Les tablettes de chocolat Erithaj

J’ai mis un petit moment à comprendre qu’Erithaj n’était pas compliqué à prononcer et qu’il s’agissait peut-être même d’un jeu de mot tout ça parce que mon cerveau avait vu un h au milieu et un j à la fin (si je vous dis que j’écorche assez systématiquement les noms de famille ça ne vous étonnera donc pas ).

Quand le brouillard neuronal s’est dissipé, je me suis rappelée que l’an dernier, pour le Salon du Chocolat, j’avais passé un moment sur le stand d‘Erithaj où j’avais eu un petit cours de dégustation très intéressant. En effet, si on ne dévore pas le chocolat tout en pensant à autre chose mais qu’on prend son temps, qu’on le croque puis qu’on le laisse fondre, on est parfois étonné des différences de saveurs d’un cru par rapport à un autre (comme pour le vin).

Ainsi les tablettes Ben Tre (chocolat noir Vietnam 70%) et Chu Lam (même pourcentage et même origine pourtant), qui sont les « best seller » de la maison, ne se ressemblent pas du tout à la dégustation.

J’ai été vraiment surprise par la note acidulée de la tablette Ben Tre qui la rend, pour moi, très atypique. On jurerait presque que les agrumes font partie des ingrédients.

La tablette Chu Lam édition limitée est confectionnée à partir de fèves de cacao issues d’une fermentation spéciale. La saveur est plus douce et plus fine. Des deux tablettes c’est ma préférée.

chocolat erithaj 3

chocolat eritah

chocolat erithaj 5

Comme indiqué un peu plus haut, les fèves qui servent à fabriquer les chocolats Erithaj viennent du Vietnam. Les cabosses sont sélectionnées sur place auprès des familles de planteurs. Les fèves de cacao sont ensuite séchées au sud du Vietnam dans le delta du Mekong. C’est en France à Strasbourg que le processus de transformation du chocolat (torréfaction, broyage, affinage) a lieu dans la famille Stengel.

Si aujourd’hui de nombreux chocolatiers ont des plantations au Vietnam, André Stengel et sa structure Vietcacao, a fait figure de pionnier dans le cacao vietnamien il y a un peu plus d’une dizaine d’années. C’est son fils, Arnaud Stengel, qui, après s’être formé en chocolaterie auprès de Christophe Meyer (Pâtisserie Christian), a appris à travailler le chocolat et a créé Erithaj.

La maison a une boutique en ligne et j’avoue que la photo de leurs truffes me met l’eau à la bouche !

(Merci à Erithaj pour l’envoi de ces tablettes)

4 commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *