Author

chocoladdict

Browsing

Celle qui essayait de se réconcilier avec les plantes

J’ai beau parcourir Lyon à pied une bonne partie de l’année, j’avais loupé la boutique Onno, au départ éphémère, spécialisée dans les terrariums. Elle a a été réaménagée en septembre dernier avec l’idée d’optimiser l’espace et d’utiliser des matériaux bruts. Le résultat est réussi : d’abord la vitrine est belle, et à l’intérieur la sensation de zénitude, à la vue des petits et grands terrariums qui s’alignent sur des étagères, est immédiate.

Le verre utilisé pour les terrariums est du verre recyclé sauf pour les grands formats, les grands bouchons en liège utilisés pour fermer certains terrariums sont en liège naturel non traité et fabriqués par une entreprise familiale dans le sud de la France.

Objet de décoration végétale, le terrarium est aussi un jardin d’intérieur qui demande peu d’entretien. J’ai justement besoin de me réconcilier avec les végétaux : quoique je fasse jusqu’à présent, je finis toujours par les faire mourir. Bonne nouvelle : un terrarium ne nécessite pas plus de deux arrosages par an. Il faut le préserver des courants d’air et de la lumière directe et c’est à peu près tout. Cela parait dans mes cordes : )

Onno

Vous avez remarqué la petite vague créée à l’intérieur des terrariums Onno ? C’est la marque de fabrique de la boutique avec l’idée de proposer des paysages variés en plus de produits de qualité .

Onno

Cette fameuse petite vague, j’ai essayé de la reproduire lors d’un atelier d’initiation (c’était mon premier terrarium DIY !) en suivant les gestes et les explications de Lévent (pas simple )). La boutique propose 3 à 4 ateliers par mois, l’inscription se fait sur le site.

Si vous voyez un terrarium avec uniquement du terreau tout en dessous, c’est mauvais signe. Pour le drainage, il faut commencer par mettre une bonne couche de billes d’argile.

Etape par étape, j’ai « construit » mon terrarium en choisissant en plus de la mousse, une plante (j’ai opté pour un fittonia avec des nervures rouges) et un décor (des mini ardoises ).

Onno
Onno

J’ai posé mon terrarium sur un rayonnage de bibliothèque dans mon salon et c’est vraiment joli. Je vais tout faire (c’est à dire à priori pas grand chose) pour qu’il reste en bonne santé le plus longtemps possible.

Merci à Lévent et Sylvain pour leur accueil.

Onno
7 rue du plâtre, 69001 Lyon
terrariums à partir de 35 euros

Cake miel-citron-noisettes

Je vous ai parlé il n’y a pas très longtemps du dernier livre de Trish Deseine, Un soupçon de sucre qui propose 90 recettes gourmandes pour découvrir les sucres autrement. En le parcourant, j’ai eu envie de tester la recette de cake au miel. J’ai juste remplacé la poudre d’amandes prévue par de la poudre de noisettes car l’association citron/praliné dans une pâtisserie marche bien. J’ai un tout petit peu modifié le glaçage et voilà comment le cake miel-citron-noisettes est arrivé dans ma cuisine.

Ingrédients pour un cake miel-citron-noisettes

2 œufs et 2 blancs
180 g de beurre demi sel mou
80 g de miel liquide
75 g de sucre de canne
90 g de poudre de noisettes
200 g de farine
1 cc de bicarbonate de soude
1/2 cc de levure chimique
10 cl de yaourt nature
zestes d’un citron
pour le glaçage
2 cs de miel
le jus d’un citron
quelques rondelles d’agrumes pour le décor

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

1-Battez les blancs en neige et réservez.
2-Mettez tous les ingrédients dans le bol de votre mixeur. Battez l’ensemble jusqu’à obtenir une pâte homogène.
3-Préchauffez le four à 180°C.
4-Incorporez les blancs d’oeufs tout doucement, en trois fois et en soulevant la pâte au fur et à mesure.
5-Versez la pâte dans un moule à cake chemisé d’une feuille de cuisson (ou beurré et fariné). Enfournez pour 50 minutes (au bout de 40 minutes, vérifiez la cuisson avec un cure dent; s’il ressort sec, c’est cuit !). Si votre cake brunit trop sur le dessus, couvrez le avec du papier aluminium.
6-Préparez le glaçage en faisant chauffer dans une petite casserole le jus de citron et le miel.
7-Sortez le cake-miel-citron noisettes du four et versez tout de suite le glaçage dessus et sur les côtés (sans le sortir du moule). Laissez refroidir avant de le démouler.

cake miel-citron-noisettes
cake miel-citron-noisettes

Verdict ? Entre son goût et sa texture, il est vraiment extra ! Ne zappez surtout pas l’étape glaçage car c’est cela qui lui apporte son côté humide et sa particularité. Bien entendu, plus la qualité du miel est bonne (ici j’ai utilisé celui de ma mère provenant de ruches loin de toute pollution), plus le cake miel-citron-noisettes a du goût.

cake miel-citron-noisettes

Est ce que ce cake vous tente ? Si vous le refaites chez vous, n’hésitez pas à me laisser un petit mot et à me tagguer sur Instagram avec la mention @chocoladdict69 ou #chroniquesdunechocoladdict.

Honoré et moi : une biographie impertinente

Peut-on quand on est passionné par un auteur, qu’on connaît son oeuvre sur le bout des doigts, qu’on a passé des mois à faire des recherches à son sujet, écrire une biographie qui ne soit ni ennuyeuse (l’envie de tout dire et de montrer tout ce qu’on a appris ) ni hagiographique ? La réponse est oui ! C’est le pari réussi par Titiou Lecoq et son livre Honoré de Balzac et moi.

Après avoir expliqué en introduction comment l’idée d’écrire sur Balzac lui est venue, Titiou Lecoq se lance dans le récit de la vie d’un écrivain qui, malgré tout l’argent rapporté par ses succès, est ruiné à 43 ans.

Au passage, elle s’interroge sur le portrait effroyable qui a été fait de sa mère (par Balzac lui même, par Zweig aussi), revenant sur son mariage (à 18 ans avec un homme de 50 ans !) rappelant que cette mère qui n’a probablement pas su exprimer son amour, a toujours été là quand Balzac avait besoin d’elle. L’auteure montre, tout au long du livre, comment Balzac s’est servi de son imagination pour réécrire son propre passé.

Honoré et moi : Incroyablement moderne

Ce qui m’a frappé dans Honoré et moi c’est la modernité du propos à plusieurs reprises. Balzac angoisse face à l’argent (ou plutôt au manque d’argent). Titiou Lecoq commente :

« Dans la société de consommation, on est toujours pauvre parce qu’on se sent toujours le pauvre d’un autre. »

Balzac est critiqué car, pour subvenir à ses besoins, il fait de l’alimentaire. Aujourd’hui encore lier production littéraire et argent est considéré comme un blasphème.

On lui reproche aussi quelque chose qu’on entend toujours à propos des écrivains :

« Quelqu’un qui écrit autant ne peut pas respecter la littérature ».

Il écrit sur le mariage et sur la place des femmes dans la société, ce qui est déconsidérée par la critique littéraire de son époque. Pourtant en montrant que l’intime est politique, il a plus d’un siècle d’avance. S’il n’est pas un « féministe », lorsqu’il décrit, à travers l’un de ses personnages, le quotidien d’une mère de famille, c’est criant de vérité.

