Author

chocoladdict

Browsing

Les roulés scandinaves à la cannelle si vous habitez Lyon, vous pouvez en acheter chez Kitchen Café. Je n’en ai jamais goûté de meilleurs et en plus ils sont très photogéniques. Oui mais voilà Kitchen Café ce n’est pas vraiment près de la croix rousse (surtout quand on se déplace à pied) et puis peut être que vous qui me lisez, vous n’êtes pas à Lyon.

En plus les roulés scandinaves à la cannelle qui suivent ne sont pas n’importe quels roulés. Ce sont ceux qu’aimaient préparer Marguerite Yourcenar. J’ai trouvé la recette dans un livre qui lui est consacré intituléMarguerite Yourcenar, portrait intime. Le dernier chapitre rassemble ses carnets gourmands.

J’avais déjà publié une recette de roulés sur le blog mais ces roulés sont vraiment délicieux et ils sont pratiques à préparer. En effet avec la pâte faite la veille, il n’y a plus qu’un court temps de repos et vous pourrez déguster vos roulés avant que la nuit ne tombe : )  

Ingrédients pour une vingtaine de petits roulés scandinaves à la cannelle 

Pour la pâte à brioche 

  • 460 g de farine type 55
  • 2 g de sel fin
  • 100 g de sucre semoule 
  • 2 g de cannelle en poudre 
  • 75 g de beurre mou
  • 3 jaunes d’oeufs battus 
  • 20 g de levure de boulanger fraîche
  • 275 g de lait tiède, ébouillanté puis refroidi 

Pour la garniture 

  • 100 g de beurre mou
  • 100 g de sucre 
  • 8 g de cannelle en poudre 

Pour le glaçage 

  • 50 g de sucre
  • 50 g d’eau
  • un peu de cannelle 

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ? 

1-Préparation de la pâte à brioche et repos 

La veille, préparez la pâte à brioche. Versez la farine, le sel, le sucre, la cannelle dans un saladier. Ajoutez le beurre et incorporez-le bien avec un mélangeur (j’ai fait cela au robot avec le batteur K). Vous devez obtenir un mélange sableux régulier.

Délayez la levure dans de l’eau chaude. Ajoutez-la au mélange précédent ainsi que les jaunes d’œufs et le lait tiédi. Battez le tout (j’ai encore utilisé le batteur K) quelques minutes. Vous allez obtenir une pâte assez collante, c’est normal. Filmez-la et laissez la reposer au frigo toute la nuit.

2-Façonnage des roulés et cuisson 

Le lendemain, préparer la garniture en mélangeant le beurre mou, le sucre et la cannelle. Vous devez obtenir une texture crémeuse.

Beurrez des moules à muffins. Divisez votre pâte (qui normalement a bien gonflé) en 2. Tant qu’elle est bien froide, farinez-la légèrement si besoin et étalez la en rectangle (pas trop finement sinon elle va coller). Badigeonnez-la avec un pinceau de garniture à la cannelle puis roulez votre rectangle comme pour faire un gâteau roulé. 

Découpez le rouleau en tranches et déposez-les tranches dans les moules à muffins. Avec la quantité de pâte, j’ai rempli deux plaques de moules à muffins. 

Couvrez d’un linge et laissez lever dans un endroit chaud (30°) pendant environ 1 h. La pâte voit gonfler encore une fois. 

Faites cuire les roulés scandinaves à la cannelle dans un four préchauffé à 180°C (ils doivent être bien dorés).

Pendant la cuisson, préparez un sirop de sucre en faisant chauffer dans une petite casserole le sucre, l’eau et la cannelle. Dès que vous sortez les roulés du four, passez ce sirop à l’aide d’une pinceau sur vos roulés pour leur donner un aspect brillant.

roulés scandinaves à la cannelle

Verdict ?

D’abord cela sent divinement bon dans la cuisine mais aussi dans les autres pièces. Vous voilà installé dans une ambiance cocooning bien agréable. 
Je vous conseille de les déguster tièdes. Pour moi c’est ainsi qu’ils sont les meilleurs.
Les brioches se dessèchent vite alors j’ai congelé une partie de ces roulés scandinaves à la cannelle. Il suffit ensuite de les faire réchauffer un peu au four. 

roulés scandinaves à la cannelle
roulés scandinaves à la cannelle

Et vous, vous aimez cela les roulés à la cannelle ?

