Tag

livre de recettes

Browsing

Dans la série toute première fois, je demande le cobler, cette spécialité américaine qu’on aimerait rapprocher du crumble parce qu’elle est composée de fruits et d’une pâte la recouvrant mais qui est assez différente dans sa texture. Au départ, je voulais préparer un cobler aux pêches, comme dans le livre Une américaine à Paris dans lequel j’ai trouvé la recette, mais j’ai acheté des pêches infectes sur le marché (enfin écrit comme ça on dirait que j’ai fait exprès alors que c’est en voulant en goûter une que je me suis rendue compte qu’elles étaient immangeables, farineuses) et c’est un cobler aux nectarines que j’ai mis finalement au four.

Ingrédients :

1 kilo de nectarines bien mûres
100 gr de beurre
200 gr de sucre
150 gr de farine
2 cuillères à soupe d’amande en poudre (touche perso)
1 sachet de levure chimique
1 cc d’extrait de vanille
22 cl de lait

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Commencez par couper en fins quartiers les nectarines et réservez-les puis allumez votre four à 180° (thermostat 6).

Faites fondre le beurre et versez le au fond du plat à gratin rectangulaire. Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre, la levure, la poudre d’amandes puis ajoutez peu à peu le lait et l’extrait de vanille de manière à obtenir une pâte homogène. Versez cette préparation sur le beurre fondu puis déposez vos tranches de nectarines sur la préparation de manière uniforme.

Enfournez pour 40-45 minutes. Servez tiède avec une boule de glace vanille ou de la crème fraiche épaisse. La recette initiale préconise de napper d’une sauce préparée avec un sirop de sucre et une nectarine mais c’était très très sucré et pour moi, c’est bien meilleur sans.

cobler nectarines 2

cobler nectarines 1

Verdict ?

Tout ça pour ça ? Pas mal- Hum– Encore Oh My God !

C’est un dessert très simple à réaliser et on peut varier les fruits selon les moments de l’année. Ma pâte était un peu croustillante comme on le voit sur les photos comme si elle avait légèrement caramélisée. Ce n’était pas voulu (peut-être l’ai-je laissé 5 minutes de trop au four) mais c’était très bon.

Capture2

J’ai pioché un peu au hasard parmi les desserts proposés dans le livre Une américaine à Paris publié par les éditions de La Martinière mais j’ai hésité entre key lime pie (vous pouvez trouver une recette sur ce blog ici), whoopies pies, carrot cake (celui-ci était pas mal du tout), cheesecake, pancakes au chocolat ou aux pommes.
L’auteur, Carrie Solomon, photographe culinaire, nous invite à un véritable road trip culinaire à travers les États-Unis avec des recettes originaires de différentes régions et à déguster à tous les moments de la journée (granola et porridge pour le petit déjeuner, burgers, clam chowder et crab cakes, hash’n eggs…).

Les recettes sont accompagnées de conseils et d’anecdotes comme les règles d’or des pancakes ou les choses essentielles à savoir pour servir un bon hot dog et d’illustrations (dont l’auteur est Aurore d’Estaing) qui rendent le livre très agréable à feuilleter.
Enfin en toute fin, on trouve un carnet de bonnes adresses à Paris pour savoir où déguster le meilleur sandwich au pastrami, où s’offrir un vrai barbecue à l’américaine ou des pancakes. Bref pour un voyage en cuisine aux Etats Unis le livre Une américaine à Paris est parfait !

CP-Livre-Recettes-Philadelphia

La première fois que j’ai vu du Philadelphia dans les rayons de mon supermarché, je n’ai pas sauté en l’air de joie mais presque. En amatrice de cheesecake, j’avais lu plusieurs fois que le vrai, le « comme à New York » se réalisait avec ce cream cheese venu d’Outre-atlantique, j’allais pouvoir enfin essayer et cela a donné :

Cheesecake au chocolat blanc
Cheesecake au chocolat blanc et aux fruits exotiques
Mini-cheesecake au caramel au beurré salé
Layer cake noisette & chocolat

Peu étonnement mon usage du Philadelphia s’est concentré sur les desserts mais j’aime bien aussi en mettre dans les bagels avec du saumon fumé.