Terriblement humain

Titiou Lecoq, en prenant le parti de raconter les malchances, bides et fiascos de l’écrivain, déboulonne le mythe du génie littéraire. Balzac n’a pas un physique facile (mais un regard très pénétrant qui séduit les femmes) et souffre du décalage entre celui-ci (il est joufflu, robuste, petit) et sa nature profonde. Alors il se compose un personnage à l’aide de vêtements chers et excentriques. Obsédé par l’idée d’être célèbre et riche, il connaît échec sur échec dès qu’il pense faire des affaires et est de plus en plus endetté.

Il est plus pauvre à 38 ans qu’à 29 alors qu’il a travaillé comme un damné. »

Il est certes très talentueux, a une capacité de travail énorme mais il n’est pas un surhomme. Il est humain avec ses défauts et ses failles.

C’est précisément cela qui me touche le plus chez lui. Il n’arrive pas à être raisonnable, il est incapable de résister aux tentations, alors qu’il est criblé de dettes, il sort de plus de plus.

Le roman est bien plus riche que ce que je viens de vous en dire : il montre comment les problèmes constants de l’écrivain ont permis de faire entrer l’argent en littérature sous toutes les formes (système financier, rapport personnel à l’argent), il raconte ses histoires d’amour. Il construit des passerelles entre passé et présent, les interrogations soulevées étant intemporelles.

Si j’ai autant aimé Honoré et moi , c’est aussi parce qu’à bien des reprises, je me suis sentie en accord avec la vision de la vie de Titiou Lecoq :

L’un des innombrables problèmes posés par cette croyance en une hiérarchie du vivant comme des humains entre eux, c’est qu’elle fait perdre leur estime d’eux-mêmes aux simples mortels; elle tétanise les esprits, dissuade celles et ceux qui doutent -et déresponsabilisent les citoyens face à leur destinée. Le mythe du grand homme ou du surhomme est un poison infantilisant qui continue d’infuser notre société. Il nous fait attendre l’arrivée d’un homme fort pour sauver un pays ou une communauté, comme on espérait le croisement entre le Messie et un père de famille idéal.

Aurait-il dû pour autant économiser sa santé comme son père, Bernard-François, se coucher tôt tous les soirs, se priver de sucreries, prendre une position professionnelle sûre, ne pas faire d’excès, faire un mariage de raison, se faire chier pendant quatre-vingt simplement pour arriver à 80 ans ?

C’est drôle, c’est décapant et cela me donne très envie de lire l’essai de Titiou Lecoq sur la répartition des tâches entre hommes et femmes !

Honoré et moi, Titiou Lecoq, L’Iconoclaste

10 choses à faire à Toulouse

Dans la série « la loose », j’ai perdu toutes les photos transférées sur mon ordinateur prises pendant mon séjour à Toulouse. Si j’habitais plus près de cette ville, je prendrais une chambre dans un Day Break Hôtel (il s’agit d’hôtels que vous pouvez réserver pour la journée, pas besoin d’attendre 15h pour avoir votre chambre) pour faire une pause entre deux rounds photo dans la ville et je repasserais aux mêmes endroits. Toulouse c’est un peu loin de Lyon et je voulais partager 10 idées de choses à faire à Toulouse, alors j’ai été fouillée dans les photos de mon téléphone portable.

1-S’imprégner de la ville rose

J’enfonce une porte ouverte mais pour découvrir une ville, il faut la parcourir à pied. En arrivant à Toulouse, sauf à être un chat (qui ne voit pas les couleurs comme les humains, on est forcément frappé par les couleurs de la ville et de la brique sur les bâtiments. Elles changent selon le moment de la journée, selon la météo (on n’a pas eu un temps fabuleux mais dès que le ciel s’éclaircissait, la ville resplendissait).

10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse

2-Tester au moins un des salons de thé

J’ai été surprise par le nombre important de salons de thé (est ce à dire qu’il pleut plus qu’à Lyon ?). Je ne suis pas restée assez longtemps pour en tester plus d’un mais il m’a beaucoup plus par son décor (des livres partout), son ambiance (pas guindée) et ses propositions gourmandes (gaufre ultra généreuse, vraies pâtisseries à l’accueil, cakes.). Il s’agit du petit Magre.