Je partage régulièrement mes lectures sur le blog depuis plus de 12 ans et depuis quelques mois sur un compte instagram dédié @bookaddictlyonnaise. Si vous n’avez pas bouclé vos cadeaux de Noël et que vous avez envie d’offrir un livre à un proche (acheté en librairie faut-il le préciser) et avec ce livre, quelques heures d’évasion, de vies par procuration, d’émotions, de frissons, de questions, voici 10 idées de livres à offrir à Noël. 

Pour ceux et celles en manque de soleil 

 Une saga guadeloupéenne mais sans rhum planteur et sans Francky Vincent. 

ici les chiens aboient par la queue
Là où les chiens aboient par la queue

Ce que j’ai aimé

Trois destins à travers lesquels on découvre une île, des personnages à la culture assez éloignée de la nôtre mais dont les questionnements sont universels. 
C’est drôle, c’est émouvant et je ne me suis pas ennuyée une seule minute ! 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires apocalyptiques 

Koh Lanta mais sans les coups bas et les feux de camp 

10 romans à offrir à Noël
Dans la forêt 

Ce que j’ai aimé

L’inventivité de l’auteur pour nous raconter l’histoire de deux soeurs qui se retrouvent seules dans une maison dans la forêt sans électricité, sans essence, sans téléphone, sans internet.
Puissant, vibrant, sensuel retour à la nature ! 

Pour ceux et celles qui veulent s’envoyer en l’air 

Un voyage dans l’espace aussi drôle qu’instructif  

10 livres à offrir à Noël
Dans la combi de Thomas Pesquet 

Ce que j’ai aimé ? 

Avec Marion Montaigne, la science est compréhensible même par les esprits les plus littéraires et en plus elle est drôle.
Etre quelques mois dans la peau d’un cosmonaute !

Pour ceux et celles qui ont envie de rire 

Le monologue intérieur d’un anti-héros qui a connu l’E.M.T au collège 

Le discours de Fabrice Caro
Le discours 

Ce que j’ai aimé ? 

L’humour, les digressions et les jeux de l’auteur avec son lecteur (j’ai rarement ri autant en lisant un roman), le côté désespéré mais pas cynique du personnage principal. 
Lui c’est moi ! (souvent ). 

Pour les amateurs de coins perdus dans le froid 

Sott 

Ce que j’ai aimé ?

L’ambiance nordique de chaque « volet » de cette série islandaise (dont les autres volets sont Snorj, Natt, Mork), le plaisir de retrouver un personnage récurrent pas stéréotypé, la façon typique de l’auteur de construire ses romans comme des puzzles (au départ on ne voit rien et puis tout se dessine au final). 
Une fois commencé, difficile de le fermer ! 

Pour ceux et celles qui cherchent une histoire d’amour pas ordinaire

Love Story sans les violons ni la mièvrerie

Mon désir le plus ardent 

Ce que j’ai aimé ? 

Ce roman réussit le pari de parler d’un couple qui traverse le temps avec la maladie comme compagne sans pathos mais avec fougue, drôlerie, justesse. Les personnages sont très attachants et l’écrivain a le talent de faire naître des scènes inoubliables. 
A offrir avec au moins un paquet de mouchoirs.

Pour les accros aux séries

Une saga islandaise exaltante et mélancolique 

Asta

Ce que j’ai aimé ?

Sa construction, ses allers-retours dans le temps, son ambition, sa force, sa sincérité. 
Déstabilisant aux débuts puis impossible à lâcher ensuite. 

Pour ceux et celles qui veulent réviser les grands classiques 

Mieux qu’un profil de l’oeuvre, les grands classiques en bande dessinée

Avez-vous lu les classiques de la littérature ?

Ce que j’ai aimé ? 

Retrouver le coup de crayon de Soledad Bravi et son humour (elle joue à nous raconter l’histoire de grands classiques de la littérature avec le langage d’aujourd’hui).
Original et drôle. 

Pour les créatifs  

Un guide pour apprendre à dessiner des fleurs et à se recentrer

Doodling créatif 

Ce que j’ai aimé ?