La sortie du livre Les recettes Philadelphia proposées par Roman Tischenko et Grégory Cuilleron est l’occasion de varier les plaisirs puisque pas moins de 40 recettes sont présentes dans le bouquin de l’apéro au dessert. Fish and chips chic, mini-burgers au poulet façon tandoori, pizette blanche au saumon, raviole ouverte de rouget, les photos sont alléchantes ! Côté douceurs, j’hésite entre les rochers au Philadelphia avec milka, les financiers à la pistache émulsion au thé vert ou la fondue de fruits au chocolat blanc mais promis dès que je teste un de ces desserts, je vous tiens au courant.

philadelphia

philadelphia 2

philadelphia 3

philadelphia 4

Parallèlement à la sotie du livre spécial Philadelphia, la tournée du Bar à tartines a commencé en France avec à chaque étape, l’occasion de découvrir et déguster des recettes de tartines savoureuses et créatives, salées et sucrées. Un chef invité dans la plupart des villes fera déguster sa “Tartine du jour” (de 12h à 14h) et à Lyon, cela se passera Mardi 18 Juin, Place Bellecour avec Grégory Cuilleron. Vous pouvez suivre l’itinéraire du Bar à Tartines mobile jusqu’à 6 juillet sur la page Facebook de Philadelphia-France.

 

 

 [typography font= »Lobster » size= »24″ size_format= »px » color= »#E36464″]1 livre à gagner [/typography]

Je vous propose aujourd’hui de gagner un exemplaire du livre que je vous ai présenté en me disant en commentaire comment vous dégustez le philadelphia (dans quel plat, quelle recette…) avant lundi 17 juin minuit* ou en participant au rendez vous dans ma cuisine (modalités rappelées ici). Les résultats seront publiés en édit de ce billet et sur la page facebook du blog que je vous invite à suivre si vous êtes gourmand et plutôt bec sucré )

Et vous, dans votre cuisine ou votre assiette que s’est -il passé cette semaine ?

dans la cuisine d’Anne-Laure T, des recettes siciliennes

dans la cuisine de l’Instinct des thés, les cadeaux gourmands d’un voisin

dans la cuisine des Petites Canailles, un clafoutis garden made

dans la cuisine d’Alice, du riz au lait vanillé

Edit du 20 juin : la gagnante est Fabienne ! merci de m’envoyer ton adresse postale : )

(*jeu réservé à la France métropolitaine)

 

Le hamburger, n’en déplaise à Frédéric Anton (ça va devenir un running gag sur ce blog), a le vent en poupe : il a ses food trucks (le Camion qui fume, Cantine California), ses restaurants spécialisés, ses classements (où manger un bon burger à Paris? selon Time Out; le top 5 des meilleurs burgers de Lyon selon Lyon City Crunch ) et logiquement ses livres de recettes.

Hamburger Gourmet, publié chez Marabout, propose 58 recettes de hamburgers imaginées par le restaurant parisien Blend. Avant même de feuilleter le livre, j’ai trouvé la maquette agréable, sobre mais originale. Après un petit historique du hamburger (qui a existé avant Mac Donald), le livre rappelle quelques conseils indispensables à suivre et reprend un par un les ingrédients de ce sandwich.

Les moins pressés pourront réaliser leur pain dit buns eux mêmes, la recette n’est pas très compliquée par contre on s’éloigne de l’idée de fast food vu le temps de pétrissage et des levées. J’imagine qu’il existe aujourd’hui des boulangers (à Lyon?) qui proposent ce genre de pain car ceux qui existent en grande surface ne sont franchement pas terrible niveau moelleux et consistance. Toujours dans les ingrédients, on retrouve trois recettes de compotées (compotée d’oignons au vinaigre balsamique, compotée échalotte-pomme, compotée panais-oignons nouveaux ) ainsi que toute une gamme de sauces et bien entendu les frites à la friteuse (Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel, n’oublie pas de m’apporter une actifry) ou au four mais avec des patates douces.

