Tag

glacier

Browsing

Le week-end a été bien rempli et est passé à vitesse grand V alors je poste un peu en retard mes coups de cœur de la semaine. Samedi, j’ai eu la chance de découvrir deux belles adresses lyonnaises (Fourvière Hôtel et le restaurant La Forêt Noire) qui sont finalistes du concours Lyon Shop Design,. La piscine que vous voyez en Une, était chauffée et je me suis baignée dans ce cadre magique …je vous en reparle plus en détails très vite.

Les fleurs du Parc de la tête d’Or

Dimanche comme le temps était estival, il était impensable pour moi de rester toute la journée enfermée. Mes enfants voulaient absolument aller au Parc de la Tête d’Or….comme environ la moitié des lyonnais : ). Même si je le préfère en mode moins surpeuplé, je le trouve toujours aussi beau et je suis admirative du travail effectué dans cet espace vert, les parterres de fleurs sont magnifiques en ce moment !

Les nouvelles coupes glacées de la Fabrique Givrée

Cette semaine à l’heure du déjeuner, j’ai eu envie d’aller goûter à deux, une des nouvelles coupes glacées de la carte printemps/été de la Fabrique Givrée . Il a choisi Pom d’Api composé d’un sorbet pomme-safran, d’un sorbet citron-miel, d’un jus de pomme gélifié (en fait la texture ressemble à un coulis et c’est délicieux), de pommes fraîches, de streusel muesli (trop bon, je veux la recette !) et de pousses fraiches ramassées au moment même où la coupe est dressée.
L’ensemble est très frais et  les sorbets très parfumés (pour les pommes, elles viennent d’un producteur du coin, la Fabrique Givrée mettant un point d’honneur à travailler avec des produits régionaux à chaque fois que cela est possible).

Quand à moi, j’ai opté pour Gang Mangue, une coupe composée d’un sorbet mangue, un sorbet coco, des meringues bergamote, d’un espuma citron, de noix de coco râpée et de zestes de citron vert (le tout sans gluten).
Le sorbet mangue dépote vraiment, rien à voir avec les versions qu’on trouve en hypermarché et l’espuma apporte une touche de gourmandise tout en étant très aérien. Une fois que vous avez goûté les glaces et les sorbets (la pistache et la datte étant mes favorites ) de la Fabrique Givrée, vous avez bien du mal à apprécier les glaces industrielles.

Dans la nouvelle carte, est proposé J’en suis baba (un gros baba au rhum à agrémenter avec la glace de votre choix et accompagnée de chantilly et de graines) avec lequel j’ai pas mal hésité. Peggy la Bretonne (caramel mou, riz au lait, espuma citron, crème glacée caramel et sarrasin soufflé) est bien tentante. Hot Charlotte fera son entrée en mai quand les fraises seront de pleine saison (et elle marie fraises et pistache, une association rarement décevante).

Quoiqu’il arrive, j’y retournerai pour goûter les parfums de glaces et sorbets éphémères ainsi que les « kifs », mélange entre glaces et pâtisserie (et ce n’est pas un hasard Jérémie Runel vient du monde de la pâtisserie) déclinés en 6 versions individuelles ou à partager.

Le bestiaire chocolaté de la maison Buisson

Le second instant sucré de la semaine était vendredi matin quand j’ai rejoint à pied la chocolaterie Buisson qui se situe dans le 6ème arrondissement, quasiment en face de la Gare des Brotteaux. Estelle du blog Quileutcuit me vante depuis longtemps les orangettess de la maison (les meilleures de Lyon selon elle) et après avoir vu passé sur Instagram, leurs sujets de Pâques, j’avais vraiment envie d’aller les découvrir en vrai.

C’est un véritable bestiaire qui est installé dans la boutique : poissons, chouettes, poules, canards, grenouilles, lapins, écureuils, ours…de petits et de grandes tailles, il y en a partout et c’est d’autant plus impressionnant qu’il n’y a que deux personnes derrière toutes ses créations.

L’accueil est très agréable (et ça compte tellement !), c’est peut être lié au fait que Maud, la personne qui tient aujourd’hui la boutique est la fille de celui qui l’a créée. L’histoire ne s’arrête pas là car le mari de Maud est devenu lui aussi chocolatier pour reprendre le flambeau.

Non seulement quasiment un zoo garnit les rayons mais il y a un choix dingue d’oeufs en chocolat et de fritures.

