Tag

amoureux

Browsing

Adolescence attardée, éternelle amoureuse, romantique niaiseuse ?  je suis nostalgique des regards qui se croisent et qui te rappellent que ton cœur palpite, des mains moites et des jambes en coton, des nuits ou des jours où l’on ne pense qu’à l’être désiré…

J’aimerais encore goûter à ces yeux posés sur moi qui te font sentir belle, à cette façon que les amoureux ont de remarquer les petits gestes, d’aimer le moindre petit détail d’une rencontre… relire des lettres interminables, chercher le sens caché, se perdre dans les interprétations, se prendre au jeu de la séduction…

Revivre cette ambivalence : mourir d’envie de le voir et le jour tant souhaité ne vouloir soudain que fuir ou se cacher. Rougir, chercher ses mots, détourner le regard, passer une main dans ses cheveux pour calmer sa nervosité, souffler le chaud et le froid, prendre son temps, ne pas brûler les étapes, ne surtout pas monter les escaliers deux à deux.

Être électrifiée au moindre contact, multiplier les sous-entendus, laisser le silence s’installer, créer des frôlements accidentels, repenser une fois seule à ce qu’on aurait pu dire là ou ici, à cette façon qu’il a de sourire, de rire..

Imaginer des scènes dignes d’une comédie romantique avec bande son intégrée, rêver de lui même les yeux ouverts, partir dans des scénarios…

Et ce baiser, le premier baiser, celui pour lequel je serais prête à mettre à la poubelle toutes mes tablettes de chocolat, celui qui rend ultra-sensible chaque parcelle de son corps, celui qui abolit tout ce qui existe autour, celui avec lequel on oublie tout – du chien qui aboie au pot d’échappement des voitures, du froid mordant aux passants qui gravitent autour, celui qui remplit le ventre d’un frôlement de milliers de papillons ….

Et toi, nostalgique des débuts amoureux ou pas ?

Edit : mes lieux de détente rêvés dans mon tumblr pour Virginie B

 

 

Pourquoi il me dit que c’est fini Capri, Hervé Vilard alors que je n’y ai encore jamais mis les pieds?

Avec l’arrivée du printemps, j’ai des envies d’escapades en amoureux en Italie. On partirait de Naples en bateau, le temps de prendre quelques photos de la baie, du linge aux fenêtres et de manger une pizza puisque c’est là-bas qu’elles sont les meilleures parait-il.

On prendrait le funiculaire qui nous déposerait en plein centre et on irait boire en terrasse un limoncello glacé..je suis sûre qu’il n’a nulle part ailleurs le parfum et le goût de celui de Capri.

Il m’emmènerait au village d’Anacapri parce que là-haut la vue est à couper le souffle. Il m’embrasserait dans les jardins de la Villa San Michele.

crédit photo : forchettina.it (Madame Camembert, veut-elle goûter?)

Le lendemain on monterait dans une barque pour découvrir les merveilles de la grotta azzurra. On goûterait la spécialité de l’île, la torta caprese, un gâteaux moelleux à base de chocolat noir et d’amandes.

Je ne lui demande pas de m’amener à l’ Hôtel Tragora, juste de me susurrer quelques mots doux en italien …

Et toi, Capri ça te tente?

 

Il y a déjà fort longtemps l’homme a gagné un coffret « cours de cuisine » et nous avons attendu qu’il fasse bien froid, que les trottoirs soient bien casse-gueules pour nous rendre à Comme des chefs vendredi dernier.

Nous avions déjà expérimenté le concept avec l’Atelier des chefs. Cette fois là, nous étions seuls avec le cuisiner et j’avais un peu le sentiment d’être une petite fille face à un maître d’école sourcilleux….pas forcément très à l’aise avec quelqu’un tout le temps derrière mon épaule à surveiller mes gestes.

Le problème ne s’est pas posé cette fois puisqu’il y avait d’autres élèves disposés à différents postes de travail  autour d’un grand plan de travail selon la recette qu’ils étaient en train de réaliser…en plus toi, cuisinier en herbe tu es sensé lire la fiche explicative posée juste en face de toi et appeler le chef à la rescousse en cas de pépin ou d’incompréhension.

Mais tu t’aperçois très vite qu’à part si chez toi tu ne sais même pas te faire cuire des pâtes, tu ne vas pas VRAIMENT cuisiner. Tout est déjà quasiment prêt (la purée d’haricots blancs n’est plus qu’à transvaser dans un récipient..quel est l’intérêt?), rien ne se cuit sur place , le geste le plus technique consiste à plier un ravioli…

Tu commences par la fin à savoir une verrine chocolat-praliné et cacahuètes…le chocolat est déjà fondu, la crème fleurette est battue en chantilly par une machine…à part viser le centre de la verrine, tu n’as pas grand chose à faire…tant pis ton homme s’amuse à te prendre en photo et tu joues avec la balance électronique…

Ensuite on te propose de passer au filet mignon de porc en persillade….waouh il faut couper un bout de persil, une échalote, rouler tes médaillons dans la farine, les oeufs battus (déjà préparés sinon c’est trop dur) et pis c’est tout…tu commences à te demander quand est ce que ça commence VRAIMENT?

