliers de bois, on parvient à des chambres où j’aurais bien pris mes quartiers étant donné la vue offerte à chacune des fenêtres.

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville Mais je n’étais là ni pour dormir ni pour prendre le petit déjeuner dans cette pièce avec vision panoramique sur la mer. J’étais là pour le déjeuner et au menu, vous avez deviné, les fameux bulots-mayonnaise (aussi traditionnel ici que le pâte en croûte à Lyon) suivi d’un homard rapido ou comment servir du homard de manière totalement décomplexée c’est à dire avec des frites, façon « ici on mange cela souvent ».

Hôtel restaurant du Fort et des îles 
île Chausey
en haut à gauche de la cale, face à la mer

4-Humer l’air iodée sur la promenade du Plat Gousset

Les lyonnais ont leur promenade sur les bords de la Saône ou du Rhône, les granvillais, eux, ont celle du Plat Gousset avec un départ juste au pied de l’hôtel des Bains où je logeais. Avec ses 160 cabines planches (qui peuvent se louer, même si aujourd’hui se changer sur la plage est rentré dans les usages), ses gros rochers surplombés de belles villas d’un côté et la plage avec sa piscine d’eau de mer, de l’autre côté, elle est le rendez-vous des locaux comme des touristes, des baigneurs ou des flâneurs, des rêveurs solo ou des couples de tout âge. Je n’ai pas trafiqué mes photos : je l’ai parcourue une fois avec un ciel gris et une autre fois avec plus de soleil.

Le Plat Gousset est le nom de la plage (en centre ville) de Granville. Elle doit son nom à une petite poche du gilet dans lequel on mettait son porte monnaie. Quand cette poche était plate, cela signifiait que le promeneur n’était plus en mesure d’aller flâner au Casino alors payant d’accès  (celui que vous voyez un peu plus bas sur mes photos)

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville Contrainte de rebrousser chemin  au moment où la promenade disparaissait sous les flots, j’ai levé la tête vers une volée d’escaliers que j’ai décidé d’emprunter.

10 choses à faire à Granville10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville

5-Marcher sur les pas de Christian Dior

Parvenue en haut des escaliers, je suis arrivée dans le jardin du Musée de Christian Dior. Je n’ai pas eu le temps de visiter la villa dite « Les rhumbs’, qui fut la maison d’enfance du célèbre couturier. Elle accueille aujourd’hui des expositions temporaires ou présente les collections du musée selon les périodes de l’année.

Aménagé entre 1906 et 1930 avec sa mère Madeleine, le jardin qui surplombe la mer, face aux îles anglo-normandes, fut une source d’inspiration pour lui et en y restant, même un court passage, on comprend pourquoi.

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville 6-Grimper en haut des remparts de Granville

Il faut croire que les pentes de la croix rousse me manquaient (ou qu’elles me donnent un peu d’entrainement ) mais à peine après être redescendue des hauteurs côté promenade du Plat Gousset, j’ai emprunté une nouvelle volée d’escaliers pour aller voir Granville depuis les remparts.

Ceinturant la Haute Ville de Granville (à visiter aussi), le tour des remparts offre au regard de nouvelles perspectives sur les différentes côtes et plages d’un côté, sur le port et encore la mer de l’autre côté.

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville cet effort méritait bien un bulot au chocolat, non ? 10 choses à faire à Granville Échauguette ou porte de garde où les pères de famille assuraient la surveillance de la ville 10 choses à faire à Granville Si vous longez les remparts jusqu’au bout, vos pas vous mèneront à la Pointe du Roc10 choses à faire à Granville

7-Prendre un bain chaud en écoutant le bruit des vagues à l’hôtel des Bains

Oui on dirait une phrase tirée d’un papier du magazine Elle « 48h dans la vie de .. »  où une star essaie de convaincre son lectorat que son quotidien est absolument normal et banal alors que pas du tout. N’empêche que je prends peu de bains chez moi (plus par manque de temps -vous savez la fameuse seconde journée, celle qui se termine par un soupir de soulagement quand les enfants sont enfin au lit- que par conscience écologique, avouons-le) et puis j’avais  la chance d’avoir une chambre avec vue sur mer (et  la mer est vraiment au pied de l’hôtel) alors, en rentrant d’une ballade,  j’ai ouvert grand les fenêtres et j’ai écouté leur roulis dans une baignoire plein de mousse (cliché jusqu’au bout).

