Parler d'ma vie

Mobilité professionnelle : discours et réalité

Souviens-toi c’était en 2007  déjà, la chasse aux fonctionnaires avait commencé, ces petits êtres maléfiques qui greffent le budget de l’état et sont la cause de la crise en France. Sarkozy demandait alors la mise en place d’un « droit à la mobilité reconnu pour chaque fonctionnaire de France » et défendait une intensification de l’individualisation des carrières et de l’accès à la formation continue pour les fonctionnaires.

Si je ne peux pas être d’accord sur cette volonté de réduire à tout prix les fonctionnaires (moins de personnel encadrant dans les écoles, moins de personnel infirmier dans les hôpitaux, fin de la police de proximité …), je ne suis pas en opposition avec l’idée qu’un fonctionnaire puisse bouger durant sa carrière..normal ça m’arrange personnellement.

Mais dans les faits, comment ça se passe lorsqu’on envisage une réorientation qui passe souvent par une formation ?

Logiquement on demande un congé formation (avec l’obligation de devoir 3 ans à l’état, ce qui parait assez logique étant donné que l’état paie le fonctionnaire 80% pendant sa formation …mais qui en même temps limite beaucoup les choses car il n’existe pas par exemple de libraire dans la fonction publique donc on oublie la formation de libraire).

Bref j’ai repéré une formation qui m’intéresserait et qui m’apporterait peut-être le petit plus qui manque actuellement à mon CV (si ce n’est la confiance) et je vais frapper au bureau des formations :

« Toc toc toc c’est pour un congé formation »

 » c’est votre première demande? vous êtes déjà catégorie A? vous savez combien de demandes on a chaque année? on accepte un seul dossier car on n’a plus les financements de l’état bref vous n’avez aucune chance…mais déposez quand même votre dossier, en France la paperasse on adore ça »

Quid des passerelles alors ? pour l’instant elles n’existent que dans les discours…La mobilité c’est un beau mot dont on se gargarise, une coquille vide.

Reste la solution du financement personnel par prêt à la banque…mais là j’avoue que j’ai les chocottes : peur de faire péricliter le ménage, peur d’accumuler les dettes, peur que la formation n’aboutisse pas sur une offre d’emploi et que cette année de formation ressemble au final à un caprice de trentenaire.

Alors se contenter de ce qu’on a même si on n’aime vraiment pas son boulot ou accepter de prendre des risques en sachant qu’on n’est pas seule dans le bateau ?

Tu en penses quoi toi ?

27 Comments

  1. Demander un détachement? Mais en effet, pour cela, il faudrait au préalable que tu sois formée pour le nouveau poste…
    L’histoire du prêt personnel me ferait peur aussi mais tu sembles quand même vraiment motivée… et la souffrance au travail encore 30 ans, tu imagines ça toi?
    Je ne sais te conseiller mais je suis triste que ce soit si compliqué de sortir de cette situation!
    • oui si je pars en formation, je demanderai un détachement mais ça veut dire 0 euros en salaire donc ce n’est pas une décision à prendre sur un coup de tête…
  2. De mon côté, j’essaie désespérément d’utiliser mes heures de DIF. Comme son nom l’indique c’est un DROIT. Mais ça fait déjà 5 fois que ma boîte refuse parce que ma demande concerne des cours d’italien et que la politique de l’entreprise est de n’accorder que des cours d’anglais. Sauf que je suis bilingue en anglais, que j’ai vécu 2 ans aux US donc je demande une exception…et ça passe pas ! Résultat : j’ai 72heures de DIF sur mon compte mais je ne peux pas les prendre !
    • c’est dingue que tu ne puisses pas utiliser ton DIF normalement même pour faire de la poterie tu as le droit !
  3. « Vivre, c’est risquer de mourir » 😉
    J’ai une idée pour toi, je n’avais pas compris que tu étais fonctionnaire, et qui plus est de catégorie A.
    Je te donne le conseil que je donne à ma fille traductrice, mais qui n’est pas réalisable pour elle puisqu’elle est « coincée » à Berlin (le papa de sa fille y habite) : prépare et passe le concours de documentaliste dans l’Education Nationale. Tu seras entourée de livres, de revues, et d’élèves et tu pourras bénéficier des congés scolaires, cool qand on a des enfants 😉
    Courage, n’abandonne pas tes rêves.
  4. en france c’est utopique ces passerelles…tu es cathaloguée dans un job et si tu veux changer faut être vraiment persévérante;… mais FONCE… faut faire ce qu’on aime dans la vie ou en tout cas essayer à fond!
    • je suis assez d’accord avec le fait d’être cataloguée…tu crois qu’il y a des endroits où les choses sont plus simples?
  5. j’y connais rien, mais est ce que quand tu dois 3ans à l’Etat, tu ne peux pas refaire 3ans dans l’ancien job, ta formation en poche? Bon, en l’ecrivant, ca n’a pas l’air la joie non lpus 😉

