Voyages, voyages

Une journée sur l’île de la Maddalena

Après avoir tenté de vous convaincre du charme de la Sardaigne hors saison, vous avoir montré San Teodoro,  aujourd’hui je vous propose de passer une journée sur l’île de la Maddalena. Avant de traverser le petit bout de mer et de poser pied sur cette île, j’ai découvert la forteresse du Monte Altura construite de 1889 à 1891 et qui a servi aux soldats pendant les deux guerres mondiales. On peut voir, pendant la visite, l’endroit où se « caler » les soldats pour tirer les canons mais aussi les douches et les bains mais j’avoue avoir été surtout impressionnée par le panorama  sur l’archipel de la Maddalena et la Corse.

Se balader dans les ruelles de Maddalena

Après une traversée en ferry d’une trentaine de minutes depuis Palau (passager seul aux alentours de 7 euros aller-retour selon la saison, détails des tarifs avec une des compagnies qui fait la liaison ici ) (pour les anxieux du mal de mer -j’ai tout le temps des requêtes google qui atterrissent sur le blog concernant la traversée avec Corsica Ferries de Toulon à Bastia – c’était très calme et le mieux est de rester dehors sur les ponts pour être à l’air libre si vous craignez), me voilà arrivée à Maddalena qui est à la fois le nom de l’île (ou plutôt des îles) et celui de la ville principale de l’île.

Sur cette île était située une base  de sous-marins américains avec comme conséquence directe 5000 américains dont 3000 militaires et leur famille vivant ici, des logements leur étant destinés et une économie locale qui reposait beaucoup sur leur présence. Il y a 7 ans, sans tambour ni trompette tous les américains sont partis, de nombreux bâtiments sont vides aujourd’hui et trouveront probablement à terme une autre « utilité ».

Les Sardes avaient coutume d’appeler entre eux, la ville de Maddalena, le « Paris » sarde, les prix étant plus élevés qu’ailleurs en Sardaigne car adaptés au pouvoir d’achat des américains.

Comme j’avais quartier libre sur le créneau du déjeuner (oui j’ai abandonné assez vite le groupe )), j’en ai profité pour me perdre sans but véritable dans les petites ruelles de la ville qui, dès qu’elles montent, permettent de nouveaux points de vue sur la mer. J’ai bien aimé aussi le quartier du port (les premiers habitants furent 1700 bergers corses – à l’époque la Corse et la Sardaigne n’étaient pas séparées par la mer- puis la ville fut habitée par des pêcheurs de Naples et de Gènes) et l’ambiance de « dolce vita » qui imprègne les lieux dès lors qu’on s’éloigne des restaurants et des bars les plus touristiques.

 

Si vous voulez manger sur le pouce et pas cher, je vous conseille de vous prendre une part de foccacia à la panetteria focacceria et de la déguster sur le petit banc devant la boutique ou face au port. Je me suis laissée tenter par une glace délicieuse pistache/ bacio (chocolat-noisette) au glacier Bellamia (super rapport qualité prix) ..j’y retournerais bien juste pour goûter les autres parfums.

 

Admirer les eaux cristallines des îles de la Maddalena

Après cette halte en ville, j’ai eu un aperçu trop bref de la beauté des plages de l’île de la Maddalena (en sachant que l’archipel compte une soixantaine d’îlots rocheux de toutes les tailles et 7 grandes îles, la plus habitée étant l’île de la Maddalena et la plus sauvage à visiter à pied étant l’île Cabrera). Entre les eaux turquoises, le granit rose, le sable blanc, les côtes très déchiquetées et les rochers sculptés et érodés par les vents (le petit jeu consistant à deviner à quels animaux ils ressemblent), difficile de planter un décor plus carte postale que celui-ci.

 

ma curiosité m’a poussé à toucher ce qui ressemblent à des petits coquillages
mais qui est, en fait, de la famille des méduses (heureusement cela ne pique pas, ne brûle pas ) #jevisdangereusement

 

Comme vous pouvez le constater sur les photos, l’île de Maddalena, même en étant la plus habitée de l’archipel, est très sauvage. Sur l’île de Budeli, la plage au sable rose (immortalisée par Antonioni) a été fermée au public car les touristes emportaient tous un peu de sable avec eux #lesgens.

Sur l’île des asperges sauvages, la princesse Soraya, première femme du Shah d’Iran (qui l’a répudié car elle ne lui « donnait » pas d’enfant) voulut acheter une plage sur laquelle elle avait ses habitudes et elle reçut des autorités sardes une réponse négative. J’espère réellement que les pouvoirs publics continueront à vouloir préserver ce petit bout de terre face aux projets immobiliers.

en face les falaises de Bonifacio

 

Si j’ai l’occasion d’y retourner un jour, j’aimerais découvrir cet archipel par bateau (beaucoup de compagnies le proposent, idéalement il faudrait pouvoir avoir une visite quasi privée pour ne pas se retrouver en troupeau au même endroit) et voguer de plages en plages (et j’en connais un, qui, va le faire cet été )).

Cette escapade en Sardaigne se termine ainsi. Il me reste encore quelques paquets de fregola et autres pâtes rapportées de là-bas et comme à mon habitude, le voyage se prolongera encore par l’assiette.

Est ce que la Sardaigne est une destination qui vous tente ?

15 Comments

  1. je ne connais pas la Sardaigne
    j ai hâte de retourner en Italie
    ça arrive bientôt Naples au programme
    ces petites rues, les glaces….. j adore ce pays
    la Sicile en 2016 a été une révélation
  2. Hé hé ! Je prends de l’avance sur mes vacances grâce à ce billet ! Cet été direction la Sardaigne et la Madalena et pas question de mal de mer car on a prévu une traversée tranquille de Toulon à Porto Torres avec Corsica Ferries 😉 et la location d’un voilier pour 15 j !
    Merci pour cet avant goût qui m’attire déjà vers les côtes Sardes !
  3. C’est magnifique, merci pour la ballade au soleil. En ce bureau aveugle, j’ai pris l’air et ça fait du bien.
  4. Je suis contente de lire ton article car nous étions allés sur l’île mais nous n’avions fait que les plages … jolie ville !

Write A Comment

Pin It