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville Le gros point fort de l’Hôtel des Bains est bien entendu son emplacement et j’ai essayé d’en profiter autant que j’ai pu, non pas en allant jouer au casino mais en m’asseyant juste derrière les fenêtres de ma chambre pour admirer les milles lumières qu’offre la Normandie.

A noter : au petit déjeuner est proposé un très bon viking …c’est de pain dont il s’agit ) (vous pouvez l’acheter dans la boulangerie juste derrière l’hôtel).

Hôtel des Bains
19 rue Georges Clémenceau
Granville

8-Découvrir le bulot de la Baie de Granville

Le produit star associé à Granville est le bulot, qui répond aussi aux noms de « calicoco » (je suis sûre que Julien Doré pourrait le mettre dans une de ses chansons) ou Buccin. Les 3/4 de la production française sont pêchées en Normandie dont la baie de Granville. C’est à l’occasion de la remise de la certification « pêche durable MSC » du bulot que j’ai été invitée à Granville : ce grand week-end a donc été l’occasion de faire connaissance avec le bulot, d’en savoir plus sur la pêche durable de la « récolte » à l’assiette.

Le bulot : Une pêche raisonnée et la cerfication MSC

L’histoire de la pêche du bulot n’est pas sans rappeler celle de la sardine découverte cet été à Douarnenez. Dans les deux cas, fut un temps où les hommes ne se posaient pas la question de l’épuisement de la ressource jusqu’au jour où la pêcherie a montré des signes d’essoufflement. La profession s’est alors engagée dès 2004 dans une politique volontariste de restauration de la ressource . Les quotas journaliers ont été réduits de 15%, le temps de pêche a été réduit à partir de 2007 avec une fermeture complète en janvier, le nombre de licences de bateaux de pêche a diminué et l’écartement des barrettes de tri a lui augmenté changeant la taille moyenne des bulots capturés.

Concrétisation de ces efforts : la pêcherie de Bulot de la Baie de Granville est entrée officiellement en avril 2014  dans la démarche d’écolabellisation « Pêche Durable MSC » de l’ONG Marine Stewardship Council (MSC), un label que les pêcheurs normands connaissent bien puisqu’il a déjà été attribué en juin 2011 à la pêcherie de Homard du Cotentin et de Jersey.

Pour Didier Leguélinel :

La certification « Pêche Durable MSC » s’inscrit dans une suite de démarches de qualité entreprises depuis de nombreuses années et qui visent toutes à mieux valoriser le travail des pêcheurs. « Pendant longtemps, nos efforts ne se sont pas traduits par une meilleure rémunération. Maintenant, c’est le cas : la qualité supérieure du bulot de la Baie de Granville est reconnue. De plus, la moindre pression de pêche a permis de ne plus avoir de surproduction. Mieux encore, qualité et durabilité riment avec nouveaux marchés : « Le marché asiatique, qui se fournissait auparavant à bas prix chez les anglo-saxons, a découvert
la qualité de notre production. Nous avons su faire la différence. »

En tant que consommateur, sachez que le label « pêche durable » se retrouve aussi bien sur les emballages de poissons surgelés, que sur des conserves ou des poissons emballés au rayon frais.

Parallèlement à cette certification, les professionnels de la pêche se sont lancés dans une démarche d’Indication Géographique Protégée (IGP), qui permettra de protéger la dénomination « Bulot de la Baie de Granville »au sein de l’Union Européenne et qui assurera au consommateur que le produit qu’il a dans son panier a les caractéristiques de son origine géographique.

Le bulot dans l’assiette !

Ici ce n’est pas l’heure de vérité mais j’ai toujours essayé d’écrire les choses avec le plus de sincérité possible alors autant le dire : je n’avais jamais mangé de bulots avant de venir à Granville et juste avec de la mayonnaise, je n’ai pas eu le coup de foudre (si vous aimez les escargots alors vous devriez aimer les bulots). Heureusement Jonathan Datin, chef cuisinier du restaurant l’Edulis, est arrivé et m’a prouvé que les bulots cela pouvait être très bon selon la manière dont on les prépare.

