C'est un beau roman

La vie secrète des animaux

Vous avez peut être déjà entendu parler de Peter Wohlleben, forestier depuis plus de 20 ans en Allemagne. Il dirige aujourd’hui une forêt écologique et a écrit La vie secrète des arbres, un best seller international traduit dans plus de 30 langues.

A la manière de son précédent ouvrage, La vie secrète des animaux mêle expériences scientifiques vulgarisées (j’ai tout compris alors que je n’ai pas du tout un profil scientifique) et observations subtiles (cela va m’inciter à regarder avec plus d’acuité mon chat!)), anecdotes vécues (il a des chevaux, un bouc et des chèvres, des lapins, un chien…) et histoires extraordinaires.

A ses éventuels détracteurs, ceux qui lui ont reproché son anthropomorphisme dans son ouvrage précédent, il écrit :

Concevoir que les animaux aient des sensations telles que la faim ou la soif est relativement facile; parler à leur propos de bonheur, de deuil ou de compassion, en revanche, en fait bondir certains. Or il n’est pas question du tout d’humaniser, mais juste de mieux comprendre les animaux. Comparer, en effet, sert avant tout à reconnaître que les animaux ne sont pas des créatures stupides, très inférieures à nous sur le plan de l’évolution et n’ayant en droit, en matière de douleur et autres ressentis, qu’à quelques retouches, tandis que notre palette, à nous, devenait si riche. »

Et si selon lui il existe de nombreuses résistances de la part des scientifiques mais aussi des politiques à porter un autre regard sur les animaux c’est que derrière cette position, il y a la question de l’élevage industriel et de la chasse.

En vous plongeant dans les courts chapitres de La vie secrète des animaux, vous allez apprendre comment les coqs mentent à leur poules, comment les abeilles maintiennent la bonne température dans une ruche, comment le hérisson consomme le moins d’énergie possible pendant l’hiver, comment s’organise la division du travail chez les fourmis, ce que fait le bouc pour attirer la chèvre (à ne pas refaire chez vous )) et mille autres choses.

Peter Wohlleben bouscule des idées reçues (non les cochons ne sont pas sales et sont bien plus intelligents qu’on ne le pense), il s’interroge sans cesse sur la frontière qui sépare l’homme de l’animal et sur ce qui, au contraire, les unit.

 

Soyez sans crainte : je ne suis pas en train de plaider pour la déprime au petit déjeuner et le dégoût au dîner. […] Ce que je souhaite, c’est plutôt que nous devenions un peu plus respectueux du monde animé qui nous entoure, qu’il s’agisse des animaux ou des végétaux. Cela ne signifie pas forcément renoncer à toute utilisation, mais accepter de limiter un peu notre confort, ainsi que notre consommation de biens biologiques.

Si vous êtes déjà très calé quant à la vie des animaux, il y a fort à parier que vous reprochiez à cet ouvrage de sauter d’animal en animal sans aller assez loin.

En tant que novice (et n’ayant pas l’esprit scientifique), j’ai apprécié le talent de conteur de l’auteur et l’idée prégnante -mais pas si ordinaire – que l’homme ne doit plus se penser comme au centre de tout.

2 Comments

  1. Oh ça a l’air chouette comme livre! J’essaierai de trouver ça en bibliothèque!
    J’avais lu un super bouquin un peu dans le même genre, Un an dans la vie d’une forêt, c’est passionnant et hyper ludique!
    • je me demande si ce n’est pas un peu trop « vulgarisateur » pour toi, même s’il ne parle pas de baleines : )

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It