Pas besoin d’avoir fait les Beaux Arts pour dessiner des fleurs, des bouquets, des motifs floraux avec ce livre. En plus, la répétition du même mouvement a un effet quasi hypnotisant.
Facile, ludique, relaxant.

Pour les amis des bêtes 

Une invitation à partager le quotidien des pandas 

Ce que j’ai aimé ? 

Apprendre plein de choses sur ces animaux au potentiel hautement sympathique et pouvoir les observer autant dans leurs sanctuaires que dans leur habitat naturel. 
Attention risques élevés de pousser des petits cris de mignonnerie.

Bonus 

Pour ceux et celles qui ont envie de croire que tout est possible

Le gang des rêves 
Culottées 
Amours solitaires 

J’ai choisi ces 10 livres à offrir majoritairement parmi les sorties récentes  mais n’hésitez pas à consulter la rubrique idée lectures du blog pour découvrir d’autres livres.

Et vous, allez-vous offrir des livres à Noël ? 

Les fournées de bredele se succèdent et ne se ressemblent pas. Après avoir préparé des biscuits sapins à la pistache,  nous avons mis les mains dans la farine pour réaliser de nouveaux biscuits de Noël. Les premiers étaient des croissants à la vanille (qui ressemblaient à des cornes de gazelle )), les seconds étaient des rosaces au cacao trempées dans du chocolat blanc et des éclats de pistache. Voici la recette rapide et facile :

Ingrédients pour une quinzaine de rosaces au cacao

75 g de sucre vanille
125 g de beurre mou
6 cl de lait à température ambiante
180 g de farine tamisée
1 cuillère à soupe de cacao en poudre non sucré

pour la déco
100 g de chocolat blanc fondu
une grosse poignée de pistaches non salées

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Dans un saladier, travaillez le beurre mou avec le sucre glace de manière à obtenir une texture crémeuse. Puis ajoutez alors le lait et un peu de farine. Fouettez pour que votre mélange soit bien homogène.

Ajoutez le reste de farine et de cacao et incorporez (sans fouetter cette fois). Laissez votre pâte au frigo pendant au moins 30 minutes.

J’avais mis la pâte dans une poche à douille avec une douille cannelée mais au moment de former les rosaces quelle galère. Du coup je vous soumets ma méthode peu orthodoxe mais beaucoup plus simple (d’autant plus si vous voulez préparer ces rosaces au cacao en famille). Je mets un peu de pâte directement dans la poche à douille, je pousse la pâte avec une grosse cuillère et la pâte sort ainsi de la douille cannelée beaucoup plus facilement. Une fois que vous avez une longueur suffisante de pâte pour former une rosace, coupez avec un gros ciseau ou un couteau et enroulez la pâte en rosace.

Déposez vos rosaces au cacao sur une plaque recouverte d’une feuille de cuisson. Mettez dans un four préchauffé à 180°C pendant 20 à 25 minutes (ils doivent rester moelleux mais être suffisamment cuits).

Les éclats de pistache sont vendus tout prêts mais très cher (enfin pour moi). J’ai acheté un sachet de pistaches non salées et je les ai concassées grossièrement.

Une fois vos rosaces au cacao refroidies, trempez-en la moitié dans le chocolat blanc fondu au bain marie (attention à bien le surveiller le chocolat blanc est particulièrement fragile, choisissez un chocolat blanc pâtissier qui fondra plus facilement) puis dans les éclats de pistache.

rosaces au cacao

rosaces au cacao

Ces rosaces au cacao se conservent très bien dans une boîte hermétique.

Allons droit au but : Asta m’a emporté, m’a chaviré, m’a bouleversé, j’ai eu si souvent envie de noter ses phrases, je l’ai dévoré et en même temps dégusté, je voulais connaitre la suite mais je retardais le moment de quitter les personnages crées 500 pages plus tôt.

De l’auteur Jón Kalman Stefánsson, pourtant assez connu, je n’avais rien lu et dès le départ j’ai été bluffée par son style, par sa plume (oui toujours et encore), par sa façon de construire son intrigue. Rien n’est linéaire, on saute d’un personnage à l’autre, d’une époque à une autre, d’un lieu à un autre comme si une tornade nous emportait. Au départ, je me suis sentie un peu déséquilibrée, inconfortable (face à une tornade c’est peut être normal) et puis cela m’a grisé.