Le hamburger le plus classique avec boeuf, laitue iceberg et sauce tomate est déjà très appétissant même s’il manque pour moi de fromage. Le blake reprend les mêmes ingrédients mais avec du bacon et du cheddar en plus…miam ! Mozzarella et pesto, cantal et confiture figue-raisin, betterave-wasabi, les associations sont variées, parfois audacieuses et s’inspirent des cuisines régionales ou de la cuisine du monde.

Au delà du boeuf, on trouve des recettes avec du poulet, du veau, du canard, du cabillaud, du saumon, du thon, du crabe ou bien encore aux légumes (liste non exhaustive). A chaque double page, les photos mettent vraiment l’eau à la bouche et on n’a qu’une seule envie : croquer dans l’hamburger. Le degré de difficulté et le temps de préparation sont indiqués ainsi qu’une suggestion de boisson.

Évidemment j’ai salivé encore plus en découvrant le dernier chapitre consacré aux desserts. J’ai beau avoir déjà tenté au moins 10 recettes de cheesecake, j’ai encore envie d’essayer celle-là en espérant qu’elle balaie toutes les précédentes.

Alors un hamburger maison ça vous tente ? 

 Voici la bible des cakista, des dingues de desserts, des becs sucrés : Pâtisserie ! avec 210 recettes et surtout plus de 3200 photos (non je n’exagère pas c’est marqué sur la couverture). Aux commandes de cet ouvrage, le chef pâtissier Christophe Felder pour apprendre ou en savoir plus sur  les bases, les décors, les classiques, les spécialités régionales, les techniques spécifiques au monde de la pâtisserie.

Le principe du livre ? Christophe Felder propose sur une double page (ou plus pour des desserts plus compliqués) une leçon en différentes étapes, chacune des étapes étant illustrée par une photo et en particulier tous les gestes techniques. De chapitre en chapitre, on navigue des pâtes et tartes aux crèmes, en passant par la décoration en pâtisserie, les chocolats ou les gâteaux de l’avent, les macarons ou viennoiseries pour finir sur les mignardises. Plus complet ça parait difficile ). Que ce soit au niveau du matériel demandé ou des ingrédients utilisé, cela reste à la portée de tous même si certaines recettes demandent un bon niveau et surtout pas mal de temps.

Pâtisserie est un livre qu’en tant que non professionnelle de la cuisine, je feuillette toujours avec curiosité, découvrant au delà des incontournables, des techniques peu abordées dans d’autres ouvrages (sucre filé, branches caramel, rose en pâte d’amande…)

Au passage, j’ai noté quelques recettes qui ne me semblent pas insurmontables, bien que de difficultés variables, et que j’aimerais tenter :  éclair au chocolat, moelleux pistache, monts-blanc, pogne aux pralines roses, sablés caraïbe (au chocolat caraïbe Valrhona), vin chaud mandarine, ganaches au citron vert …je lance les invitations ?

 Pour ce samedi de rentrée, j’espère que vous serez nombreux et nombreuses à venir me tenir compagnie Dans ma cuisine (toutes les modalités pour participer à ce rendez vous sont expliquées ici) et tenter votre chance pour gagner le livre de recettes Un croissant à Paris :

Croissants, pains au chocolat, brioches, pains au lait, sacristains, Un croissant à Paris propose 35 recettes pour des goûters, des brunchs ou petits déjeuners gourmands. Le gagnant ou la gagnante sera mis en ligne, après tirage au sort, parmi les participations en édit de ce billet (jeu réservé à la France métropolitaine).

 Dans la cuisine de l’Instinct des thés, une tatin de tomates

Dans la cuisine des petites canailles, une super supérette

Dans la cuisine de l’Autre côté du miroir, une pause thé avec des magazines

Dans la cuisine de Sysyinthecity, des cupcakes aux fleurs des champs

Édit du 7 septembre : la gagnante du livre Un croissant à Paris est Alice du blog l’Autre côté du miroir ..bravo à elle et merci pour vos participations.

