Parler d'ma vie

Le choix cornélien du week-end

Attention aujourd’hui je te cueille en pleine plage de repos par un questionnement existentiel de la mort. Tu croyais que tu allais pouvoir t’alanguir sur le canapé tranquillement avec un pot d’Haagen Dazs dans une main et la télécommande dans l’autre et voilà que je te demande de me pondre thèse-antithèse-synthèse.

The question qui tue : faut-il privilégier la qualité de vie sur l’intérêt du travail ou inversement? en clair  ferais-tu le choix de vivre dans un endroit déprimant (je ne vais citer aucun exemple, je pourrais en vexer certaines) , prix à payer pour un job intéressant ?

Je sais je sais  tu préférais mes sagas playmobil…t’inquiète elles reviendront quand j’aurais le temps pour photographier mes scénettes c’est à dire quand le chérubin dort (sinon il me bousille toute la scénographie en deux temps trois mouvements) et quand Playmobil aura décidé de me sponsoriser ad vitam eternam.

En attendant toutes les expériences sont les bienvenues, ça peut m’aider )

Plus que quelques jours pour me raconter ton rituel réconfortant et gagner un assortiment de thés…quelques exemples de rituels beauté ici !

38 Comments

  1. Très difficile de répondre à cette question : parfois des occassions comme ça se présentent dans la vie et c’est un risque… Parfois, ça paye, parfois non.

    Personnellement, il y a 2 ans, mon copain a eu une opportunité boulot intéréssante. On a quitté Marseille pour la Bourgogne, sans aucun problème ni regret. Mais, c’est quand même un changement radical, des habitudes de vie différentes, un boulot qui s’avère pas aussi épanouisant en réalité que sur le papier, on est loin de nos familles et amis, les nouvelles relations sont difficiles à tisser… donc on ne peut pas dire que l’expérience soit reussie à 100%.

    Mais je ne regrette pas un seul instant d’etre partie… sinon j’aurai toujours regretté de ne pas l’avoir fait et me serai demandé comment ça aurait pu être.

  2. nous sommes nous aussi partis il y a deux ans avec les enfants. le changement n’était pas si radical mais nous nous sommes retrouvés dans un coin déprimant à seulement 150km de chez nous.
    le boulot de Chéwi était de développer le secteur pour la boîte pour laquelle il travaille depuis 5 ans.
    C’était horrible, notre qualité de vie était bien dégradée à tous niveaux: financiers, familial, notre couple en a énormément souffert.on ne le voyait plus, il partait nous étions encore en train de dormir et il rentrait, les enfants étaient couchés. bien sur le weekend,il était claqué de sa semaine donc on faisait rien.

    tout ça pour finir que nous sommes repartis parce que le patron de Chéwi a décidé de fermer ce secteur.

    donc pour nous c’était une très mauvaise expérience et nous regrettons d’être partis, j’ai quitté mon emploi pour ça et depuis, je suis au chômage, je ne trouve pas de boulot.

  3. J’ai cinquante ans et je pense pouvoir dire que la qualité de vie est primordiale
    seulement si l amour du travail est indispensable à l équilibre il n y a pas photo il faut alors choir cette option et si le travail paie bien au bout de quelques année pouvoir certainement accéder à un plus bel appartement
    le tout est de s écouter et de savoir ce qui est le plus insupportable!
    ça n est qu un point de vue ;
    et très bon week end sans prise de tête ☼

  4. Ca dépend forcément de ce que tu attends de ta vie. Personnellement, je me suis toujours persuadée qu’un salaire minimum me suffirait tant que le job était ce que je voulais, et tant que j’étais heureuse. Donc, si ce n’est « que » moi, je ne changerai pas ma qualité de vie contre un travail… Apres si Tony avait une mega oportunité, why not si lui ça le tente, mais j’ai des conditions, genre: en ville et qu’il soit là les week end et qu’il ne rentre pas tard au moins 2/3fois dans la semaine de boulot…mouais…pas gagné ça! 😉
    en fait, ce que je me dis c’est: « si on est vraiment heureux pourquoi changé? »

  5. Je ne suis pas carriériste alors je ne dirais pas que j’opterais pour le job ! je serais plus pour la qualité de vie parce que c’est quand même l’essentiel : si tu n’as pas ça, comment peux tu supporter le reste ? L’idéal serait d’avoir une belle qualité de vie et un job pénard (mais chouette quand même… faut pas pousser) ! 😉 Pas évident à concilier mais je suis sûre que ça peut se trouver !

