Tag

saga

Browsing

Aujourd’hui je me la joue booktubeuse sauf que la star ce n’est pas moi mais le livre (je vais essayer de trouver d’autres idées que le plan fixe sur la couverture sans qu’on voit ma bobine, c’est ma première, soyez indulgent). Ma mission consiste donc à vous convaincre en 1 minute 30 (j’étais partie sur 30 secondes mais c’est vraiment trop court !) que le roman Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda (dont je n’ai rien lu d’autre et dont je n’avais pas entendu parler…c’est la quatrième de couverture qui m’a donné envie de l’ouvrir) est LE roman que vous devez lire cet été sur la plage, sur votre transat, sur votre terrasse ou votre balcon, devant votre ventilo, au bureau…fill the blank : )

500 pages où vous serez loin, en Inde, aux États-Unis, dans la peau d’un futur médecin, dans les services d’urgence d’un hôpital, dans la peau d’une jeune femme mariée sans son consentement…vous allez vivre au moins deux vies en plus de la vôtre et vous n’aurez pas envie de quitter les personnages d’Un fils en or !

A lire absolument cet été from virginie on Vimeo.

J’ai oublié de vous dire dans la vidéo que l’auteur, en plus de son talent d’écriture, a le don de vous mettre l’eau à la bouche à chaque fois qu’il évoque des plats indiens ou des plats mexicains goûtés par le personnage principal en Amérique.

Si vous lisez Un fils en or, n’hésitez pas à venir me le dire ici ou si je vous ai donné envie, un petit commentaire ça fait toujours plaisir ; )

Et vous, vous savez quel sera votre livre de chevet cet été ?

(et j’en parle tout le temps mais si vous aimez les sagas ET les histoires d’amour pas ordinaires vous pouvez ajouter dans vos valises Americanah)

lecture de septembre

J’adore parler bouquin avec mes ami(e)s et leur donner envie parfois, avec un peu de chance (ou de la conviction ou une certaine passion) de lire tel ou tel auteur mais quand il s’agit de passer à l’écrit, je rame, je cherche mes mots, j’admire ceux qui décortiquent, analysent tout avec tellement de recul alors que je suis toujours une lectrice en apnée, en mode submersion totale (et quand ce n’est pas le cas, c’est que le livre m’ennuie alors souvent je l’abandonne ). Bref j’ai quelques lectures à partager depuis un petit moment déjà, leurs souvenirs s’estompent pour certaines (parmi mes nombreuses tares, j’ai une mémoire de poisson rouge) et je remets toujours à plus tard le moment de les chroniquer.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » color= »#eba559″]La fabrique du monde [/typography]

Tonight is THE night comme dirait l’autre, je me lance en commençant par La fabrique du monde, un titre qui ne m’emballait pas plus que ça mais qui a atterri sur ma table de chevet, la quatrième de couverture m’ayant convaincu d’aller plus loin. Cela m’a permis de vivre par procuration l’espace de quelques heures la vie de Mei, jeune ouvrière qui travaille dans une usine de textile dans la Chine d’aujourd’hui. Elle ne fait pas que travailler dans ce lieu, c’est aussi là qu’elle vit avec d’autres jeunes filles et qu’elle dort. Elle a quitté sa campagne avec l’espoir de gagner suffisamment sa vie pour avoir bientôt d’autres projets, pour mettre des économies de côté mais mois après mois, elle réalise qu’une fois qu’elle a envoyé de l’argent à ses parents il ne lui reste rien. Ses conditions de travail comme celles de ses camarades sont terribles, son corps est poussé jusqu’à l’épuisement pour honorer des commandes dans des délais déments et Mei sent monter en elle une rage contre cette vie sans sens et sans espoir, cette vie d’esclave. En filigramme se pose la question de la servitude volontaire (ça m’a ramené à mon année de terminale et mes 8 heures de philo par semaine, qu’est ce que j’ai aimé ça !) : comment l’être humain peut arriver à obéir, à se plier volontairement aux ordres d’autrui alors qu’on l’asservit, qu’on lui nuit ?
Ce premier roman est court mais construit en deux parties. Tout bascule dans le quotidien de Mei, le jour où elle rencontre un garçon, un contremaître chargé de la surveiller. Les deux adolescents vont s’aimer pendant 3 jours et s’éveiller à la vie avec d’autant plus d’appétit qu’ils s’échappent enfin de ce cadre déshumanisant et brutal. Bref heureusement que je suis allée plus loin que le titre car La fabrique du monde est une jolie découverte.