Mais c’est le moment de confectionner l’entrée : des ravioles de gambas et estragon…le nom donne envie mais là encore déception..tu coupes ta gambas en 3, tu mélanges un peu de mascarpone avec de l’estragon cisaillé et puis tu remplis une pâte à ravioli déjà fournie et voilà c’est fini…

Tu emballes tes plats, tu passes en caisse où on t’annonce que la carte dans le coffret cadeau n’est plus valable (vive les smartbox!)…comme tu n’es pas grande gueule et que le gars de l’accueil a des yeux sublimes, tu ne protestes pas même si tu fais un peu grise mine….tu penses encore que tu te régaler une fois à la maison…

Grossière erreur ! 1) les ravioles sont en vérité des raviolis vapeur façon asiatique …c’est peut-être sur les 3 ce qui est le plus à sauver néanmoins 2) on te demande de cuire 20 minutes au four tes médaillons de porc…tu t’exécutes mais constates que ce n’est pas du tout cuit, tu remets tout dans une poêle ..tu goûtes et tu te dis que c’est fade, sans intérêt 3) le pire c’est le dessert…tu trempes ta petite cuillère dedans et tu jettes directement ta verrine à la poubelle

Bon tu l’auras compris j’ai été très très déçue par cet atelier et pourtant je suis vraiment une amatrice qui n’a ni un matériel de professionnel chez moi ni aucune prétention en ce domaine…

Bref si tu as envie de te payer un cours de cuisine sur Lyon, je te conseille de choisir plutôt l’Atelier des chefs !

et comme je n’aime pas finir sur une note négative, je te pousse quand même à passer des petits moments  en amoureux avec ton homme même et surtout si tu as des enfants en bas âge car une fois de plus, qui dit femme épanouie dit maman joyeuse )

Et toi, les cours de cuisine tu as déjà testé?

Lundi je vous annonçais que le petit week-end pas du tout improvisé dans Arles, dédié aux joies touristiques et amoureuses partait un eau de boudin suite au désistement de la baby-sitter. Ne nous résoudant pas à annuler cette halte au soleil, nous avons décidé de partir pour ce qui était devenu un mini-séjour parental.

Une fois passée la déception de partager notre chambre avec un lit bébé (et son occupant) et de nous retrouver dans deux petits lits séparés, une fois passé le stress à porter d’une main la poussette tout en ayant sur l’épaule un sac plein de pompotes, gâteaux individuels, bavoirs, lingettes, couches et jouets pour le train tout en surveillant que le chérubin tenu d’une main ne perdait ni son chat, ni son nana, nous avons émis l’idée que nous pourrions partager des moments agréables tous les trois sans forcément restreindre notre visite de la ville aux aires de jeux pour enfants )….

Le principal intéressé a t-il senti qu’il n’était pas sensé être de la partie au départ? Il n’a pas bronché dans le train, s’est endormi sans problème contre l’un de nous dans le car, a dormi dans son lit sans histoire, nous a suivi dans nos ballades tantôt en marchant (bon là faut avouer que nous avons dû revoir nettement à la baisse notre rythme étant donné qu’il s’accroupissait tous les 2 mètres pour ramasser une feuille, un bâton ou un caillou) tantôt dans sa poussette, a été relativement sage au restaurant (on a fait une croix sur le resto gastronomique avec mise en bouche, entrée, plat, dessert pour une crêperie pas terrible mais ayant l’immense avantage de servir rapidement) et nous a même laissé faire une ou deux boutiques sans s’impatienter.

Il ne nous aurait pas tapé une petite crise dans le salon feutré de l’hôtel alors que les clients sirotaient tranquilles leur thé, il n’aurait pas lâché son nana dans une des rues les plus touristiques afin que ledit morceau de tissu soit piétiné 10 000 fois (mais cette fois Supermaman avait prévu des nanas de secours), j’aurais pu vous faire croire que notre chérubin était parfait )

Quelques petites photos qui vous donneront envie, j’espère, d’aller faire un tour à Arles aux parfums et à l’ambiance si provençales :

Ancien hôpital dans lequel Vincent Van Gogh fut soigné


Remparts


Une ruelle dans la vielle ville


Maison d’édition Actes Sud


Place du forum

Encore un grand merci à Loulou, sans qui ce week-end n’aurait pas eu lieu !

Pin It