10 choses à faire à Toulouse

3-Visiter les salons du Capitole

Quand on pense à Toulouse, on pense en premier à l’immense place du Capitole mais saviez vous que les salons du Capitole se visitent et que c’est gratuit ! De l’escalier aux trois salles jusqu’à celle dite des illustres, levez-la tête et admirez.

10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse

4-Se promener au bord de l’eau

La loose le retour : les quais le long de la Garonne étaient en travaux : ) On est quand même descendus près de l’eau là où c’était possible et on a même traversé le Pont Saint Pierre pour se balader dans le quartier de l’autre côté du fleuve.

5- Se poser dans le couvent des Jacobins

Je ne vais pas vous faire croire que j’ai bouquiné des heures dans le cloître du couvent des Jacobins, j’étais en famille : ) Après vu le fameux et impressionnant palmier de pierre à 22 nervures dans la chapelle du couvent, nous avons prolongé la visite par le cloître, paisible et vert.

6-S’arrêter dans la boutique de papeterie La Mucca

Avis aux amateurs (trices) de carnets, d’agendas, de cahiers et d’objets liés à l’écriture, il existe à Toulouse une boutique incontournable : La Mucca (merci Madimado pour le tuyau !). Attention, vous savez quand vous rentrez mais quand vous en sortez : )

7-Se perdre dans les ruelles du Vieux Toulouse

De Toulouse, j’ai surtout vu le Vieux Toulouse avec -bonheur-peu de voitures et autres véhicules motorisés et plein de petites ruelles charmantes à emprunter au hasard pour s’imprégner de l’atmosphère de la ville.

10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse

8-Tester les pâtisseries du coin

Si vous tombez sur ce blog pour la première fois, sachez que la première chose sur laquelle je me renseigne lorsque je pars quelque part ce sont les adresses de pâtissiers. Dans ma liste des 10 choses à faire à Toulouse, il y avait donc forcément, tester les pâtisseries du coin. J’ai plutôt bien rempli ma mission puisque j’ai goûté la pomponette (une brioche super moelleuse achetée à la bonbonnière), une brioche à la violette de la maison Pillon et des pâtisseries de chez Sandyan. Mais si un jour j’y retourne, j’irai aussi chez Perlette.

9-Flâner dans le quartier des antiquaires

J’imagine que c’est le quartier le plus chic et le plus cher pour se loger mais j’ai beaucoup aimé me balader dans le quartier des antiquaires, charmant avec ses petites places, ses boutiques et ses façades. Je regrette juste de ne pas avoir eu le temps d’aller jusqu’au jardin botanique, à côté du musée d’histoire naturelle.

10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse
10 choses à faire à Toulouse

10-S’offrir un moment zen au jardin japonais

Je me rends compte que j’ai des petites manies : en plus de chercher les bonnes pâtisseries (et les librairies), j’aime bien aller dans les endroits les plus verts de la ville. C’est comme ça que j’ai découvert le jardin japonais de Toulouse dont j’ai déjà parlé dans ce billet et où je vous conseille d’aller pour vous offrir un moment tout en sérénité.

Cette liste de 10 choses à faire à Toulouse n’est bien entendu pas du tout exhaustive. N’hésitez pas si vous êtes du coin et si vous connaissez bien Toulouse, à me laisser un commentaire avec d’autres choses à voir la prochaine fois.

lien rémunéré

De la fève à la bûche : la collection SFèves 2019

La semaine dernière, je me suis offert un grand bain chocolaté : d’abord en entrant dans le musée-manufacture –Le Musco– les effluves du cacao sont venues immédiatement caressées mes narines; ensuite mes pupilles en ont pris plein la vue avec des fèves de cacao par centaines et à portée de main et des rangées de tablettes de chocolat. Cette présentation de la fève à la tablette n’est pas un hasard. Depuis 2017, la maison Sève est ce qu’on appelle un chocolatier « bean to bar » : le processus de fabrication du chocolat commence par la recherche et la sélection de cacaos à l’identité marquée. Comme un écho, la collection SFèves, collection de Noël 2019 de la maison Sève, retrace le travail du maître chocolatier à la Manufacture et les différentes étapes de fabrication du chocolat de la cueillette des cabosses à la fabrication du chocolat.

