Tag

écrivains

Browsing

Ma bibliothèque est pleine à craquer, mon temps de lecture a plutôt diminué depuis que j’ai des enfants (et un blog soyons honnête), mes carnets fourmillent de références glanées ça et là, de coups de cœur lus ou entendus et pourtant je ne peux pas résister à l’envie de plonger une main dans l’océan de livres que déverse la rentrée littéraire et d’en ramener, au moins, quelques uns sur ma table de chevet.

Les valeurs sûres

… ou auteurs que je lis depuis longtemps et qui m’ont rarement déçu jusqu’à présent et parmi le cru automne 2011 j’ai repéré Sunset Park de Paul Auster, présenté comme le plus noir et le plus désespéré de sa carrière (pas le genre d’argument qui me décourage, bien au contraire ); Laura Kasischke revient avec un thriller, Les revenants qui plonge le lecteur dans les sociétés secrètes de filles populaires sur les campus américains; Muse (l’histoire d’un couple d’amants maudits à Londres dans les années 50 ) de Joseph O’Connor  même si je ne me suis pas encore attaqué au pavé Redemption falls; Douglas Kennedy publie Cet instant là, roman annoncé comme étant dans la lignée de La poursuite du bonheur.

Les auteurs étrangers

David Vann dont j’ai lu le très sombre Sukkwan Island n’a pas l’air de proposer une ambiance bien plus légère avec Désolations mais cette fois c’est le couple qui est dans son viseur…tout comme dans celui de Jonathan Franzem avec Freedoom (800 pages tout de même et j’avoue que je n’ai jamais réussi à lire Les corrections); Room d’Emma Donoghue, huit clos d’une femme avec son fils de 5 ans qui s’inspire d’un fait réel mais visiblement jamais glauque; Les fantômes de Belfast de Stuart Neville, roman noir se déroulant à Belfast et présenté comme une ode à l’Irlande; Persécution d’Alessandro Piperno qui est un écrivain que je n’ai jamais lu mais j’ai été attirée par la couverture et l’histoire (cet homme accusé par une gamine de 12 ans d’avoir tenté de le séduire et qui, au lieu de se défendre, se laisse couler).

Les écrivains français

Delphine de Vigan me bouleversera-t-elle autant avec Rien ne s’oppose à la nuit qu’avec Les heures souterraines? Mettrais-je un peu d’humour dans ma sélection avec Les souvenirs de Foenkinos ? Serais-je émue par Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel? Accrocherais-je à Limonov d’Emmanuelle Carrière dont l’intrigue ne m’emballe pas des masses mais que j’ai quand même envie de lire après avoir beaucoup aimé D’autres vies que la mienne? Me retrouverais-je dans la puberté et la sexualité balbutiante décrite dans Clèves de Marie Darrieussecq ? Vais-je lever un voile sur cette histoire incroyable de 17 jeunes femmes enceintes en même temps dans une petite ville des Etats-Unis grâce au Pacte des vierges de Vanessa Schneider?

Bien entendu je ne vais pas acheter tous les livres dont je viens de parler…peut-être qu’on va m’en offrir un ou deux pour mon anniversaire, j’espère trouver les plus rapides à lire en bibliothèque, je participe aussi à masse critique de Babelio et au match littéraire lancé par price minister…aurais-je même le temps de lire un peu, beaucoup avec la reprise de mes études ?…tant pis, excès d’optimisme peut-être mais je me suis inscrite au challenge 1% de la rentrée littéraire

Je réalise que ma sélection est assez sombre alors si tu as des titres un peu plus légers, des auteurs dont l’humour fait mouche et que j’ai raté, j’attends tes conseils !

Et toi, la rentrée littéraire 2011 t’as donné des envies de lecture ?

Plus je vieillis plus je deviens exigeante côté boulot : je sais ce que je ne veux pas…pas forcément ce que je veux..

Et pourquoi pas organisatrice de fête du livre jeunesse ? ils n’ont pas une petite place pour moi au service culturel de la mairie de Villeurbanne ?

Cela doit demander de l’énergie, du dynamisme, de l’enthousiasme pour mettre en place sur deux jours cet ensemble de manifestations, pour rassembler autant d’auteurs et d’illustrateurs jeunesse, pour trouver un fil conducteur (cette année, l’égalité filles-garçons), pour communiquer autour de cet évènement, pour animer le site internet.

 

En tous cas, en tant que lectrice, j’étais comme une gamine découvrant le bibliobus et le baby-foot géant :

J’aurais pu rester des heures à me balader entre les stands des éditeurs et des libraires….tiens à moins que ce soit libraire le métier qui me corresponde le mieux? le nez dans les bouquins depuis que je suis gamine, j’aime feuilleter les livres, parcourir les 4ème de couverture, lire les critiques, donner envie de lire, échanger …je m’imagine déjà en train de monter une vitrine autour d’un thème..j’aurais un blog, forcément, avec des coups de cœur, des animations pour fidéliser mes clients …je deviendrais peut-être un maillon du réseau social d’un quartier…

Bon je suis allergique aux chiffres mais je peux peut-être confier la comptabilité à un proche qui manie les dépenses et les recettes comme sa poche….je suis une bille en paquets cadeaux mais c’est un peu minable comme obstacle, non ?

un décor de salon de beauté, des textes murmurés par des comédiens

laisse tomber les filles, laisse tomber les filles

Bien entendu j’ai du mobiliser toute la sagesse dont je suis capable pour ne pas repartir avec des dizaines de bouquins…d’autant plus que derrière les livres, les dessins, les univers, beaucoup d’auteurs étaient présents pour échanger avec les visiteurs, dédicacer un de leur ouvrage et poursuivre cette belle aventure qui a commencé pour certains dans des classes d’école de Villeurbanne (les chanceux ! )

j'ai découvert la rencontre, la dispute et quelle frousse de Florence Ducatteau et Chantal Peten

 

j'ai résisté face aux livres géniaux de Magali Le Huche

Ah non je sais je vais devenir écrivain ! quoi faut du talent? pour espérer être repérée dans le flot des manuscrits reçus par les éditeurs, il vaut mieux sortir du lot c’est certain. Je me demande qui aujourd’hui en France vit uniquement des revenus de ses livres. Écrivain c’est un métier au fait?

Delphine Grenier en pleine dédicace

 

Ilya Green et son marre du rose

 

Magali Le Huche a le droit, elle, de dessiner sur les livres

Bon ben j’ai 35 ans et je n’ai toujours pas choisi mon métier jusqu’à la mort la retraite…en vrai j’ai bien une vague idée, je sais quelles offres d’emploi me donnent envie d’y répondre mais je ne peux ni cocher la case formation ni la case expérience.

Et toi, tu as trouvé ta voie?

Edit : je te reparle très vite des deux livres jeunesse avec lesquels je suis repartie

…voilà un titre bien pompeux pour un tag refilé par Pivoine mais j’ai été un peu impressionnée par l’intitulé  » les 15 auteurs qui m’ont influencé« ..ça veut dire quoi exactement ? je sens que je vais avoir encore du mal à être spontanée dans l’affaire ..

Alors dans le désordre et sans exhaustivité (car la liste de mes auteurs préférés est beaucoup plus longue) :

1- Des liaisons dangereuses de Laclos est né un plaisir toujours d’actualité pour les relations épistolaires

2- Paul Auster, roman après roman, m’a donné envie d’aller un jour à New York

3- Je me souviens du fou rire déclenché par le tome 1 de Retour à la terre de Manu Larcenet …j’étais maman depuis peu et sa vision de sa récente paternité avait fait écho

4- Je veux m’installer en Bretagne depuis que je lis les romans d’Olivier Adam


5- Jim Harrison m’a fait toucher du doigt la communion avec la nature, sensation que je n’ai jamais éprouvé personnellement

6 et 7 – Cusset et Foenkinos m’ont réconcilié avec la littérature française contemporaine…on peut se regarder le nombril en étant drôle

8- J’ai écourté mon temps de sommeil à chaque fois que j’ai lu un Douglas Kennedy…il s’arrange toujours pour qu’à la fin d’un chapitre, je n’ai pas envie de refermer le livre

9- Denis Lehane m’a rendu accro à son duo de flics et leurs relations extra-professionnelles

10- Si un jour je mets les pieds en Australie, je penserai forcément à Bill Bryson



11- Je me suis demandée s’il était possible de ne pas aimer un de ses enfants après avoir lu Il faut qu’on parle de Kévin de Lionel Shriver

12- J’ai chialé comme s’il s’agissait de ma fille avec L’enfant éternel de Philippe Forrest


13- Zweig m’a donné envie de lire d’autres biographies après la lecture de Marie-Antoinette