Jón Kalman Stefánsson /crédit photo :DR

Asta : De quoi ça parle ?

Oui mais l’histoire me direz-vous, de quoi parle Asta ? Il n’est pas simple de résumer en quelques mots cette saga qui se déroule en Islande des années 50 à nos jours autour d’Asta (sans le a en islandais ce prénom signifie amour) et de Sigaldi son père ainsi que de tous ceux qui ont compté dans leur vie.

Asta raconte deux vies « ordinaires » dans le sens où les personnages principaux ne sont pas des héros ayant marqué l’histoire ou ayant accompli des choses qui l’aurait changée mais grâce au talent de Jón Kalman Stefánsson et de son formidable traducteur Eric Boury, elles deviennent extraordinaires. Leurs vies sont à la fois semblables aux nôtres et à la fois mille fois plus romanesques et cette dichotomie infuse tout le roman. Le bien et le mal, le sexe et la mort, le désir et l’amour, la raison et la folie.

Ce roman est tellement riche que j’ai l’impression que face à un festin, je suis en train de vous décrire chichement un misérable amuse bouche.

« La meilleure manière de contrer la mort c’est de se constituer des souvenirs qui, plus tard, auront le pouvoir de caresser doucement et d’apaiser les blessures de la vie. »

Et des blessures, ils en ont Asta, Sigaldi, Helga, Joseph. Celles liées aux rendez vous manqués entre un père et une fille, celles liées à l’incompréhension et l’incommunicabilité des sentiments, celles des amours impossibles et passionnés, celles des deuils.

Asta : mille et une raisons de le lire

Asta est une saga mélancolique qui m’a envoûté au fur et à mesure de ma lecture ; au fur et à mesure que Sigaldi -peintre en bâtiment victime d’une chute d’échelle et allongé sur le trottoir, incapable désormais de bouger- se remémorait des épisodes de sa vie ; au fur et à mesure que je découvrais les lettres écrites par Asta à celui qui partageait sa vie.

La lettre de Barcelone écrite par Joseph est comme un coup de grâce. Je me fais violence pour ne pas la recopier ici, tant j’ai aimé chacun des mots de cette déclaration d’amour à l’envers.

Asta est aussi une saga exaltante tant il y est question de poésie, du pouvoir de la musique, du rôle de l’écrivain par rapport à ses personnages (le narrateur apparaît ainsi lors de plusieurs chapitres) sans jamais tomber dans l’exposé. Au contraire Jón Kalman Stefánsson a le don de mêler idées et actions, sensations et images.

N’est ce pas la plus agréable sensation au monde ? Avoir hâte. Surtout lorsqu’il s’agit de retrouver une personne qui vous est chère. Alors, on se sent vivant.
On est vivant.
Puis il se passe quelque chose

Pendant la lecture d‘Asta, le cerveau bouillonne, le coeur bat plus vite. Asta est un livre qui ne ressemble à aucun autre et qui ne s’oublie pas.

Promis je ne vais pas vous faire le coup éternellement des gâteaux avec 3 ingrédients (quoique) mais à en croire le nombre de personnes qui a consulté la recette du moelleux à la compote de pommes soit 1) vous êtes des dingues de compote de pommes 2) mon lectorat est constitué de fitness girls qui viennent tester leur capacité à résister devant mes desserts pas healthy et pour une fois ce moelleux les a comblé 3) comme moi, vous avez rarement de longues heures devant vous pour pâtisser et les recettes rapides et simples vous intéressent. Pour corroborer une de ces hypothèses, je suis donc obligée de vous proposer un gâteau au chocolat avec 3 ingrédients (mais pas light, ce qui éliminera une des hypothèses au moins et sans compote de pommes).

Ingrédients pour un gâteau au chocolat avec 3 ingrédients

200 g de bon chocolat noir pâtissier
200 g de mascarpone
4 oeufs

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Faites fondre le chocolat noir cassé en morceaux au bain marie et laissez le au moins tiédir.

Séparer les blancs des jaunes d’oeuf et mettez les blancs au frigo.