…mais en attendant de pouvoir me payer cette escapade et d’aller tester les tea-room de la capitale anglaise (si l’office du tourisme de Grande-Bretagne passe par là et qu’elle cherche une ambassadrice pour vanter les mérites de la gastronomie british, I’m here guys), je m’offre des goûters outre-manche grâce au livre de la collections Les petits plats de Marabout, Un goûter à Londres.

Au programme des scones, des cookies, des cupcakes, des pies et autres délices sucrés avec des photos qui font saliver right now (mate le niveau d’anglais au passage). J’ai repéré le cake betterave-noisette dans la ligne du carrot cake (que je n’ai toujours pas essayé mais ça c’est la faute de Nuage et Caramel), les mini-muffins noisettes-pépites (présentés sous cloche, c’est bête mais j’adore…si tu sais où on peut trouver ça, pas trop cher, ça m’intéresse), l’eton cupcakes, les scones au chocolat blanc, les blondies au caramel beurre salé entre autres ).

Le mieux est peut-être un petit aperçu en images :

Sur la troisième photo, ce sont des mince pies. Ça m’a rappelé la fois où j’avais ramené un pot tout prêt de « mince » (mélange d’épices et de fruits) à la maison, mes parents à l’époque ne partageaient pas totalement mon enthousiasme ).

Je n’ai eu le temps de tester qu’une une seule recette, pour le moment, de ce livre : les brownies choco-framboise. J’avais prévu de mettre une belle photo pour te faire saliver mais il y a eu comme un incident au moment de la prise de vue et le résultat est vraiment moche (sans compter qu’on est très loin du rendu du livre mais ça c’est une autre histoire), ce sera donc pour une autre fois.

Ce que j’aime dans cette collection c’est le prix des livres, la facilité des recettes (pas d’ingrédients trouvables seulement sur des épiceries en ligne ou dans des magasins spécialisés; pas d’accessoires de pro ou de moules spéciaux) pour un résultat gourmand. Si tu as envie d’un brunch à l’anglaise ou d’une douceur avec ton thé, tu as de quoi varier les plaisirs.

Alors on goûte ensemble ?

(participation au mercredi gourmand d’Anne Laure T)

Dans la série je me lance des défis, lors de la dernière opération masse critique de Babelio, j’ai décidé de chroniquer un livre de recettes sur la viande et plus précisément sur le canard alors que je peux très bien me passer de viande et que je ne suis pas une fanatique de canard.

Sauf qu1 canard, 2 Daguin (du nom des deux cuisiniers, André et Arnaud, père et fils) est bien plus qu’un livre de recettes dont les photos, soit dit en passant, sont fort réussies. Ce livre est un dialogue entre deux hommes : un qui cuisine de manière traditionnelle et l’autre plus jeune qui symbolise la modernité.

Différence artificielle? pas si sûre quand on comprend que Arnaud Daguin a pour ambition de renverser la proportion 20% de végétaux 80% d’animal dans nos assiettes, proportion qui détruit peu à peu notre environnement. Il milite pour apprendre ou réapprendre aux générations le rythme des saisons, pas de façon théorique mais au jardin simplement en cultivant un potager dans chaque école par exemple, ce qui me parait une excellente idée !

Côté recettes, je retiens principalement le carpaccio de saumon et cèpes au magret salé, la brochette de saumon aux cèpes et au magret salé, la soupette de langoustines, dés de printemps et foie gras.

Et toi cuisine moderne ou traditionnelle?

Edit : maintenant j’ai encore envie d’aller plus loin dans la réflexion avec Faut-il manger les animaux? de Jonathan Safran Froer

Edit 2 : les gagnantes d’un abonnement d’un an à Coach Club  pour leur participation au concours Occupe-toi de tes fesses ont été tirées au sort (random.org) sont Littlesweetmag, Virginie B et Harpa ! Bravo à elle et merci à toutes les participantes.

Pin It