Jonathan Datin nous a conseillé de soigner l’assaisonnement de l’eau dans laquelle vous faites dégorger les bulots (il y met entre autres du laurier, du thym, des carottes ) et d’enlever certains parties du bulot (les parties noires) pas très agréables à la dégustation. Ensuite il a imaginé 3 recettes :

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville des tartelettes aux bulotsdes choux aux bulots en  croquemis

Au restaurant La Citadelle,  je les ai dégustés en maki (donc découpés en dés très fins) et -si les vrais amateurs pourront s’écrier « ça ne sent pas assez le bulot », j’ai beaucoup aimé cette façon de les accommoder et de les servir.

Normandie Fraicheur Mer propose plein d’autres idées de recettes sur leur site :

9-Monter à bord d’une bisquine

On me dit bisquine, j’entends biguine (et je pense à Marc Lavoine). Trêve de plaisanterie, en 1900, les bisquines étaient des bateaux qui servaient, avec leur 18 m de coque, à draguer l’huitre sauvage. Au nombre de 200 à Cancale et 200 à Granville dans le port actuel et l’avant port, les bisquines partaient à Terre Neuve (correctif du 21 nov : un lecteur me signale que les bisquines étaient destinées principalement à la pêche dans la baie alors que les bateaux qui partaient à terre neuve étaient des terre-neuva comme le marité, bateaux à trois mats destinés à la pêche à la morue )

La Granvillaise a été construite sur les plans d’une bisquine de 1900. Lorsque je suis montée à son bord, nous ne sommes restés que dans le port mais elle fait des sorties en mer et nous avons d’ailleurs vu la Cancalaise, l’autre bisquine, reproduction de l’époque, en arrivant à Chausey.

Une fois à bord, chacun est mis à contribution par l’équipage pour hisser la grand voile (après Marc Lavoine, Céline Dion, faites taire ce mange-disques dans ma tête) et s’initier aux manœuvres de base. Soit je me suis contentée de filmer et de prendre des photos mais le coeur y était.

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville Jonathan Datin était aussi à bord de la Granvillaise, navire considéré d’utilité collective car il embarque des passagers et il n’était pas venu les mains vides. Pour ce pique-nique 4 étoiles, le chef a prouvé, une nouvelle fois, combien il était talentueux pour cuisiner le poisson et on s’est régalé avec du chou fleur à la grecque/maquereau mariné, un tartare de dorade,  une brandade de merlan pommes de terre olives champignon et une crème mascarpone abricots prunes.

10 choses à faire à Granville

10 choses à faire à Granville 10- Visiter le quartier de la Haute Ville de Granville

Si vous avez l’occasion de suivre une visite guidée de la Haute Ville et d’avoir un guide de l’Office du Tourisme aussi intéressant à écouter que Mélodie, n’hésitez pas une seconde. Vous apprendrez plein d’anecdotes historiques sur ce quartier mais aussi sur l’histoire de la pêche à Granville depuis ses origines, emprunterez les rues les plus typiques et prendrez un peu plus le pouls de la ville.

10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville Lorsque vous êtes dans le port, impossible de ne pas remarquer la maison du Guet qui, au départ, avait des colombages des deux côtés. Comme elle est située dans une zone protégée, le propriétaire a du retapisser sa façade sud en ardoise, ce qui lui donne son aspect si atypique.Le Bar La Rafale a l’air plutôt calme mais vu son nom, ça doit tanguer à l’intérieur et il parait que ce bar est un des lieux incontournables de la Haute Ville.Depuis plusieurs années, les artistes et les brocanteurs se sont installés dans ce quartier

Bonus : Y a pas que le bulot dans la vie (et à Granville )