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » color= »#eba559″]Transatlantic [/typography]

J’ai découvert Colum McCann avec Les saisons de la nuit et j’ai tellement aimé que j’ai lu un à un (mais pas à la suite ) ses autres livres. Je n’ai été déçue que par Zoli et j’ai adoré son dernier roman Et que le monde poursuive sa course folle.
Pourquoi les anglo-saxons sont-ils si doués pour les sagas et les français si peu ? (bon ok je vous conseille quand même Une famille française de Jean-Paul Dubois), c’est la question que je me pose à chaque fois que je plonge dans une histoire où le destin de divers personnages se croisent avec autant de brio, où je suis  au fil du temps une famille et sa destinée comme c’est le cas dans Transatlantic. J’ai adoré me retrouver dans la carlingue d’un avion pour un des grands exploits de l’aviation en 1919 (peu connu en France), celui de deux hommes qui relièrent l’Amérique à l’Irlande dans des conditions mémorables. J’ai admiré  Frédéric Douglas, cet homme noir esclave sur le sol américain en fuite et qui vient témoigner de sa condition en Irlande en 1845. J’ai suivi avec bonheur la vie de Lily et de ses descendantes. Dommage que la troisième partie, la plus contemporaine, m’ait un peu moins emballé. Tant pis Et que le monde poursuive sa course folle reste le roman de Colum McCann que je préfère mais entrez sans retenue dans cette fresque qui mêle grande et petite histoire, qui parle de déracinement, d’exil et d’écartèlement, de double appartenance entre deux pays, l’Irlande et les États-Unis.

« J’ai la main dans deux poches différentes, j’aime cette idée d’une notion d’identité un peu fluctuante, instable » (Colum McCann)

Et vous, vous aimez les sagas ?

(participation au challenge de la rentrée littéraire 2013)

Je ne joue jamais au loto. Je ne suis pas superstitieuse. Pourtant vendredi 13, j’ai coché une grille. Si je décrochais la cagnotte, je suis à peu près certaine que j’en profiterais pour voyager souvent mais au delà est-ce que ma vie changerait  : est-ce que j’achèterai une voiture alors que j’ai horreur de conduire? est-ce que je mettrai 200 euros dans un jean ou une paire de baskets sans que cela ne me pose de problème ? est-ce que je deviendrai propriétaire alors que j’ai toujours associé le fait de ne pas l’être à une certaine liberté (bon ok l’autre raison c’est qu’il est juste impensable d’être proprio à la croix rousse avec mes revenus) ? est-ce que j’habillerais mes enfants en Baby Dior ?Est-ce que je garderai mes anciens réflexes de classe moyenne ?

Malheureusement je n’ai pas gagné (si la française des jeux pouvait faire quelque chose afin que je puisse exercer correctement mon boulot de blogueuse) mais l’un des trois gagnants serait la famille Playmobil  et visiblement c’est pas si simple de devenir riche du jour au lendemain :

j'ai l'air crétin avec mon slip de bain dans une piscine privée
Maman prends moi en photo pour que je la publie sur mon profil Facebook !
mais poussin tu sais bien que personne ne doit savoir qu'on a gagné le gros lot
alors ça veut dire que je ne peux même pas montrer mon maillot de bain Erès aux copines?
on n'a qu'à leur dire qu'on était à Center Parc plutôt qu'aux Bahamas
tu peux arrêter de rentrer le ventre chérie, on est tout seuls !
maman, pourquoi on garde nos claquettes comme à la piscine municipale?

Et toi, si tu gagnais le jackpot au loto, quelle serait la première chose que tu ferais?

Récemment je me suis dit que ma saga playmobil était très WASP, pas du tout à l’image du monde tel que je le conçois…heureusement Madame Sophie est passée par là :

tu crois qu'il faut qu'on fasse jouer le principe de discrimination positive pour être présents dans les grandes surfaces?
c'est moi ou on est pas raccord au niveau des mains?

J’en profite pour passer un petit message à caractère informatif :

Ne pas voter peut provoquer une présidente grave .

 

Edit : après délibération du jury, la gagnante de l’appareil à fondue ou à raclette multifonction est Pivoine !

Je ne sais pas si tu as regardé l’émission hier soir mais ça m’a inspiré ça :


aujourd’hui vous allez devoir imaginer un plat à partir de viande hachée et d’aubergines
mais ne surtout pas cuisiner une moussaka
, annonce Carole Rousseau



Marine est prise de panique à l’idée d’utiliser des saucisses


catastrophe, Cyril a oublié ses aubergines au four ! il fond en larmes


Plus que 2 minutes pour dresser vos assiettes
assez de temps pour m’enfuir et ne pas avoir à goûter à vos plats
, conclut Carole Rousseau

A ton avis, qui va gagner, Marine ou Cyril?

Edit : le week-end arrive, profites-en pour participer au concours Quand je serais grand(e) et si tu manques d’idées, en voici quelques-unes.

Récemment Libération consacrait un portrait à un thérapeute spécialisé dans une nouvelle addiction, le sexe…ça m’a inspiré ce qui suit  : 

Bienvenue aux nouveaux membres des Sex-addict Anonymes


Bonjour moi c’est Stéphy, je m’arrange pour faire venir les pompiers chez  moi au moins une fois par jour ainsi que le facteur, le plombier, le docteur….

Bonjour je m’appelle Jack le Pirate..le jour où j’ai menacé une femme avec une arme pour obtenir ses faveurs, je me suis dit qu’il fallait que je réagisse


Bonjour, moi c’est Albert ..non seulement je me surprends à avoir de drôle d’idées quand je regarde mes bestioles


mais ma femme ne peut plus ramasser les légumes de l’exploitation sans que je lui saute dessus…


Bonjour je m’appelle Roy et ma femme n’en peut plus de mes scénarios de plus en plus tordus

( Si je te dis maman piqueuse de jouets, ça te va Libelul? )

Et toi, une addiction avouable ou inavouable?


Pin It