  6. aujourd’hui ma priorité c’est le bonheur de ma famille…et je crois que les enfants sont heureux si les parents le sont…
    si l’homme doit changer et parce qu’il sera heureux de son job…je le suivrai, le principal pour moi c’est que nous soyons bien ensemble… la question s’est déjà posée tu le sais !!!!!!!

  7. Il y a quelques années j’aurais sacrifié ma vie perso pour mon boulot… mais plus maintenant! Ce que t’apporte ton travail n’est rien en comparaison de l’amour et l’amitié que peuvent te donner tes proches!

  8. Là tu cherches les commentaires de 30 lignes!
    Disons que pour moi le choix est déjà fait, je suis instit à mi-temps et mon travail me plaît!
    Par contre c’est sûr que niveau salaire ben c’est pas terrible et on vit à la campagne (alors que je préfère la ville) parce que les maisons sont trop chères en ville! Mais j’ai presque tout mes mercredis et mes vacances, pour garder les enfants, c’est plus pratique…
    Alors après est-ce un choix réel ou un choix induit par mon éducation??

  9. J’ai toujours eu la chance d’avoir un job où je m’éclatais sans faire trop de sacrifices mais c’est clair qu’avec les enfants, les perspectives changent et la qualité de vie prime…

  10. selon moi, il faut privilégier la qualité de vie! je n’aime pas les gens qui te demandent en guise de présentation « et tu fais quoi comme boulot ? » je ne me définis pas par mon travail, mais par mes passions. je ne fais que des petits boulots qui me laissent du temps pour mes passions car je n’ai pas eu la chance de trouver mon job de rêve pour l’instant…
    et je préfèrerai gagner moins et avoir un job intéressant, ou gagner moins et avoir plus de temps libre, que de gagner plus et me tuer au travail sans avoir de vie à côté..

  11. Un peu difficile de répondre à cette question un samedi matin, j’ai l’impression d’être en entretien d’embauche !
    Je vais quand même essayer…
    Je crois sincèrement que la qualité de vie, l’environnement sont essentiels. L’hiver dernier j’ai effectué un stage qui sur le papier était parfait. En réalité, la boîte se trouvait hors de Lyon. J’avais 45 min de transport en commun avec un changement… Ajoute a cela le fait que la boite se trouvait dans une zone entourrée de grue, rien a proximité, surtotu si tu ne dispose pas de voiture… J’ai très vite réalisé comme cela pouvait faire la différence avec un job dans un endroit agréable. Ce seont des petits détails mais c’est ce qui te motive (ou pas) le matin pour aller bosser

  12. ma ville me plait (quoique je n’y suis plus si attachée que ça…), mon boulot non et pas grand chose ne nous retient ici (les parents, âgés, de mon copain ça oui par contre).
    Je mettrais bien les voiles pour avoir mieux même si la ville est plus moche (et il faudrait aussi que les soins médicaux soient adaptés pour le petit, ce qui reste une autre histoire).
    (tu as une mutation ou bien?)

  13. Dans ta questions tu supposes qu’on ne peut pas avoir les deux : la qualité de vie perso et un boulot intéressant… idéaliste, je continue de croire que les 2 sont compatibles…dans les faits, il y a quelques jours mon chef m’a ramenée à la réalité en me disant que mes perspectives de promotion étaient mortes depuis que je leur avais fait le coup du congé maternité ! Ils ont peur que je fasse le 2iè et donc on ne me propose rien de bien… clairement je l’analyse comme de la jalousie de la part d’un chef qui n’a aucune vie perso (pas d’enfant et couple à la dérive)… mais gardons espoir ! Juste curieuse : de quel endroit déprimant parles-tu ?

