C'est un beau roman

Le journal de ma disparition, bien plus qu’un polar

Contrairement à ce que mon chat pourrait laisser croire, Le journal de ma disparition n’est pas un polar sur lequel je me suis endormie. J’aurais bien aimé publier une photo parfaite comme on en voit sur certains comptes instagram littéraires : décor particulièrement cosy, chat obéissant (et peut-être des heures de patience pour un moment supposé sur le vif) mais ma vie n’est pas parfaite.

Le journal de ma disparition de Camilla Grebe n’est pas vraiment la suite d‘Un cri sous la glace dans la mesure où l’énigme avait été résolue mais on retrouve dans ce polar Hanne la profileuse et  l’inspecteur Peter Lindgre.

L’intrigue s’ouvre sur un flashback quand 8 ans auparavant, Malin alors adolescente, lors d’une soirée avec des amis dans la forêt d’Omberg, une ville suédoise isolée, découvre une fillette enterrée.

Devenue  flic, Malin mène l’enquête auprès de Hanne et de Peter. Ce dernier disparait du jour au lendemain, Hanne est retrouvée pieds nus et hagarde dans la forêt, une nouvelle victime est découverte. Et si tout était lié ?

Le reproche qui me vient à l’esprit régulièrement lorsque je lis des polars est la pauvreté du style (en particulier avec les fameux page turner). Or Camilla Crebe a non seulement une plume vive et habile  mais elle soigne particulièrement la construction de son livre, alternant les points de vue selon les chapitres et mêlant différentes intrigues.

le journal de ma disparition

chat absolument pas coopératif

Le journal de ma disparition est aussi le tableau d’une ville frappée par la crise économique et le chômage. Il aborde la question oh combien actuelle des migrants, perçus très vite comme un danger et nourissant la peur, les conflits, la xénophobie.

 » Tu aurais pu être celle qui fuit la guerre et la famine » dit Andréas à Malin « C’est ce message simple mais essentiel que je veux transmettre à travers mon roman » Camilla Grebe

Le journal de ma disparition ne se contente pas de multiplier les rebondissements jusqu’au twist final (que je n’avais pas vu venir et c’est toujours un plaisir de lecteur de se faire balader par un auteur). Il met en scène deux personnages singuliers  et attachants, suggérant la difficulté d’être différents dans une société normative.

N’est ce pas le propre des idées noires ? Elles ne se voient pas de l’extérieur, elles n’existent qu’en nous, dans ce cagibi obscur, fermé par une lourde porte, qui peut contenir à la fois des pulsions suicidaires et le mal qui me ronge. Ce doit être là que mon père a rangé le souvenir de ma mère.

Camilla Grebe sera présente à Quais du Polar à Lyon le week-end prochain 

8 Comments

  1. Je vais de plus en plus vers les polars, moi qui n’en lisais jamais… et en plus j’adore me faire balader ^^ alors je note !
    (je note aussi sur ces photos la présence d’un chat bien malheureux…)
    • tu as vu comme il souffre ce chat, victime de sa maitresse qui tente de le faire mettre en scène ? ; )
  2. Une bonne lecture il me semble. Et hop dans ma liste !!!
  3. En ce moment j’ai envie de lire des enquêtes et celle-ci me tente bien.
    Pas besoin d’avoir lu l’autre livre pour lire celui-ci ?

    Je ne sais pas si mes chats seront plus coopératifs pour les photos 😀

    • non pas besoin d’avoir lu la première, ce sont deux enquêtes bien différentes, la seule chose est que tu connais un peu plus de choses sur deux personnages
      j’attends de voir tes chats avec des livres : ))
  4. Une jolie plume c’est vrai mais j’ai trouvé qu’elle tournait en rond et qu’elle répétait souvent des choses que l’on savait déjà. Elle traite les femmes de 70 ans de vieilles croulantes (j’ai 70 ans et je ne me trouve pas croulante pour de sous) mais elle ferait bien de se méfier car le fait de se répéter de la sorte est un signe de sénilité précoce!
    • est ce que le fait de se répéter n’est pas lié à sa perte de mémoire (enfin celle de son personnage principal)
      et c’est son personnage qui parle, pas elle 🙂 (ma belle mère a 70 ans, elle n’est pas du tout une vieille croulante )..

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It