Il y a les poissons oubliés aussi

Contribuer à une pêche durable quand on n’est pas pêcheur cela se traduit pour Jonathan Datin, chef cuisinier, par le fait de mettre à sa carte des poissons oubliés (et donc pas surexploités) comme on a vu revenir sur les étals des marchés des légumes oubliés. Il nous en a donné une belle démonstration lors d’un dîner dans son restaurant.   En tant que consommateur ou cuisinier amateur, on n’a plus qu’à suivre son exemple. 10 choses à faire à Granville ok il y avait quand même un peu de bulot en amuse-bouche dans des mini choux (on est à Granville !) 10 choses à faire à Granville la dorade grise est un des poissons oubliés, servie avec un ragoût de pieds de mouton (dont le goût est assez proche de celui des girolles pour moi) elle était délicieusele Maquereau marine une heure dans le gros sel puis dégorge une heure dans l’eau puis est plongé une heure dans du vinaigre blanc pour obtenir une cuisson parfaite. Il est servi avec une concassée de tomates à l’orange, une émulsion d’orange et une brunoise de tomates rouges, jaunes et vertes.10 choses à faire à Granville peut -être la première fois que je goûtais du  filet de grondin rouge servi avec du chou rave  et une mousseline de carotte 10 choses à faire à Granville 10 choses à faire à Granville Le dessert m’a tellement plu avec son petit chapeau que je l’ai pris en photo sous toutes les coutures sous l’oeil amusé d’une cliente anglaise qui a ensuite détaillé tout le contenu à son mari :  gâteau noisettes/ sorbet fromage blanc citron (chef si votre proposition tient toujours, je veux bien la recette)/ figues au vin rouge.

Restaurant L’édulis
8 rue de l’abreuvoir
Granville

Il y a la coquille Saint Jacques aussi

Le week-end où j’étais à Granville coïncidait avec le début de la saison des coquilles Saint Jacques (une bonne année visiblement, les conditions de reproduction ayant été idéales et les pratiques de pêche  jouant aussi un rôle non négligeable ). J’ai donc vu lors du festival toute la mer dans l’assiette, des coquilles Saint Jacques vendues à 4 euros le kilo ! Je vous assure que j’ai cru avoir mal lu.

Pour info 60 % des coquilles Saint Jacques sont pêchées en Normandie et j’en eu la chance d’en retrouver dans mon assiette au restaurant La Citadelle (chef cuisinier : Cyrille Doraphe), snackées très légèrement puis finissant de cuire dans un bouillon (allumé au dernier moment à table) très parfumé à la citronnelle …un véritable régal (servies avec des tagliatelles à l’encre de seiche )

Restaurant La Citadelle
34 rue du port
Granville

Il y a le homard du Cotentin et de Jersey aussi

Le homard du Cotentin et de Jersey est une autre espèce certifiée pêche durable (et plus précisément re-certifiée depuis décembre 2016). Le homard n’est pêché que par des petits bateaux comme celui vu plus haut (violet) avec des casiers, simplement posés sur le fond, ce qui a peu d’impact sur les habitats. Ces homards certifiés arborent désormais un « bracelet » d’identification. Estampillé du label bleu du MSC, celui-ci atteste que ce homard est issu d’une pêcherie respectueuse des ressources naturelles et de l’environnement.

Je suis repartie de Granville avec deux beaux homards (cuits) dans un sac réfrigéré et de retour à Lyon, je les ai préparés en risotto, une idée recette pour les fêtes de fin d’année (oui c’était un peu Noël avant l’heure ). J’ai préparé un risotto au safran et avec un bouillon dans lequel j’avais mis toutes les carcasses des homards. En toute fin de cuisson, j’ai ajouté la chair de homard avant de dresser.

D’autres raisons de venir (ou revenir à Granville)

  • Le Carnaval en février, Sortie de bain, le festival des arts de la rue, La nuit des soudeurs, Les voiles du travail…le programme des événements qui rythme l’année est riche !
  • Les adresses sucrées que je n’ai pas eu le temps de tester : le chocolatier pâtissier Yver, le salon de thé Picorette et ses -parait-il- très bons scones
  • Dormir dans une des chambres d’hôtes de la Villa St Jean à Granville (et si on peut y aller sans voiture -je n’en ai pas -, la maison de pêcheurs à Saint Pair sur mer )
  • Rapporter des bulots en chocolat !

Voilà ce billet un peu fleuve est fini, merci à ceux et celles qui ont lu jusqu’au bout,  j’espère vous avoir envie donné envie d’aller à Granville !

Un Grand Merci à Elsa de Michèle Frêné Conseil, à l’équipe MSC France et en particulier Stéphanie et Camille,  à Arnaud de Normandie Fraicheur Mer  pour cette invitation iodée et normande (en compagnie de  Sandra, Patrick, Létitia, Annie, Amélie) qui m’a permis d’en savoir plus sur la pêche durable et sur le bulot !

Pin It