14 – Les naufragés de Patrick Declerc m’a laissé un sentiment d’injustice et d’impuissance

15- Je me suis dit Cette fille c’est moi en lisant Briget Jones d’Helen Fieldding

Si quelqu’un n’a pas répondu à ce tag, qu’il le dise maintenant (et je le rajouterai) ou qu’il se taise à jamais …

et sinon profite du week-end pour publier ta plus belle liste de Noël…(un exemple de liste gourmande ici)

Thriller ou roman catastrophe? c’est la question que l’on peut se poser en refermant ce roman qui donnera le mal de mer aux marins les plus aguerris. A moins que Noir Océan ne soit un huit clos car quand neuf membres d’équipage au passé ou présent sombre se retrouve en pleine mer en direction du Surinam, et que tous les moyens de communication sont en panne, la sensation d’étouffement est omniprésente.

Magnifiques portraits de vieux ou jeunes loups de mer : un commandant qui laisse à terre une femme à la dérive et qui projette de changer de vie une fois à destination, Jonas qui embarque sur le cargo les mains encore pleine de sang, Saeli le matelot perclus de dettes…tous ont leurs secrets.   

Ils espéraient peut-être fuir pour quelques semaines cette réalité, ils se trouvent confrontés à la culpabilité, l’angoisse et la solitude. Alors qu’à l’extérieur les éléments se déchaînent, sur le navire, une mutinerie se prépare et une tempête intérieure secoue vite l’équipage. Peu à peu chacun va sombrer dans la folie, alors que cramponnée à mes draps, tanguant à chaque vague, je me demandais, page à page qui survivrait à pareil voyage.

Stéfan Mani, auteur islandais, excelle aussi bien à décrire les noirceurs de l’âme que cet élément indomptable qu’est la mer. Suspense oppressant garanti, j’étais presque contente d’être sur la terre ferme en refermant le livre.

Un énorme coup de cœur pour ce roman noir sur lequel je ne peux que te conseiller d’embarquer !

 

Je t’ai déjà fait le coup l’été dernier mais si on oublie le battage médiatique, les auteurs qui nous pondent un livre tous les ans pour fin août, la rentrée littéraire moi ça me donne encore plus envie de lire !

Certains se font interdire de casino, je devrais peut-être me faire interdire de librairie car comment résister à :

Olivier Adam dont j’avais beaucoup aimé Des vents contraires sort Le cœur régulier

Philippe Forrest dont je n’oublierai jamais le bouleversant L’enfant éternel publie Le siècle des nuages


Claude Gallay dont je conseille Les déferlantes sort L’amour est une île

Alice Ferney publie Passé sous silence (déçue par Les autres j’espère qu’elle retrouvera sa plume de La conversation amoureuse ou Grâce et dénuement ou bien encore L’élégance des veuves)

Blandine Callet connue pour La pièce montée (récit d’une journée de mariage) revient avec La ballade de Lila K

Philippe Claudel dont j’ai surtout aimé Les âmes grises et la petite fille de Monsieur Linh (ainsi que l’adaptation cinématographique de la petite fabrique des rêves et des réalités, rebaptisée Il y a longtemps que je t’aime) publie L’enquête


Laurent Gaudé qui m’avait entraîné Sous le soleil des Scorta sort Ouragan (et La porte des enfers m’attend dans la pile de livres à lire)

Michel Houellebecq , même si je ne suis pas prête à acheter La carte et le territoire..peut-être qu’il sera dans les rayons nouveautés de la bibliothèque de mon quartier

Et là je n’ai parlé que des écrivains français, ceux que je lis globalement moins. Côté écrivains étrangers, ils me font aussi de l’œil :


Richard Russo dont j’ai lu avec beaucoup de plaisir Le pont des soupirs publie Les sortilèges du Cap Cood

Jim Harrison que j’espère plus mordant que dans son dernier Retour en terre, avec Les jeux de la nuit

Monica Ali découverte avec Sept mers et treize rivières revient avec En cuisine

Kate O’Riordan dont j’ai adoré Le garçon dans la lune publie Un autre amour

Bret Easton Ellis est très attendu avec Suites impériales et j’en connais au moins une qui va l’acheter

..et j’ai seulement parlé des auteurs dont ce n’est pas le premier roman…

J’ai déjà lu et reçu gracieusement (grâce à l’homme) un livre de la rentrée littéraire 2010, La fille de son père d’Anne Berest. Un livre très vite lu (en une soirée), pas déplaisant mais qui sera probablement vite oublié. Trois sœurs se réunissent lors d’une fête d’anniversaire dans la maison de leur père, l’atmosphère est loin d’être détendue et au moment du dessert, un secret de famille sort du chapeau. Il va semer des doutes, bouleverser les rapports de ces trois filles avec leur père et de ces trois sœurs entre elles. Un roman un peu trop pudique pour qu’il me touche, à lire pour la scène particulièrement réussie du repas de Noël qui tourne au vinaigre.