 

 

 

J’aime bien aussi l’idée des vrais oeufs (c’est une vraie coquille)  garnis de praliné.

 

 

J’avoue un faible pour les animaux rigolos qui marient parties en chocolat et parties en pâte d’amande avec tous les petits détails que l’ont peut voir sur le socle.

 

 

totalement fan de la tête de cette poule !

 

Sur ce, je vous souhaite un bon début de semaine !

 

Ce week-end, le temps était d’une douceur exquise pour une fin de mois d’Octobre et le prétexte était tout trouvé pour tester la nouvelle adresse sucrée ou plutôt glacée lyonnaise, la Fabrique givrée. Deux places givrées existent déjà à Aubenas et à Uzès et je suivais leurs aventures depuis que j’avais fait la « connaissance » de Jérémie Runel dans une des éditions de l’émission du Grand Pâtissier sur France 2.

La boutique est située juste à côté du musée de la Miniature, l’emplacement ne peut donc pas être plus central au plein dans le Vieux Lyon. J’ai testé l’endroit en famille, ce qui n’est pas forcément optimum pour la qualité des photos mais très pratique lorsque l’on veut goûter pas mal de parfums en une seule fois.

fabrique givrée

fabrique givrée 3

fabrique givrée 4

Parmi les parfums savourés en terrasse, j’ai eu un gros coup de cœur pour le citron/menthe et pour la tarte citron avec ses morceaux croustillants. Le Jivara zeste de kumbava et perles craquantes est aussi surprenant et si je ne choisis en général jamais les glaces au chocolat (pourtant j’aime le chocolat), j’ai trouvé le mariage très réussi.

Côté sorbets, la fraise mara des bois, la poire des alpes et la clémentine corse se défendent très bien.

J’ai bien aimé aussi l’espuma servi dans les coupes à la place de la chantilly (mais il est possible aussi de demander de la chantilly avec ses boules de glace ou de sorbet) et la miette de tuile agrume qui accompagnait la Ptite Corse (prendre des photos ou croquer dans une tuile, il faut choisir) m’a paru prometteuse.

fabrique givree 9

fabrique givree 10

fabrique givree 11

Pourquoi y aller et y retourner ?

Ah je la vois venir la question : pourquoi aller dans un glacier ardéchois qui utilise des produits locaux alors qu’on en a déjà un dans le Vieux Lyon (et dans la même rue !) ?

D’abord si le choix des glaces et des sorbets est moins important que chez Terre Adélice, les parfums sont différents et entre le butternut éclats de marron glacé, la fleur d’oranger dattes Medjool, le praliné pécan éclats de pécan caramel, j’ai déjà 3 raisons de revenir.

Ensuite la Fabrique Givrée propose quelques places assises à l’intérieur, si comme moi, vous préférez vous assoir (au chaud quand il fait trop frisquet pour s’installer en terrasse dans la jolie cour des avocats) pour déguster votre glace.

La Fabrique Givrée propose aussi des coupes (Ardèche; Grand Lyon pour les amateurs de praline rouge; Tatin; Café gourmand ou Ptite Corse qui est en Une de ce billet), des burgers composés de brioche toastée et de glace et des gaufrettes croustillantes (à déguster avec de la pâte à tartiner, de la crème de marron, du praliné croustillant, de la confiture de Christine Ferber).

fabrique givrée 2

fabrique givrée 6

La boutique a également un corner « épicerie » avec des pots d’un litre à emporter, des gâteaux glacés à partager et des assortiments de sablés givrés (une bonne façon de goûter plusieurs parfums) entre autres.

fabrique givrée 11

fabrique givrée 5

Sur le comptoir, la carte imprimée à emporter chez soi pour avoir tout le loisir de regarder ce que l’on choisira la prochaine fois est une bonne idée. Le tout avec un accueil souriant et sympathique ! Bref je reviendrai ; )

♥ Adresse gourmande ♥

La Fabrique Givrée
rue Saint Jean, quartier Vieux Lyon
www.lafabrique.givree.com

 

Pour trouver le dernier numéro de Grand Seigneur, le magazine du plaisir à table (sous-titre fort engageant, vous conviendrez), j’ai écumé deux agora, plusieurs maisons de la presse à Lyon. On me répondait qu’il n’était pas encore paru mais je n’en croyais pas un mot, j’avais vu la couverture dans les Inrocks. Et puis Gare du Nord tout à fait par hasard, je suis tombée dessus ! Plutôt que de me ruiner en aller-retour Lyon/Paris pour me procurer les numéros suivant (seulement 4 par an), je crois que je vais prendre l’abonnement ).

Grand Seigneur n’est pas vraiment un magazine culinaire dans la mesure où on y trouve peu de recettes mais il n’en est pas moins alléchant par le choix des photos ou reportages. J’ai trouvé beaucoup plus de choses à lire dans ce numéro d’août-septembre-octobre que dans la revue Fricotte plus visuelle.

Connaissez-vous Stéphane Glacier ? je suis certaine d’avoir déjà vu sa tête quelque part (probablement à la télé mais impossible de savoir où). Il se définit comme un pâtissier anti-bling bling, fustige pas mal de ses collègues qui rendent la pâtisserie inaccessible au plus grand nombre du fait des prix. Chez lui la star ce n’est pas le macaron mais le flan dans sa boutique de Colombes. Je me demande à goûter )

Le top 5 des burgers proposé par la rédaction est accompagné d’une description très alléchante (non je ne me nourris pas exclusivement de desserts), le papier sur les baby chefs m’a permis de connaitre Roberto Scolzo qui régale ses clients de pizzas préparés comme à Naples dans la Pizzeria di Rebellato (finalement je vais peut-être refaire un saut à Paris). L’enquête sur les beurres de plus en plus sophistiquées et remis à l’honneur après avoir été longtemps bannis, le dossier avec de beaux portraits sur la bière, j’ai tout lu !

Le bec sucré que je suis a particulièrement apprécié le dossier consacré aux glaces, les artisanales, celles qui ne sont ni gonflées à l’oxygène, ni colorées avec des additifs, ni émulsifiés, ni gelifiés (ou tout ça en même temps). Grom (sans gluten avec un parfum du mois Caramelo et mandorle trop hum), Amorino, à la mère de Famille, Christian Constant, Pedone, Raimo, une page entière est consacrée à chaque glacier avec les spécialités, les best-sellers, les ingrédients qui entrent dans la composition et à chaque fois on a l’eau à la bouche même si la météo n’est plus vraiment à l’heure des sorberts.

Vivement le prochain )

 

Le terme avalanche n’est pas galvaudé puisqu’à la carte de Terre Adélice, glacier ardéchois, qui a pris ses quartiers dans le Vieux Lyon à St Jean, s’affichent pas moins de 150 saveurs différentes (dont 24 bio) dans 6 gammes (fruits de la région, fruits venus d’ailleurs, parfums originaux,parfums avec alcool, fleurs et plantes, composition gourmande).

Je te rassure tout de suite je n’ai pas goûté les 150 parfums mais si Terre Adélice souhaite m’inviter régulièrement pour en goûter quelques uns, je suis volontaire pour :

… l’abricot bergeron, le caramel à la crème salée, le cassis noir de bourgogne, la châtaigne aux marrons confits (à déguster avec Virginie B), le chocolat au lait de Valrhona, le citron limoncello, la clairette de Die, le corossol, la galette St Michel, le Goji-Passion, le Macaron, la Madeleine de Commercy, le Mascarone, la Mirabelle, la Noisette avec des morceaux caramélisés, la Papaye, la Passion, la Pêche de vigne de l’Ardèche, la Praline rose, le Thé à la Bergamote, le Thé mirabelle, le Tiramisu, la vanille bourbon inoubliable, le Yuzu.

En attendant de devenir cliente permanente, Dimanche, profitant ENFIN d’une après-midi ensoleillée, j’ai testé en famille ce glacier dont j’avais lu le plus grand bien et alors que les coupes étaient en préparation, j’avais déjà l’eau à la bouche en voyant passer celles de nos voisins ou en entendant les commentaires de la table d’à côté « goûte c’est à tomber par terre« .

L’homme a partagé une coupe Caresse (pêche blanche, yaourt et myrtille) avec Miss Zen qui était limite hystérique alors que le chérubin a opté pour le chocolat blanc Valrhona et la fraise des bois.

 

♥♥♥ les parfums choisis ce jour là et en particulier la myrtille, le yaourt et la fraise des bois goûtés dans les coupes des hommes

♥♥♥ la chantilly servie à côté (car l’homme n’en raffole pas mais Miss Zen si) tout comme la sauce au chocolat vue dans d’autres assiettes et qui semblait délicieuse…de la chantilly maison et pas en bombe

♥♥♥ l’absence de colorants, de conservateurs et autres renforts d’arôme

♥♥♥ la rapidité et la gentillesse des serveuses malgré l’affluence

♥♥♥ les glaces à emporter en pot

Maintenant je suppose qu’il faut comparer avec Nardonne avant de proclamer qui est le meilleur glacier de Lyon ?

Et toi, un glacier incontournable près de chez toi ou pas?

 Une accro de chocolat peut-elle ne pas aimer la glace au chocolat? ce serait un peu exagéré d’affirmer cela mais ce qui est certain c’est que je ne choisis jamais ce parfum sur la carte. Cela dit, je me laisserais bien tenter pour les sorbets au chocolat que proposent certains glaciers à commencer par la Maison du chocolat avec son sorbet au chocolat noir corsé.

A Lyon, j’ai appris que Terre Adélice a parmi ses parfums un sorbet chocolat Valrhona et depuis je rêve que la chaleur revienne (car c’est bête mais avec les températures actuelles le plaisir serait diminué je trouve).

Et toi la glace au chocolat tu aimes ça ?

Ta weekly chocolate :

celle de Lucky Sophie et de sa mousse au chocolat pour le corps

celle de Fais belle la casa et son mug à croquer

celle de Virginie B et ses muffins chocolat blanc-framboises

celle de Je veux la recette qui nous donne la recette du sorbet chocolat cacao ça donne bien )

celle d’Arwen et sa photo très en rondeur

celle d’@lly02 et ses cupcake au chocolat blanc

celle de Chocophile et sa pause très gourmande

celle de Pacic et son gâteau marbré au chocolat

celle d’Evelyne et son fondant au chocolat

J’aimerais savoir si pour toi aussi, les week-end passent bien plus vite que la semaine quand tu es au travail…évidence? j’ai quand même déjà entendu certains de mes collègues dire qu’ils s’ennuient très rapidement quand ils sont chez eux.

Hier par exemple, la matinée a très vite été pliée. Je précise que le lever a été tardif..8h30 passé (oui avec deux enfants petits c’est possible, mais par contre fais une croix sur l’idée de les coucher à 20h le soir). J’ai décidé qu’il fallait la ver la terrasse si on voulait profiter du beau temps. C’était sans compter la couche de poussière qui s’était incrustée sur le sol, et les meubles de jardin et Miss Zen qui ne voulait bien entendu qu’une chose : venir essuyer la crasse avec ses fesses …bref ce qui aurait du être rapide ne le fut pas. Entre temps, le chérubin avait construit une tente dans la salle à manger et déménagé tous ses instruments. J’ai supplié l’homme de les emmener dehors le temps que l’appartement reprenne une forme potable.

12h30 déjeuner sur la terrasse…sans bruit de voiture, sans vis à vis immédiat et en pleine ville, le pied !

13h30 je cours acheter quelques bricoles pour un dessert que j’ai prévu de préparer dans l’après-midi. Je traîne d’une main mon chariot de mémé et pianote de l’autre main sur mon téléphone des sms à Virginie B...on échange 10 000 idées, on a envie de partager notre aventure voyageuse  ..je n’en dis pas plus mais je te donne rendez-vous dès lundi sur fais-toi la belle !

14h30 retour maison, 1h s’écoule très vite entre divers bricoles

16h30 j’ai voulu résister à l’appel d’un glacier artisanal du quartier mais je pioche allègrement dans le pot au sorbet mandarine de l’homme…c’est un délice !

17h30 je craque pour les doudous de la boutique L’entrée en matière …et pour tout le reste d’ailleurs

18h je m’attèle aux desserts…j’entends les enfants se chamailler car ils veulent jouer avec les mêmes jeux…

19h30 je suis la voiture balai, je passe mon temps à passer après les occupants de cet appartement, à ramasser et à ranger leurs affaires

21h il serait peut-être temps de se pencher sur les vacances de cet été ? avec l’homme, on butine de site en site et on s’y croit déjà

Une fois de plus, je n’ai pas vu passer la journée et je sais d’avance que le dimanche filera aussi vite…

Et toi, tu expérimentes la même distorsion du temps selon que tu sois au travail ou chez toi? ou pas?

Pin It