Versez le mascarpone dans un saladier et détendez-le avec un fouet (et avec une musique adéquate).

Ajoutez un à un les jaunes d’œuf dans le chocolat fondu. Attention si votre chocolat est trop chaud et même en mélangeant vivement, vos jaunes vont cuire et votre chocolat va figer (#casentlevécu) donc il est important d’incorporer les jaunes d’oeuf dans un chocolat refroidi.

Ajoutez ensuite le mascarpone et mélangez.

Battez les blancs d’oeuf en neige et incorporez-les au mélange précédent délicatement à l’aide d’une maryse.

Versez dans un moule beurré (moule à charnière si vous avez c’est le plus simple ensuite à démouler sans casse) et mettez au four pour environ 30 min (à adapter à votre four) dans un four préchauffé à 180°.

Attendez que le gâteau soit complètement froid pour le décercler.

gâteau au chocolat avec 3 ingrédients

Verdict ? bien chocolaté et un peu mousseux, ce gâteau au chocolat avec 3 ingrédients est parfait pour le goûter. Mes enfants l’ont aimé mais ma fille l’a trouvé un peu fort en cacao. Je vous conseillerais donc s’il est destiné à des enfants, de le préparer avec moitié chocolat noir moitié chocolat au lait.

gâteau au chocolat avec 3 ingrédients

Des 3 recettes que j’ai testées avec le même principe de 3 ingrédients, ma préférée reste celle aux marrons mais c’est peut être un biais de saison, je rêve en ce moment d’un mont blanc traditionnel (et pas les versions revisitées en tartelette qu’on voit un peu partout à Lyon !).

Alors ce gâteau au chocolat avec 3 ingrédients, il vous tente ?

Pendant le mois de décembre j’aimerais vous proposer des recettes de fête, soit à savourer avant, soit à mettre sur la table à la fin de l’année. Il y a déjà quelques desserts et gourmandises de Noël sur le blog. J’ouvre le bal avec les biscuits sapins à la pistache, une recette toute simple et rapide.

Ingrédients pour une vingtaine de biscuits sapins à la pistache

200 g de farine
100 g de sucre en poudre
100 g de beurre
1 oeuf
1 grosse cuillère à soupe de pâte de pistache
un peu de chocolat noir fondu pour le décor

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Dans un saladier, mettez le beurre (coupé en dés et à température ambiante ) et le sucre en poudre. Malaxez avec une cuillère en bois de manière à obtenir un mélange crémeux (il ne doit plus rester de petits bouts de beurre).

Ajoutez la pâte à pistache et bien mélanger. Ajoutez l’oeuf et la farine tamisée.

Incorporez rapidement la farine pour ne pas trop travailler la pâte. Dès que vous avez obtenu une boule de pâte, mettez la dans du film alimentaire et mettez votre pâte au frigo minimum 1 h.

Sortez la pâte du frigo, étalez-la sur une feuille de papier sulfurisé (pas trop finement sinon 1) les biscuits risquent d’être trop secs 2) s’ils sont très fins, ils seront fragiles à manipuler) et avec un emporte-pièce, découpez vos sapins.

Déposez vos sapins sur une plaque recouverte de papier cuisson. Enfournez entre 8 et 10 minutes à 180°C (attention quand vous les sortez vos biscuits sont un peu mous mais c’est normal ils vont durcir en refroidissant et il faut qu’ils soient croquants extérieurement et tendres à l’intérieur).

Pendant les biscuits sapins à la pistache refroidissent, faites fondre au bain marie un peu de chocolat noir. Attendez que le chocolat fondu refroidisse un peu (et qu’il durcisse) et décorez vos biscuits sapins avec (j’ai utilisé un style pour travailler la pâte à sucre que je n’utilise jamais car je n’aime pas la pâte à sucre).

biscuits sapin à la pistache

J’ai préféré le chocolat fondu à un glaçage au sucre glace qui ajoute une dose de sucré.

Vous pouvez ajouter un peu de colorant vert si vous voulez des biscuits sapins à la pistache plus colorés. Ils sont à croquer ! Ils se conservent très bien dans une boîte hermétique.

biscuits sapin à la pistache

Et vous, vous avez prévu de préparer des biscuits de Noël pendant le mois de décembre ?

Pin It