Le livre que j’aurais aimé qu’on m’offre quand j’étais enfant

Si je blogue depuis plus de 10 ans et si je n’ai jamais été capable de me spécialiser sur un seul thème, ce n’est pas par calcul ou par opportuniste mais parce qu’au delà de la pâtisserie, des livres ou des voyages, j’ai toujours aimé écrire. Quand j’étais gamine, j’écrivais des histoires et beaucoup de lettres. Quand j’étais ado, je noircissais les pages de journaux intimes.
Quand les blogs sont nés, j’y ai vu le moyen génial de pouvoir écrire et pour la première fois d’être lue (et aussi d’échanger même si cette dimension s’est déplacée sur les réseaux sociaux et de rencontrer des gens en vrai).

Carnet de l’apprenti écrivain de Susie Morgenstein (textes) et Theresa Bronn (illustrations) est ainsi un livre que j’aurais beaucoup aimé recevoir quand j’étais enfant (et il se peut que je le pique à mon fils )).

Pas de recettes miracle, dès la première page, Susie Morgenstein annonce la couleur :

L’écriture est une activité qu’il faut pratiquer comme un pratique un sport, elle demande de s’entraîner, d’apprendre à être endurant, de ne pas de se décourager.

Si l’auteur nous dit être tombée dedans un peu comme Obélix dans la potion magique, elle a conçu Carnet de l’apprenti écrivain comme une aide à se lancer et « à partir à [la] recherche [de l’inspiration ] une matraque à la main » comme l’écrivait Jack London.

Cela se traduit par une foule d’exercices (plus de 300 !) et de conseils :

-notez rapidement 4 mots et mettez les en scène dans un texte
-inventez 3 titres de polars autour des mots suivants « une hache, la lune, une dent en or »
-comment imaginez vous votre vie plus tard ? qu’allez vous devenir ? quel métier exercerez vous ? quelle sera votre personnalité ? décrivez votre vie de famille
-rédigez une petite annonce pour trouver l’amoureux de vos rêves

Chaque page commence par une citation d’un auteur, un dicton qui parfois servent de point de départ à un exercice d’écriture.

carnet-ecrivainn’étant pas à une contradiction près, je fais partie des gens qui, une fois un livre lu, ne vont pas le garder religieusement
mais qui par contre, détestent écrire quoique ce soit sur une page même quand c’est prévu pour comme ici

Au fil des pages, l’apprenti écrivain est incité à cultiver ses dons d’observation (cueillez un brin d’herbe et essayez d’écrire ce qu’il y a d’épatant, de mystérieux), de travailler son style (prenez une page que vous avez écrite et coupez tout ce que vous trouvez superflu), de partir à la recherche de ses souvenirs, d’être à l’écoute de ses ressentis (à chaque heure de la journée, essayez de trouver un mot au plus près de ce que vous ressentez) ou de se livrer à une introspection (vous sentez vous chanceux ou malchanceux ; pensez à quelqu’un que vous aimez, qu’est ce que vous attire chez lui ?).

Pas mal d’exercices consistent à écrire la suite d’un texte ou de compléter le début d’une phrase.

Ce Carnet de l’apprenti écrivain est une mine d’inspiration, une idée aussi pour occuper les enfants pendant les vacances si tenté qu’ils sachent écrire et une très bonne idée cadeau (et loin de ces jouets hors de prix qu’on voit en cette période de Noël puisqu’il coûte 14.90 €).

Bref un gros coup de coeur  !

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux.

Marcel Proust.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A lire aussi

6 commentaires
  • Jérémie
    décembre 19, 2016
    Ah ouais! ça aurait été cool aussi pour moi! ça m’aurait évité d’écrire sur mes cahiers de brouillons et de justifier à mes profs tous ces écrits… pendant leurs cours…
  • George
    décembre 19, 2016
    Qu’est-ce que j’aurais aimé aussi recevoir ce livre quand j’étais jeune !!! Il a l’air génial, ton fils a de la chance.
  • lalydo
    décembre 19, 2016
    J’adore! Je crois que moi aussi j’aurais aimé l’avoir!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *