Tag

spécialités

Browsing

Après vous avoir parlé de Nice, de l’île Saint Honorat et de Saint Paul de Vence, je ne pouvais pas refermer cet épisode « riviera » sans tenter de dresser une liste (bien entendu non exhaustive) des choses à voir et à faire sur la Côte d’Azur. J’ai testé la plupart de ces suggestions, quelques unes correspondent à des idées à explorer pour un autre séjour.

1-Aller au marché

C’est un de mes incontournables quand je suis en voyage, j’aime aller voir l’ambiance, les couleurs, les produits locaux des marchés où je suis et à Nice entre le marché du cours Saleya (dont son beau marché aux fleurs) et le marché du quartier de la libération (avec tout au bout, des beaux étals de poissons), on en prend plein les yeux.

2-Découvrir la promenade du paillon à Nice

Si vous n’avez pas mis les pieds à Nice depuis plusieurs années comme c’était mon cas, alors vous découvrirez cette nouvelle coulée verte qui sépare le Vieux et le « nouveau » Nice appelée promenade du Paillon. Jeux d’eaux, de lumière, bancs pour bouquiner au soleil, palmiers, voilà l’endroit parfait pour se poser et ne rien faire si ce n’est profiter du lieu.

3- Jouer la carte de la street food locale

Venir sur la Côte d’Azur et ne pas goûter la fameuse socca (crêpe à la farine de pois chiches) ou le pan bagnat, c’est un peu comme venir à Lyon et bouder les pralines.

4-Se perdre dans les ruelles du Vieux Nice

Avant de partir dans un endroit que je ne connais pas, je passe pas mal de temps à lire des guides, des articles de blog, à glaner et noter des conseils mais une fois sur place, je n’aime pas rester la tête sur mon plan. Pour prendre le pouls du Vieux Nice, il n’y a rien de mieux que de tourner au hasard des ruelles typiques de ce quartier.

5-Rouler sur la promenade des anglais en Segway

J’ai testé le gyropode Segway avec Mobilboard pour la première fois à Nice. Étant donné mon degré de non-sportivité, juste avant de monter sur cet engin, j’étais en mode « j’y vais mais j’ai peur ». Je m’imaginais déjà tombant ou ne réussissant pas à manœuvrer l’appareil. Contre toute attente, il n’y a rien de difficile, pas besoin d’avoir l’équilibre, d’être douée en ski ou autre aptitude particulière. Avant de démarrer la balade, un des accompagnateurs vous forme (en 2 minutes chrono car c’est vraiment simple) aux mouvements de base et en voiture Simone.

C’est donc en mobilboard que j’ai redécouvert la promenade des Anglais sous un soleil insolent pour la saison (ah oui c’est vrai, là bas il fait tout le temps beau) avant de passer au marché Cours Saleya, dans le Vieux Nice et de finir par la promenade du Paillon.

Pour moi, c’est une très bonne façon d’avoir un premier aperçu d’une ville que l’on ne connait pas (plus rapidement qu’à pieds et de manière plus sympa qu’en transports en commun) et de repérer les coins où on a envie de revenir pour se balader à pieds cette fois, faire des photos, etc.

 

crédit photo : Travel me happy

6-Tenter les panisses

Eh non je ne connaissais pas encore les panisses, qui pourraient faire penser un peu à de la polenta mais avec de la farine de pois chiches. J’en ai finalement goûté grillées en apéro, bien assaisonnées c’est très bon.

7-…et la tourte de blettes sucrées

Autre incontournable culinaire de la région : la tourte de blettes qui se décline en version salée mais aussi sucrée. J’en ai vu dans la vitrine du pâtissier Pascal Lac mais c’est au restaurant de l’hôtel Baie des Anges à Antibes que j’ai cédé à la curiosité. Particulier mais pas mauvais.

 

8-Monter les escaliers du château pour admirer le coucher du soleil depuis là haut

Le spot gratuit pour regarder le soleil glisser dans la mer et la promenade des Anglais se dérouler à vos pieds ? La colline du château. On y accède soit par des escaliers soit en prenant un ascenseur (à certains horaires) et une fois là haut, on en prend plein les mirettes.

 

9-Commencer la journée par une vue panoramique

De l’hôtel Mercure Nice Centre Notre Dame où j’ai passé une nuit très reposante, je me souviendrai la literie super confortable (je veux le même matelas chez moi), la grande salle de bains, du plateau thé/café (eh oui j’ai l’habitude de ma petite tisane du soir),  mais aussi de la vue à 360° sur la ville depuis le rooftop de l’hôtel. Vous pouvez y boire un verre ou même aller vous rafraichir dans la piscine.

10-S’attabler chez Joyalife pour le brunch

Je vous ai déjà parlé de cette adresse dans un article spécial brunch : le buffet est à volonté et tout est frais, les jus de fruits et légumes sont délicieux, la déco n’est pas standardisée et si vous venez avec des enfants, un espace de jeux est prévu pour eux.

11-Visiter la fondation Maeght à St Paul de Vence

Se rend-t-on à la fondation Maeght pour le site ou pour les expositions et les collections? Les deux, mon Général : ) En arrivant, j’ai trouvé le lieu magique immédiatement avec sa végétation, ses oeuvres intégrées au bâtiment et à la nature (la cour Giacometti, le labyrinthe Miró peuplé de sculptures et de céramiques, la mosaïque murale de Chagall…) et son architecture. Pendant la visite on navigue entre salles intérieures, terrasses, cour et patio et c’est très agréable.

Christo et Jeanne Claude exposaient, à cette époque, une construction extérieure, haute de 9 mètres, longue de 17 et large de 9 . Ce « Mastaba » était tellement monumental que non seulement, il redéfinissait la cour Giacometti mais il s’intégrait totalement à l’architecture générale, se donnant à voir sous différents angles (par dessus, en fond, de loin) au cours de la visite.

Je doute que mes photos montrent combien on se sent dans une bulle dans cette fondation située à Saint Paul de Vence mais je peux vous dire qu’on a du mal à en partir.

 

12-Aller de galerie en points de vue dans le village de Saint Paul de Vence

Jusqu’il y a quelques mois, Saint Paul de Vence n’était qu’un nom de village pour moi, souvent évoqué dans des conversations familiales, lu dans des romans (je pense en particulier à Charlotte de Foenkinos). Imaginez un endroit perché, des maisons en pierre, un nombre de galeries assez dingue, des joueurs de pétanque, des histoires à propos des artistes qui ont habité ici, de la verdure autour et dans les ruelles, des panoramas qui laissent coi…et en images c’est ici.

13-Se prendre pour une star de cinéma sur la Côte d’Azur

Quand on pense à la Côte d’Azur, on pense forcément au festival de Cannes, aux starlettes et au tapis rouge mais les liens entre cette région et le cinéma sont beaucoup plus riches. De nombreux films ont été tournés sur la Côte d’Azur, il existe même une application Ciné Paca qui permet aux cinéphiles de découvrir les lieux de tournage des scènes mythiques du cinéma, tournées dans la région et qui propose un itinéraire à la carte.

Le Musée éphémère du cinéma à Cannes offre la possibilité au public de participer en créant son propre film en trois heures dans un studio de cinéma spécialement aménagé à cet effet.

Vous pouvez également vous mettre derrière le volant d’une décapotable grâce à la société Rent a Classic Car et vous la jouez star (on avait prévu les lunettes de soleil mais pas les foulards). Je n’y connais rien en voiture (et je ne conduis pas) mais allez lire le bel article de Denis, il en parle très bien.

14-Déconnecter sur les îles de Lérins

Juste en face de Cannes, existe un petit paradis où l’on se sent loin de tout et incroyablement bien : il s’agit des îles de Lérins. J’ai visité l’une d’elle, Saint Honorat  et j’espère avoir l’occasion de prendre le bateau un jour pour l’île Sainte Marguerite (j’ai une attirance pour les îles )).

 

15-Découvrir le Cannes Nature

En dehors des îles de Lérins, les façons de se mettre au vert autour de Cannes  ou de découvrir la ville dans sa facette « nature » ne manquent pas. Dans le guide « Cannes version nature » (disponible à l’Office du Tourisme), j’ai noté une balade en forêt dans le parc naturel de la Croix des Gardes, la promenade du canal de la Siagne (dont une partie sur les pas de Bonnard), la visite guidée historique des ruelles du Suquet, la visite de la villa Rostchild et de son jardin classé monuments historiques.

 

16-Poser ses bagages à OKKO Hôtel Cannes

J’ai eu l’occasion de dormir une nuit à OKKO hôtel Nantes Château  et j’ai retrouvé à OKKO hôtel Cannes, le « style » OKKO dans la chambre, à la fois épuré et douillet, design et très fonctionnel. La spécificité et le gros plus de cet hôtel c’est l’emplacement du club (la pièce où se tient le petit déjeuner mais dans laquelle on peut aussi déguster une planche apéro en soirée, avec le principe « faites comme chez vous », tout étant à la disposition du client), situé au dernier étage du bâtiment et baigné d’une lumière incroyable qui varie selon les heures du jour.

A part ça, gros coup de cœur pour le petit déjeuner, copieux, varié et qui propose toujours des produits de la région.

côte d'azur

Côté d'Azur

Je voudrais le même bain de lumière que dans le salon de @okkohotels de CANNES pour bien commencer la journée 🌞

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

17-S’installer au salon de thé de Jérôme de Oliveira

Il y a des pâtisseries qu’on n’oublie pas, même des années après, c’est le cas de celles dégustées au salon de thé Intuitions de Jérôme de Oliveira à Cannes où j’ai eu la chance d’aller une fois.

18-Se faire chouchouter à Antibes

Mon grand week-end sur la Côte d’Azur s’est terminé par une nuit à l’Hôtel Baie des Anges qui, comme son nom l’indique, surplombe la Baie des Anges et offre une vue à la fois sur les eaux bleues de la mer Méditerranée et sur le massif des Alpes du Sud (légèrement enneigé à l’époque). J’ai réglé mon réveil sur l’heure du lever du soleil et depuis la terrasse de ma chambre, j’ai admiré le spectacle.

La veille , j’avais profité de l’espace marin de l’Hôtel et en particulier du parcours marin intérieur d’eau de mer chauffée (équipé de cols de cygne bouillonnants -merveilleux pour se délasser les épaules et le haut du dos- et d’un jacuzzi ) et du hammam.

Côté cuisine, le chef  des restaurants, Lyes Abidi, travaille des produits de saison, sainement mais avec saveur. Le  lieu permet à la fois de prendre soin de soi (avec toute une gamme de soins à la carte), de se reposer et de profiter des beautés de la région (avec un système de navette gratuite pour se rendre dans le centre d’Antibes).

 

19-Emprunter le train qui longe la côte d’Antibes à Nice

Le train s’arrête partout, la durée du voyage est un peu longue mais que le trajet est beau d’Antibes à Nice, longeant la mer puis passant dans des paysages aux couleurs ocres. J’avais prévu de bouquiner mais finalement j’avais les yeux scotchés sur ce qui se déroulait derrière la vitre.

 

20-Se sucrer le bec chez …

Partout où je pars, je repère les adresses de pâtisseries (y a même des endroits qui sont recalés pour cela, j’avoue )) et sur la Côte d’Azur j’en ai au moins vu 3 que j’aimerais tester : la pâtisserie de Pascal Lac et la pâtisserie Canet à Nice, la pâtisserie Lilian Bonnefoy à Antibes (ah le chou poires gianduja posté sur Instagram par Travelling foodista j’en rêve)

Voilà je crois que j’ai fait le tour, non pas des richesses que propose la région Côte d’Azur mais de ce que j’en ai aperçu et qui m’a donné envie d’y retourner : )

Je n’aime pas les diktats culturels : les 100 livres à lire absolument sous peine d’être inculte, les 100 films à voir pour être admis dans le cercle des cinéphiles, les 100 CD à posséder pour avoir une bibliothèque musicale idéale, les 100 livres pour enfants pour une éducation parfaite.

Néanmoins quand j’ai feuilleté le livre Les 120 spécialités à avoir goûté au moins une fois dans sa vie (bien plus intéressant qu’une rolex, non? ), j’étais prêt à me plier à cette exigence gastronomique.

Des exemples?

Le cornet végétarien d’Alain , une galette bio garnie de légumes et de fromage de chèvre.

crédit photo : God, I love Paris

Le Kouglof d’Olivier Nasti (Kaysesburg)

crédit photo : le Chambar

Le miel corse de Pierre Carli

Le carrot cake de Rose Bakery

crédit photo : Effusionoffancy

ou bien encore le chorizo de Didier Arrieta, le salers de Caldeyroux, le Kouignamann  de Jean Yves Bordier, la tarte aux myrtilles de Patrick Chevallot, les raviolis niçois, la pogne de Romans …

Verdict? sur les 120 spécialités présentées dans le livre avec bien souvent le portrait d’un artisan, une bonne adresse et parfois une recette, je n’en ai goûté que très peu !

Voilà une bonne occasion de partir pour un tour de France gourmand )

Et toi des spécialités à recommander absolument ?

Edit : voilà la façon dont j’ai voyagé cette semaine…tu as jusqu’à dimanche pour publier et raconter le tien. Les participations sont mises en ligne chaque semaine le dimanche sur Fais toi la belle.

Oh qu’il est frais mon poisson..et oh qu’il est moins cher qu’à Lyon aurais-je pu ajouter quand je me suis baladée dans les marchés bretons ou dans les halles aux poissons…non mais regarde moi ces crabes (et dire que je n’ai pas eu le temps d’en goûter !), remarque moi ces crustacés, c’est étrange mais j’ai tout de suite moins peur de l’indigestion quand ils viennent juste d’être pêchés.

Tu crois que je suis une incorrigible gourmande, ce qui n’est pas totalement faux mais note que je ne suis même pas repartie avec une galette au cidre, ni avec quelques bouteilles d’ailleurs…fallait bien que je trouve une raison pour retourner dans ce coin de France )

Quand j’ai pris en photo les deux barquettes de fraises de Plougastel (délicieuses, sucrées), mon fils m’a demandé si je jouais au jeu des différences ) …oui pas toujours facile d’avoir une maman blogueuse, on s’interroge sur ma santé mentale

Je ne te fais pas l’offense de te présenter le Kouig Amann sûrement un des desserts les plus gras et caloriques au monde…c’est peut-être pour ça que c’est aussi bon ) …. je n’ai pas été emballée par la version individuelle des fars bretons que j’ai trouvé très secs là où je les ai achetés

Il aurait été franchement étrange de traverser l’hexagone et de bouder les crêpes version salée ou version sucrée (quand je vois le prix d’une crêpe à Lyon ou à Paris en comparaison, je ne comprends pas…même farine, même ingrédient, non? à moins que le coût du déracinement breton soit répercuté sur la carte, les cuisiniers ont une prime d’éloignement? )

Et je ne te parle même pas des moules frites, du caramel au beurre salé, des galettes bretonnes, des fromages, non non je ne t’en parle même pas …

Et toi, une spécialité bretonne que tu aimes tout particulièrement?

