Une journée à Paimpol

Non, non, non, je ne suis pas allée à Paimpol depuis Lyon dans un claquement de doigt (j’aimerais bien !) mais quasiment 8 mois après mes vacances dans la Baie de Saint Brieuc, je me suis dit qu’il était temps de refermer ce carnet de voyage et qui sait peut-être que cela donnera envie à quelques personnes de partir l’été prochain dans ce coin.
Le jour où nous avons décidé de découvrir Paimpol, le temps était très mitigé (plutôt gris avec cette fameuse petite bruine qui te flingue ta coiffure en 5 minutes). Les mauvaises langues sont probablement en train de penser qu’il pleut toujours en Bretagne…et bien continuez de le penser, cela évitera qu’il y ait trop de monde dans cette magnifique  région (d’ailleurs la campagne Passez à l’Ouest est tellement bien faite que j’ai un peu peur pour l’été prochain ).

Bref tout cela pour vous dire que mes photos ne rendent pas forcément hommage au charme de ce port rendu célèbre par Pierre Loti (ou comment s’auto-saborder en 30 secondes, je suis championne en ce domaine).

Se rendre à Paimpol sans voiture

Aller à Paimpol sans voiture n’était pas un gage ou un pari. Nous faisons partie de cette espèce rare -mais peut-être -avant-gardiste, de personnes qui ne conduisent pas. Jamais. D’ailleurs si depuis plusieurs étés, on aime poser nos bagages en Bretagne, c’est aussi parce que c’est une région où il est tout à fait possible, en se renseignant un peu, de se déplacer sans avoir de voiture. Les réseaux de bus me semblent beaucoup plus développés là bas qu’ailleurs.

Depuis Saint Brieuc, on a pris un premier train jusqu’à Guimgamp et ensuite une sorte de T.E.R qui mène de Guimgamp à Paimpol en suivant sur la dernière partie du trajet, l’estuaire du Trieux avant qu’il ne se jette dans la mer. Par la fenêtre, défilent champs de vaches, petits villages, forêts avant que la voie ne surplombe l’eau.

Pour moi, cela vaut clairement le voyage par contre c’est un peu l’anti-thèse du TGV : aux croisements, vous avez le temps de voir les pépés bretons en mobylette, les gens à bord de leur bateau voguant sur le Trieux vous saluent pendant plusieurs minutes et vous avez souvent le sentiment que si vous rouliez à vélo à côté du wagon (il n’y en a qu’un !), vous iriez plus vite. A réserver donc à ceux qui savent être patients : )

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

Galettes et sculptures

Nous sommes arrivés à Paimpol en fin de matinée et comme il pleuvinait et que les petits estomacs commençaient à crier famine, nous nous sommes attablés dans une crêperie, le Penn Ty. J’ai choisi une des spécialités de la maison : La Trieux à la truite fumée de la ferme marine du Trieux, crème de roquefort et citron. Excellente !

En dessert, j’ai partagé avec mon fils La Triskell composée de trois boules de glace (caramel au beurre salé, blé noir, sablé breton), coulis de caramel, éclats de crêpes dentelle et chantilly. Indécente et tellement bonne. (et si vous vous demandez comment je me souviens aussi bien de la composition 8 mois après les avoir dégustées ces galettes, je suis cette fille qui prend en photo les cartes des restos partout où elle va parce qu’on ne sait jamais, un jour, cela peut servir )).

 

paimpol

paimpol

 

Crêpe sucrée de compétition (glaces caramel, blé noir, sablé breton)

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

 

Il était temps d’aller marcher pour éliminer nos galettes bretonnes et la découverte du centre de Paimpol a été accompagnée de celles de sculptures installées un peu partout dans la ville.

paimpol

paimpol

paimpol Vertèbres d’Irène Le Goaster

paimpol Magno Anulo de Jean Divry

paimpol

paimpol

Un peu par hasard, nous sommes tombés sur une exposition (gratuite !) consacré à la mode de Trégor-Goëlo, l’occasion de voir des costumes et des coiffes typiques de la région de 1880 à 1900 mais aussi d’aborder le côté contemporain de la broderie avec les créations vestimentaires et les tableaux de broderie du brodeur-styliste Pascal Jaouen.

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol habits de …mariage !

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol les mouettes de Yannick avec chacune leur caractère

paimpol une autre idée de souvenir à ramener

Nous avons aussi flâné vers le port typique avec ses bateaux de pêche colorés. J’avais dans l’idée de marcher vers la mer, voir d’aller à pied jusqu’à l’Abbaye maritime de Beauport mais tout le monde s’est ligué contre moi avec une seule envie : se mettre à une terrasse de café et humer l’ambiance du moment.

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

De toute façon, il faudra que je revienne pour visiter ce paradis sur terre qu’a l’air d’être l’île de Bréhat …Bref je n’ai pas fini de m’émerveiller en terres bretonnes.

Et vous, Paimpol, vous connaissez ?

10 commentaires
  • argone
    avril 14, 2017
    Je ne connais pas Paimpol mais grâce à toi maintenant je vois à quoi cela ressemble !!! une jolie petite ville et un port charmant …. et de bonnes crêpes ! c’est bien tentant !
  • Ma'
    avril 14, 2017
    Cela fait une éternité (au moins) que je ne suis pas allée à Paimpol… Mais maintenant, grâce à toi, j’ai envie de cocos !
  • Aurore
    avril 14, 2017
    N’ayant pas bcp voyagé dans ma prime jeunesse, je me rattrape un peu en profitant de mes 5 semaines de CP pour visiter davantage l’Europe et l’Asie que la France, et j’oublie alors comme notre pays est magnifique !
  • Chiffonsandco
    avril 14, 2017
    Non je ne connais pas mais je le regrette. En même temps, Je connais trés peu la Bretagne
  • tania
    avril 14, 2017
    je ne connais pas encore ce coin de Bretagne
    je connais + le Morbihan et Saint Malo ma ville de coeur
    ce printemps je découvre une autre île bretonne : Groix
    j ai hâte après Belle île en Mer en 2014
    la Bretagne ça vous gagne cette formule est bien vraie

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *