Dans deux jours, je suis sensée rendre mon rapport de stage. Je viens de passer une bonne partie du week-end dessus et s’il est en grande partie rédigé, il y a encore bien des points à peaufiner, vérifier. Je me mettrais bien quelques coups de pied aux fesses si j’étais assez souple pour avoir attendu le dernier moment. Impossible de travailler autrement que dans l’urgence, comme si j’avais besoin d’avoir un couteau sous la gorge pour m’y mettre une bonne fois pour toutes, comme si sans cette adrénaline pâtinée de stress j’étais dans l’incapacité totale d’avancer. Il suffit que je sache que j’ai encore du temps devant moi, un délai pour que je remette à plus tard.

Cette sale manie ne date pas d’hier. Je me souviens le bourrage de crâne les quelques jours avant le bac plutôt que de commencer à revoir les cours bien en amont. Je me souviens des exposés à science po que je buchais avec un autre procrastinateur en puissance quasiment la veille nous occasionnant au passage quelques frayeurs et plusieurs nuits quasi blanches. Au final on a eu des résultats plutôt bons.

J’ai beau savoir que travailler ainsi n’est pas confortable, que je vais attraper au passage quelques poussées d’angoisse,  je n’ arrive pas à planifier. Mon manque de motivation pour ce genre de travail scolaire doit y être pour quelque chose mais c’est pas une excuse.

Tiens là tout de suite, je devrais continuer à revoir ma copie, écrire cette transition et cette conclusion qui manquent mais je suis là à bloguer en pensant qu’il me reste encore deux soirées, une fois que les enfants seront couchés….incorrigible )

et toi, victime du même syndrome ou pas ?

45 Comments

  1. Moi aussi je travaille mieux dans l’urgence mais j’avoue que j’ai quand même cette tendance à désormais planifier un peu plus mes séances de révision parce que je me dis que je n’ai pas envie de passer des nuits blanches pour travailler un rapport ou un mémoire !

    Courage !

    • si tu peux dormir le lendemain ça va encore mais bon c’est pas forcément l’idéal
      merci pour le courage, il est maintenant rendu !
  2. Je suis comme ça pour tout ! Dès qu’il y a une date butoir, impossible de m’y mettre avant la veille voire le jour fatidique…

    Je me souviendrai toujours au lycée de mon dossier de TPE : sujet choisi dès septembre et à rendre début avril, ça laisse du temps quand même !
    Résultat, j’avais terminé de taper le dossier au milieu de la nuit la veille du rendu, tout ça pour que l’imprimante de mes parents rende l’âme juste au moment d’imprimer…

    Mais bon, l’essentiel c’est qu’au final je m’en sors toujours 🙂

    • c’est sûr qu’on ne s’épargne pas de grandes frayeurs sytle le coup de l’imprimante (je crois qu’il m’est arrivé un truc similaire avec mon mémoire) mais bon comme tu dis ça passe au final )
    • margaux montrichard Reply
      mon dieu moi aussi le TPE je n’ai rien bossé de septembre à fevrier, jai realisé la totalité les 3 dernieres nuits avant le rendu, j’ai eu beaucoup de chances de m’en sortir avec un 17
  3. Pareil! Mémoire de maîtrise terminée à 5h30 du matin, pour pouvoir le rendre à 9h30… Après deux années de travail, quand même!
  4. Pareil ! Pour tout. Je ne sais faire les choses que dans l’urgence mais finalement Choco le principal c’est que cela te réussisses bien 😉 ! Bisous.
  5. Moi aussi, je ne fonctionnais qu’à ce régime là et depuis que j’ai commencé à travailler, j’ai changé de rythme pour plus de tranquillité…
    • j’essaie de me souvenir si dans mes différents boulots j’ai été comme ça ou pas …en fait ça dépend aussi du boulot je crois )
  6. Je suis comme toi et la vie professionnelle n’a rien arrangé. A chaque fois que j’ai fait les choses en avance, j’ai réalisé que je n’aurais pas dû puisqu’entretemps le brief a changé!!!!!
  7. en général, non! je déteste travailler dans l’urgence mais bon, ça m’arrive quand même hein…..
  8. Marie-Thé Reply
    Il m’arrive régulièrement de travailler dans l’urgence, et je suis terriblement efficace dans ces cas là, bizarrement ! Mais en principe, je suis plutôt organisée, j’anticipe, je planifie …
    La seule chose pour laquelle je procrastine à fond, c’est le ménage !!!!!!!
  9. exactement le même syndrome ici c’est terrible et ma devise : pourquoi faire demain ce que je peux faire après-demain … tu vois le genre ?
  10. La procrastination, ça use et c’est vraiment pénible.
    Bon courage pour ton rapport de stage!
  11. Je suis une trop grosse stressée de la vie pour remettre à plus tard mon travail, quand je peux le faire tout de suite. Mais parfois, j’aimerais procrastiner un peu plus. Car si je ne le fais pas pour mon boulot, c’est souvent ma vie et mes passe-temps que je remets à plus tard, sous prétexte de bosser. Et je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure solution non plus ! 🙂
    • je suis stressée aussi mais pourtant j’ai l’impression de n’être efficace que dans l’urgence )
  12. Je suis comme toi, j’ai besoin d’être au taquet, c’est stimulant… mais bon, à chaque fois, je m’en mords les doigts!
  13. Je suis un peu (beaucoup) comme ça, impossible de me mettre à un dossier, un examen, n’importe quoi en fait, sans l’adrénaline des dernières minutes qui passent…
  14. C’est tout moi… Les révisions la veille du bac avec l’excuse « Ce sera plus frais comme ça. », les dissertations jusqu’à 3 heures du mat à la fac… Et j’ai eu beau me dire à chaque fois, « La prochaine fois, tu t’y prendras avant, ce sera quand même moins pénible!!! », et bien aujourd’hui rien n’a changé… Je fais bien les choses, mais toujours à la dernière minute. Mais pourquoi est-on incorrigibles?!! Bon courage pour la fin de ton rapport en tout cas!
  15. Niet, impossible pour moi de procrastiner quand je sais que j’ai un truc à faire!! J’y arrive pas!! J’ai le syndrome « je fais mes devoirs en rentrant de l’école » même si l’école est déjà bien loin!! bonne journée.
  16. Je suis en pleine ecriture de mon memoire de m1 (qui doit donc etre un minimim serieux…), j’avais 4mois pour avancer bien que toutes les parties ne pouvaient l’etre vu que je n’avais pas les resultats de mon investigation. Et la je suis encore debout apres une nuit oresque blanche hier, en presque pleine forme a taffer parce que je dois le rendre lundi. Et comme certain(e)s ont commente, je suis foutument efficace (fusiiion cognitive! Je trouve les bons mots, la bonne syntaxe, des idees de fou…) alors que la semaine derniere j’ai passe des journees de 8h a la bu sans avancer une seule page, c’etait impossible. Je ne comprends pas… Peut etre un lien avec la chrono biologie et le fait qu’on ne se contraint a bosser la nuit que dans l’urgence. Je devrai essayer de bosser a l’avance mais de nuit pour voir… (Je pense m’endormir tres vite).
    Ca rassure de voir que je ne suis pas seule… Mon entourage ne me comprend pas. Et pourtant comme tu l’as dis pour ton cas, j’ai aussi de bons resultats. C’est le principal finalement…
    • comme tu dis, l’essentiel c’est que tu aies de bons résultats (après parfois cela peut engendrer du stress mais c’est peut être ce stress dont on a besoin )
  17. Perleamor Reply
    Oui Je plaide coupable je dois faire mon oral de brevet pour demain et le seul mot que j’ai marquer en 1h c’est Bonjour 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It