As-tu remarqué que les spécialités que tu goûtes sur un lieu de vacances n’auront jamais la même saveur si tu les refais à la maison, même en cherchant la recette parfaite, en la perfectionnant et en y apportant tout ton amour? il manquera toujours ce petit quelque chose un peu magique…du coup pour le moment, je me suis abstenue de chercher si je trouvais sur un blog comment se réalise la fougasse d’Aigues Mortes, une délicieuse brioche parfumée à la fleur d’oranger que j’ai découverte cet été.

A la maison de la méditerranée, véritable caverne d’ali baba provençale que je te conseille de visiter si tu es dans le coin et que tu cherches un souvenir à ramener dans tes bagages, j’ai aussi découvert que le pastis à la Violette existait.

 

que le muscat se déclinait en trois couleurs …

que l’huile d’olive peut être présentée en coffret ou bouteille couchée comme s’il s’agissait d’une cave …

 

que le nougat pouvait se déguster en part de tarte (enfin le VRAI nougat reste à Montélimar tout de même)

Et toi, y a t-il un lieu que tu associes à un souvenir gustatif indépassable?


Je l’ai souvent écrit ici mais il y a une cuisine que je place au dessus de tout, une pour laquelle j’ai envie de boucler ma valise, une qui me pousse à chercher les restaurants spécialisés sur Lyon, une qui me fait saliver rien qu’à l’évocation du nom des spécialités : la cuisine italienne !

Alors quand j’ai reçu le livre de cuisine La cuillère d’argent qui est la bible de la cuisine italienne, j’ai pris soin de feuilleter le livre après avoir dîné )

Le livre est une véritable somme, des antipasti aux pizzas, des plats de résistance aux pâtes fraîches, du risotto aux légumes façon italienne, du tiramisu à l’omelette sucrée voilà de quoi réaliser des milliers de repas comme si je m’appelais Isabella.

Alors par quoi je commence ?

une pizza Napolitaine ?

des raviolis au potiron ?

un tiramisu ?

..ou bien des crostinis au speck et à la crème de pomme, une ribolitta, des gnocchi à la langoustine,  une frittata aux courgettes, une saltimbocca à la romaine, un flan piémontais, une tarte à la ricotta et aux raisins de Smyrne?

♥♥♥ la variété des recettes, des plus simples aux plus élaborées, le découpage du livre, le vocabulaire culinaire proposé en annexe, les repas de chef pour clôturer le livre, les photos toujours appétissantes, le titre des recettes traduit en italien (ça chante déjà dans ma cuisine ).

 

Le week-end dernier j’étais en vadrouille à Annecy et si je n’ai pas rapporté de chocolat de cette escapade, je me suis bien entendu arrêter devant les chocolatiers du coin :

Yves Thuirès, meilleur ouvrier de France et dont la boutique en ligne te donnera une idée de ses spécialités

la tommette version chocolatée, du léger, rien du léger

les macarons pour les gens d’Annecy ressemblent à ça

les buchettes je crois, autre spécialité

Je n’avais pas prévu un parcours spécial chocolat (déjà mon fils a soupiré « ah c’est encore pour ton blog« ), du coup j’ai raté la vitrine de Philippe Rigollot (avec un nom comme ça, il doit être sympathique, non? ) et le salon de thé Au fidèle Berger réputé entre autre pour son chocolat chaud était fermé.

Et toi, une spécialité chocolatée dans ta ville, dans ton coin?

Leur weekly chocolate :

Fais belle la casa et ses affiches

Virginie B propose un voyage en chocolat

Anaïs et ses robes en chocolat

L’instinct des thés et les mascarons de Bordeaux

Arwen et les cailloux du Faron ..et j’en profite pour vous inciter à participer aux deux ans de son blog !

Pacic et sa Ferrari en chocolat

Elly02 et  la chocolaterie Caillet en Suisse

Lucky Sophie et ses boissons au lait chocolaté ou à la fraise

Pin It