    Et sinon: OUI pour le risque, parce que JE SAIS que derriere, tu y arriveras (même à jeun, je tiens le même discours, avoue que c’est bon signe!)

    • quel intérêt de repartir 3 ans dans ton ancien poste et perdre le bénéfice de ta formation?
      sinon merci pour tes encouragements
  6. Tu n’as pas de sections syndicales dans ton boulot qui pourraient te donner un coup de pouce vis à vis du service des formations? Moi dans ma « boite » c’est ce que j’ai fait. Parce que être CDD dans la fonction publique, c’est une galère pour avoir accès à des formations. C’est aussi mon souci du moment.
    Et ils me donnent des pistes, font des recherches pour moi, pour m’aider, pour que je puisse me réorienter dans les meilleures conditions.
  7. Même sans aller jusque là, et que tu te démerdes pour faire tes formations toute seule avec tes sous, les employeurs ne sautent pas de joie sur les CV un peu atypique, avec des carrières originales, évolutives, des prises de risque : ce qu’ils voient c’est de l’instabilité ces cons… Faut savoir ce qu’on veut…
  8. Rien faire de peur de réaliser que c’était un caprice de trentenaire… Je vois très bien de quoi tu parles. Fais déjà le tri dans tes envies, puis pour chacune renseigne-toi, va voir des gens qui font ce métier, et si après ça une de tes envies est toujours là, GO!!!!!!!!!!!!
  9. C’est loin d’être simple en effet ! Je ne savais pas que tu étais fonctionnaire. Une amie à moi enseignante pensait demander une « mutation » vers un établissement privé pour raisons géographiques, cette possibilité lui est refusée visiblement !

    J’ai l’impression qu’il y a beaucoup d’effet d’annonce et que les fonctionnaires sont de moins en moins bien lotis, déjà que les salaires sont faibles ! Le mieux est de continuer à envoyer des CV dans le privé. Bon courage à toi !

  10. Je ne connais pas le cas particulier pour le fonctionnariat mais moi je penche pour la deuxième solution… c’est ce que va faire mon homme pour avoir un diplôme qui lui manque et qui lui permettra normalement de postuler à des jobs plus intéressants… alors oui ça sera un peu dur, surtout que c’est pris sur ses congés car c’est une formation en continu pendant qu’il travaille, que ça coûte cher mais on a bien réfléchi… s’il ne le fait pas maintenant après c’est fichu… ce n’est pas un caprice, je comprends ta peur mais on n’a qu’une vie; si tu penses que c’est ta chance pour un avenir meilleur, il faut la saisir…
  11. Comme je retrouve mes réflexions dans ton article ! Je suis également fonctionnaire, et qui plus est assistante sociale pour des agents de l’Etat. Régulièrement, je rencontre des gens qui sont mal dans leur poste de travail, qui veulent changer de poste mais soit on leur refuse leur mutation, soit c’est un parcours du combattant pour accéder à une formation. Résultat des courses ? Les gens vont mal, voient leur motivation diminuer, et finissent en congé de maladie pour dépression ! Yahou !
  12. J’en pense qu’ils sont prêts à tout pour faire des économies, et c’est lamentable!

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It