Autre spécificité 2019 : Richard et Gaëlle ont imaginé leur collection SFèves (S comme Sève et fèves comme fèves de cacao) avec leur fils aîné Arthur.

Prêts pour les présentations de la collection SFèves ?

La bûche fusion célèbre le travail du chocolatier-pâtissier. Elle a été imaginée également pour satisfaire tous les gourmands car elle est sans gluten et sans sucre ajoutée.

Elle est composée d’un biscuit viennois roulé à la farine de riz, d’une ganache montée et d’une crème mascarpone à la vanille de Madagascar, d’un coeur de gelée de framboises (framboises cueillies en pleine saison) et d’un croustillant de framboises.

Je brise le suspense prématurément : la bûche fusion est celle que j’ai préférée. Peu sucrée, elle laisse toute la place à la saveur de la framboise et de la vanille. J’ai apprécié sa légèreté.

la collection Sfèves

La bûche tourbillon est la plus gourmande puisqu’elle marie le chocolat du Mexique et le caramel beurre salé. Le décor marbré réalisé à l’emporte pièce mime le mouvement de la turbine et l’action de broyage des fèves.

Elle est composée d’un biscuit dacquoise sans gluten, d’un praliné, d’un croustillant aux fèves de cacao, d’un crémeux caramel au beurre salé, et d’un sabayon chocolat noir du Mexique.

la collection Sfèves

La bûche plantation reprend les couleurs rouges-orangées de certaines cabosses arrivées à maturation.

Le fruit de la passion est à l’honneur avec cette bûche plantation, hommage au terroir. Elle est composée d’un biscuit roulé, d’une ganache montée au fruit de la passion, d’un croustillant de fruit de la passion, d’un perlé de mangue et fruit de la passion et d’un coulis de fruit de la passion.

la collection Sfèves

La bûche toile de jute est un clin d’œil aux sacs de toile de juste dans lesquels arrivent les fèves de cacao à la Manufacture Sève mais aussi au dessert signature de la maison, le Mont d’Or.

Elle est composée d’un biscuit dacquoise aux amandes, d’un croustillant praliné à la noisette du Piémont, d’une ganache et chantilly au chocolat au lait plantation origine Colombie.

La bûche toile de juste est ma seconde bûche préférée pour sa rondeur, sa gourmandise (ah le praliné et le chocolat au lait !) et son croustillant.

la collection Sfèves

En dehors des bûches, la collection SFèves c’est aussi un entremets pour le nouvel an au titre prometteur, Onde de choc. Je ne l’ai pas goûté mais il associe les saveurs du chocolat, des pommes caramélisées façon tatin et des abricots.

(Sur la photo ci dessous, en arrière plan, une autre création temporaire liée à la fête des lumières : le lumignon au praliné)

la collection Sfèves

Avais-je encore de la place après avoir goûté 4 bûches pour une part de galette des rois ? En temps normal, j’aurais eu tendance à dire non, d’autant plus que je ne suis pas fan du tout de la galette des rois …excepté celle de la maison Sève avec sa pâte feuilletée très fine (qui ne vous met pas des miettes plein la bouche), son croquant apporté par son sirop de marrons glaçés (que vous pouvez acheter à la boutique) et sa délicieuse frangipane nature ou aux pralines roses.

Vous en déduisez ce que vous voulez sur ma résistance quand on m’a tendu une part : )

Saviez vous qu’au mois de janvier plus de 17 000 galettes sont réalisées à la main dans le laboratoire de la maison Sève ? Cela en fait des fèves à cacher !

Je crois que côté magnésium, je suis à jour : )

Merci à la maison Sève pour cette invitation

Brioches roulées aux noix et à la cannelle

Ma « révélation » pâtisserie récente ce sont les brioches maison. Depuis que j’ai commencé à en préparer, j’ai envie d’essayer plein de déclinaisons, de formes, de garnitures. Si cela peut paraître long avec les temps de pousse, cela est simple à réaliser (surtout avec un robot qui pétrit autant qu’il le faut sans que vous vous froissiez les muscles des bras) et quel bonheur de sentir l’odeur des brioches chaudes dans la cuisine et l’appartement. Il me restait quelques noix après avoir réalisé un gâteau noix/chocolat (c’était bon mais le gâteau avait tendance à pas mal s’émietter alors je n’ai pas mis la recette en ligne) et je voulais quelque chose de léger en garniture. C’est comme ça qu’ont débarqué chez moi les brioches roulées aux noix et à la cannelle (et si vous n’aimez pas la cannelle, mettez juste du sucre de canne et des noix).

Ingrédients pour une dizaine de brioches roulées aux noix et à la cannelle

320 g de farine
50 g de sucre semoule
12 g de levure fraîche de boulanger
12 cl de lait tiède
80 g de beurre mou
1 oeuf
1/4 de cc de sel
Garniture
60 g de noix
cannelle
sucre de canne

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

1-Délayez la levure fraîche dans le lait tiède (surtout pas chaud ).

2- Dans le bol de votre robot, mettez la farine avec le sel, le sucre semoule et mélangez.

3-Rajoutez le mélange lait + levure et l’oeuf puis pétrissez. Une fois que le liquide est absorbé par la farine, ajoutez le beurre mou coupé en dés.

4-Pétrissez une dizaine de minutes. La pâte doit être lisse et homogène. (si elle est un peu collante, pas de panique, laissez la gonfler quand même).

5-J’utilise la fonction étuve de mon robot pour faire pousser la pâte (je règle sur 35° pour 45 min environ en mettant le couvercle anti-projections). Si votre robot n’a pas cette fonction, couvrez votre bol d’un linge et laissez doubler de volume dans un endroit tempéré (cela peut prendre du temps).

6-Une fois que la pâte a doublé de volume, dégazez-la pâte avec le poing puis étalez-la sur un plan de travail légèrement fariné de manière à former un rectangle.

7-Saupoudrez la pâte de sucre de canne, de cannelle et de noix hâchées (pas trop finement). Passez un coup de rouleau à pâtisserie par dessus.

8-Découpez des bandes de 4 cm de large avec un grand couteau. Roulez-les de manière serrée et déposez chaque bande roulée dans des moules à muffin beurrés.

9-Laissez vos brioches roulées aux noix et à la cannelle doubler de volume (je les ai mises au four température minimum car dehors elles ne poussaient pas).

10-Faites cuire dans un four préchauffé à 180°C entre 25 et 30 minutes.

Dégustez vos brioches tièdes ou froides.

brioches roulées aux noix et à la cannelle

Pour donner un côté brillant à vos brioches aux noix et à la cannelle, badigeonnez les à la sortie du four (quand elles sont encore chaudes) avec un sirop de sucre (30 gr de sucre, 30 gr d’eau ).

brioches roulées aux noix et à la cannelle

Comment les conserver plusieurs jours ?
Mettez-les dans une boîte bien hermétique et à chaque fois que je vous souhaitez en déguster une, passez-la quelques instants au four.

brioches roulées aux noix et à la cannelle

Est ce que ces brioches vous tentent ? Si vous refaites la recette chez vous, n’hésitez pas à me laisser un petit mot et à me tagguer sur Instagram avec la mention @chocoladdict69 ou #chroniquesdunechocoladdict.

Pin It