Ce livre me permet de participer au challenge du 1% qui consiste à lire 1% de la rentrée littéraire comme son nom l’indique)

Alors est-ce que je t’ai donné envie de lire? un peu, beaucoup, pas du tout?

J’aurais pu vous faire croire que j’ai été reçue mardi soir comme une princesse dans un endroit de rêve, que j’ai eu la chance de rencontrer des écrivains et des people, que le buffet était à tomber par terre et que le champagne coulait à flot, qu’en plus je suis repartie les bras chargés de petits cadeaux offerts par les sponsors de la soirée… mais la vérité c’est que je ne suis pas allée à la remise des prix du jury littéraire des lectrices Elle 2009.

Je me suis contentée de lire presque tous les policiers (l’homme m’a filé un coup de main quand je voyais arriver l’échéance  avec un certain stress et qu’il fallait rendre sa copie), certains romans me sont tombés des mains mais beaucoup m’ont plu et je ne les aurais probablement jamais découverts sans cette expérience. La catégorie document me laisse plus circonspecte : doit-on juger le sujet ou la qualité littéraire? l’importance du sujet traité prime-t-il sur le style?

J’ai vu ma plume et mon nom dans un numéro de Elle …Juste quelques phrases sur les livres de ma sélection mais je garde quand même le magazine comme une petite fierté.

Je me suis amusée à dresser mon palmarès personnel et je me suis plantée pour 2 prix sur 3.

Le roman qui m’a le plus touché, marqué, enthousiasmé est Des papillons sous la pluie et c’est Les déferlantes (dont on a largement plus entendu parler) qui a remporté les suffrages de cette catégorie.

– Le document que j’ai le mieux noté est la bio romancée sur Françoise Dolto, Ma Dolto. Sans blessures apparentes, a eu le prix du document. C’est le récit d’un reporter de guerre qui s’est penché sur les traumatismes de guerre et qui soutient l’idée qu’on n’en revient jamais indemne, qu’une guerre propre cela n’existe pas ( après la lecture de ce livre, jouer avec des flingues en plastique ou des armes-jouets m’a paru étrange et si cela fait partie de l’imaginaire des enfants, je préfère qu’on n’offre pas ce genre de cadeaux au chérubin)

– Pour le policier, j’ai eu un peu plus de flair ou les mêmes goûts que les autres lectrices puisque j’ai eu un net coup de coeur pour Zulu (ma critique à l’époque).

J’ai été comme une gamine à chaque fois que j’apercevais un colis siglé « Prix des lectrices Elle 2009 » dans ma boîte aux lettres et je n’ouvrais jamais la lettre qui annonçait les titres à lire à venir pour garder la surprise. J’ai parfois eu le sentiment de manquer de temps, entre le boulot, ma vie perso, le blog et les plages que je devais garder pour la lecture et la critique des ouvrages reçus.

J’aurais bien aimé rencontrer d’autres lectrices du prix Elle 2009 mais la soirée était un mardi soir à Paris à nos frais. (ce qui signifie poser un jour de congé au moins et se trouver un hôtel pour la nuit)..on voudrait éviter les provinciales qu’on ne s’y prendrait pas autrement, non?)) alors je suggère que l’année prochaine on délocalise la remise des prix et la petite sauterie qui va avec…même si je ne serai plus de la partie.

Si vous aimez lire, si cela ne vous chagrine pas de délaisser quelque peu votre télé, si écrire quelques lignes sur les livres reçus ne vous rebute pas, je ne peux que vous poussez à tenter votre chance (il faut guetter le numéro de Elle dans lequel se trouve le questionnaire pour poser sa candidature mais je crois que cela ne devrait pas tarder) et à raconter, pourquoi pas en mai 2009 comment vous avez tringué avec l’écrivain en vogue du moment…

Edit 1 : si vous voulez lire un compte-rendu de la soirée, ça se passe ici (et je suis contente ça rejoint mon sentiment sur Elle).

Pin It