  14. Tout dépend ce que tu appelles qualité de vie, et puis ce sont des critères qui évoluent au fil de ta vie… Disons que je ne me vois pas quitter Paris, je ne sais pas en fait…. Faudrait que je réfléchisse…

  15. J’aimerais pouvoir dire que je privilégierais l’intérêt du job, que je suis belle, que je suis pas une corrompue, que l’argent je m’en fous, etc.
    Mais c’est pas vrai. Je suis vénale, j’aime l’argent, alors je crois que je préférerais avoir un boulot de merde et bien payé. Oui je suis une vilaine personne mais je suis honnête.

  16. Nous avons fait des choix : privilégier notre qualité de vie plutôt que le niveau de vie :p
    Alors Zhom a cessé de travailler pour s’occuper de la maison, de Fiston et de moi 🙂
    Je rentre manger à la maison le midi.
    On ne regrette pas notre choix même si financièrement ce ne fut pas toujours facile…

  17. : et le soleil ne vous manque pas?

    @Maman Bobo : aviez-vous vraiment le choix à l’époque? peut être que si vous n’aviez pas déménagé ton mari aurait perdu son emploi…j’espère que tu vas retrouver du travail

    @cleopat : je ne cherche pas un job très bien payé mais un job pour lequel j’ai envie de me lever le matin vu qu’on va travailler de plus en plus longtemps

    @Cranemou : j’aime bien ta conclusion mais moi je suis du genre perpétuelle insatisfaite, c’est ma nature ))

    @La parisienne : j’ai l’impression que l’un se fait forcément au détriment de l’autre et que ça marche dans les deux sens

    @Virginie B : oh oui la question s’est posée pour toi de manière particulièrement réelle !

    @

  18. @Aurélie : je suis d’accord mais on passe malheureusement plus de temps au travail qu’avec ses amis ou ses proches

    @Mimilady :le mi-temps m’aiderait sûrement à supporter un travail pas intéressant (je dis pas que c’est ton cas) mais financièrement il faudrait qu’on quitte Lyon

    @LucKy Sophie :un job dans lequel on s’éclate…c’est un peu de la science fiction pour moi )

    @Papillotte : j’aime beaucoup ta vision de la vie et du travail !

    @Flo : désolée pour le côté entretien d’embauche )

    @Pivoine : non non pas de mutation, parfois je vois des postes intéressants dans des endroits pas forcément glamour )

    @Christine : pour moi un endroit où il pleut 365 jours par an (si ça existe j’y ai vécu gamine par exemple) c’est déprimant

    @Océane : alors tu as réflêchi ? )

    @Célib & stup : tu es jeune aussi )

    @Herisson08 : tu as raison on se fait parfois des idées sans connaitre

    @Cathnounourse : vous avez gagné en bonheur non? c’est l’essentiel

  19. Très difficile de répondre à cette question : parfois des occassions comme ça se présentent dans la vie et c’est un risque… Parfois, ça paye, parfois non.

    Personnellement, il y a 2 ans, mon copain a eu une opportunité boulot intéréssante. On a quitté Marseille pour la Bourgogne, sans aucun problème ni regret. Mais, c’est quand même un changement radical, des habitudes de vie différentes, un boulot qui s’avère pas aussi épanouisant en réalité que sur le papier, on est loin de nos familles et amis, les nouvelles relations sont difficiles à tisser… donc on ne peut pas dire que l’expérience soit reussie à 100%.

    Mais je ne regrette pas un seul instant d’etre partie… sinon j’aurai toujours regretté de ne pas l’avoir fait et me serai demandé comment ça aurait pu être.

  20. nous sommes nous aussi partis il y a deux ans avec les enfants. le changement n’était pas si radical mais nous nous sommes retrouvés dans un coin déprimant à seulement 150km de chez nous.
    le boulot de Chéwi était de développer le secteur pour la boîte pour laquelle il travaille depuis 5 ans.
    C’était horrible, notre qualité de vie était bien dégradée à tous niveaux: financiers, familial, notre couple en a énormément souffert.on ne le voyait plus, il partait nous étions encore en train de dormir et il rentrait, les enfants étaient couchés. bien sur le weekend,il était claqué de sa semaine donc on faisait rien.

    tout ça pour finir que nous sommes repartis parce que le patron de Chéwi a décidé de fermer ce secteur.

    donc pour nous c’était une très mauvaise expérience et nous regrettons d’être partis, j’ai quitté mon emploi pour ça et depuis, je suis au chômage, je ne trouve pas de boulot.

  21. J’ai cinquante ans et je pense pouvoir dire que la qualité de vie est primordiale
    seulement si l amour du travail est indispensable à l équilibre il n y a pas photo il faut alors choir cette option et si le travail paie bien au bout de quelques année pouvoir certainement accéder à un plus bel appartement
    le tout est de s écouter et de savoir ce qui est le plus insupportable!
    ça n est qu un point de vue ;
    et très bon week end sans prise de tête ☼

  22. Ca dépend forcément de ce que tu attends de ta vie. Personnellement, je me suis toujours persuadée qu’un salaire minimum me suffirait tant que le job était ce que je voulais, et tant que j’étais heureuse. Donc, si ce n’est « que » moi, je ne changerai pas ma qualité de vie contre un travail… Apres si Tony avait une mega oportunité, why not si lui ça le tente, mais j’ai des conditions, genre: en ville et qu’il soit là les week end et qu’il ne rentre pas tard au moins 2/3fois dans la semaine de boulot…mouais…pas gagné ça! 😉
    en fait, ce que je me dis c’est: « si on est vraiment heureux pourquoi changé? »

  23. Je ne suis pas carriériste alors je ne dirais pas que j’opterais pour le job ! je serais plus pour la qualité de vie parce que c’est quand même l’essentiel : si tu n’as pas ça, comment peux tu supporter le reste ? L’idéal serait d’avoir une belle qualité de vie et un job pénard (mais chouette quand même… faut pas pousser) ! 😉 Pas évident à concilier mais je suis sûre que ça peut se trouver !

  24. aujourd’hui ma priorité c’est le bonheur de ma famille…et je crois que les enfants sont heureux si les parents le sont…
    si l’homme doit changer et parce qu’il sera heureux de son job…je le suivrai, le principal pour moi c’est que nous soyons bien ensemble… la question s’est déjà posée tu le sais !!!!!!!

  25. Il y a quelques années j’aurais sacrifié ma vie perso pour mon boulot… mais plus maintenant! Ce que t’apporte ton travail n’est rien en comparaison de l’amour et l’amitié que peuvent te donner tes proches!

  26. Là tu cherches les commentaires de 30 lignes!
    Disons que pour moi le choix est déjà fait, je suis instit à mi-temps et mon travail me plaît!
    Par contre c’est sûr que niveau salaire ben c’est pas terrible et on vit à la campagne (alors que je préfère la ville) parce que les maisons sont trop chères en ville! Mais j’ai presque tout mes mercredis et mes vacances, pour garder les enfants, c’est plus pratique…
    Alors après est-ce un choix réel ou un choix induit par mon éducation??

  27. J’ai toujours eu la chance d’avoir un job où je m’éclatais sans faire trop de sacrifices mais c’est clair qu’avec les enfants, les perspectives changent et la qualité de vie prime…

  28. selon moi, il faut privilégier la qualité de vie! je n’aime pas les gens qui te demandent en guise de présentation « et tu fais quoi comme boulot ? » je ne me définis pas par mon travail, mais par mes passions. je ne fais que des petits boulots qui me laissent du temps pour mes passions car je n’ai pas eu la chance de trouver mon job de rêve pour l’instant…
    et je préfèrerai gagner moins et avoir un job intéressant, ou gagner moins et avoir plus de temps libre, que de gagner plus et me tuer au travail sans avoir de vie à côté..

  29. Un peu difficile de répondre à cette question un samedi matin, j’ai l’impression d’être en entretien d’embauche !
    Je vais quand même essayer…
    Je crois sincèrement que la qualité de vie, l’environnement sont essentiels. L’hiver dernier j’ai effectué un stage qui sur le papier était parfait. En réalité, la boîte se trouvait hors de Lyon. J’avais 45 min de transport en commun avec un changement… Ajoute a cela le fait que la boite se trouvait dans une zone entourrée de grue, rien a proximité, surtotu si tu ne dispose pas de voiture… J’ai très vite réalisé comme cela pouvait faire la différence avec un job dans un endroit agréable. Ce seont des petits détails mais c’est ce qui te motive (ou pas) le matin pour aller bosser

  30. ma ville me plait (quoique je n’y suis plus si attachée que ça…), mon boulot non et pas grand chose ne nous retient ici (les parents, âgés, de mon copain ça oui par contre).
    Je mettrais bien les voiles pour avoir mieux même si la ville est plus moche (et il faudrait aussi que les soins médicaux soient adaptés pour le petit, ce qui reste une autre histoire).
    (tu as une mutation ou bien?)

  31. Dans ta questions tu supposes qu’on ne peut pas avoir les deux : la qualité de vie perso et un boulot intéressant… idéaliste, je continue de croire que les 2 sont compatibles…dans les faits, il y a quelques jours mon chef m’a ramenée à la réalité en me disant que mes perspectives de promotion étaient mortes depuis que je leur avais fait le coup du congé maternité ! Ils ont peur que je fasse le 2iè et donc on ne me propose rien de bien… clairement je l’analyse comme de la jalousie de la part d’un chef qui n’a aucune vie perso (pas d’enfant et couple à la dérive)… mais gardons espoir ! Juste curieuse : de quel endroit déprimant parles-tu ?

  32. Tout dépend ce que tu appelles qualité de vie, et puis ce sont des critères qui évoluent au fil de ta vie… Disons que je ne me vois pas quitter Paris, je ne sais pas en fait…. Faudrait que je réfléchisse…

  33. J’aimerais pouvoir dire que je privilégierais l’intérêt du job, que je suis belle, que je suis pas une corrompue, que l’argent je m’en fous, etc.
    Mais c’est pas vrai. Je suis vénale, j’aime l’argent, alors je crois que je préférerais avoir un boulot de merde et bien payé. Oui je suis une vilaine personne mais je suis honnête.

  34. Nous avons fait des choix : privilégier notre qualité de vie plutôt que le niveau de vie :p
    Alors Zhom a cessé de travailler pour s’occuper de la maison, de Fiston et de moi 🙂
    Je rentre manger à la maison le midi.
    On ne regrette pas notre choix même si financièrement ce ne fut pas toujours facile…

  35. : et le soleil ne vous manque pas?

    @Maman Bobo : aviez-vous vraiment le choix à l’époque? peut être que si vous n’aviez pas déménagé ton mari aurait perdu son emploi…j’espère que tu vas retrouver du travail

    @cleopat : je ne cherche pas un job très bien payé mais un job pour lequel j’ai envie de me lever le matin vu qu’on va travailler de plus en plus longtemps

    @Cranemou : j’aime bien ta conclusion mais moi je suis du genre perpétuelle insatisfaite, c’est ma nature ))

    @La parisienne : j’ai l’impression que l’un se fait forcément au détriment de l’autre et que ça marche dans les deux sens

    @Virginie B : oh oui la question s’est posée pour toi de manière particulièrement réelle !

    @

  36. @Aurélie : je suis d’accord mais on passe malheureusement plus de temps au travail qu’avec ses amis ou ses proches

    @Mimilady :le mi-temps m’aiderait sûrement à supporter un travail pas intéressant (je dis pas que c’est ton cas) mais financièrement il faudrait qu’on quitte Lyon

    @LucKy Sophie :un job dans lequel on s’éclate…c’est un peu de la science fiction pour moi )

    @Papillotte : j’aime beaucoup ta vision de la vie et du travail !

    @Flo : désolée pour le côté entretien d’embauche )

    @Pivoine : non non pas de mutation, parfois je vois des postes intéressants dans des endroits pas forcément glamour )

    @Christine : pour moi un endroit où il pleut 365 jours par an (si ça existe j’y ai vécu gamine par exemple) c’est déprimant

    @Océane : alors tu as réflêchi ? )

    @Célib & stup : tu es jeune aussi )

    @Herisson08 : tu as raison on se fait parfois des idées sans connaitre

    @Cathnounourse : vous avez gagné en bonheur non? c’est l’essentiel

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It